« La Fabrique de la Révolution »

Depuis juin 2015, je participe au programme « la Fabrique de la Révolution » à l’université Paris-Diderot. Je contribue à la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française de Michelet. Après quelques mois de pratique, d’échanges et de discussion, je vais essayer de présenter brièvement ce projet ici. Je m’appuie à la fois sur mon expérience et sur la présentation que Paule Petitier, la responsable du projet, a donnée le 23 mars 2016 à l’ITEM.

Un projet pharaonique ?

Le projet initial de « La Fabrique de la Révolution » date de 2013. Il s’agissait de constituer un vaste corpus numérique autour de l’Histoire de la Révolution française de Michelet : éditions du texte, sources génétiques, périphériques et externes, voire même, en aval du texte, d’établir des liens hypertextes avec les textes littéraires — comme ceux d’Alexandre Dumas – qui se sont servis de l’Histoire de Michelet. Le travail projeté sur les sources externes et sur les échos de l’œuvre de Michelet devait même permettre de « constituer un véritable portail numérique de l’historiographie de la Révolution française au XIXe siècle ».

Nous construirons peut-être de grandes pyramides (et j’y contribuerais volontiers par la publication d’un corpus des premières histoires de la Révolution), mais en attendant le projet s’est resserré autour d’un premier chantier : la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française. Ces quelques deux mille papiers réunis en six volumes aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris constituent un matériaux hétérogène et difficile à exploiter. Depuis que Michelet les a écrits, ils ont été classés, déclassés et reclassés. À condition de les rendre lisibles et exploitables, il présentent pourtant un double intérêt, permettant, disait Paule Petitier à l’ITEM, d’éclairer à la fois un travail d’historien et une mise en mémoire de la Révolution.

3 septembre 2016… Je n’ai toujours pas complété cette présentation. Il le faudrait pourtant. Les textes existant en ligne sont un peu datés ou très court. En plus des liens ci-dessus, on peut lire quelques lignes ici ou . Pour aller à l’essentiel avant de reprendre cet article, nous transcrivons les papiers de Michelet et nous les encodons, en langage XML, avec un schéma (DTD) propre au projet, que nous avons beaucoup fait évoluer en un an. Nous cherchons à rendre compte des aspects structurels, formels et sémantiques de chaque papier. Le balisage sémantique implique une réflexion passionnante sur les éléments qui pourraient être pertinents pour des recherches futures (noms de personne, noms d’institutions, etc.) et un travail de normalisation.

 


1 pensée sur “« La Fabrique de la Révolution »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *