Was passiert ? La Révolution (4. Pommerat)

Quatrième et dernier épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution puis La Mort de Danton de Büchner et La Mission de Müller mise en scène par Langhoff, les adaptations allemandes de Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat.


Ça ira (1) Fin de Louis a créé par Joël Pommerat et la Compagnie Louis Brouillard en septembre 2015 à Mons (sans la dernière partie) puis à Nanterre dans sa version complète le 4 novembre de la même année. Le spectacle continue à être joué et la deux-centième représentation doit avoir lieu dans quelques jours, le 10 février. Les acteurs sont les mêmes qu’à la création de la pièce. Le spectacle a évolué de façon très marginale, avec quelques répliques ajoutées ou enlevées. Le texte, écrit au plateau par Joël Pommerat, a été publié chez Actes Sud dès avril 2016. La scénographie est également très maîtrisée, comme toujours chez Joël Pommerat.

La pièce est révolutionnaire à la manière de Büchner, parce qu’elle met en scène des collectifs, principalement celui qui se constitue à l’Assemblée nationale. L’effondrement des anciennes structures de pouvoir est provoqué par une libération de la parole publique. Placés littéralement au cœur des débats politiques, les spectateurs peuvent faire l’expérience sensible des origines de la démocratie.

Le spectacle a tourné en France et dans le Monde, en Argentine et au Mexique par exemple, ou pour rester plus près de l’Allemagne qui nous intéresse dans cette série, au Luxembourg, en Belgique, aux Pays-Bas et même à Mulhouse! Mais jamais la troupe de Pommerat n’a joué Ça ira en Allemagne. En revanche, le spectacle y a connu des développements remarquables. Dès décembre 2016, une adaptation allemande a été créée à Dortmund. En moins d’un an ensuite, trois autres versions du spectacle ont été montées et jouées dans des théâtres allemands. La traduction utilisée pour ces spectacles, par Isabelle Rivoal, a été publiée aux éditions Merlin début octobre 2017 ((Joël Pommerat, La Revolution #1 – Wir schaffen das schon, Merlin Verlag, 2017. La traductrice, Isabelle Rivoal, est une artiste, comédienne et danseuse, qui a participé à la création du Petit Chaperon rouge de Pommerat en 2004, qui a joué ce rôle plus de dix ans. Elle a traduit La Réunification des deux Corées chez le même éditeur en 2015.)).

Couverture de la traduction allemande publiée aux éditions Merlin.
Chronologie des adaptations allemandes

Décembre 2016, Dortmund, Theater Dortmund, Triumph der Freiheit #1, mise en scène de Ed Hauswirth.

Janvier 2017, Bamberg, ETA Hoffmann Theater, La Révolution #1 – Wir schaffen das schon, mise en scène de Niklas Ritter.

Avril 2017, Münster, Theater Münster, La Révolution #1 – Wir schaffen das schon, mise en scène de Stefan Otteni.

Mai 2017, Saarbrücken, Saarländische Staatstheater, Allons enfants, Bearbeitung nach dem Theaterstück La Revolution #1 - Wir schaffen das schon, mise en scène de Wolfram Apprich, Klaus Gehre, Christopher Haninger et Marcus Lobbes.

Alors que le spectacle d’origine est très contrôlé par Joël Pommerat, jusque dans la communication qui l’accompagne, les adaptations allemandes étonnent par les libertés qu’elles prennent. Elles remettent notamment en cause l’un des principes fondamentaux de la pièce: la volonté de revenir à une expérience authentique du processus révolutionnaire en se débarrassant de tout l’imaginaire – de tout le folklore – qui fait écran entre elle et nous. Joël Pommerat présente ainsi cette ambition:

La Révolution française est une grande scène mythique de notre histoire contemporaine, avec son lot de légendes et de héros, de bons et de méchants, d’interprétations plus ou moins bien intentionnées véhiculées par notre imaginaire collectif. Pour contourner ces légendes, les comédiens ont travaillé à partir d’archives et de discours d’époque en privilégiant les idées par rapport au style et à l’étude des caractères. […]

Le héros de cette pièce, c’est l’imaginaire politique, les idées. Pour faire vraiment réentendre ces discours, il me semble qu’il fallait se débarrasser de la rhétorique et de l’apparence des révolutionnaires, retrouver une certaine innocence du regard. Par exemple, à l’époque Robespierre n’est pas Robespierre, mais Monsieur Dupont1.

La pièce reviendrait ainsi aux idées de la Révolution en évitant les mots ou les noms qui les portent d’ordinaire et qu’une trop longue tradition aurait chargés de sens parasites. Cela signifie par exemple que le mot «Bastille» et la date «14 juillet» sont exclus de la pièce: quand cet événement est représenté, il est question de l’attaque de la prison centrale. Les noms des personnages – surtout des députés – sont fictifs, sauf celui du roi, Louis. La reine est appelée «la reine» : la nommer Marie-Antoinette ruinerait tout l’effort fait pour exclure de la pièce ce que Pommerat appelle aussi «des images d’Épinal».

La scénographie de la pièce d’origine applique ce principe. Les vêtements que portent les personnages sont d’aujourd’hui, ou d’un passé récent (des années 1960 à 1980, nous dit-on). Il n’est pas question de faire une pièce en costumes «d’époque». Le roi et la reine ressemblent le moins possible à Louis XVI et à Marie Antoinette2.

L’aspect le plus remarquable des quatre mises en scènes allemandes est la disparition de cette l’ambition. Loin de chercher à se débarrasser la Révolution de son épaisseur médiatique ou culturelle,  ces spectacles jouent d’un double imaginaire: celui de la Révolution et celui de la France.

Münster, avril 2017

La mise en scène de Stefan Otteni à Münster est celle qui se rapproche le plus de la mise en scène d’origine. Certes, le décor est une sorte d’hémicycle en bois, ce qui rompt avec un principe important de la pièce de départ: dans Ça ira, ce sont les gradins de la salle et les spectateurs, auxquels se mêlent acteurs et figurants, qui constituent l’Assemblée. Pour le reste, si l’on en croit les photographies du spectacle disponibles et sa bande-annonce, on retrouve les mêmes costumes, les mêmes micros et la même banalité du couple royal que dans le spectacle de Joël Pommerat.

La bande-annonce fait cependant une proposition nouvelle. Le texte qui défile dans un bandeau en bas de l’écran imite une chaîne d’information continue – ou une chaîne parlementaire. La Révolution est une actualité, dont la médiatisation est rendue visible par ce procédé.

Dortmund, décembre 2016

La mise en scène de Ed Hauswirth à Dortmund (Triumph der Freiheit #1 première adaptation allemande) est plus éloignée du spectacle d’origine. Alors que Joël Pommerat a peur de ce que les spectateurs savent déjà et qu’il les met en situation de découvrir la Révolution comme s’ils ne savaient rien, la pièce d’Ed Hauswirth se distingue par sa volonté didactique: un côté de la scène est occupé par un grand tableau noir sur lequel les acteurs écrivent à la craie, par exemple pour indiquer le nombre de députés de chacun des trois ordres.

Autre différence importante avec la pièce d’origine: le spectacle met en évidence le rôle des médias dans la fabrication des événements révolutionnaires. Un écran disposé sur la partie supérieure des murs qui encadrent la scène fait voir tantôt ce qui se passe ailleurs (les émeutes à Paris) tantôt ce qui se passe sur scène. Les images projetées sont complétées par des bandeaux de texte. On voit des journalistes portant caméras et micro sur scène.  Là où Joël Pommerat donne l’illusion d’un rapport immédiat aux événements révolutionnaires, Ed Hauswirth montre les processus de médiatisation qui les accompagnent dès l’origine. La prise de la Bastille redevient un événement médiatique, comme elle l’a été en 1789. Le roi et la reine apparaissent à l’écran dans un décor luxueux, où tout est artifice et dont les couleurs vives contrastent avec l’obscurité de la scène. Ils sont mis à distance, tandis que la représentation d’une certaine intimité tend plutôt à les rapprocher du public chez Pommerat.

La troisième partie du spectacle porte un titre : Die Grosse Angst, La Grande peur. Cet ajout est emprunté au vocabulaire des historiens de la Révolution. S’il contribue à l’entreprise de vulgarisation historique mise en œuvre par le spectacle, il fait surtout signe vers le thème du terrorisme. Les attentats du 13 novembre 2015 ont eu lieu pendant les premières représentations de Ça ira. Si ce contexte de création particulier semble s’être éloigné pour le spectacle français, marqué ensuite par l’élection présidentielle de 2017 et aujourd’hui par l’étrange ressemblance entre le nouveau premier ministre de la France et celui de la pièce, il a manifestement inspiré la mise en scène de Triumph der Freiheit. Les images qui sont projetées sur les écrans rappellent les images d’actualité de novembre 2015 et un révolutionnaire armé ressemble à un terroriste tel qu’on peut se le figurer aujourd’hui. C’est alors une communauté d’expérience et de destin qui ferait l’actualité de la pièce, comme le souligne l’éditeur allemand du texte sur son site internet:

Europa steht auf dem Spiel. Vor dem Hintergrund von islamistischem Terror und zunehmendem Rechtspopulismus führt uns Joël Pommerat mit LA RÉVOLUTION #1 –  WIR SCHAFFEN DAS SCHON vor Augen, wie sich Europa in den Tagen der Französischen Revolution seine Freiheit erkämpft hat.

L’Europe est en jeu. Dans le contexte de la terreur islamiste et de la montée de l’extrême-droite populiste, Joël Pommerat nous rappelle, avec Ça ira (1) Fin de Louis, comment l’Europe a conquis sa liberté à l’époque de la Révolution française.

Vue d’Allemagne, la pièce intéresse parce qu’elle interroge la crise de la démocratie dont l’un des symptômes les plus inquiétants est le terrorisme. Rapprocher les violences de la Révolution française et les attentats d’aujourd’hui est au moins discutable et pourrait être franchement réactionnaire. Mais depuis l’Allemagne, avec l’adaptation ou la traduction de la pièce de Joël Pommerat, il s’agit plutôt d’exprimer une manière de solidarité face à une actualité douloureuse. C’est pour cela, peut-être, que Marie-Antoinette écrit en grosses lettres blanches sur le mur: «J’aime la France».

Bamberg, janvier 2017

La mise en scène de Niklas Ritter à Bamberg  est beaucoup plus légère. Une cocarde tricolore, comme chez Goethe, contraste avec les costumes sombres des députés. Le spectacle joue des imaginaires de la Révolution et de la France au lieu de vouloir les effacer. Dès lors, il n’y a plus de raison de parler de l’attaque de la prison centrale, et le mot Bastille est prononcé.

Les personnages de la cour portent des fausses perruques, de fausses plumes et de fausses couronnes. Ils ont même des jambes factices, passées par-dessus une balustrade, qui en font des pantins. Le dispositif scénique évoque par moment un castelet à plusieurs étages. Les artifices de la représentation sont exhibés pour mieux ridiculiser les symboles du pouvoir. On est à mille lieues, ici, du jeu très incarné des comédiens dirigés par Joël Pommerat, sommés d’être sincères et de croire ce qu’ils disent.

Les femmes et les hommes du peuple n’ont pas de nom dans la pièce de Pommerat. Ici, ils n’ont pas de visage. L’un des visuels utilisés par le théâtre de Bamberg pour faire la promotion du spectacle pose d’ailleurs cette question: «Wer ist das Volk?» (Qui est le peuple?) On peut y voir une critique de la pièce de Joël Pommerat ou plus généralement de nos sociétés démocratiques qui ne savent plus très bien au nom de qui le pouvoir est exercé. C’est aussi, dans le contexte allemand et dans une ville qui n’est pas très éloignée de l’ancienne frontière et l’Ouest et l’Est, un écho aux slogans de ceux qui manifestaient en RDA en en 1989 : «Wir sind das Volk». Dans la mise en scène de Niklas Ritter, la question de la démocratie est centrale: comment faire la Révolution ou en prolonger aujourd’hui l’héritage, si les dirigeants politiques ne représentent pas un peuple que l’on ne parvient plus à identifier?

 

Saarbrücken, mai 2017

La dernière adaptation allemande de Ça ira est une étrange machine théâtrale, créée à Sarrebruck en mai 2017 sous le titre Allons enfants – Bearbeitung nach dem Theaterstück La Revolution #1 – Wir schaffen das schon (Allons enfants – Adaptation d’après la pièce de théâtre La Révolution #1 – Wir schaffen das schon). Le site internet du théâtre ayant changé, il reste peu d’archives en ligne. On retrouve cependant quelques photographies et l’on peut surtout se faire une idée du spectacle grâce à une critique de Reingart Sauppe publiée sur le site nachkritik.de. La pièce de Joël Pommerat a été coupée en quatre parties traitées séparément par quatre metteurs en scène. Le premier, Wolfram Apprich, a représenté la décadence de la noblesse dans une esthétique que l’on peut qualifier de néo-gothique ou de rococo: grands manteaux, cheveux longs, chandeliers et autres accessoires évoquent le moyen-âge, dans un espace scénique fait de plusieurs plateformes. La deuxième partie, mise en scène par Klaus Gehre, penche du côté du pop-art et fusionne le récit de la prise de la Bastille avec celui des premiers pas sur la lune. La troisième partie, de Christopher Haninger, est jouée sur le mode du show, avec veste à paillettes, Marianne et «je t’aime». Enfin, la quatrième partie, imaginée par Marcus Lobbes, représente une bureaucratie du type de celle qu’a connue l’Allemagne de l’Est, avec notamment de très nombreux cachets, mais aussi un étrange lapin en peluche. Le texte est modifié, la pièce d’origine se développe dans de nombreuses directions contradictoires, et l’on retrouve la même saturation des signes que dans le spectacle récent de Matthias Langhoff, sur un mode plus joyeux peut-être.

Was passiert?

Qu’est-ce qui passe d’un pays à l’autre? Qu’est-ce qui passe d’une époque à l’autre? À l’issue de ce parcours en quatre épisodes sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution, je retiens d’abord l’importance de l’actualité. Les héritages et les transferts culturels sont des réponses à la question: que se passe-t-il? Goethe fait du théâtre avec les nouvelles de la Révolution qui lui arrivent dans les journaux. Büchner fait la Révolution sur le papier faute d’avoir pu la faire avec les tracts qu’il a rédigés. Müller et Langhoff parlent de l’essoufflement du mouvement révolutionnaire, de l’effondrement du bloc soviétique et du vide qu’il a laissé. Le rapport de Pommerat à l’actualité est plus ambigu: Ça ira voudrait renouer avec une expérience authentique de la Révolution, indépendante des interprétations historiques et des circonstances actuelles. Mais les metteurs en scène allemands qui s’emparent de son texte en font plus explicitement une pièce d’actualité: leurs spectacles interrogent la place des médias dans la fabrication des événements, la présence du peuple dans le processus politique, le rôle de la violence ou encore l’incapacité des élites.

Les auteurs et les metteurs en scène inventent ainsi des solutions pour répondre à la question posée par Danton dans la pièce de Büchner3:

Was das Wort nur will? Warum gerade das? Was hab ich damit zu schaffen?

Que veut-il ce mot? Pourquoi précisément celui-ci? Qu’est-ce que j’ai à faire avec lui?

Goethe se demande: que puis-je faire avec ces mots nouveaux qui viennent de France? Büchner: qu’est-ce que je fais avec ces mots interdits par le pouvoir? Müller: qu’est-ce que je fais de ces mots du pouvoir? Pommerat: est-ce que je peux refaire la Révolution sans ces mots qui font écran pour moi? Les metteurs en scène allemands de Ça ira: que veulent dire pour nous, aujourd’hui, ces mots venus de France? Pour tous, le théâtre aide à répondre, par la distance et par le jeu, par un décalage d’où renaît le sens et qui permet de dire: Wir schaffen das schon.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Was passiert ? La Révolution (4. Pommerat)», Littérature et Révolution, publié le 7 février 2018, https://litrev.hypotheses.org/1119.

Épisodes précédents: 1. Schiller et Goethe, 1792-1793. 2. Büchner, 1835-2016. 3. Müller et Langhoff, 1979-2017.

Ce texte et les trois autres épisodes de cette série sont la version écrite d’une présentation orale à la Comédie de Caen, le 17 novembre 2017, dans le cadre du séminaire «Mobilités intellectuelles de l’Antiquité à nos jours» organisé par le CRHQ de l’université de Caen-Normandie.


Image à la une: Friederike Tiefenbacher dans le rôle de la reine, Triumph der Freiheit #1, mise en scène de Ed Hauswirth, Theater Dormund, 2016. Photographie copiée sur le site internet du Theater Dormund ; © Birgit Hupfeld.

  1. Joël Pommerat, « Entretien avec Marion Boudier, septembre 2015 », programme de salle, Théâtre Nanterre-Amandiers, 2015. []
  2. On peut voir de nombreuses images du spectacle sur le site de la revue Thaêtre. []
  3. Danton est obsédé par le mot Septembre et le souvenir des massacres de 1792. []

2 réflexions sur « Was passiert ? La Révolution (4. Pommerat) »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.