Le Péché de Monsieur Antoine ou comment peut-on hériter ?

La question n’est pas tant de savoir quel péché le bon monsieur Antoine a commis, mais plutôt ce qu’il faut faire des héritages. Et puisque cela se passe «quelques années» avant la publication du roman en 1846, les héritages de la Révolution et de l’Ancien régime sont bien au cœur du débat.

On devine assez vite que les lois de la société et celles de l’amitié n’autorisaient pas Monsieur Antoine à aimer celle qui a donné naissance à sa fille. En revanche, il faut un peu plus de temps pour démêler tous les héritages et notamment pour faire le décompte précis des pères. Père no 1 : Monsieur Antoine, le noble converti aux idéaux de la Révolution, devenu homme du peuple par la pauvreté et le travail, père de la belle et vertueuse Gilberte. Père no 2 : Monsieur Cardonnet, l’industriel qui veut dompter les hommes et la nature, père terrible du beau et vertueux Émile. Faut-il préciser – nous sommes chez George Sand – que la vertu comprend, en plus d’une moralité à toute épreuve et d’une parfaite sensibilité, la ferme conviction qu’il faut transformer la société pour la rendre plus égalitaire ? Père no 3 : le marquis de Boisguilbault, misanthrope vivant reclus dans son château où le temps s’est arrêté, toujours vêtu à la mode de l’Empire, d’abord père de personne, puis père de tout le monde.

Lecteur, si vous n’avez pas encore lu ce roman, que vous comptez le lire (vous devriez) et que vous ne voulez pas connaître déjà le fin mot de l’intrigue, n’allez pas plus loin dans la lecture de ce billet.

Émile, en lutte contre son père, trouve en Boisguilbault un père de substitution. Le marquis renaît à l’affection avec ce fils à qui il donne des leçons d’équitation — reste d’éducation d’Ancien régime – et à qui il déclare :

Monsieur Cardonnet, dit-il, si ce n’est pas par forme de politesse ou de plaisanterie que vous m’avez dit avoir une espèce de sympathie pour moi, en dépit de l’ennui que je vous cause d’ailleurs, en voici la cause : c’est que nous professons les mêmes principes, c’est que nous sommes tous les deux communistes.

Pour qu’Émile et Gilberte puissent donner libre cours à leur amour et se marier malgré l’opposition de Monsieur Cardonnet, il faudra tout le prestige — et surtout les millions – de Boisguilbault. Il faudra donc que Boisguilbault accepte de faire de Gilberte sa fille, ce qui est tout sauf facile pour lui.

Père no 4 : Jean Jappeloup, l’homme du peuple, le charpentier au grand cœur, jaloux de son indépendance. De sa paternité il n’est question que tardivement. Dans un chapitre intitulé « Histoire de l’un racontée par l’autre », il raconte à Boisguilbault que l’enfant à qui sa propre femme avait donné le jour était de toute évidence l’enfant de son meilleur ami (père no 5). Toutes les pièces du puzzle sont en place : Gilberte est la fille de Monsieur Antoine et de l’épouse de Boisguilbault. Le récit de Jappeloup contient en plus une leçon de conduite : s’il a été malheureux et comme fou, s’il a cédé plus d’une fois à la colère, il a élevé et aimé l’enfant comme le sien, il a continué à aimer sa femme, et il est même parvenu à se réconcilier avec son meilleur ami.

Quels héritages de l’Ancien régime et de la Révolution ?

Une chose est certaine : le mauvais rôle est celui du père d’Émile, représentant d’une bourgeoisie qui veut accaparer un héritage dévoyé de 1789. Des révolutionnaires il a gardé peut-être la volonté de transformer le monde, mais il agit pour lui seul, dans le mépris des autres hommes et de la nature. Il échoue dans son objectif ultime : convaincre Émile de prolonger son œuvre.

Jean Jappeloup a perdu son fils (qui n’était pas son fils) à la guerre. Le peuple est admirable, indépendant et capable, mais celui qui l’incarne n’a personne à qui transmettre son héritage.

Monsieur Antoine transmet d’avantage : être double, ayant vécu successivement comme un noble, avant la Révolution, puis comme un homme du peuple, étant désormais pauvre mais ne s’occupant plus que de l’entretien de son château en ruines, assisté pour l’éducation de Gilberte par Janille, mi-gouvernante mi-paysanne, il a communiqué toutes les vertus à sa fille.

Boisguilbault, enfin, rend possible l’union d’Émile et de Gilberte parce qu’il en fait, au sens propre, ses héritiers. Il leur donne l’argent. Il leur donne aussi un accès à la connaissance, par sa bibliothèque et par sa science.

Moralités ? Premièrement, ce sont les pères nobles qui transmettent le plus. L’idéal révolutionnaire de George Sand, loin de faire table rase de l’Ancien régime, conçoit le progrès dans une continuité nécessaire avec le dix-huitième siècle, temps de politesse, de sensibilité et de lumières. Deuxièmement : les nobles du Péché tiennent leur valeur de leur proximité avec le peuple, soit par l’expérience (Monsieur Antoine), soit par les idées (Boisguilbault). La bourgeoisie n’aurait qu’une bien mauvaise place dans cet ensemble si ce n’était pas au bien nommé Émile qu’il revenait d’être le fils de tout le monde et de représenter l’avenir. Troisièmement, et c’est sans doute le plus original : les héritages sont des affaires collectives, d’intérêt public, qui dépassent le cadre étroit des familles. L’affection n’est pas tributaire des liens du sang (leçon de Jappeloup à Boisguilbaut), l’éducation prime sur la naissance. Autrement dit, la transmission des privilèges et le légitimisme sont impossibles.


Pour lire le texte :

En attendant qu’un éditeur en propose une édition neuve, on le trouve d’occasion aux Éditions de l’Aurore (1982).

Ici, sur Wikisource : https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Péché_de_Monsieur_Antoine.


Crédits. Image de bandeau : George Sand, Le Péché de Monsieur Antoine, J. Hetzel, 1859, illustré par Tony Johannot. Source : BNF.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Le Péché de Monsieur Antoine ou comment peut-on hériter ?», Littérature et Révolution, publié le 27 avril 2016, http://litrev.hypotheses.org/110.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *