La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville

Compte rendu du Procès de Charlotte Corday, texte et mise en scène de Benoît Lepecq, créé le 14 novembre 2009 au château de Villiers–Cerny, repris à Versailles, à l’espace Richaud, les 2 et 3 février 2017.

J’aurais pu voir cette pièce à Vizille, le 21 mars 2012, mais je n’ai fait que passer au colloque «Mythologies contemporaines» et j’étais déjà dans le train du retour quand elle a été jouée. Cette fois-ci, je n’ai rien manqué: j’ai visité l’exposition Amazones de la Révolution au musée Lambinet, j’ai dialogué avec son commissaire, Martial Poirson, que nous avions invité au séminaire Imaginaires de la Révolution et j’ai complété ces deux journées passionnantes en retournant à Versailles, pour Le Procès de Charlotte Corday.

À Versailles, la pièce prend sans doute des couleurs particulières. La Charlotte Corday de Benoît Lepecq a beau se dire républicaine, tout dans la ville exprime un attachement profond aux souvenirs de la monarchie. Sur le chemin qui mène au boulevard de la Reine, où se trouvent à la fois le musée Lambinet et l’espace Richaud, on aperçoit plusieurs fois le château, des images de fêtes de cour sont détournées pour masquer des poubelles, des fables de La Fontaine ornent les armoires électriques et l’on passe devant la crèche du Chat botté.

La salle où se tient le procès est très belle: ronde, aux colonnes majestueuses, surmontée d’une coupole, pavée de formes noires et blanches entrelacées. Fouquier-Tinville est tout en noir pour l’occasion. Corday est en robe blanche, à peine assombrie par une veste et des gants de couleur peau. Très vite il est évident qu’elle est innocente, que la raison et la justice sont de son côté à elle. Si c’est bien à un duel que nous assistons –les deux personnages sont presque toujours ensemble sur scène–, son enjeu n’est pas judiciaire. Le verdict est connu d’avance. Les deux personnages le savent et le disent. Le combat que se livrent le noir Fouquier et la blanche Charlotte est d’un autre ordre: c’est à qui réussira à atteindre les nerfs de l’autre, à le défaire sur le terrain des émotions. C’est elle qui l’emporte, bien sûr, mais cette victoire-là, plus longue à se dessiner, fait l’intérêt principal du spectacle.

Si j’étais curieux de voir Charlotte Corday, c’est parce que j’avais déjà beaucoup entendu parler d’elle. J’en avais vu aussi de nombreuses représentations, ne serait-ce que la veille, dans les très riches collections du musée Lambinet. J’étais plus impatient encore de voir Fouquier-Tinville, personnage de la scène révolutionnaire plus rarement représenté. Dans la pièce de Benoît Lepecq, il a autant de place que son illustre adversaire et, pour une fois, il peut se défendre. N’est-ce pas lui –pour la postérité en tout cas– le principal accusé de cette affaire? La pièce rappelle d’ailleurs, par les prophéties de Charlotte Corday, qu’il était destiné à finir condamné par son tribunal révolutionnaire et guillotiné. Mon attente a été déçue. Ce Fouquier-Tinville se défend mal. Il s’irrite de la résistance de Corday, il a quelquefois un air vaguement diabolique et plus souvent le ridicule du fonctionnaire contrarié.

Charlotte Corday est plus intéressante. Brave comme une héroïne de légende, elle a cependant l’épaisseur d’un personnage de roman: un passé, des illusions perdues peut-être, une intériorité en tout cas et même un court moment d’abattement, enfin et surtout un engagement dans le réel. Elle a agi en tuant Marat et veut agir encore par des attaques verbales d’une violence souvent réjouissante. Marat mort reste sa cible privilégiée: elle l’insulte vertement pour mieux tourmenter Fouquier-Tinville.

Charlotte Corday, me dit Benoît Lepecq avec qui j’ai eu la chance d’échanger quelques mots à l’issue du spectacle, c’est la République! Une république incarnée, féminine et combattante, une République qui refuse de renoncer à ses idéaux, mais une République dont la proximité avec l’aristocratie versaillaise a pourtant quelque chose de troublant.


Pour en savoir plus: on peut voir des photographies du spectacle, dans un décor moins minéral et avec des costumes plus colorés, sur le site de la Compagnie Chat du Chéschire (la compagnie de Jeanne-Marie Garcia, qui joue le rôle de Charlotte Corday). D’autres photographies et une vidéo de trois minutes sont visibles sur celui de la Compagnie Benoît Lepecq. À Versailles, c’est Benoît Lepecq lui-même qui jouait Fouquier-Tinville. Sur les photographies, on voit Franck Gervais dans ce rôle.

On peut se procurer le texte de la pièce: Benoît Lepecq, Lamenti. Le Procès de Charlotte Corday. Von Jung, Paris, Éditions de l’Amandier, 2015, ISBN 978-2-35516-272-5, 15€.

1688820-gf

Qui ne sait pas déjà qu’il existe un livre incontournable sur l’histoire et la longue mémoire de Charlotte Corday? On ne saurait trop en recommander la lecture: Guillaume Mazeau, Le bain de l’histoire. Charlotte Corday et l’attentat contre Marat (1793-2009), Seyssel, Champ Vallon, 2009.

Image à la une: la scène du théâtre, à l’espace Richaud à Versailles. Photographie prise par mes soins.


2 pensées sur “La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville”

  1. A mon avis, Corday est une des figures possibles de la République (modérantiste face à un Marat de plus en plus exalté), Fouquier en étant une autre (dédié à l’application stricte de la Loi: ici, il y a eu un assassinat prémédité d’un député). Au-delà de l’opposition Girondins/Montagnards, il y a raison d’Etat/liberté des individus. Rosalie Jullien est horrifiée par l’acte de Corday, alors que, quelques jours auparavant, elle s’inquiétait des prises de position de Marat, qui risquaient de dresser les provinces contre Paris. Marat n’est pas fait d’un bloc, « l’Ami du Peuple » mais, varie à l’intérieur de son corpus d’opinion qui le place chez les Montagnards. La pièce mérite d’être jouée plus souvent.

    1. Merci pour ce commentaire. Corday est une des figures possibles de la République, c’est sûr. Mercier, franc républicain, en fait déjà l’éloge dans Le Nouveau Paris en 1798:
      «Ah! si Charlotte Corday avait su tirer son poignard au sein même de la Convention et non au domicile de Marat, la postérité lui décernerait une palme plus belle encore, et plus verdoyante. Quand cette femme extraordinaire fut conduite au supplice, sa marche fut un triomphe. Tous les hommes sensés ou sensibles se représentaient d’un côté cet énergumène qui ne jetait jamais que le cri d’une bête féroce, immolé pour ses crimes, et de l’autre cette héroïne victorieuse, tranquille sans affectation, et donnant sa vie avec joie: satisfaite du grand exemple, elle semblait pressentir les éloges de la muse de l’Histoire.»
      Mais ce qui est intéressant avec Corday, c’est qu’elle est aussi une figure possible de l’aristocratie, et même de la Contre-révolution. Le personnage créé par Benoît Lepecq en joue habilement. Le flou de son appartenance sociale et politique fait la richesse du personnage et permet, aujourd’hui encore, des appropriations très variées. Un Versaillais aristocrate (ils ne le sont pas tous, bien sûr…) peut tout à fait être conforté par ce spectacle et par les trois premières salles de l’exposition conçue par le très républicain Martial Poirson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *