Le classicisme contre la République

Dans un article récent1, Alain Viala est revenu sur la polémique des programmes de français de l’an 2000, dont il a été l’un des principaux acteurs. Pour avoir présidé le groupe d’experts chargés de l’élaboration de ces programmes, il a été –et reste aujourd’hui– la cible principale de ceux qui s’y sont opposé. Une tribune publiée dans le journal Le Monde le 4 mars 2000 portait ce titre évocateur: «C’est la littérature qu’on assassine rue de Grenelle». Le débat est moins soutenu aujourd’hui, mais la querelle n’est pas éteinte et, quand elle ressurgit, c’est avec la même dramatisation: l’enseignement menacerait de mort la littérature, rien de moins! Continuer la lecture de « Le classicisme contre la République »

  1. Alain Viala,  «Querelles et légitimations : Quand le spectre de la mort de la littérature hante les débats», Carnets : revue électronique d’études françaises. Série II, no 9, jan. 2017, p. 6-21. []

La Terreur, la littérature et les femmes

Les femmes ont-elles profité de la Terreur pour devenir écrivaines? C’est à cette conclusion qu’arrive Frédéric Glorieux au terme d’une enquête sur les données data.bnf.fr dont il rend compte dans un article sur son carnet de recherche, J’attends des résultats. Cet article, «Femmes de lettres, démographie (data.bnf.fr 2017)» est écrit en réaction à un article publié par Pierre-Carl Langlais sur le carnet Sciences communes: «Les femmes ont-elles disparu de la littérature en 1830?». Continuer la lecture de « La Terreur, la littérature et les femmes »

La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ?

Pour le colloque qu’elles ont organisé à Toulouse en avril 2014 et dont les actes ont été publiés à la fin de l’année 2016, Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie ont choisi de désigner les années 1780-1820 par l’expression «période sans nom», inventée par Simone Balayé et Jean Roussel dans la revue Dix-Huitième siècle en 1982. Il s’agit d’abord d’exprimer la difficulté de nommer ce moment intermédiaire de l’histoire littéraire française. Parler de Lumières tardives ou de tournant des Lumières, c’est en faire l’aboutissement de la période qui précède. Préférer les termes préromantisme (ce qui ne se fait plus), premier romantisme (ce qui se fait davantage) ou romantisme tout court, c’est la réduire aux premiers éléments du mouvement qui dominera ensuite. La période n’a pas de nom parce qu’elle en a trop, et qu’aucun ne lui convient véritablement. Continuer la lecture de « La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ? »

Trois hommes et un fauteuil

Compte renduLa Rencontre Marat Danton Robespierre, texte et mise en scène de Jean-Vincent Brisa. Spectacle créé au Domaine de Vizille le 5 juillet 2014, repris à Avignon, au théâtre L’Alibi, du 7 au 30 juillet 2017.

Il faut une certaine audace pour concevoir et mener à bien un projet pareil. Quand Joël Pommerat parmi d’autres voudrait se défaire des textes et des images qui feraient écran entre la Révolution et nous, Jean-Vincent Brisa et la compagnie En scène et ailleurs ont pris le parti inverse: des représentations de la Révolution –et quelles représentations!– sont la matière de leur spectacle. Continuer la lecture de « Trois hommes et un fauteuil »