Trois hommes et un fauteuil

Compte renduLa Rencontre Marat Danton Robespierre, texte et mise en scène de Jean-Vincent Brisa. Spectacle créé au Domaine de Vizille le 5 juillet 2014, repris à Avignon, au théâtre L’Alibi, du 7 au 30 juillet 2017.

Il faut une certaine audace pour concevoir et mener à bien un projet pareil. Quand Joël Pommerat parmi d’autres voudrait se défaire des textes et des images qui feraient écran entre la Révolution et nous, Jean-Vincent Brisa et la compagnie En scène et ailleurs ont pris le parti inverse: des représentations de la Révolution –et quelles représentations!– sont la matière de leur spectacle.

Une rencontre entre Marat, Danton et Robespierre? Si avez lu Victor Hugo, vous vous souvenez de ce passage: dans la partie centrale de Quatrevingt-treize, les trois hommes sont réunis au «cabaret de la rue du Paon» le 28 juin 1793. Dans un dialogue très théâtral, où alternent des passages fait de répliques très brèves et les tirades pleines de noms propres dont Hugo a le secret, Robespierre dit que la Révolution est menacée par la Vendée, Danton s’inquiète de la guerre et Marat dit que l’ennemi est partout.

Hugo n’a pas tout inventé. Si cette rencontre au sommet ne repose sur aucune source historique, il faut signaler un précédent littéraire. François Ponsard a (peut-être) été le premier à mettre en scène la rencontre des trois hommes dans sa pièce Charlotte Corday, créée en 1850. La date qu’il imagine pour cette confrontation, un peu plus tardive, est plus significative que chez Victor Hugo: la scène se passe le 13 juillet 1793, quelques instants seulement avant l’assassinat de Marat.

La pièce de Ponsard a été reprise en 1880 au théâtre de l’Odéon. C’est sans doute cette nouvelle série de représentations qui a inspiré au peintre Alfred Loudet un grand tableau achevé en 1882, aujourd’hui visible au musée de la Révolution Française à Vizille. On y voit les trois hommes: Robespierre assis à gauche, Danton près de lui, debout, un peu plus central; Marat à droite, debout à côté d’une fenêtre, la bouche ouverte, les bras écartés. C’est lui qui parle, avec les signes de la plus grande agitation. Les deux autres l’écoutent, le visage fermé, comme pour marquer leur désapprobation. Au fond à gauche, un rideau noir s’ouvre pour laisser paraître la fatale baignoire: nous sommes bien chez Marat, le jour de sa mort.

Ce tableau a été à l’origine de l’écriture de La Rencontre. Jean-Vincent Brisa a imaginé sa pièce dans le cadre d’une résidence au Musée de la Révolution française, suite à une commande du Domaine de Vizille. La scénographie est fortement inspirée du tableau. Les costumes des trois personnages lui sont fidèles: mêmes chaises en bois avec assise en paille, mêmes chaussures (souliers à boucles pour Robespierre, bottes à revers pour Danton, guêtres en laines pour Marat), même table couverte de livres et de papiers, d’un encrier et d’une chandelle éteinte. L’écharpe au cou de Marat est bien là, d’un rouge aussi tranchant dans le spectacle que sur le tableau.

Cependant, lorsqu’on revoit le tableau après le spectacle, plusieurs différences entre le tableau et le spectacle attirent l’attention. Les costumes de Danton et de Robespierre sont moins colorés –nous en reparlerons. La table est au centre de la scène, face au public. À l’avant de celle-ci, les grandes pages de L’Ami du peuple, sur un papier légèrement bleu, ont été remplacées par un morceau de tissu. Ainsi disposée et ornée, la table du spectacle rappelle vaguement un autel. Plus important encore: un fauteuil assez imposant et recouvert d’une tenture occupe le côté droit de la scène, tandis qu’il ne reste rien de la fenêtre présente à cet endroit sur le tableau. La rencontre se passe ici dans un intérieur clos, sans ouverture sur la rue. Le fauteuil a quelque chose de celui que l’on peut voir à la Comédie française et dans lequel Molière aurait joué Le Malade imaginaire, le jour de sa mort. Il faut dire que Marat ne quitte guère ce fauteuil, et qu’il est mal en point.

Marat se meurt. Il rêve, et divague peut-être. On comprend d’ailleurs à la fin de la pièce de Jean-Vincent Brisa qu’il a rêvé sa rencontre avec Robespierre et Danton. Il évoque sa maladie, exprime sa souffrance et sa maladie, jusqu’aux derniers mots de la pièce: «Qu’on en finisse» (p.41). C’est en cela surtout que cette Rencontre se distingue des œuvres antérieures. Chez Hugo, Marat est une puissance obscure, qui fait peur aux deux géants de la Révolution:

Les lions s’inquiètent des hydres. Robespierre était devenu très pâle et Danton très rouge. Tous deux avaient un frémissement. La prunelle fauve de Marat s’était éteinte; le calme, un calme impérieux, s’était refait sur la face de cet homme, redouté des redoutables.

Dans la pièce de Ponsard et sur le tableau de Loudet, Marat se distingue par son énergie. Il veut aller plus loin et plus vite que les deux autres, et le dit avec ardeur:

En marche donc! en marche! – Au bourgeois qui le chasse,
Le grand seigneur vaincu vient de céder la place;
Marche! – Le privilège est un doux oreiller;
La vanité bourgeoise y voudrait sommeiller;
Marche! Marche! –Le peuple accourt; le peuple arrive;
Il est là. – Parvenus! place au nouveau convive!
Les bourgeois ont chassé les nobles et les rois;
Bien! – Le peuple à son tour chassera les bourgeois.

Le Marat de Brisa incarne au contraire une Révolution fatiguée:

La nature à laquelle je me suis tant de fois référé comme à une déesse, me trahit aussi. Je souffre le martyre, je dois saigner mon corps pour chasser toutes les impuretés qui gangrènent mon sang. La République aussi est malade, et je dois souffrir comme elle souffre, parce que je suis la République (p.8).

Est-ce un passage comme celui-ci qui fait dire à son auteur, pendant le petit échange qui suit traditionnellement les applaudissements dans le festival off d’Avignon, que ce texte est en lien avec notre actualité?

Marat parle aussi de se battre, dès la phrase suivante, mais il n’en a plus la force ni l’envie. Robespierre et Danton non plus, si bien qu’ils se ressemblent étrangement dans cette pièce: alors que leurs représentations sont d’ordinaires si contrastées, ils ont ici le même teint livide et les mêmes vêtements sombres.

Marat: Ah! Vous faites bien la paire tous les deux. Vous semblez vous détester, vous haïr, mais vous êtes les mêmes. En fait, vous vous détestez parce que vous êtes pareils (p.12).

Danton hausse un peu plus la voix. Robespierre a de petites lunettes et un rictus pénible quand il est contrarié, inspiré peut-être par Victor Hugo: «Il avait dans la joue un tic nerveux qui devait le gêner pour sourire». Mais au fond ils ne sont guère plus vaillants que Marat et représentent comme lui une révolution à bout de souffle.

Autre symptôme d’une époque –la nôtre– qui peine à croire à la possibilité de l’action politique: les trois hommes commentent la Révolution beaucoup plus qu’ils ne la font. La pièce de Jean-Vincent Brisa est un dialogue sur la Révolution, mais les personnages qui s’y rencontrent ne décident de rien. Certes, il s’agit de transmettre un héritage et de mettre en valeur, notamment, les ambitions éducatives des révolutionnaires:

Danton: Tu sais ce qui est beau dans la vie? L’amour, bien sûr, mais aussi la transmission. Avoir des enfants, savoir les élever, dans l’exemple, et surtout dans la tolérance. […] Mes deux garçons sont tous pour moi (p.12).

Vertu et faiblesse de ce spectacle: en le regardant, on peut éprouver une certaine sympathie pour ces trois révolutionnaires, pour leurs œuvres, leurs ambitions et leurs doutes. Mais la Révolution y manque terriblement de vie.


Image à la une: © Lilian Sabatier. Danton (Jean-Vincent Brisa) et Robespierre (Jean-Marc Galera). Merci à la compagnie En scène et ailleurs de m’avoir fourni cette photographie. Marat (André Le Hir) en est absent, comme il est absent de tous les visuels réalisés pour le festival d’Avignon. On peut voir des photographies de la création de la pièce avec un autre Marat (Pierre David-Cavaz) sur le site de la compagnie.

On peut lire Victor Hugo sur Wikisource et François Ponsard sur Gallica.

Le texte de la pièce est publié: Jean-Vincent Brisa, La Rencontre. Marat, Danton, Robespierre, Paris, L’Harmattan, 2015. 41 pages, 7,50€, ISBN 978-2-343-05618-0.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Trois hommes et un fauteuil», Littérature et Révolution, publié le 9 août 2017, http://litrev.hypotheses.org/820.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *