Thèse

Les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution de 1789 à 1815

Thèse dirigée par Michel Delon à l’université Paris-Sorbonne, soutenue le 15 novembre 2014, mention très honorable avec félicitations du jury.

  • Codiplomation par les universités de Bonn et de Florence, dans le cadre de l’école doctorale internationale «les mythes fondateurs de l’Europe dans la littérature, les arts et la musique».
  • Jury présidé par M. Jean-Marie Roulin (Saint-Étienne), composé de Mme Giovanna Angeli (Florence), M. Paul Geyer (Bonn), Mme Florence Lotterie (Paris-Diderot) et M. Pierre Serna (Paris-Panthéon-Sorbonne).
  • Prix solennel de la Chancellerie des universités de Paris : prix Aguirre-Basualdo / André Labrouquère en lettres et sciences humaines, 2015.

En étudiant les textes du débat sur la Révolution française qui ont été publiés entre 1789 et 1815, cette thèse montre comment les métaphores naturelles ont servi à configurer des relations nouvelles entre la politique, la science et la littérature.

La première partie étudie les métaphores naturelles en tant qu’instruments du débat sur la Révolution, envisageant successivement quatre fonctions rhétoriques : non seulement émouvoir et argumenter, mais aussi faire connaître et faire agir. La seconde partie étudie les relations entre les sciences de la nature et la politique. Elle porte sur les tentatives d’établir une véritable science politique à partir du modèle des sciences naturelles, sur les liens entre Révolution française et révolution scientifique ainsi que sur les stratégies discursives de promotion de la figure du savant. La troisième partie traite du débat sur la littérature qui se développe au cœur du débat sur la Révolution. Si les métaphores naturelles y sont remarquables pour leur force rhétorique et parce qu’elles mettent la littérature en tension avec la science et la politique, elles sont aussi des marqueurs littéraires : à travers elles, les écrivains légitiment leur œuvre, définissent leur rôle et s’inscrivent dans des traditions poétiques. L’invention de la littérature comme usage fondamentalement esthétique du langage écrit est le résultat paradoxal de cette période où les liens entre la littérature, la politique et les sciences ont été particulièrement riches.

La prose d’idée est au cœur de mon travail, avec des incursions vers d’autres genres, notamment le roman. Cette étude contribue à l’histoire littéraire d’une période mal connue. Les textes des Britanniques Edmund Burke et Thomas Paine, traduits en français, jouent un grand rôle. Volney, Condorcet, Bonald, de Maistre, Constant, Mme de Staël et Chateaubriand mènent un débat théorique de première importance. On peut évoquer aussi l’influence des thèses de Barruel sur la franc-maçonnerie, la circulation internationale des ouvrages de Mallet du Pan ou encore le rôle que joue le Lycée de La Harpe dans la redéfinition de la littérature. La remarquable Histoire de France depuis 1789 de François-Emmanuel Toulongeon et Le Nouveau Paris de Mercier tentent de prendre la mesure de la Révolution dans toute son étendue. La conception de la littérature qui s’impose à l’issue du débat sur la Révolution et dont nous sommes encore les héritiers marginalise pourtant ces textes, souvent perçus comme trop peu littéraires.

En explorant le corpus très vaste du débat sur la Révolution, j’ai aussi constitué un corpus beaucoup plus défini : celui des premières histoires de la Révolution, écrites avant 1815. L’annexe de ma thèse dresse la liste d’une cinquantaine d’ouvrages et de leurs éditions successives.

***

Voir le résumé et la position de thèse sur le site de la Sorbonne, une présentation sur le site de la Société Chateaubriand et un autre résumé sur le site de la Société des études romantiques et dix-neuvièmistes.