Was passiert ? La Révolution (2. Büchner)

Deuxième épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution, La Mort de Danton de Büchner (1835), ses sources et sa postérité.


Büchner écrit et publie Dantons Tod (La Mort de Danton) en 1835. La pièce est d’abord et avant tout un texte. Büchner n’a pas la possibilité de le faire jouer: impliqué dans des organisations révolutionnaires, il doit souvent fuir la police et ne peut pas imaginer qu’un théâtre programme son texte. Il meurt deux ans plus tard du typhus et ce n’est que bien plus tard que la pièce est jouée (à partir de 1902) et qu’elle devient un classique du théâtre allemand puis européen. J’y reviendrai, mais je voudrais d’abord m’intéresser à la manière dont Büchner a fait du théâtre (ou de la littérature) à partir des histoires et des journaux qu’il a consultés. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (2. Büchner) »

Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui

J’ai le très grand plaisir de publier enfin le programme du séminaire de recherche que nous organisons à l’université Paris Diderot. Nous espérons vous voir nombreux à l’occasion des séances qui auront lieu cette année.

Centre de ressources Jacques-Seebacher
IMAREV 18-21
Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui

Organisation : Florence Lotterie, Sophie Lucet, Olivier Ritz

Continuer la lecture de « Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui »

Trois 14 juillet

Petit aperçu de mon livre, Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution.

1789

« Le reste des assiégeants se jette à flots redoublés dans l’intérieur de cette haute et profonde caverne. »
(Jean Dusaulx, De l’insurrection parisienne, 1790.)

14 Juillet ? La prise de la Bastille, bien sûr. En allemand Sturm auf die Bastille, en anglais storming of the Bastille : si ces deux mots ont couramment le sens d’assaut, la métaphore reste active. C’est bien d’une tempête qu’il s’agit, comme en témoignent les textes qui évoquent l’événement, pleins de tempêtes maritimes. Le flot irrésistible du peuple parisien emporte la vieille prison et l’Ancien régime avec elle. Les métaphores relèvent ici de l’épopée. Elles visent le plus souvent l’admiration mais peuvent aussi avoir quelque chose d’inquiétant. Bref, ce 14 juillet-là est sublime : je l’étudie lorsque j’aborde cette catégorie esthétique, à la fin du deuxième chapitre.

Continuer la lecture de « Trois 14 juillet »