Un an déjà : à quoi bon ce carnet ?

Littérature et Révolution: un an, trente-six articles, quelques centaines de vrais lecteurs, trente-huit commentaires. L’occasion de regarder en arrière, et de faire un premier bilan.

Il m’a fallu plusieurs mois pour découvrir ce que j’allais vraiment faire de ce carnet. Mes premiers articles étaient écrits presque par hasard, à propos d’objets qui me semblaient en lien avec un projet d’ensemble très vaste, qui dépasse d’ailleurs ce carnet de recherche: l’étude des relations entre la littérature et la Révolution française. Les catégories que j’utilisais au départ se recoupaient le plus souvent: comme dans ma thèse, j’évoquais le plus souvent des textes qui ont été publiés pendant la période 1789-1815 et qui disent quelque chose de la Révolution (qui la «fabriquent»). Continuer la lecture de « Un an déjà : à quoi bon ce carnet ? »

Le Péché de Monsieur Antoine ou comment peut-on hériter ?

La question n’est pas tant de savoir quel péché le bon monsieur Antoine a commis, mais plutôt ce qu’il faut faire des héritages. Et puisque cela se passe «quelques années» avant la publication du roman en 1846, les héritages de la Révolution et de l’Ancien régime sont bien au cœur du débat.

On devine assez vite que les lois de la société et celles de l’amitié n’autorisaient pas Monsieur Antoine à aimer celle qui a donné naissance à sa fille. En revanche, il faut un peu plus de temps pour démêler tous les héritages et notamment pour faire le décompte précis des pères. Père no 1 : Monsieur Antoine, le noble converti aux idéaux de la Révolution, devenu homme du peuple par la pauvreté et le travail, père de la belle et vertueuse Gilberte. Père no 2 : Monsieur Cardonnet, l’industriel qui veut dompter les hommes et la nature, père terrible du beau et vertueux Émile. Faut-il préciser – nous sommes chez George Sand – que la vertu comprend, en plus d’une moralité à toute épreuve et d’une parfaite sensibilité, la ferme conviction qu’il faut transformer la société pour la rendre plus égalitaire ? Père no 3 : le marquis de Boisguilbault, misanthrope vivant reclus dans son château où le temps s’est arrêté, toujours vêtu à la mode de l’Empire, d’abord père de personne, puis père de tout le monde.

Lecteur, si vous n’avez pas encore lu ce roman, que vous comptez le lire (vous devriez) et que vous ne voulez pas connaître déjà le fin mot de l’intrigue, n’allez pas plus loin dans la lecture de ce billet.

Continuer la lecture de « Le Péché de Monsieur Antoine ou comment peut-on hériter ? »