La Révolution cataloguée

Où trouve-t-on les titres des ouvrages publiés pendant la Révolution française et les noms de celles et ceux qui les ont écrits ? Vous trouverez ci-dessous quelques éléments de réponse à cette question abordée à l’occasion du séminaire de master sur l’histoire littéraire de la Révolution française en octobre 2020. Continuer la lecture de « La Révolution cataloguée »

Des écrits qui agissent

Textes étudiés à l’occasion du séminaire de master sur l’histoire littéraire de la Révolution française le 7 octobre 2020.

Jean-Joseph Mounier, Nouvelles observations sur les États généraux de France, 1789.

Avertissement – On pourra me reprocher des longueurs, des incorrections ; j’ai eu trop peu de temps pour soigner mon style ; je n’ai pas même pu travailler de suite à ces Observations. J’ai été obligé de m’en occuper à mesure qu’on les imprimait ; je n’ai point eu d’autre but que celui d’être utile à ma Patrie.

Introduction – Les États-Généraux vont justifier ou détruire nos espérances. Ils vont établir, sur de solides bases, les droits du monarque et ceux du peuple, ou multiplier depuis les obstacles qui s’opposent depuis longtemps à leur félicité commune. L’esclave qui tente de briser ses chaînes, peut s’attendre à les voir resserrer, s’il ne parvient pas à les rompre.

Continuer la lecture de « Des écrits qui agissent »

La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres

Compte rendu de lecture. Jean-Clément Martin, Les Échos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’État, 1794-2001, Paris, Belin, 2018, ISBN 978-2-410-00206-5, 24 €, 316 pages.

«En inventant la Terreur» le 28 août 1794, un mois après l’élimination de Robespierre, Tallien «révolutionne la Révolution» (p.29).  Le terme et l’idée de Terreur s’imposent: son imprécision, sa plasticité et son pouvoir d’occultation lui assurent un succès durable. Dans Les Échos de la Terreur, Jean-Clément Martin entreprend la «généalogie» de ce mensonge. S’il revient comme il l’a souvent fait déjà sur ses origines, il met surtout l’accent sur son devenir, consacrant la plus grande part ce livre à la Terreur comme «catastrophe originaire» (titre de la deuxième partie) ou comme «mythe originel» (p.19). Cet ouvrage prolonge ainsi La Terreur. Vérités et légendes, publié un an plus tôt par Jean-Clément Martin (voir mon compte rendu). Il s’en distingue par la perspective adoptée, mais aussi par la manière d’écrire. L’ouvrage de 2017 est une très belle entreprise de vulgarisation, fait de chapitres courts et incisifs. Ce livre-ci est une intervention dans les débats scientifiques actuels sur la Révolution: sans rien perdre de sa clarté dans l’expression, Jean-Clément Martin écrit à partir de très nombreuses lectures. Les références qu’il donne en notes constituent une bibliographie très riche. L’historien construit explicitement une position personnelle, disant ses accords ou désaccords avec nuance et affichant parfois son manque de «compétences», par exemple à propos du sacré (p.211).

Continuer la lecture de « La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres »

Lettres de la Vendée : un roman du consentement

Seul ouvrage connu d’Émilie Toulongeon, le roman Lettres de la Vendée, publié en 1801, raconte les amours contrariés de Louise la noble Vendéenne et de Maurice le gendarme républicain. L’autrice invente un itinéraire original qui conduit de la guerre à la paix et de la contrainte au consentement. Le personnage féminin prend en charge tout le récit, dans les lettres qu’elle envoie à une unique destinataire qui lui tient lieu de confidente. Œuvre de réconciliation au lendemain de la guerre de Vendée, mise en scène de la vie quotidienne pendant la Révolution, le roman propose aussi une réflexion originale sur les relations entre les femmes et les hommes. En sauvant Louise de la mort au début du roman, Maurice lui impose son désir. Il n’a pas trop de la première partie du roman pour gagner sa confiance, puis son affection. Le Commandant de sa compagnie de gendarmerie tente beaucoup plus brutalement d’abuser de Louise. Si cette scène met en évidence la différence de caractère entre les deux hommes, elle pose de façon plus aigüe la question du consentement, au cœur des Lettres de la Vendée. Comment surmonter la violence initiale ? Comment affirmer son choix ? Que faire de tout ce qui est trouble ? Dans les lettres qu’elle prête à son héroïne, Émilie Toulongeon développe un questionnement qui vaut autant pour l’amour que pour la politique. Si Louise parvient à aimer librement Maurice, la Vendée pourra consentir à la République.

Vous pouvez désormais lire les Lettres de la Vendée dans l’édition critique publiée par l’Université Paris Diderot. De septembre à décembre 2019, onze étudiant.e.s en troisième année de licence de lettres ont préparé cette édition sous ma direction : Pia Auger, Lola Bouchard, Justine Dienis, Samia El Harrati, Julie Gane, Matthieu George, Thomas Gerot, Marilou Gilles, Laurène Gilon Meixner, Ambre Guisnet et Manon Villanneau. Je les remercie vivement pour leur engagement et la qualité de leur travail de recherche1.

Continuer la lecture de « Lettres de la Vendée : un roman du consentement »
  1. On peut lire une description détaillée de la manière dont est organisée cet atelier d’édition critique dans un autre article de ce carnet de recherche. []

Richard Cœur de Lion : la royauté sauvée par les arts

Compte rendu. André Grétry, Richard Cœur de Lion, opéra-comique en trois actes sur un livret de Michel-Jean Sedaine, créé en 1784 à Paris, nouvelle production, Le Concert spirituel (chœur et orchestre), Hervé Niquet (direction), Marshall Pynkoski (mise en scène), à l’Opéra royal de Versailles, du 10 au 13 octobre 2019.

Aller à Versailles pour une représentation de Richard Cœur de Lion de Grétry, c’est avoir rendez-vous avec la Révolution française. Grétry était l’un des compositeurs les plus connus et les plus appréciés de la fin du 18e siècle, le compositeur préféré de Marie-Antoinette, c’est dire! Mais il y a mieux: un air célèbre de cet opéra, «Ô Richard, ô mon roi», a été l’élément déclencheur d’un tournant de la Révolution. Le 1er octobre 1789, les gardes du corps du roi organisent un grand banquet en l’honneur des officiers du régiment de Flandres. Ils dressent une grande table sur la scène de l’Opéra de Versailles. Les loges sont pleines de spectateurs. La famille royale se montre dans une loge, puis descend parmi les soldats rassemblés sur la scène.

Continuer la lecture de « Richard Cœur de Lion : la royauté sauvée par les arts »

Firmin ou le Jouet de la fortune, 2e édition !

Aucun ouvrage de Joseph Rosny n’avait été réédité depuis sa mort, en 1814. L’un de ses romans, Firmin ou le Jouet de la fortune, dont la première édition date de 1798, est aujourd’hui publié par l’université Paris Diderot, dans la collection des «Publications du centre Jacques-Seebacher» sous la forme d’un livre électronique (au format ePub). Les coquilles de l’édition originale ont été corrigées et l’orthographe a été modernisée. Des notes explicatives, une préface et une bibliographie accompagnent le texte.

Continuer la lecture de « Firmin ou le Jouet de la fortune, 2e édition ! »

La Révolution dessinée sur le vif

Compte rendu. Florent Grouazel et Younn Locard, Révolution, I. liberté, Actes Sud – l’An 2, 2018. Cette (première) lecture est nourrie aussi d’échanges avec les auteurs, le 16 mars 2019, à l’occasion du colloque « La Révolution en 3D » organisé à l’université Paris I – Panthéon Sorbonne. Les propos prêtés aux auteurs en sont tirés.


Quelle chance que de voir débuter une telle entreprise! Ce n’est pas un épisode de la Révolution que racontent et dessinent Florent Grouazel et Younn Locard, c’est la Révolution dans toute son ampleur. Le premier volume (I. liberté), disponible depuis le début de l’année 2019, compte à lui seul 320 pages et traite d’une période historique qui s’étend d’avril à octobre 1789. Si les deux autres volumes annoncés (II. égalité; III. ou la mort) ont la même étendue et la même puissance d’évocation, le millier de pages de cette Révolution-là constituera une somme comparable peut-être, mutatis mutandis, à celle d’un Michelet.

Continuer la lecture de « La Révolution dessinée sur le vif »

De la nature et de l’action politique

À huit jour d’une «grève mondiale pour le climat» qui me semble particulièrement importante, l’envie me prend de publier ici un court extrait de mon discours de soutenance de thèse. Le 15 novembre 2014, je présentais ainsi les raisons qui m’avaient conduit à passer par les discours sur la nature pour étudier les rapports entre la littérature et la politique pendant la Révolution française.

Continuer la lecture de « De la nature et de l’action politique »

Les notices d’autorité sont-elles aristocrates ?

Le bon usage, pour citer un auteur, est d’utiliser une forme normalisée, telle qu’elle apparaît dans les notices d’autorité. Le catalogue de la BNF est – parmi d’autres – un outil commode pour cela, puisque tout en indiquant la «forme internationale», il propose également une liste de «formes rejetées». Mais combien de fois ai-je été au moins perplexe, sinon franchement révolté, devant la forme retenue pour des écrivains de la période révolutionnaire?

Continuer la lecture de « Les notices d’autorité sont-elles aristocrates ? »

Une anecdote judiciaire sous le Directoire

Connaissez-vous Joseph Rosny? Probablement pas. À moins que vous n’ayez lu l’article que lui a consacré Jean-Luc Chappey 1. Avez-vous lu L’Anecdote du jour ou Histoire de ma détention dans la prison de ***? C’était impossible jusque là, sauf si vous fréquentiez la bibliothèque municipal du Havre, dernier endroit public où l’on pouvait trouver cet ouvrage en France. Pouvez-vous le lire désormais? Mais, oui. Il est en ligne sur le site de la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-Diderot. Devriez-vous le lire? C’est selon. Si vous voulez savoir comment le narrateur se défend d’avoir frappé le mari d’une belle limonadière, si vous voulez lire le récit de deux procès et de dix jours de prison, si vous voulez découvrir l’histoire romanesque et tragique de l’ami du narrateur, si vous voulez voir comment les procédés du roman permettent de réécrire la grande et la petite histoire, n’hésitez plus à télécharger ces 140 petites pages. Et en attendant, vous pouvez vous contenter de lire la notice que j’ai rédigée pour la mise en ligne et que je reproduis dans la suite de cette article.

Continuer la lecture de « Une anecdote judiciaire sous le Directoire »
  1. Jean-Luc Chappey, « Les tribulations de Joseph Rosny (1771-1814), questions sur le statut de l’écrivain en révolution », Annales historiques de la Révolution française, no356,‎ 2009, p.119–142; en ligne: https://journals.openedition.org/ahrf/10625. []

Vers un catalogue numérique de la Révolution

Introduction à la table ronde du séminaire UDPN (usages des patrimoines numérisés) du vendredi 9 novembre 2018, à l’université Paris Diderot: «Des sources de Michelet au Catalogue numérique de la Révolution française : faire l’inventaire d’un patrimoine dispersé».

L’index des sources de l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet, en cours de constitution dans le cadre du projet La Fabrique de la Révolution, fait apparaître un corpus de plusieurs dizaines de titres et d’un nombre plus grand encore de volumes. On y trouve des grandes sommes sur la Révolution française, des collections éditoriales comme celle de l’éditeur Baudouin ou encore des ouvrages isolés. Ce corpus singulier est attaché à un auteur, à quelques années de sa vie, et à un ouvrage, mais il donne une idée de ce qui s’est transmis et de ce qui s’est inventé entre l’époque de la Révolution et celle où Michelet a écrit son livre.

Ce corpus pourrait être le point de départ d’un nouveau projet de recherche: la constitution d’un catalogue numérique de la Révolution française. La table ronde d’aujourd’hui est une occasion de réfléchir à ce que pourrait être un tel catalogue – et à son opportunité même, qui est tout sauf évidente. Pour cela je commencerai par un rapide état des lieux avant d’esquisser quelques idées sur les perspectives ouvertes par les évolutions numériques récentes.

Continuer la lecture de « Vers un catalogue numérique de la Révolution »

Pierre Schœller à Paris Diderot

Compte rendu. Rencontre avec Pierre Schœller, auteur et réalisateur du film Un peuple et son roi, organisée par le séminaire de recherches Imaginaires de la Révolution (CERILAC) et le Service culture de l’université Paris Diderot. Lundi 22 octobre 2018, de 18h à 20h.

«Vous allez noter tout ce que je dis?» J’étais bien parti pour, mais j’aurais dû m’asseoir plus loin de notre invité, pour éviter de le gêner. Ordinateur aussitôt fermé, je n’en ai pas été moins attentif et j’ai noirci toutes les feuilles de papier qui étaient à ma portée. Vous trouverez ci-dessous une sélection de ce que j’ai noté. Mes collègues Sophie Lucet et Florence Lotterie auront peut-être retenu d’autres éléments et pourront en rendre en compte à leur tour, ici ou ailleurs. Quant à Pierre Schœller, qu’il n’hésite pas, si d’aventure il lit ces quelques lignes, à me demander d’y revenir.

Continuer la lecture de « Pierre Schœller à Paris Diderot »

Cinq raisons de voir Un peuple et son roi

La sortie d’Un peuple et son roi, réalisé par Pierre Schoeller, est programmée pour le 26 septembre. Je l’ai déjà vu et j’ai très envie d’en parler, mais je ne voudrais pas vous priver de toutes les belles surprises qui vous attendent. Voici donc simplement, pour commencer, quelques raisons de ne pas manquer ce grand film. Continuer la lecture de « Cinq raisons de voir Un peuple et son roi »

La guillotine : histoire contemporaine d’un fantasme

Compte rendu de lecture. Christophe Bigot, Autoportrait à la guillotine, Paris, Stock, 2018. ISBN 978-2-234-08365-3.

Christophe Bigot est né le 6 juin 1976. Il a commencé à écrire cet Autoportrait à la guillotine en juillet 2016, à quarante ans, avant, dit-il, «d’entrer de plain-pied dans cette vie d’adultes» (p.248). Le livre a en effet les qualités des récits d’enfance les plus réussis. On y rit, avec l’auteur, des maladresses sociales et de l’imagination fantasque de l’enfant qu’il a été. On est ému quand il fait part de ses angoisses ou qu’il met des mots sur ses rapports à ses parents, avec tendresse et regrets. On s’y reconnaît peut-être, ou l’on s’étonne au contraire des différences qu’il peut y avoir d’une enfance à l’autre. Continuer la lecture de « La guillotine : histoire contemporaine d’un fantasme »