La Révolution : un cauchemar pour les femmes ?

Compte rendu du spectacle J’ai rêvé la Révolution. Texte et mise en scène de Catherine Anne. Pièce créée à Annemasse le 17 janvier 2018, vue au Théâtre des Quartiers d’Ivry le 15 février 2018.

Les trois murs qui encadrent la scène sont faits de chemises grises suspendues. Un autre mur, plus bas, mobile et transparent, sépare l’espace en deux. À cour, un lit de sangles et une petite table: c’est la cellule de la prisonnière. À jardin, un autre lit à peine plus confortable et une autre table un peu plus grande: c’est là que vivent le jeune soldat qui garde la prison et sa mère. Plus tard, un quatrième personnage viendra brièvement dans la cellule: c’est la jeune femme qui a épousé le fils de la prisonnière. On la verra aussi échanger avec la mère du soldat à plusieurs reprises.

De quelle révolution est-il question? Dans le programme de salle, Catherine Anne présente ainsi la progression ménagée par la pièce: «Le sentiment que l’action peut se dérouler aujourd’hui dans un autre pays fait place, peu à peu, à la conscience que cela a eu lieu autrefois ici». Autrement dit, les références à la Révolution française sont d’abord discrètes puis de plus en plus précises. Quand le jeune soldat dit que ses compagnons d’armes et lui sont les «gardiens de la révolution», faudrait-il penser à l’Iran? Son costume sévère, gris comme les chemises des murs, est sans doute fait pour rappeler d’autres révolutions du 20e siècle. Mais le jeune soldat change d’apparence, arborant une cocarde tricolore puis revêtant un costume complet de garde national.

La prisonnière, jouée par Catherine Anne elle-même, existe longtemps par sa seule présence sur scène. Ce n’est que très progressivement qu’on reconnaît le personnage historique d’Olympe de Gouges, dont le nom n’est prononcé qu’à la fin de la pièce. Des extraits de ses textes sont lus par une voix off à plusieurs reprises. Quelques mots sont projetés sur les murs. On peut reconnaître un épisode historique, quand le soldat fait le récit du procès des Girondins et du suicide de Valazé devant le tribunal révolutionnaire, mais il ne les nomme pas. À la fin du spectacle, l’image d’une grande salle gothique est projetée sur les murs de chemises, comme pour rappeler la Conciergerie. Quand les actrices qui jouent la mère du soldat et la jeune femme abandonnent leurs rôles pour jouer une mère et sa fille d’aujourd’hui, on a l’impression que le propos s’éloigne à nouveau de l’histoire. Mais la mère, parlant d’Olympe de Gouges, dit précisément son désir de «reconstituer» sa captivité pour  entretenir sa mémoire. L’hommage et la reconstitution l’emportent sur la fable et referment le sens.

Catherine Anne (la prisonnière), Luce Mouchel (la mère) et Pol Tronco (le jeune soldat) ©H. Bellamy

L’ambition très explicite de la pièce est de prendre la défense des femmes, comme le fit l’autrice de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. La prisonnière est admirable pour son engagement. La mère (jouée par Luce Mouchel) ne manque pas non plus de courage, risquant toujours plus pour la prisonnière et faisant passer la solidarité féminine avant le souci de sa sécurité.  Les deux femmes ont en commun l’intelligence – même si l’une ne sait pas lire –, la sensibilité et la maternité. Face à elles le jeune soldat (Pol Tronco) a un rôle qui pourrait être ingrat: il doit montrer la bêtise de l’homme qui croit que son devoir est d’incarner l’autorité et la force. Ce jeune homme-là est plus maladroit que brutal, assez sensible aussi. Son affection pour sa mère est visible et il laisse parfois paraître ses doutes. Mais sa fonction principale est de faire entendre les mots qui servent aux hommes pour exclure les femmes du débat politique, comme lorsqu’il dit à la prisonnière: «ton sexe doit se taire». La jeune femme, compagne du fils de la prisonnière (Morgane Real), a un rôle plus ambigu. Parce que, seule, elle n’habite pas dans la prison, elle échappe à son cauchemar et vit davantage dans le réel. Elle agit pour faire évader la prisonnière puis pour sauver ses écrits, elle négocie, elle calcule. Il est dommage que cette autre voix féminine soit disqualifiée à la fin de la pièce quand la prisonnière reproche à la jeune femme d’appartenir à une famille qui a des intérêts liés à l’esclavage.

À la fin de la pièce, la mère du soldat, devenue mère d’une jeune femme d’aujourd’hui, a ces mots terribles: «Toutes les révolutions ont renvoyé les femmes dans leurs foyers». Pendant la pièce pourtant, la prisonnière ne cesse de défendre à la fois les femmes et la Révolution. Pourquoi faudrait-il affirmer que la cause des femmes et l’engagement révolutionnaire sont inconciliables ? C’est pourtant ce que fait la pièce, avec cette conclusion malheureuse et beaucoup d’autres répliques, comme celle qui figurait sur l’affiche du spectacle à Ivry: «L’égalité, oui pour les hommes. Les femmes c’est autre chose».

Une nuit, depuis sa cellule, la prisonnière entend chanter les prisonniers qui seront exécutés le lendemain (les Girondins). Ils chantent: «Belle qui tiens ma vie». Le choix d’un chant médiéval exprimant l’amour courtois souligne le parti-pris de la pièce: la courtoisie de l’ancien régime est opposée au masculinisme révolutionnaire. C’est le point de vue développé par Élianne Viennot dans son étude sur les rapports des femmes au pouvoir. Mais c’est aussi celui d’Edmund Burke dès 1790, quand il oppose les valeurs de la chevalerie aux révolutionnaires français.

Signe des temps, J’ai rêvé la Révolution est aussi un spectacle sur la peur. La mère a peur pour son fils. Le fils a peur pour sa mère – quand elle s’apprête à sortir sans cocarde – et il a peur de ne pas obéir aux ordres. La prisonnière dit qu’elle n’a pas peur, mais on la voit à trois reprises, dans des scènes nocturnes, se laisser aller à l’angoisse: «Je dors, et la peur me réveille». C’est ainsi: dans la France de 2018, la Révolution est d’abord pensée comme une expérience de la peur. Fallait-il pour autant que les personnages de la pièce parlent de «fleuves de sang» ou de «la Terreur qui règne»? Je ne suis pas sûr que la cause des femmes gagne à l’entretien des légendes noires de la Révolution française. Et j’aurais aimé que ce beau spectacle ne soit pas aussi radicalement hostile aux révolutions. Surtout à Ivry, dans une ancienne usine qui porte le nom de Manufacture des Œillets.


Le texte de la pièce a été publié par Actes Sud en janvier 2018 (ISBN 978-2-330-09347-1).

 


Image à la une: Catherine Anne (la prisonnière) dans J’ai rêvé la Révolution. Photographie reprise de son site internet avec son aimable autorisation. ©H. Bellamy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.