Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate

Le centre Jacques-Seebacher de l’université Paris Diderot publie aujourd’hui une nouvelle édition des Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor de Joachim Vilate.

Joachim Vilate, Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor, édition critique sous la direction d’Olivier Ritz, Paris, Université Paris Diderot, «Publications du centre Seebacher», 2018. Livre numérique: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/46

Cliquer sur l’image pour télécharger directement le fichier ePub.

Joachim Vilate, jeune homme arrivé à Paris en 1792, a été un proche des principaux dirigeants révolutionnaires, en particulier de Robespierre. Nommé juré au tribunal révolutionnaire en septembre 1793, il a été arrêté quelques jours avant la chute de Robespierre en juillet 1794, puis jugé avec les autres membres du tribunal et guillotiné en mai 1795. C’est à l’automne 1794, en prison et dans l’attente de son procès, qu’il a rédigé les Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor. Vilate y dit peu de choses, malgré ce titre, sur la chute de Robespierre. Ce qu’il raconte des deux années qu’il a passées dans les coulisses du pouvoir est d’ailleurs douteux, puisqu’il est contraint d’adopter le point de vue de ses futurs juges pour tenter d’échapper à la mort. Mais c’est justement cela qui fait le principal intérêt du texte: il est l’une des premières manifestations de l’invention littéraire de la «Terreur». Vilate mobilise les ressources de la littérature pour accuser de tous les maux ceux qui ont exercé les principales responsabilités politiques de 1792 à 1794 et pour faire apparaître ces deux années comme une période d’exception. Ce qu’il dit de son parcours et l’image qu’il cherche à donner de lui-même ne manquent pas non plus d’intérêt: il tente de faire la synthèse entre ses origines modestes, les fruits de son éducation, son attachement au projet révolutionnaire et la modération désormais à l’ordre du jour.

Les Causes secrètes n’ont pas permis à Vilate d’échapper à la guillotine, mais elles ont eu une influence relativement importante. Plusieurs extraits de l’édition originale ont été repris dans la presse et dans d’autres ouvrages, en français et en allemand. Le texte a été réédité à la suite des écrits de Camille Desmoulins dans le volume 28 de la Collection des Mémoires relatifs à la Révolution française publié par l’éditeur Baudouin en 1825. C’est sans doute cette édition qui a eu le plus de succès, influençant notamment Büchner et Michelet. Une troisième et dernière édition a été publiée en 1875 dans un volume de Mémoires sur les journées révolutionnaires et les coups d’État chez Firmin-Didot. Notre édition est ainsi la quatrième – la première depuis cent-trente-trois ans.

Cette édition comporte une préface et des notes inédites, rédigées par des étudiants en lettres de l’université Paris Diderot entre septembre et décembre 2016: Théau Berthelot, Laure Deval, Lisa Le Goff, Corentin Leroux, Élise Martin de la Brière, Tatiana Moisson, Marine Roulleau, Claire Simonet, Olivia Solda, Élisabeth Stempak et Benjamin Tramoni. Ils ont travaillé dans le cadre d’un cours d’édition critique collaborative dont je suis responsable1. Le texte a été annoté sur la plateforme PLANETE (PLateforme Numérique d’Édition de TExtes) créée pour le centre de ressources Jacques-Seebacher par Chloé Menut. Le secrétariat éditorial a été effectué par Cécile Brémon, ingénieur d’études au centre Seebacher.

Cliquer sur l’image pour accéder à la plateforme PLANETE

Un deuxième ouvrage, préparé par des étudiants de la promotion 2017-2017, a été publié en juin 2018 : La Femme grenadier de Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour.


Image à la une: J.-Frédéric Cazenave, d’après un dessin de Pierre Bouillon, Jugement de Marie Antoinette d’Autriche au tribunal révolutionnaire, [Paris], [Vérité], [entre 1805 et 1815], sur Gallica. Détail. Vilate, juré au tribunal, dit avoir été spectateur des débats ce jour-là. Est-il parmi eux?

  1. Je présenterai dans un autre article la manière dont j’ai travaillé avec eux puis avec la promotion suivante. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.