Cinq raisons de voir Un peuple et son roi

La sortie d’Un peuple et son roi, réalisé par Pierre Schoeller, est programmée pour le 26 septembre. Je l’ai déjà vu et j’ai très envie d’en parler, mais je ne voudrais pas vous priver de toutes les belles surprises qui vous attendent. Voici donc simplement, pour commencer, quelques raisons de ne pas manquer ce grand film.

  1. C’est une belle fable, où il est question de vie et de mort, d’amour bien sûr, ainsi que d’héritage et de transmission. La Révolution y est un apprentissage, geste ferme et délicat, courage physique qui permet de maîtriser la chaleur. Si l’ombre et la lumière se disputent le terrain, le film de Pierre Schoeller réalise d’une certaine manière le mot d’ordre lancé par le Théâtre du Soleil dans la pièce 1793 : «On fermera les mansardes, on en fera des jardins suspendus!»
  2. Un peuple et son roi est un trésor culturel. Il n’a pas la vaine prétention de débarrasser la Révolution de ses écrans. On reconnaît ou l’on croit reconnaître des tableaux ou des films qui ont façonné les représentations. De nombreux personnages historiques sont montrés, ne serait-ce qu’un instant. On lit des affiches au mur, on entend des proclamations, on écoute des chansons. Le film ne propose pas pourtant une froide reconstitution érudite : il a la belle épaisseur de l’événement médiatique et culturel qu’a été la Révolution.
  3. Le film propose une évocation sensible du Paris révolutionnaire. On y voit les berges de la Seine, le faubourg Saint-Antoine ou encore la salle du manège que des ouvriers transforment en Assemblée. Des scènes historiques ont été tournées dans les lieux mêmes où elles se sont véritablement passées, à Versailles et au Louvre. Les accents des personnages, les chansons des femmes et les bruits de la Révolution ajoutent une dimension sonore à cette formidable recréation des lieux de la Révolution.
  4. Les femmes sont au premier plan de la Révolution de Pierre Schoeller. Elles sont de tous les combats, y compris les armes à la main. Elles surveillent les débats parlementaires depuis les tribunes quand elles n’envahissent pas l’Assemblée. Elles commentent les événements et en débattent, plus que les hommes peut-être. Elles revendiquent leurs droits. Et, tout en luttant pour leur dignité politique, elles se montrent héroïques dans les épopées domestiques.
  5. Un peuple et son roi est un film engagé, qui prend résolument parti pour la Révolution. Les blessures du peuple sont mises en évidence, tandis que celles de ses ennemis sont laissées au second plan. L’événement central est la fusillade du champ de Mars, le 17 juillet 1791, lorsque les autorités municipales font tirer sur une foule pacifique venue demander la déchéance du roi. Pour les personnages fictif du film, la Révolution semble une évidence. Quand les députés débattent, les voix du peuple sont toujours avec ceux qui veulent aller plus loin dans la Révolution. Commençant par une chute de la Bastille solaire, Un peuple et son roi s’achève par un 21 janvier 1793 étrangement heureux.


Le 2 octobre à 20h (horaire à confirmer), le séminaire Imaginaires de la Révolution organise une projection au cinéma l’Arlequin (Paris 6e). Le 22 octobre à 18h (salle à préciser), Pierre Schoeller viendra parler de son film à l’université Paris Diderot.


Image à la une: Image du film Un peuple et son roi, de Pierre Schoeller. La fusillade du Champ-de-Mars.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.