Les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution

Comment a-t-on écrit dans la tempête ? Loin d’avoir été une période de stérilité, la Révolution française a été un temps d’intense activité littéraire. Dans le débat sur la Révolution qui se développe de 1789 à 1815, les métaphores naturelles sont les instruments d’une confrontation productrice de sens. Orages, volcans, germes, lumières et corps font aimer ou craindre la Révolution, tissent des liens entre les sciences et la politique et configurent un imaginaire politique nouveau. Opérant des partages et répartissant les rôles, elles contribuent à l’invention de la littérature. À travers elles, on découvre une époque caractérisée autant par une extraordinaire ouverture des possibles que par l’imposition de nouvelles normes.

Olivier Ritz, Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution, Paris, Classiques Garnier, 2016, 371 p., 39 €.

Le livre que j’ai tiré de ma thèse est paru le 3 août 2016. Vous pouvez consulter ici la table des matières. Pour vous procurer un exemplaire, vous pouvez vous rendre sur le site des Classiques Garnier ou bien télécharger un bon de commande.

Ce livre est l’aboutissement des recherches que j’ai menées en master II (en 2008-2009) et surtout en thèse (2009-2014) sous la direction de Michel Delon, à l’université Paris-Sorbonne. Ma discipline est la littérature française, ce qui ne m’a pas empêché de participer à une école doctorale internationale, en partenariat avec les universités de Bonn et de Florence, et de faire de fructueuses recherches sur les littératures allemande et … anglaise (et très peu, hélas, sur la littérature italienne).


L’idée de travailler sur les métaphores naturelles est venue à l’occasion d’un premier travail sur l’écriture de la Révolution. Le choix de constituer le débat sur la Révolution en objet d’étude est venu plus tard, lorsque j’ai découvert, avec les charmes d’Oxford, la richesse des études britanniques qui, depuis une cinquantaine d’années déjà, portent sur ce débat.

J’ai étudié des textes qui, dès 1789 et jusqu’en 1815, ont débattu de la Révolution française, soit sous forme d’essais (considérations, réflexions…) soit sous forme de récits (principalement des histoires). Je m’intéresse aussi à quelques discours (quand ils ont été imprimés) et occasionnellement à des œuvres de fiction.

En m’inspirant des travaux de Paul Ricœur et plus encore de ceux de Joëlle Gardes Tamine, j’ai considéré les métaphores naturelles que j’ai rencontrées dans ces textes comme des métaphores vives, qui inventent des liens nouveaux entre les éléments qu’elles mettent en tension. Plutôt que d’étudier seulement les mots qui peuvent se substituer au mot révolution, c’est-à-dire les métaphores naturelles de la Révolution, j’ai étudié les réseaux métaphoriques qui, dans le débat sur la Révolution, contribuent à la fois à figurer la Révolution, à inventer des savoirs nouveaux et à configurer les liens entre la politique, la science et la littérature.

La première partie de ce livre traite des métaphores naturelles en tant que lieux textuels et instruments rhétoriques du débat sur la Révolution. La seconde partie étudie les relations entre sciences et politique, envisageant notamment les usages cognitifs ou heuristiques des métaphores. La troisième partie traite du débat sur la littérature qui se développe au cœur du débat sur la Révolution. Si les métaphores naturelles sont remarquables là encore pour leur force rhétorique et parce qu’elles mettent la littérature en tension avec la science et la politique, elles sont aussi des marqueurs littéraires : à travers elles, les écrivains légitiment leur œuvre, définissent leur rôle et inventent la littérature.

J’ajoute pour mes lecteurs historiens que j’ai étudié plus particulièrement un corpus spécifique : celui des histoires de la Révolution publiées entre 1789 et 1815 (en vérité, il n’en paraît presque aucune entre 1803 et 1815). J’ai recensé et parcouru une cinquantaine de ces ouvrages. Je leur consacre deux chapitres dans ma troisième partie : le premier est panoramique, le second centré sur l’œuvre de François-Emmanuel Toulongeon, auteur injustement méconnu d’une très belle Histoire de France depuis la Révolution de 1789.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article Trois 14 juillet sur ce même carnet de recherche. La présentation publiée sur le site de la Société des Études Robespierristes comprend un extrait de la conclusion.


2 réflexions sur « Les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *