Un atelier d’édition collaborative

Cet article ne parle qu’incidemment de la Révolution française. Il rend compte d’une expérience pédagogique qui est aussi une expérience de recherche et que je mène depuis deux ans à l’université Paris Diderot dans le cadre de la licence de lettres. L’atelier d’édition critique collaborative proposé aux étudiants de troisième année consiste à faire en un semestre l’édition critique d’un texte littéraire: établir le texte, l’annoter pour en éclairer le sens ou le commenter et rédiger une préface accompagnée d’indications bibliographiques. Cet atelier est ainsi l’occasion d’une initiation à la recherche et d’une expérience de travail collectif. Les outils et les ressources numériques sont au cœur du dispositif, à la fois moyens sans lesquels ce projet serait irréalisable et objets d’apprentissages. Mais le choix d’outils utiles pour la recherche, utilisables par tous et permettant un véritable travail collaboratif s’est avéré plus compliqué et aussi plus intéressant que prévu.

Un outil spécifique: la plateforme PLANETE

L’origine du projet est la création d’un outil nouveau, la plateforme PLANETE (PLAteforme Numérique d’Édition de TExtes), ainsi présentée par ses conceptrices :

« Cette plateforme est un espace réservé aux étudiants et professeurs souhaitant réaliser collectivement une édition critique et savante, dans le cadre d’un séminaire ou d’un groupe de travail. Ce projet novateur a été monté par Paule Petitier, enseignante-chercheuse à l’université Paris Diderot et responsable du centre de ressources Jacques-Seebacher, et financé grâce au label Idex de l’Université Sorbonne Paris Cité (USPC), dans le cadre d’un appel à projets pédagogiques innovants. Les éditions critiques, une fois terminées, seront publiées en libre accès sur la bibliothèque numérique du centre Jacques-Seebacher. L’outil grâce auquel cette plateforme a été mise en place a été fourni par Anne Vikhrova, doctorante de l’université Grenoble Alpes, travaillant sous la direction de Thomas Lebarbé. Son outil, réalisé à des fins de transcription de manuscrits est accessible à l’adresse suivante: plateforme PHuN. Il a été adapté à des fins d’édition critique par Chloé Menut, étudiante au centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) à Tours. »

La plateforme a été mise au point au moment où j’ai été recruté à l’université Paris Diderot et j’ai eu la chance d’être le premier à concevoir un enseignement pour l’utiliser avec des étudiants. PLANETE permet en principe de mener à bien les principales tâches impliquées par une édition critique. Certes, le texte à éditer doit être numérisé au format XML, ce qui suppose une océrisation préalable et un formatage basique1, mais une fois accompli ce travail préparatoire, la plateforme répond à tous les besoins. On peut écrire une introduction, modifier le texte importé pour le corriger si nécessaire et surtout l’annoter. Le texte est affiché dans la partie gauche de la page, tandis que les annotations s’affichent dans la partie droite.

Capture d’écran : édition de La Femme grenadier sur la plateforme PLANETE (2017).

On crée une nouvelle note en cliquant sur l’un des boutons «annotation». Le nom de la personne qui crée la note est automatiquement indiqué, mais cela n’empêche pas un autre utilisateur de modifier le texte de la note quand il prend la main sur la même page. Les boutons de l’éditeur permettent de créer différents types d’annotations2 ou de mettre en forme le texte. Les quatre menus déroulants, en haut de la fenêtre, servent à poser quelques balises, pour indexer les noms de lieu ou de personne, pour indiquer les corrections faites sur le texte ou pour signaler des problèmes d’édition3. La principale limite de cette plateforme est qu’elle ne permet pas à plusieurs utilisateurs de travailler en même temps sur la même page. Il faut donc découper le texte à éditer en plusieurs parties relativement courtes et organiser une division du travail. Lorsqu’une personne a fini de travailler sur une partie du texte, elle doit le faire savoir, de sorte qu’une autre personne puisse travailler à son tour sur la même partie du texte. Pour cette raison, la plateforme n’est pas aussi efficace que d’autres outils collaboratifs. En revanche, elle est très utile pour répondre à un besoin spécifique, que les autres outils prennent mal en charge:  l’annotation.

Le premier atelier d’édition critique collaborative a rassemblé une douzaine d’étudiants entre septembre et décembre 2016. L’atelier proprement dit comprend douze séances de deux heures, mais les étudiants travaillent également chez eux. Nous avons préparé une nouvelle édition des Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor, un texte de Joachim Vilate, ancien juré au tribunal révolutionnaire, dont l’édition originale date de 1794. Je pensais que la plateforme PLANETE permettrait à elle seule de mener à bien l’ensemble du travail d’édition, mais l’atelier a pris des directions inattendues et des outils numériques auxquels je n’avais pas réfléchi avant de commencer ont été introduits dans le processus d’édition par les étudiants eux-mêmes. D’une part le texte que j’avais choisi comportait de très nombreuses références historiques et culturelles. J’ai rapidement constaté que pour élucider ces références, les étudiants avaient un usage mécanique de Wikipédia: sans chercher à juger la qualité de l’information fournie par l’encyclopédie en ligne et sans savoir comment elle avait été fabriquée, ils la recopiaient  en la reformulant plus ou moins. D’autre part, il s’est avéré que la plateforme était beaucoup moins performante que des outils concurrents dès lors qu’il s’agissait d’écrire un texte à plusieurs. Lorsque j’ai demandé aux étudiants de rédiger, par groupe de deux, des parties de l’introduction, celles qui ont travaillé le plus efficacement ont utilisé un document partagé par l’intermédiaire de Google Docs. Cet empirisme méthodologique a permis de mener à bien le projet, mais il m’a conduit à penser différemment la place des outils numériques dans le processus éditorial. Il fallait que les outils mobilisés soient maîtrisés par tous les participants et que les étudiants soient davantage conscients de leurs usages.

Établir le texte: Wikisource

De septembre à décembre 2017, le deuxième atelier a réuni une dizaine d’étudiants. Nous avons préparé une édition de La Femme grenadier, formidable petit roman de Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, jamais réédité depuis l’édition originale de 1801. Pour le premier atelier, j’avais établi le texte moi-même avant qu’il soit importé sur la plateforme, en utilisant l’édition océrisée par la BNF. Je demandais simplement aux étudiants de me signaler d’éventuelles erreurs. Pour le deuxième atelier, j’ai voulu que le travail d’établissement du texte soit fait par les étudiants eux-mêmes. Je pensais ainsi gagner du temps et de la qualité: la vérification du texte est à la fois plus rapide et mieux faite quand elle est prise en charge par dix personnes plutôt que par une seule. Il était d’autant plus souhaitable de procéder de cette manière que le texte dont nous disposions par la BNF comportait de nombreuses erreurs, coquilles de l’édition originale et défauts d’océrisation. 

Wikisource m’a semblé un outil plus performant que notre plateforme pour cette partie du travail. L’interface de correction du texte est bien faite et elle permet de traiter la plupart des problèmes rencontrés. On peut demander de l’aide à un autre utilisateur lorsque l’on ne parvient pas à résoudre seul une difficulté. Et surtout cet outil est extraordinairement bien pensé pour le suivi du travail: on peut savoir précisément ce qui a été fait et ce qui reste à faire. Autre avantage: une fois le texte entièrement établi, il est publié une première fois, sur Wikisource, et désormais accessible à tous dans plusieurs formats standard. Cette solution présente aussi un intérêt pédagogique fort: pour traiter une coupure de mot entre deux pages, pour mettre un mot en italiques ou pour signaler une correction, il faut coder. Modestement, mais tout de même: on travaille en wikicode, avec quelques balises et quelques modèles à connaître. Les étudiants découvrent ainsi par la pratique les principes du balisage des textes.

Capture d’écran: correction d’une page de La Femme grenadier sur Wikisource.
Connaître l’auteur: Wikipédia et Zotéro

Une fois le texte ainsi établi, je n’ai pas tout de suite demandé aux étudiants de l’annoter. Je leur ai d’abord demandé de faire des recherches sur son autrice. Concrètement, les étudiants devaient corriger et développer la fiche Wikipédia consacrée à cette autrice, Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour. Le travail sur Wikisource avait permis de familiariser les étudiants avec le fonctionnement des plateformes Wikimédia: ils avaient déjà pris l’habitude de cliquer sur l’onglet «modifier» qui permet à chacun d’intervenir très facilement sur le contenu pour l’améliorer. Les principes d’édition de Wikisource, qui imposent la plus grande fidélité possible à l’édition imprimée de référence, préparaient aussi l’apprentissage du principe fondamental de Wikipédia: toute information doit venir d’une source fiable, qui est précisée en note. Les étudiants devaient donc trouver et lire des sources primaires sur Gacon-Dufour pour compléter ou corriger les informations déjà disponibles. Nous aurions pu nous passer de Wikipédia pour cette partie du travail, mais cet outil avait plusieurs avantages. D’une part, la publication instantanée des résultats sur un site très fréquenté est gratifiante. D’autre part, la recherche est partagée alors même qu’elle est en cours, puisque des utilisateurs de Wikipédia extérieurs à l’atelier sont susceptibles d’intervenir sur la fiche. Enfin et surtout, le rapport des étudiants à Wikipédia change. Les usages qu’ils en font par la suite sont beaucoup plus pertinents: ils savent que les informations disponibles peuvent être améliorées et ils sont attentifs aux sources.

Capture d’écran de Wikipédia, 25 mars 2018.

Nous avons également utilisé Zotero pour mettre en commun les références bibliographiques. Les étudiants n’avaient jamais travaillé avec cet outil. Pourtant, je ne leur ai appris que peu de choses: j’ai créé une bibliothèque de groupe, c’est-à-dire une bibliographie partagée, et j’ai demandé aux étudiants d’y déposer les références de tous les documents concernant Gacon-Dufour qu’ils trouvaient4. Ainsi, chaque participant avait une vue d’ensemble des ressources bibliographiques disponibles. Un petit temps de division du travail a suivi: chaque étudiant a choisi une ou plusieurs références, qu’il a lues pour en fournir un rapide compte rendu et qu’il a dû utiliser pour enrichir l’article de Wikipédia.

Zotéro m’a surtout intéressé pour le gain de temps qu’il permettait. L’import automatique de références est confortable quand il fonctionne. La mise en commun est immédiate dès lors que l’on travaille tous dans la même «bibliothèque». Les références collectées sont accessibles en ligne, y compris sur le site de Zotéro si l’on travaille depuis un ordinateur sur lequel l’application n’est pas installée. En revanche, je n’ai pas beaucoup insisté sur le principe des données structurées et sur les différents champs associés à chaque référence. J’aimerais le faire davantage à l’avenir, d’autant que Wikipédia incite également (mais ne contraint pas, fort heureusement) à remplir différents champs d’un formulaire pour renseigner une référence bibliographique. J’ai découvert à cette occasion qu’il n’est pour le moment pas possible d’exporter automatiquement une référence Zotéro sous la forme de données structurées pour Wikipédia francophone. Il faut soit remplir à nouveau les champs d’un formulaire dans Wikipédia, soit exporter un simple texte mis en forme et le copier-coller. Quand il sera possible, comme c’est déjà le cas sur Wikipedia anglophone, d’éditer automatiquement un modèle de citation à partir de Zotéro, il sera beaucoup plus intéressant de veiller à bien structurer les données.

Capture d’écran : bibliothèque de groupe Zotero pour l’édition critique de La Femme grenadier (2017)
Annoter: PLANETE et Framacalc

Une fois le texte établi et importé sur la plateforme, une fois l’autrice connue, le travail d’annotation peut être assez rapide. Il s’agit à la fois d’élucider certaines difficultés du texte (vocabulaire, références historiques) et d’avancer quelques éléments de commentaire. Cette partie du travail se fait sur la plateforme PLANETE, en prévoyant au moins trois passages pour chaque chapitre du texte. Un premier annotateur crée quelques notes, un deuxième annotateur corrige les premières notes, les discute si nécessaire, et ajoute ses propres notes. Un troisième étudiant relit les notes pour vérifier qu’elles sont correctement rédigées. Pour organiser ce travail, nous utilisons un tableur collaboratif: les étudiants se répartissent les chapitres pour une première série d’annotations. Quand un chapitre est terminé, un étudiant peut s’inscrire comme deuxième annotateur, et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les chapitres aient été annotés et vérifiés.

Capture d’écran: tableur collaboratif utilisé pour l’annotation de La Femme grenadier (2017)
Rédiger l’introduction: Framapad

La rédaction de l’introduction suppose une plus grande collaboration. Pour les annotations, les étudiants peuvent échanger de vive voix pendant les séances de l’atelier, mais ils le font assez peu. Pour la rédaction il est nécessaire qu’ils puissent agir en même temps sur le même texte. Sans cela, il est très difficile d’obtenir un texte correctement rédigé, cohérent et sans redites. C’est pourquoi un éditeur de texte permettant à plusieurs utilisateurs de travailler simultanément est indispensable. Les solutions proposées par Microsoft et par Google fonctionnent très bien, mais je ne souhaite pas partager les résultats d’un travail mené dans une université publique avec Microsoft et Google. Je préfère utiliser un logiciel libre, en l’occurrence Framapad, développé comme le tableur Framacalc par Framasoft. Le système de couleur qui permet de distinguer les différents utilisateurs ne marche pas toujours bien. Tant pis. La fenêtre de «chat» (discussion instantanée) est très utile pour discuter des points de détail. Pour des discussions plus longues, nous avons utilisé le forum ouvert dès le début de l’atelier sur la plateforme d’enseignement Moodle, mise à disposition par l’université.

Capture d’écran : extrait du forum utilisé pour l’édition de La Femme grenadier.
Publier: l’apport indispensable d’une ingénieure d’études

Quand la douzième séance de l’atelier s’achève, le texte est terminé, mais il n’est pas encore prêt à être publié. Il reste à faire un travail éditorial, comme lorsqu’un auteur rend son manuscrit à l’éditeur. Je tente de relire encore une fois l’ensemble, mais je ne suis pas le mieux placé pour cela. Ayant passé trois bons mois à lire et relire le texte d’origine et tout ce que les étudiants ont écrit à son sujet, je n’ai pas le recul nécessaire. Mais j’ai la chance de bénéficier alors du concours de l’ingénieure d’études qui coordonne les projets numériques du Centre de ressources Jacques-Seebacher. Cécile Brémon reprend l’ensemble du texte avec un regard extérieur et une très grande précision. Elle repère de nombreux défauts plus ou moins importants, qui nous ont échappé malgré les relectures multiples. C’est elle aussi qui s’occupe de créer le fichier ePub final à partir des fichiers XML issus de la plateforme. J’insiste sur le rôle essentiel de Cécile Brémon, non seulement parce que j’ai beaucoup de reconnaissance pour son travail, mais aussi parce que cela me semble révélateur des conditions de possibilité d’un projet comme celui que je présente ici. Les nouveaux outils numériques, les logiciels libres, les innovations pédagogiques et le travail collaboratif peuvent beaucoup. Mais pour que le travail accompli dépasse le cadre de l’enseignement et qu’il soit d’une qualité suffisante pour être publié, il faut pouvoir compter sur le travail d’une professionnelle de l’édition numérique. Sans le Centre de ressources Jacques-Seebacher et sans l’ingénieure qui en coordonne les activités, nous ne pourrions pas faire ce travail. Pourtant, l’existence du Centre Seebacher et l’emploi de son ingénieure d’études ne sont pas, pour le moment, garantis par des financements pérennes. Nous travaillons malheureusement sous la menace de leur disparition.

Il me reste à évoquer un dernier acteur du projet: le Service commun de documentation de l’université nous a apporté une aide précieuse pour publier le texte. Son directeur adjoint, Christophe Pion, a eu l’idée de réactiver le segment ISBN des Presses de l’université Paris Diderot, inactives depuis quelques années. Il a également fait les démarches nécessaires pour l’obtention d’un DOI.

Couverture de l’édition 2018
Les ateliers du futur

L’atelier recommencera en septembre 2018. J’espère accueillir quelques étudiants supplémentaires dans le groupe. Je reprendrai vraisemblablement la démarche mise au point lors de la deuxième édition. Je continuerai à chercher les dispositifs qui permettent aux étudiants de travailler de manière autonome et de collaborer sans trop passer par leur enseignant. Enfin, je me demande comment vont évoluer les techniques. J’espère qu’il sera bientôt possible de générer automatiquement une référence bibliographique structurée pour Wikipédia à partir de Zotero et plus généralement que les outils que nous utilisons auront tendance à se rapprocher les uns des autres. En attendant, cela restera aussi un atelier où l’on crée beaucoup d’identifiants et de mots de passe.

Peut-être aussi aurai-je de nouvelles idées grâce à vos commentaires…


On peut télécharger gratuitement les deux livres sur le site du Centre Jacques-Seebacher:

  1. Joachim Vilate, Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor, « Publications du centre Seebacher », Université Paris Diderot, 2018: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/46.
  2. Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, La Femme grenadier, « Publications du centre Seebacher », Université Paris Diderot, 2018: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/48.

Image à la une: capture d’écran de l’onglet «modifier» de l’article Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour sur Wikipédia, 26 mars 2018.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Un atelier d’édition collaborative», Littérature et Révolution, publié le 26 mars 2018, https://litrev.hypotheses.org/1216.
  1. L’Obvil met à disposition en ligne, un outil de conversion du format .odt au format .xml qui fait gagner beaucoup de temps []
  2. J’ai vite renoncé à cette possibilité, n’en voyant pas l’utilité au moment de la publication au format ePub. Je demande donc à mes étudiants d’utiliser toujours le premier bouton. []
  3. J’ai également laissé ces possibilités de côté pour le moment. []
  4. Le choix d’une autrice presque oubliée permet de ne pas faire de sélection dans les ressources, en tout cas dans un premier temps. []

2 réflexions sur « Un atelier d’édition collaborative »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.