Un regard décentré sur la Révolution

Compte rendu de lecture. Emmanuel Dongala, La Sonate à Bridgetower (Sonata Mulatica), Arles, Actes Sud, 2017. 336 pages, 22,50 €, ISBN 978-2-330-07280-3.

Ce roman, «fiction fondée sur des faits réels» (p.333) raconte la jeunesse du violoniste George Bridgetower, fils d’un Noir de la Barbade et d’une Polonaise, depuis son arrivée à Paris au début de l’année 1789 jusqu’à sa rencontre avec Beethoven à Vienne, en 1803. La quatrième de couverture explique le titre choisi par Emmanuel Dongala: la Sonate à Kreutzer du compositeur allemand fut à l’origine créée pour Bridgetower. Les dernières pages du texte évoquent un autre revirement: apprenant l’année suivante que Napoléon s’est proclamé empereur, Beethoven laisse éclater son dépit et change le titre de sa symphonie «Bonaparte». Ce choix de dates, souligné par le titre de la première des trois parties («Paris, 1789») fait de La Sonate à Bridgetower un roman de la Révolution, bien que les événements politiques y occupent peu de place et que leur traitement soit décevant, agaçant même à certains égards. Mais le récit donne à voir d’autres aspects de la période, parfois de façon originale. Continuer la lecture de « Un regard décentré sur la Révolution »

Un lion dans la Révolution

Compte rendu de lecture. Stéphane Audeguy, Histoire du lion Personne, Paris, Seuil, 2016.
220 pages, 17 €. ISBN : 978-2-02-133178-3

Il y avait donc (au moins) un autre roman de la Révolution parmi les livres de cette rentrée littéraire1. Il est vrai que cela ne sautait pas aux yeux. Rien dans le titre, Histoire du lion Personne, à peine un indice sur la quatrième couverture : ce lion « vécut entre 1786 et 1796 d’abord au Sénégal, puis en France ». La Révolution se fait un peu attendre : il ne reste qu’une quarantaine de pages à lire lorsqu’on arrive à « l’été 1789 ». Mais tout tend vers elle, discrètement d’abord, puis de plus en plus clairement. Yacine, l’orphelin sénégalais, s’affranchit de tous les héritages et s’émancipe par la science. Jean-Gabriel Pelletan, le directeur de la Compagnie royale du Sénégal, lutte contre l’esclavage. Jean Dubois, l’élève de Buffon, fréquente Bernardin de Saint-Pierre puis travaille sous les ordres de Geoffroy Saint-Hilaire à la Ménagerie nationale (aujourd’hui, du Jardin des plantes). La Révolution s’annonce aussi par la météorologie. L’orage du 13 juillet 1788, rendu fameux par les travaux d’Anouchka Vasak, occupe une bonne place dans la fiction, comme le terrible froid de l’hiver qui a suivi. Continuer la lecture de « Un lion dans la Révolution »

  1. J’ai déjà parlé ici de 14 juillet d’Éric Vuillard et de Sauve qui peut (la révolution) de Thierry Froger. []