Mauvais genres !

Compte rendu de la quatrième séance du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21), organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Vendredi 28 avril 2017, de 14h à 16h, à l’université Paris-Diderot. «Mauvais genres!», avec Marianne Acqua et Jean-Clément Martin.

Introduction de Sophie Lucet

Pourquoi parler de «mauvais genres» ? Quand il est question de jeux vidéos ou de comédie musicale, on se récrie, comme si ces objets n’étaient pas dignes d’intérêt. Continuer la lecture de « Mauvais genres ! »

1793, le théâtre révolutionnaire est de ce monde

Compte rendu de 1793, on fermera les mansardes et on en fera des jardins suspendus par la Troupe éphémère. D’après 1793, la cité révolutionnaire est de ce monde créé par le Théâtre du Soleil en 1972. Direction artistique: Jean Bellorini, Delphine Bradier, Mathieu Coblentz et Gaëlle Hermant. Au théâtre Gérard Philipe, à Saint-Denis, du 20 au 22 avril 2017.

Le spectacle que quelques rares privilégiés ont pu voir la semaine dernière à Saint-Denis était à tous points de vue extraordinaire : que l’on soit curieux de la Révolution, amateur de théâtre ou plus généralement encore citoyen en quête de sens politique, c’était une chance à peine croyable d’être là. Continuer la lecture de « 1793, le théâtre révolutionnaire est de ce monde »

La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville

Compte rendu du Procès de Charlotte Corday, texte et mise en scène de Benoît Lepecq, créé le 14 novembre 2009 au château de Villiers–Cerny, repris à Versailles, à l’espace Richaud, les 2 et 3 février 2017.

J’aurais pu voir cette pièce à Vizille, le 21 mars 2012, mais je n’ai fait que passer au colloque «Mythologies contemporaines» et j’étais déjà dans le train du retour quand elle a été jouée. Cette fois-ci, je n’ai rien manqué: j’ai visité l’exposition Amazones de la Révolution au musée Lambinet, j’ai dialogué avec son commissaire, Martial Poirson, que nous avions invité au séminaire Imaginaires de la Révolution et j’ai complété ces deux journées passionnantes en retournant à Versailles, pour Le Procès de Charlotte Corday.

Continuer la lecture de « La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville »

Jeunesse de Danton !

Compte rendu de La Mort de Danton, mise en scène par Jean-Pierre Baro, avec les comédiens de la promotion 2016 de l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier. Créé au printemps 2016 à Montpellier, repris en novembre 2016 au théâtre de la Commune à Aubervilliers.

Le spectacle a été joué une dizaine de fois. C’est beaucoup pour un spectacle de fin d’études. C’est peu pour un aussi beau résultat, qui aurait mérité d’être vu par de très nombreux spectateurs. Ils sont onze donc. Ils s’appellent même «les onze» sur leur site, mais je ne suis pas sûr qu’ils aient pensé au roman de Pierre Michon et aux membres du Comité de Salut Public. En revanche ils sont jeunes, et cela les rend particulièrement aptes à jouer la Révolution, comme l’écrit Jean-Pierre Baro dans le programme du spectacle : «Il y a peut-être un secret dans la quête de changement et les aspirations et combats de ces jeunes révolutionnaires, que seuls des élèves aussi jeunes que les figures qu’ils incarnent peuvent percer.» Continuer la lecture de « Jeunesse de Danton ! »

Le truc en plume du comte d’Artois

 

C’était le 13 octobre dernier, à l’Avant Seine, théâtre de Colombes : Marie-Antoinette(s), écrit et mis en scène par Pauline Susini. Entendons-nous bien : je n’aime pas Marie-Antoinette. Elle était reine, c’est déjà beaucoup, et elle est devenue une machine à dénigrer la Révolution. D’ailleurs, je n’ai pas (encore ?) vu le film de Sofia Coppola. N’hésitez pas à m’éclairer de vos commentaires, vous qui êtes moins ignorants que moi.

Les Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini n’ont pas été loin de me séduire. Elles sont au moins trois, jouées successivement par les trois actrices du spectacle. Elles sont plus nombreuses encore pendant toute la première partie de la pièce. À chaque scène, la reine se montre différente : intrigante ou badine, légère ou grave, parfois touchante, souvent ridicule. Si la progression générale suit le cours de l’histoire, le récit biographique est entrecoupé de scènes montrant Marie-Antoinette face à ses juges du tribunal révolutionnaire. On la voit ainsi manœuvrer à la cour, et l’instant  suivant nier toute activité politique. On l’entend dire qu’elle ne savait rien entre deux échanges avec la cour d’Autriche. Pour autant, elle n’est pas présentée comme une manipulatrice. Elle paraît plutôt inconséquente et insaisissable. Continuer la lecture de « Le truc en plume du comte d’Artois »

Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir

Le Ça ira de Joël Pommerat revient au théâtre des Amandiers de Nanterre à partir du 9 septembre. On peut désormais lire le texte, publié aux éditions Actes Sud.

pommerat-ca-ira-livre

Sur internet, il y a aussi beaucoup à lire, à écouter et à voir à propos de ce spectacle formidable qui appelle au débat… Continuer la lecture de « Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir »