Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874)

«Avouez! Vous êtes là pour cela aujourd’hui.» Ce n’était pas une séance du tribunal révolutionnaire, mais la soutenance d’une thèse très importante sur la littérature de la Révolution, aux deux sens que l’on peut donner à cette expression: littérature publiée pendant la Révolution (pour les premiers chapitres) et littérature dont la Révolution est l’objet.

Vendredi 12 janvier 2018, à l’université de Saint-Étienne, Paul Kompanietz a soutenu une thèse intitulée : «Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874). Des Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés d’Isabelle de Charrière à Quatrevingt-Treize de Victor Hugo». La thèse était dirigée par Jean-Marie Roulin (UJM Saint-Étienne) et Florence Lotterie (Université Paris Diderot). Le jury, présidée par Aude Déruelle (Université d’Orléans) comprenait également Claudie Bernard (New York University) et Pierre Glaudes (Sorbonne Université).

On peut lire le résumé de cette thèse sur le site de l’IHRIM ou bien dérouler le fil Twitter que j’ai écrit pendant la soutenance.

Je ne fais pas ici le compte rendu d’une discussion qui a duré près de quatre heures. Je reprends seulement quelques points saillants qui donneront une idée du travail de Paul Kompanietz et qui ont plus que d’autres retenu mon attention.

Dans son discours, Paul Kompanietz a expliqué qu’il manquait une étude transversale susceptible de ressaisir le rôle du romanesque dans l’invention de cette notion complexe qu’est la Terreur. Le roman a contribué à «inventer» la Terreur, c’est-à-dire à inventer un discours et un imaginaire sur la Terreur, il a contribué à faire de la Terreur une mythologie. Pour autant, sans évacuer tout à fait le paradigme du trauma historique, Paul Kompanietz a voulu se démarquer d’une approche qui se limiterait aux stéréotypes les plus sanglants. Claudie Bernard a regretté que la thèse ne s’intéresse pas davantage à la guillotine et aux «substituts de l’objet innommable» que l’on trouve dans les romans, par exemple l’échelle de Quatrevingt-treize. Paul Kompanietz a répondu que l’image de la guillotine l’a obsédé quand il a commencé à travailler. Il a dit aussi l’importance pour lui du livre de Daniel Arasse. Mais il a essayé de chercher dans ces récits ce qui déjouait ces attentes. Un nom que l’on aurait pu s’attendre à entendre souvent au cours de cette soutenance n’a été prononcé que deux fois, en passant: Marie-Antoinette. On peut étudier la Terreur et la lire dans les romans du 19e siècle sans revenir toujours aux mêmes clichés: c’est, à mes yeux, l’un des très grands mérites de ce travail.

Tous les membres de jury ont remarqué l’ampleur de cette thèse «aux cent ans et aux cent œuvres». La maîtrise du corpus romanesque, mais aussi des débats historiographiques de la période étudiée, a été plusieurs fois soulignée. En revanche, la périodisation adoptée a fait débat. Paul Kompanietz a organisé sa thèse en traitant successivement trois grandes périodes : «le temps de l’actualité», qui comprend la Révolution et l’Empire (1793-1815), «le temps des mémoires» pour la Restauration et la Monarchie de Juillet (1815-1848) et «le temps des histoires» pour la période qui va de la révolution de 1848 aux lendemains de la Commune (1848-1874). Aude Déruelle a remarqué qu’il n’était pas toujours pertinent de considérer ensemble deux auteurs qui publient au même moment: parfois, leur différence d’âge fait qu’ils ont un rapport à la Révolution très différent. Il serait préférable de regrouper les écrivains par générations. Mais c’est précisément cet argument que Jean-Marie Roulin a avancé pour défendre le choix de finir cette étude en 1874. Les deux derniers romans ainsi étudiés, Quatrevingt-treize de Victor Hugo et Nanon de George Sand, sont ceux d’une génération d’auteurs nés vers 1800, dont les parents avaient vécu la Révolution. Dans son roman, Victor Hugo écrit à propos de la Vendée: «cette guerre, mon père l’a faite, et j’en puis parler». Pierre Glaudes aimerait que Paul Kompanietz prolonge son étude jusqu’à la publication du roman Les Dieux ont soif d’Anatole France, en 1912. Il me semble que cela changerait la tonalité politique de l’ensemble: le progressisme de Sand et d’Hugo contraste avec le cynisme d’Anatole France.

Remarquant la grande prudence de Paul Kompanietz, qui «évite de tomber dans l’esprit de parti», Pierre Glaudes a cependant regretté «une trop grande réserve». Florence Lotterie s’est aussi interrogée sur la conjonction de la démarche scientifique et de l’engagement citoyen. L’un et l’autre, pour des raisons différentes, ont semblé reprocher à Paul Kompanietz d’avoir voulu donner une trop grande place aux textes favorables à la Révolution. Pierre Glaudes a parlé d’une «tentation de réhabiliter la Terreur». En même temps, il aurait voulu que Paul Kompanietz s’appuie davantage sur Sade, sur de Maistre et sur Barbey d’Aurevilly pour voir dans la Terreur «une forme d’autorité politique » et «une forme de catholicité», ce qui s’inscrirait dans une tradition contre-révolutionnaire. Florence Lotterie s’est demandé si le roman peut résister «à la légende noire». Elle estime que Paul Kompanietz a cherché une complexité ou une diversité qu’il n’a pas toujours trouvée, affirmant par exemple que la catégorie de «romans jacobins» n’a pas lieu d’être pour les romans français. Elle s’est interrogée sur la part de désir politique qui avait inspiré l’écriture de cette thèse. Il m’a semblé que les désirs politiques des membres du jury inspiraient aussi leurs remarques et je me demande, depuis cette soutenance, si les romans de la Terreur qui sont aujourd’hui les plus connus ne le sont pas précisément parce qu’ils ont, plus que d’autres, répondu aux désirs politiques de leurs lecteurs. Tant mieux? En attendant, je me réjouis de lire dans quelques mois le livre qui sera tiré de cette très belle thèse.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874)», Littérature et Révolution, publié le 15 janvier 2018, https://litrev.hypotheses.org/1108.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.