Il court, il court, Edmund Burke

Pour compléter mon premier article, une autre image. On y voit l’auteur des Réflexions sur la Révolution de France subissant le châtiment des baguettes. En anglais, running the gantlet. Je passe sur la réalité de cette punition militaire barbare, qui consistait à faire passer le condamné entre deux rangés de soldats munis de bâtons, et à le battre tout au long de sa course. L’auteur de cette caricature invente une variante de ce châtiment, the literary gantlet. Burke est fustigé par les principaux écrivains britanniques du débat sur la Révolution: à sa gauche, Helen Maria Williams, Richard Price et Anna Laetitia Barbauld. À sa droite, Richard Brinsley Sheridan. À l’extrémité droite du dessin, John Horne Tooke et Catherine Macaulay Graham. Chaque personnage, prêt à user du martinet qu’il tient dans la main, lance aussi des paroles cinglantes à la face du «Lucifer littéraire» qu’il faut châtier de ses écrits contre la Révolution.

Continuer la lecture de « Il court, il court, Edmund Burke »

Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ?

Il chevauche une hydre, dans un costume de Don Quichotte, et il brandit ses Réflexions sur la Révolution de France.

Bien sûr, on pourrait le prendre au sérieux. On le fait parfois. Beaucoup l’ont fait, qu’ils se soient intéressés aux idées politiques des Réflexions (1790) ou qu’ils soient revenus à sa célèbre Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau  (1757).

En France aujourd’hui, on rigole peu avec Burke. Des historiens lui prêtent une grande influence sur l’historiographie de la Révolution. Des politistes et des philosophes font grand cas de sa pensée. Récemment encore, j’ai entendu l’un d’eux, Frédéric Brahami, qui ne tarissait pas d’éloges. De l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique, les études sont encore plus nombreuses, qui, sur les terrains des sciences politiques, de l’histoire ou de la philosophie, donnent à Burke une place de premier choix. Mais il compte aussi beaucoup dans des études littéraires qui, sans lui disputer son rang de protagoniste, le montrent dans des rôles plus variés et souvent plus drôles.

Continuer la lecture de « Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ? »