« La faim passe du peuple au Roi ! »

Jules Michelet a laissé près de deux mille papiers préparatoires à son Histoire de la Révolution française (1847-1853), aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la ville de Paris. Une équipe de l’université Paris Diderot, dirigée par Paule Petitier, a entrepris la numérisation de ce matériau plein de surprises et d’enseignements. Les notes de Michelet sont transcrites et encodées, avec un double objectif : d’une part, rendre les papiers les plus lisibles possible, d’autre part, y repérer un certain nombre d’éléments significatifs, comme les noms de personne ou les références bibliographiques. Les papiers sont désormais mis en ligne, à mesure qu’ils sont transcrits, sur une application de visualisation. On peut également commencer à consulter les index en cours de constitution.

Il y a un an, j’ai proposé sur ce carnet une lecture d’un long papier dans lequel Michelet écrit, entre autres choses, ce qu’il a retenu d’une visite à la Salpêtrière. Aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur un papier beaucoup plus court, mais qui m’a beaucoup intéressé lorsque je l’ai transcrit. Vous pouvez en voir une image à la une de cet article ou bien le consulter avec sa transcription sur l’application de visualisation. On y lit ceci :

6 oct.
la reine insensible
l’enfant a faim
le roi, la reine à la fenêtre
sont applaudis ;
tous sur la place se tendaient
les mains, ou s’embrassaient . .
le lendemain, gardes du corps ; en loques
le roi, reine, pleurent
Weber, I, 457
le dauphin frappé de
l’aspect délabré des tuileries. id. II, p. 3.

Avec ses deux références (en gras ci-dessus), ce papier apparaît comme une courte note de lecture : Michelet y recopie quelques éléments des Mémoires de Weber concernant Marie-Antoinette.Les mémoires de Joseph Weber, frère de lait de la reine, ont été publiés une première fois à Londres en 1804 puis repris en 1822 dans la Collection des mémoires relatifs à la Révolution française (Paris, Baudouin), fréquemment consultée par Michelet. Les indications de tome et de page permettent aisément de remonter la source. À la page 457 du tome 1 de Weber, on peut lire en effet ce passage, qui correspond aux lignes centrales du papier :

Leurs Majestés saluèrent plusieurs fois le peuple qui y répondit par mille applaudissements. Leur présence calma la foule et inspira une satisfaction si générale que tous sur la place se tendaient les mains ou s’embrassaient avec enthousiasme.

La scène se passe le soir du 6 octobre 1789. Le roi et la reine ont été contraints de quitter Versailles pour venir s’installer à Paris, après deux journées d’insurrection. Mais lorsqu’ils paraissent à la fenêtre de l’Hôtel-de-Ville, toutes les tensions s’évanouissent. Michelet reprend cette version des faits, dans les termes mêmes de Weber, au tout début du tome 2 de l’Histoire de la Révolution française :

Lorsque le roi et la reine parurent à l’Hôtel-de-Ville, entre les flambeaux, un tonnerre monta de la Grève, mais de cris de joie, d’amour, de reconnaissance pour le roi qui venait vivre au milieu d’eux… Ils pleuraient comme des enfants, se tendaient les mains, s’embrassaient les uns les autres1.

Détail remarquable, ce passage est accompagné par une note de bas de page, dans laquelle Michelet indique très précisément ses sources :

Tout ceci, et ce qui va suivre, est tiré des écrivains royalistes, Weber, I, 257 ; Beaulieu, II, 203, etc. Leur témoignage est conforme à celui des Amis de la liberté, IV, 2-6.

Pourquoi une telle précision, relativement inhabituelle dans le texte de Michelet ? Parce qu’il est inattendu de faire de la conclusion des journées d’octobre un moment de joie et d’unanimité. Les écrivains de la Révolution font d’ordinaire des 5 et 6 octobre un moment de rupture. Les royalistes dénoncent surtout l’agressivité physique et verbale exercée contre le roi et la reine. Dès 1790, dans l’un des textes les plus lus de la contre-révolution naissante, Edmund Burke tire de grands effets pathétiques de l’irruption des révolutionnaires dans la chambre de la reine avant de comparer les Parisiens à des « sauvages » et les Parisiennes à des « furies de l’enfer2 ». Michelet a donc besoin d’avancer des preuves, pour ouvrir ainsi le deuxième tome de son histoire, et particulièrement de preuves prises chez des auteurs qui défendent des positions politiques opposées aux siennes.

Weber suggère dans son récit que le peuple ne pouvait connaître la concorde et la « satisfaction » que dans son amour pour la famille royale. Michelet renverse habilement le rapport de dépendance, expliquant à propos de cette scène qu’un roi ne saurait vivre coupé de son peuple :

Le Roi était replacé dans la nature réelle, dans la vie et la vérité. Ramené de ce long exil, il revenait chez lui, rentrait à sa vraie place, se trouvait rétabli dans son élément de roi ; et quel autre, sinon le peuple ? Où donc ailleurs un roi pourrait-il respirer et vivre ?

Dans un numéro récent de la revue Genesis, Paule Petitier a étudié la genèse du deuxième tome de l’Histoire de la Révolution française à partir d’autres papiers préparatoires3. Elle montre que Michelet, après avoir conçu ce tome comme le récit de résistances aux « forces hostiles à la Révolution », a opéré une « petite révolution » pour y affirmer finalement « une unanimité effective » (p. 176-177). Ce traitement original de la période courant de l’automne 1789 à l’été 1790, dont l’aboutissement est la Fête de la Fédération organisée au Champ-de-Mars le 14 juillet 1790, se traduit surtout par l’importance que Michelet donne « au mouvement provincial des fédérations » (p. 178). Il éclaire aussi l’ouverture originale du deuxième tome, sur laquelle notre papier attire l’attention : le « mouvement […] d’affirmation de la fraternité » (p. 178) du livre III commence dès le soir du 6 octobre.

Michelet ne fait pas grand-chose des dernières lignes du papier : les malheurs de la famille royale ne sont pas son sujet. S’il évoque « la reine toujours en larmes » c’est pour ajouter aussitôt qu’elle est « triste et dure, ne nourrissant que rancune » (tome II, p. 8). En revanche, les quelques mots que l’on peut lire en haut du papier réservent une surprise.

la reine insensible
l’enfant a faim

Lorsque Weber évoque la scène de l’Hôtel-de-Ville, il n’est question ni de l’insensibilité de la reine ni de la faim du dauphin. Mais il suffit de revenir deux pages plus haut dans son texte pour lire ce récit du trajet de la famille royale entre Versailles et Paris :

La reine était quelquefois dans un état d’insensibilité difficile à décrire. Son fils était sur ses genoux ; il souffrait de la faim, il demanda quelque nourriture. Ne pouvant répondre à ses désirs, Marie-Antoinette le pressa contre son cœur en l’inondant de larmes. Elle l’exhorta à souffrir sans se plaindre. Le jeune prince se résigna (Weber, t. I, p. 455).

Pourquoi cette évocation pathétique a-t-elle intéressé Michelet ? Les lecteurs de l’Histoire de la Révolution française devinent peut-être la réponse, s’ils se souviennent de la fin du tome I. Dans un épisode célèbre de la journée du 6 octobre, le roi, la reine et leurs enfants se montrent sur un balcon du château de Versailles. C’est à ce moment-là, en public, et non dans l’intimité de la voiture qui les conduit à Paris, que Michelet fait dire au dauphin qu’il a faim :

Le Roi se montre au balcon. Un cri unanime s’élève : « Vive le Roi ! vive le Roi ! »
« Le Roi à Paris ? » c’est le second cri. Tout le peuple le répète, toute l’armée fait écho.
La Reine était debout, près d’une fenêtre, sa fille contre elle ; devant elle, le Dauphin. L’enfant, tout en jouant avec les cheveux de sa sœur, disait : « Maman, j’ai faim ! » — Dure réaction de la nécessité!… La faim passe du peuple au Roi!… Ô providence ! providence!… Grâce ! Celui-ci, c’est un enfant (tome I, p. 311).

Michelet semble donc avoir déplacé cette anecdote sur le balcon de Versailles pour lui donner une portée symbolique différente et beaucoup plus forte. La faim du dauphin n’appelle plus la pitié. Elle est gentiment touchante et forme un contrepoint comique à la gravité de la situation. Mais surtout elle rend manifeste une communauté, réunissant le peuple et son roi autour d’une vérité fondamentale, qui, comme souvent chez Michelet, touche au corps.

« La faim passe du peuple au Roi », écrit Michelet. Le papier T2-033R-02 montre aussi que Michelet a fait passer la faim du dauphin d’un moment à l’autre de la journée du 6 octobre. Il évite ainsi, malgré la coupure entre les deux tomes, et les quelques mois qui séparent leur publication, de faire des journées d’octobre une rupture. Dès le matin du 6, lorsque la famille royale paraît sur le balcon, l’unité est rétablie : parce que le roi accepte de s’installer à Paris, au milieu de son peuple, et parce que le dauphin, comme le peuple, a faim.

Le montage opéré par Michelet construit un sens. Les journées d’octobre ont pour origine la faim du peuple, qui met en mouvement les femmes de Paris. Au lieu d’opposer cette faim à l’abondance dont jouit la famille royale, comme dans une tradition pamphlétaire et historiographique très répandue (« Qu’ils mangent de la brioche4 »), Michelet en fait un lien organique entre les uns et les autres :

On rencontra avec plaisir un grand convoi de farines, bonne chose pour la ville affamée. Les femmes portaient aux piques de grosses miches de pain, d’autres des branches de peuplier, déjà jaunies par octobre. Elles étaient fort joyeuses, aimables à leur façon, sauf quelques quolibets à l’adresse de la reine. « Nous amenons, criaient-elles, le boulanger, la boulangère, le petit mitron. » Toutes pensaient qu’on ne pouvait jamais mourir de faim, ayant le Roi avec soi (tome I, p. 316).

Michelet peut alors conclure le premier tome de son Histoire par cette phrase : « Le 6, tout fut réparé par les femmes de Paris » (tome 1, p. 317) et commencer le deuxième tome par celle-ci : « Le matin du 7 octobre, de bonne heure, les Tuileries étaient pleines d’un peuple ému, affamé de voir son roi » (tome 2, p. 3). La faim physique est devenue une aspiration morale : le désir d’unanimité qui prendra bientôt la forme du mouvement des fédérations.

Restent trois difficultés si je reviens au papier à l’origine du commentaire que je développe ici. D’une part, rien ne prouve que ce papier soit la source de la scène du balcon. Pour les lignes centrales, consacrées à la fenêtre de l’hôtel de ville, il n’y a aucune raison de douter : la référence est la même sur le papier et dans la note, à une coquille près5. Pour la faim du dauphin, en revanche, il est nécessaire d’être prudent : Michelet pourrait très bien avoir utilisé une autre source. Il faudrait s’assurer que personne, avant lui, n’a écrit que le dauphin avait faim sur le balcon de Versailles. Autre difficulté : Michelet a écrit et publié la fin du tome I avant de commencer travailler au tome II. Cette chronologie rend douteuse, sinon tout à fait impossible, l’idée que Michelet ait d’abord écrit la scène de l’hôtel de ville avant de faire « remonter » la faim du Dauphin plus haut dans son récit. D’autres papiers sur les journées d’octobre nous éclaireront peut-être sur ce point. Dernier problème, et non le moindre : était-il vraiment utile de lire et de transcrire le papier T2-033R-02 pour proposer ce commentaire ? Puisque c’est dans le texte publié que le dauphin dit qu’il a faim, puisqu’il n’est pas même certain que Weber soit la source de Michelet sur ce point, le papier nous apprend-il quelque chose ? Il me semble que oui, parce qu’il invite à confronter deux récits des journées d’octobre et à faire apparaître plus nettement l’originalité et l’efficacité des choix opérés par Michelet.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «« La faim passe du peuple au Roi ! »», Littérature et Révolution, publié le 19 juin 2018, https://litrev.hypotheses.org/1295.

Image à la une: papier préparatoire à l’Histoire de la Révolution française. Source: La Fabrique de la Révolution.

  1. Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, Paris, Chamerot, 1847, t. II, p. 4 []
  2. Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, 1790, p. 137 et 147. []
  3. Paule Petitier, «La Semaine sainte de Michelet: l’émergence de l’idée des fédérations à travers les papiers préparatoires de l’Histoire de la Révolution française», Genesis, 46, 2018, p.169-182. []
  4. Voir Véronique Campion-Vincent et Christine Shojaei Kawan, « Marie-Antoinette et son célèbre dire : deux scénographies et deux siècles de désordres, trois niveaux de communication et trois modes accusatoires », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 327 | janvier-mars 2002 : http://journals.openedition.org/ahrf/551 []
  5. L’édition originale et toutes les éditions suivantes indiquent la page 257 au lieu de la page 457. Il n’est pas exclu que Michelet lui-même ait fait cette erreur au moment d’écrire son manuscrit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.