La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ?

Pour le colloque qu’elles ont organisé à Toulouse en avril 2014 et dont les actes ont été publiés à la fin de l’année 2016, Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie ont choisi de désigner les années 1780-1820 par l’expression «période sans nom», inventée par Simone Balayé et Jean Roussel dans la revue Dix-Huitième siècle en 1982. Il s’agit d’abord d’exprimer la difficulté de nommer ce moment intermédiaire de l’histoire littéraire française. Parler de Lumières tardives ou de tournant des Lumières, c’est en faire l’aboutissement de la période qui précède. Préférer les termes préromantisme (ce qui ne se fait plus), premier romantisme (ce qui se fait davantage) ou romantisme tout court, c’est la réduire aux premiers éléments du mouvement qui dominera ensuite. La période n’a pas de nom parce qu’elle en a trop, et qu’aucun ne lui convient véritablement.

Au-delà de ce constat, les éditrices du volume Une «période sans nom». Les années 1780-1820 et la fabrique de l’histoire littéraire ont pris le parti de maintenir l’indétermination. Nommer cette période, c’est prendre le risque de la lire de manière trompeuse, en la réduisant aux catégories inventées alors (le roman sentimental qui serait typiquement féminin, le 17e siècle classique face au 18e siècle philosophique) ou à celles qui ont orienté l’histoire littéraire dans les années qui ont suivi, lorsque le romantisme s’est défini par opposition au classicisme et au néoclassicisme. Ces divisions simplificatrices expliquent les oublis de l’histoire littéraire. Shelly Charles montre la manière dont le romancier Pigault-Lebrun en a été exclu, repoussé hors de la littérature autorisée pour son immoralité d’abord, puis pour son caractère populaire. Valéry Cossy développe l’exemple d’Isabelle de Charrière, mal connue en France parce qu’elle était une étrangère (hollandaise vivant en Suisse) et plus encore une femme refusant les assignations de genre qui s’imposaient alors. Au contraire, prendre en compte la pluralité des débats qui traversent alors la littérature fait de la période sans nom «l’âge de tous les possibles: rien n’y est encore fixé, pas même le périmètre des lettres. […] C’est une histoire pour l’essentiel inadvenue, un bouquet de possibles inexplorés et depuis longtemps recouvert par la chape de l’histoire positive», comme l’écrit Stéphane Zékian dans son article.

Reste une question laissée de côté par ce volume, celle de la place à faire à la Révolution. Bien qu’il en soit question dans de nombreux articles, la Révolution semble avoir été tenue à distance. Certes, il importe de «ne pas accorder à la Révolution plus qu’elle n’a inventé», comme l’écrit Florence Lotterie dans l’introduction, mais elle ajoute aussitôt «même si elle a beaucoup inventé» (p.13). L’époque est caractérisée par la remise en cause de tous les ordres établis et par l’imposition progressive d’ordres nouveaux: que la perte des repères soit traumatisante ou que la libération des contraintes passées soit euphorisante, ne vient-elle pas d’abord de la Révolution et de ses suites? «L’époque n’a rien d’innommable», écrit Michel Delon dans sa contribution, juste après avoir évoqué les différentes manières de commémorer le 21 janvier. Proposer d’appeler «période sans nom» l’époque de la Révolution française, n’est-ce pas suggérer encore, comme dans une tradition critique largement dépassée, que la littérature a été incapable de trouver des mots et des noms pour dire la Révolution?

Ne ressemblons plus à ces peuples ridicules, qui, dans leurs cartes géographiques, mettent au-delà des pays qu’ils connaissent, et ils ne connaissent que le leur, terres inhabitables, fables et déserts. (Benjamin Constant, De la force du gouvernement actuel de la France et de la nécessité de s’y rallier, an IV-1796.)

Pour en savoir plus: Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie (dir.), Une «période sans nom». Les années 1780-1820 et la fabrique de l’histoire littéraire, Paris, Classiques Garnier, 2016, 452 p., ISBN 978-2-406-05998-1, 47 €. On peut lire la table des matières sur le site de l’éditeur. On pourra lire mon compte rendu dans un prochain numéro des Annales historiques de la Révolution française. Je recommande particulièrement la lecture de l’introduction de Florence Lotterie (p.7-34) et des articles suivants: Stéphane Zékian, «Le roman des origines. Retour sur les commencements possibles du XIXe siècle», p.321-337; Shelly Charles, «Heurs et malheurs du “plus fameux romancier de l’époque impériale”. Le cas Pigault-Lebrun», p.359-380 et Valéry Cossy, «Genre romanesque en devenir et genre féminin/masculin. Arrêté sur image: une période de transition à plus d’un titre», p.381-404.

Image à la une: Andreas Homem, Universa ac navigabilis totius terrarum orbis descriptio, 1559 (détail). Sur Gallica.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ?», Littérature et Révolution, publié le 17 août 2017, http://litrev.hypotheses.org/836.

 


2 pensées sur “La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ?”

  1. Personnellement, j’aime bien le titre de Werner Hofmann, « L’ère des ruptures (1750-1830) ». L’idée de ruptures, au pluriel, rendant bien compte du foisonnement de la période. Et ce livre, déjà ancien, est en tous points remarquable.
    AD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *