Pierre Schœller à Paris Diderot

Image du film Un peuple et son roi (Marat et Saint-Just)

Compte rendu. Rencontre avec Pierre Schœller, auteur et réalisateur du film Un peuple et son roi, organisée par le séminaire de recherches Imaginaires de la Révolution (CERILAC) et le Service culture de l’université Paris Diderot. Lundi 22 octobre 2018, de 18h à 20h.

«Vous allez noter tout ce que je dis?» J’étais bien parti pour, mais j’aurais dû m’asseoir plus loin de notre invité, pour éviter de le gêner. Ordinateur aussitôt fermé, je n’en ai pas été moins attentif et j’ai noirci toutes les feuilles de papier qui étaient à ma portée. Vous trouverez ci-dessous une sélection de ce que j’ai noté. Mes collègues Sophie Lucet et Florence Lotterie auront peut-être retenu d’autres éléments et pourront en rendre en compte à leur tour, ici ou ailleurs. Quant à Pierre Schœller, qu’il n’hésite pas, si d’aventure il lit ces quelques lignes, à me demander d’y revenir.

L’amphithéâtre 4 C est bien rempli. Une bonne moitié du public a vu et aimé le film. Les autres pas encore. Pierre Schœller commence par une courte présentation. Il part de ce qui est fictionnel dans son film : la vie de l’atelier d’un verrier et des habitants de son immeuble. La Révolution est perçue à travers le ressenti des personnages, comme une initiation à la politique. La relation du peuple à la figure du roi évolue, avec un sentiment d’impunité qui s’empare de tout le monde, jusqu’à l’insurrection puis au procès et à l’exécution du roi, le 21 janvier 1793, dont Pierre Schœller dit avoir voulu restituer la densité et la complexité humaine.

Interrogé sur les liens entre Un peuple et son roi et ses deux films précédents (Versailles et L’exercice de l’État), Pierre Schœller dit qu’il continue à traiter le fait politique, mais que, s’il s’est pris de passion pour ces trois années de la Révolution, c’est à partir de la question «qu’est-ce qu’un peuple politique?» Il dit pourtant, à plusieurs reprises, que son film n’est pas là pour raconter quelque chose sur aujourd’hui. Lorsqu’une spectatrice lui demande d’expliquer cette contradiction apparente, il précise sa pensée: Un peuple et son roi est un film en réaction au présent. Le peuple a perdu le pouvoir. On lui a dénié et on lui dénie encore son rôle politique. Mais il y a bien eu un moment où la politique a fait quelque chose, où le peuple a été puissant: c’est là. La société s’est réinventée, reconstruite. De nombreux acteurs sont intervenus dans les événements, bien au-delà de la seule classe bourgeoise, parce que beaucoup de gens ont senti et compris qu’il se passait quelque chose. Ils ont senti l’inédit de la Révolution, mais aussi sa fragilité. C’est pour cette raison que les célébrations ont été si nombreuses déjà pendant la Révolution : il fallait inscrire ce qui arrivait dans la postérité.

La discussion a longuement porté sur la tradition contre-révolutionnaire en France et particulier sur la place du roi dans les imaginaires nationaux. Pierre Schœller invite à douter de la réalité de cette tradition. Dans sa jeunesse, dit-il – il est né en 1961 –, il n’était pas question du roi, mais de la guerre froide et des rapports de classe. Les deux guerres mondiales aussi sont importantes, mais pas le roi. Nous ne savons pas ce que c’est de vivre sous une monarchie. Pierre Schœller revient sur le 21 janvier: alors que le roi était coupable et que sa mort était l’exécution d’une peine, on en a fait une faute du peuple, pour dénier à celui-ci un rôle politique. Ainsi, dit Pierre Schœller, c’est un leurre de dire que deux traditions coexistent, la révolutionnaire et la monarchique. On nous jette le «sang» de la Révolution pour nous aveugler sur son progressisme.

Interrogé sur son usage de la fiction dans un film historique et politique, Pierre Schœller affirme qu’il s’est libéré du langage romanesque du 19esiècle parce qu’il voulait être dans la fragilité et dans l’exploration. Évoquant le cheminement fictionnel du film, il se corrige et propose de parler plutôt d’un cheminement intime. Un peuple et son roimontre une exploration et un geste. Le film relève ainsi de l’imagerie, de la vision ou du tableau. Il a quelque chose à voir aussi avec l’opéra. Pierre Schœller utilise aussi le mot impressionniste. Il ajoute, plus tard, que son film est une adresse aux comédiens, au cinéma et à la représentation. Il a le sentiment d’avoir esquissé, effleuré les choses, notamment la salle du manège, qui existe, dit-il, qui n’est pas très loin.

De temps en temps le réalisateur évoque des éléments du film auquel il a dû renoncer. La Fête de la Fédération du 14 juillet 1790 était impossible à filmer parce qu’elle impliquait un nombre de figurants beaucoup trop important, mais Pierre Schœller aurait voulu filmer le bal organisé sur les ruines de la bastille quelques jours plus tard. Il regrette de n’avoir pas fait entendre le texte que le roi laisse quand il quitte les Tuileries, avant d’être arrêté à Varennes. On ne devrait pas parler de la fuite à Varennes, dit-il à ce propos, mais du passage à l’ennemi.

De nombreuses interventions de la salle reviennent sur la portée politique du film. Interrogé sur le populisme, Pierre Schœller dit y voir un effet du vol de l’existence politique du peuple. Il insiste à contrario sur le geste politique commun aux révolutionnaires. Par des célébrations, des dons ou des interpellations, les femmes et les hommes du peuple participent à la vie de l’Assemblée nationale. Les députés font eux-mêmes partie du peuple et l’idéal révolutionnaire n’est pas de fabriquer un point de croissance. Ce geste politique commun est le fait de ce que Pierre Schœller appelle «les multiples», par opposition au pouvoir d’un seul, qui revient brutalement avec Napoléon.

La question de l’héritage revient aussi souvent dans les propos de Pierre Schœller. Il dit avoir été lié par l’idée que les personnages qu’il mettait en scène avaient existé et qu’il ne pouvait pas les trahir. Évoquant le désarroi de Tocqueville face à une Révolution dont le sens lui échappe, il affirme que son héritage se redéfinit sans cesse. Il insiste surtout sur le fait que la Révolution a existé, et que par conséquent elle peut exister encore. Il dit de la même manière à propos d’Un peuple et son roi: ce film est là, il existe, il sera vu.


Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Pierre Schœller à Paris Diderot», Littérature et Révolution, publié le 24 octobre 2018, https://litrev.hypotheses.org/1470.

Image à la une: image du film. Marat et Saint-Just à la Convention. ©Studiocanal


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.