Vers un catalogue numérique de la Révolution

Introduction à la table ronde du séminaire UDPN (usages des patrimoines numérisés) du vendredi 9 novembre 2018, à l’université Paris Diderot: «Des sources de Michelet au Catalogue numérique de la Révolution française : faire l’inventaire d’un patrimoine dispersé».

L’index des sources de l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet, en cours de constitution dans le cadre du projet La Fabrique de la Révolution, fait apparaître un corpus de plusieurs dizaines de titres et d’un nombre plus grand encore de volumes. On y trouve des grandes sommes sur la Révolution française, des collections éditoriales comme celle de l’éditeur Baudouin ou encore des ouvrages isolés. Ce corpus singulier est attaché à un auteur, à quelques années de sa vie, et à un ouvrage, mais il donne une idée de ce qui s’est transmis et de ce qui s’est inventé entre l’époque de la Révolution et celle où Michelet a écrit son livre.

Ce corpus pourrait être le point de départ d’un nouveau projet de recherche: la constitution d’un catalogue numérique de la Révolution française. La table ronde d’aujourd’hui est une occasion de réfléchir à ce que pourrait être un tel catalogue – et à son opportunité même, qui est tout sauf évidente. Pour cela je commencerai par un rapide état des lieux avant d’esquisser quelques idées sur les perspectives ouvertes par les évolutions numériques récentes.

Un désir de Révolution

Les textes sur la Révolution française ont suscité un intérêt extraordinaire dès l’époque même de la Révolution. Les témoignages sarcastiques d’un écrivain – Louis Sébastien Mercier – et d’un journaliste anonyme donnent une idée de cet engouement:

On se mit à dépouiller l’histoire ancienne et moderne ; et tout ce qui pouvait avoir trait aux événements du jour fut saisi comme prédiction, prophétie. Tous les livres qui portaient pour titre Révolution furent achetés, enlevés ; des éditions qui pourrissaient dans les magasins du libraire virent le jour, et l’on n’entendait plus que des voix qui demandaient à tous les bouquinistes : donnez-moi l’histoire d’une révolution !

Louis-Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, 1798.


Nous imprimons avec empressement ce petit morceau qu’un singulier hasard a fait tomber hier entre nos mains. Il nous semble qu’il a le mérite de l’a-propos. Depuis six ans nous sommes accablés d’histoires de la révolution.

« Dialogue entre M. A de l’ancienne académie des Inscriptions et Belles-Lettres, & M. B, représentant des 3799 auteurs d’histoires de la révolution ou de parties de la révolutions », Journal de Paris, n°240, 30 Floréal an XI [20 mai 1803]

Dès la Révolution, puis pendant tout le 19e siècle, les collectionneurs d’imprimés sur la Révolution ont été nombreux. Yann Fauchois, conservateur à la BNF, a esquissé l’histoire des collections qui sont arrivées à la BNF dans un article passionnant1 qui commence par la citation d’un texte de Noël France. Le père d’Anatole France écrivait notamment ceci, en 1862 : «Il faut donc étudier la Révolution, mais l’étudier aux sources premières ; c’est de là qu’il faut faire jaillir la vérité»2.

Le désir de Révolution est aussi très souvent, comme le suggèrent ces quelques mots, le désir d’un retour aux sources : les sources imprimées sont considérées comme une origine, comme un moyen d’annuler le temps qui sépare de la Révolution et de revenir au plus près de sa vérité historique. Ce désir reste très fort. C’est celui du metteur en scène Joël Pommerat qui a voulu débarrasser la Révolution de ses images d’Épinal en travaillant à partir d’un matériau d’archives (surtout imprimées) pour la création de la pièce Ça ira (1) Fin de Louis, celui du cinéaste Pierre Schœller tout récemment avec le film Un peuple et son roi et celui de l’écrivain Éric Vuillard qui présentait ainsi son livre 14 juillet :

De la Bastille, il ne reste rien. La démolition du bâtiment commença dès la nuit du 14 juillet 1789. De l’événement, nous avons les récits du temps. […] En m’en tenant aux récits méprisés, écartés, j’ai voulu me fondre dans la foule. Et puisque c’est bien le grand nombre anonyme qui fut victorieux ce jour-là, il fallait également fouiller les archives, celles de la police, où se trouve la mémoire des pauvres gens.

Ce désir de Révolution est aussi scientifique. C’est le mien sans doute, puisque j’ai essayé de constituer la liste la plus exhaustive possible des histoires de la Révolution publiées entre 1789 et 1814. Mais c’est aussi celui de beaucoup d’autres: celui de l’équipe de collègues qui a travaillé à la constitution et à l’étude du corpus des Romans de la Révolution du 19e siècle et qui a publié ses résultats dans un beau volume en 2014, celui de ces chercheurs allemands qui ont fait la liste de tous les ouvrages français de la période révolutionnaire traduits en allemand3, sans même parler pour le moment de la somme bibliographique d’André Monglond, quelques générations plus tôt. Il existe aussi une page de Wikipédia consacrée à la «Liste des ouvrages littéraires écrits sous la Révolution». L’entreprise – et son résultat – a quelque chose de dérisoire, mais elle témoigne de l’existence de ce désir au-delà des seuls spécialistes.

Un patrimoine dispersé

Cependant, le désir de cataloguer la Révolution se heurte à une difficulté majeure : le patrimoine imprimé ou littéraire de la Révolution est à la fois massif et désordonné, si bien qu’il est peut-être insaisissable. Mercier, en 1798, s’en plaignait déjà et il adoptait une solution radicale: s’en tenir à ce qu’il avait vu.

Chaos épouvantable formé par les écrivains de la révolution, masse énorme de feuilles périodiques, de brochures et de livres, dépôt obscur et volumineux de discours contradictoires, débordement d’invectives et de sarcasmes, amas confus où la calomnie s’est noyée elle-même, dossier effroyable du plus opiniâtre et du plus sanglant des procès, cesse d’accabler mes esprits, tu ferais reculer jusqu’à un Tacite. Je ne veux point t’ouvrir, je ne veux point te consulter; je ne veux plus rien lire, je n’en crois que moi ; eh ! que pourrait-il sortir de cette cuve où bouillonnent encore les vagues écumeuses?

Dans son article, Yann Fauchoix reprend une remarque de Gérard Walter : «les sources et les ouvrages relatifs à la Révolution française [sont] à rechercher dans tous les fonds du département des Imprimés de la Bibliothèque nationale». Et il ajoute : «Mais pouvait-il en être autrement?» Il montre aussi que le désordre persiste même pour les fonds qui ont été l’objet des plus grands efforts de classement. Quand le désir d’ordre du Second Empire conduit à la constitution d’un Catalogue de l’histoire de France (10 volumes, 1855-1870), les ouvrages relatifs à la Révolution sont dispersés dans de très nombreuses sections thématiques: «histoire constitutionnelle de la France (Le)», «histoire de France par règnes (Lb)», « histoire militaire (Lh)», «histoire diplomatique (Lg)», «détails de l’histoire ecclésiastique de France (Ld4)», «Histoire des armes de France (Li22)» et bien sûr «Histoire de France par époque (La)» qui comprend notamment un chapitre «Ouvrages généraux sur la Révolution» (La32), mais aussi «Mémoires de la période révolutionnaire» (La33), «Généralités de l’émigration» (La34), «Généralités des guerres de la Vendée, chouannerie et autres guerres civiles» (La35). À l’intérieur d’une même division, ce n’est guère mieux: on trouve de tout parmi les «ouvrages généraux sur la Révolution», des histoires, des essais, des brochures politiques, des recueils composites, quelques titres étrangers même.

La bibliographie en 10 volumes d’André Monglond est un autre exemple des difficultés de classement. La France révolutionnaire et impériale, annales de bibliographie méthodique et description des livres illustrés classe les ouvrages par année, de 1789 à 1815, et pour chaque année en fonction d’un classement thématique et générique dont les grandes divisions sont les suivantes :

I. La vie française, c’est-à-dire le milieu social dans lequel se développe l’activité littéraire. II. La tradition littéraire, ou le rôle que joue le passé pour contenir et diriger les efforts de renouvellement. III. Les relations littéraires avec l’étranger […] IV. Enfin, la littérature nouvelle.

Alors que le Catalogue de l’histoire de France est, comme son nom l’indique, une entreprise historienne, André Monglond contribue à l’histoire du livre et à l’histoire de la littérature, ce qu’il manifeste dans les divisions adoptées. Mais, dans un cas comme dans l’autre, le découpage proposé paraît arbitraire et il complique souvent la recherche d’informations. Ces deux outils parmi d’autres – mais sans doute plus monumentaux que d’autres – ont leur richesse et leur limite, la première d’entre elles étant désormais qu’ils sont des catalogues imprimés.

Beaucoup plus près de nous, il existe depuis 2013 des Archives numériques de la Révolution française (https://frda.stanford.edu/fr). Mais les ambitions de ce site internet crée par l’université de Stanford et la BNF se limitent à deux corpus, d’une part les Archives parlementaires et d’autre par une banque de 14 000 images. L’impression de désordre persiste avec les Archives parlementaires, dont le corpus a d’ailleurs, lui aussi, été établi au 19e siècle :

Les Archives parlementaires sont une collection de sources relatives à la Révolution française, organisées de façon chronologique. Elles ont été créées au milieu du XIXe siècle pour constituer un recueil précis des délibérations parlementaires, et incluent également des lettres, des rapports, des discours et autres comptes rendus directs issus d’une multitude de sources d’archive et publiées.

Les bibliographies les plus raisonnées et les plus récentes, sont aussi les plus partielles, attachées à tel ou tel projet de recherche ou à tel ou tel ouvrage. C’est en cela aussi que l’on peut dire que le patrimoine littéraire de la Révolution est dispersé.

Les outils généralistes comme le catalogue général de la BNF sont évidemment très utiles, mais ils permettent plutôt de construire ou de compléter des bibliographies que d’en générer directement.

Le développement de l’informatique puis d’internet ont déjà bien facilité les recherches, en rendant les inventaires existants plus visibles et plus accessibles. Le développement des outils numériques permet aussi d’autres progrès, que je vais évoquer maintenant, en avançant quelques idées sur ce que pourrait être un catalogue numérique de la Révolution française.

Le numérique pour mettre en commun

Les outils numériques permettent de rassembler et d’aligner les données bibliographiques, c’est-à-dire de décrire les ouvrages en utilisant des normes ou des modèles communs. Ce n’est pas complètement nouveau. Les formats MARC (MAchine Readable Cataloging) existent depuis la fin des années 1960 et la norme ISBD (International Standard Bibliographic Description) depuis la fin des années 1970. Il existe de plus en plus d’identifiants internationaux comme l’ISNI (International Standard Name Identifier, 2012) qui permet d’attribuer un code unique à chaque nom de personne.

Le FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records / Fonctionnalités requises des notices bibliographiques) qui existe depuis 1998 et qui a pris une importance croissante n’est plus une norme, si je comprends bien, mais un modèle. Il a notamment pour objectif, nous dit le site internet de la BNF, de jeter les bases de catalogues innovants.

Ces normes, standards ou modèles encouragent à adopter des mêmes manières de structurer les données qui sont compatibles les unes avec les autres, ce qui permet, une fois qu’ils ont été convertis, de réunir les catalogues anciens ou de les rendre interopérables.

L’ouverture des données (open data) est aussi une condition de possibilité de la mise en commun. Le mouvement de standardisation et d’ouverture des données a conduit récemment à l’ouverture de portails particulièrement intéressants pour la recherche, en particulier data.bnf dont les objectifs sont présentés de la manière suivante :

Les principaux objectifs du service data.bnf.fr sont :

– accroître la visibilité des données de la BnF, par une meilleure exposition sur le Web,

– fédérer les données de la BnF, au sein et au-delà des catalogues,

– contribuer à la coopération et l’échange de métadonnées par la création de liens entre des ressources structurées et de confiance,- faciliter la réutilisation des métadonnées (sous Licence ouverte) par des tiers.

Une dernière innovation importante doit être signalée : l’automatisation de certaines tâches de traitement des données permet un gain de temps et un changement d’échelle très important. Le TDM (text and data mining – fouille de textes et de données) permet d’extraire automatiquement de très nombreuses données, grâce aux progrès de la reconnaissance de caractères et à l’inventivité des programmateurs. On peut par exemple transformer un catalogue imprimé comme le Catalogue de l’histoire de France en base de données.

Grâce aux possibilités ouvertes par la normalisation, l’open data et le text and data mining, un catalogue numérique de la Révolution peut viser l’exhaustivité, ou du moins une très grande représentativité. Cela permet de renouveler l’histoire littéraire par une remise en cause des hiérarchies établies par la tradition. Cela ouvre aussi la possibilité de traitements statistiques, même si c’est un domaine où nous, littéraires, avons beaucoup à apprendre et ne sommes pas certains d’avoir beaucoup à gagner.

Le numérique pour mettre en réseau

Le lien hypertexte est devenu une chose très banale. Il est pourtant le point de départ d’un changement de nature important des catalogues. Il permet d’établir des liens directs entre des informations, sans passer par des outils intermédiaires comme les index ou les tables. Sur le catalogue de la BNF par exemple, il est possible d’accéder directement à une notice sur un auteur à partir d’une notice sur l’un de ses ouvrages, puis de là aux notices de ses autres ouvrages.

À l’avenir, dans le catalogue de la BNF ou dans d’autres, on pourrait de la même manière relier entre elles plusieurs éditions d’un même ouvrage, un ouvrage et sa suite, ou encore un ouvrage ou ses sources.

On pourra mieux rendre compte ainsi de l’épaisseur temporelle des ouvrages sur la Révolution, et se débarrasser de l’illusion de la source qui ferait remonter à l’origine de l’événement révolutionnaire, de la vérité qui « jaillit », comme le dit Noël France. On ferait ainsi apparaître des strates de textes et l’on pourrait étudier, pour filer cette autre métaphore, la sédimentation des imaginaires. C’est pour cette raison qu’il me semble intéressant de construire un catalogue d’ouvrages imprimés relatifs à la Révolution française plutôt qu’un catalogue des ouvrages publiés pendant la Révolution. Il s’agit moins d’établir une cartographie de la production éditoriale à un moment donné que de faire apparaître des dynamiques et des traditions littéraires.

La mise en réseau des informations permet également de mieux rendre compte de la multiplicité des sources ou de ce qu’Antoine de Baecque, dans son étude d’un corpus de mille brochures révolutionnaires, appelait la « source touffue »4.

Les développements récents du web sémantique ou web de données (linked open data) est très prometteur dans cette perspective, puisqu’il consiste précisément à structurer les informations sous la forme de relations ou plus exactement de triplets sujet-prédicat-objet. Le modèle conceptuel de données bibliographiques FRBR a évolué depuis sa création pour s’adapter au développement du web de données et se rapprocher du modèle utilisé pour le patrimoine culturel (CIDOC CRM): d’où le modèle FRBRoo (orienté objet).

Autrement dit, le web de données est à la fois ce qui permet d’aller beaucoup plus loin dans la mise en commun des informations bibliographiques, ou pour le dire autrement dans l’interopérabilité des catalogues existants, et de structurer les informations relatives à chaque ouvrage comme un ensemble de relations.

On y gagne en souplesse, mais aussi en complexité. Dans le cadre d’un modèle conceptuel, on doit construire sa propre «ontologie», c’est-à-dire sa grammaire : choisir quels peuvent être les sujets, les prédicats, les objets, et comment ils peuvent – ou pas – être associés. Autrement dit, on ne remplit pas des champs imposés, comme pour une notice bibliographique au format MARC par exemple, mais on peut choisir les relations que l’on veut renseigner au sein d’un modèle offrant de très nombreuses possibilités.

Le numérique pour enrichir les données

On peut donc collecter les informations bibliographiques existantes, y compris de façon automatisée et massive. On peut également établir des liens entre ces informations, par exemple à l’occasion d’un programme de recherche comme celui que nous menons sur les papiers de Michelet. Mais on peut aussi, encore et toujours, ouvrir des livres, les observer, les feuilleter et même, pourquoi pas, les lire. Lorsque nous lisons pour nos recherches, nous prenons des notes et nous faisons des fiches, qui peuvent être manuscrites ou informatisées et qui sont plus ou moins structurées. Certains utilisent même des logiciels de traitement bibliographique comme Zotero, mais il faut avouer qu’ils ne sont pas encore très nombreux.

Avec le développement d’internet et des outils collaboratifs, il est devenu possible de partager les informations ainsi collectées et les enseignements que nous en tirons. Zotéro propose par exemple des bibliothèques partagées entre plusieurs chercheurs. 

Wikipédia va plus loin encore, puisque les informations qui y sont déposées sont accessibles et modifiables par tous. On peut, après avoir lu un livre, enrichir la page Wikipédia correspondante, ou la créer si elle n’existe pas, ou encore compléter la page de son auteur. Certes, les informations ainsi publiées ont quelque chose d’aléatoire et comportent des maladresses, voire des erreurs, qui sont corrigées plus ou moins rapidement. Mais le potentiel de la «production participative» (crowdsourcing) est considérable dans le cas qui nous intéresse: chaque lecteur d’un ouvrage sur la Révolution pourrait ajouter des informations précieuses, y compris même en repérant qu’un texte a pour objet la Révolution et en l’ajoutant au catalogue.

Un catalogue numérique de la Révolution pourrait ainsi prendre pour modèle la plateforme numérique AtlasMuseum, créée par Virginie Pringuet: «À travers un processus d’inventaire fondé sur la contribution des professionnels, mais aussi du public, les œuvres d’art public sont répertoriées, géolocalisées et documentées au sein d’un atlas Wiki.» Autrement dit, pour recenser et décrire les œuvres d’art présentes dans l’espace public, le projet utilise à la fois des inventaires existants (par exemple au Ministère de la Culture) et des contributions individuelles: toute personne qui voit une œuvre peut la décrire, en remplissant un formulaire. Un catalogue numérique de la Révolution pourrait être développé selon les mêmes principes: une partie des informations seraient reprises de catalogues existants, mais tout lecteur d’un livre sur la Révolution pourrait créer une nouvelle fiche ou enrichir une fiche existante.

Questions

  • Comment s’y retrouver dans les données existantes? Comment en tirer parti malgré leur hétérogénéité?
  • Est-il utile de créer son propre catalogue? Ne vaudrait-il pas mieux contribuer à des outils existants, et lesquels?
  • Comment éviter de constituer des données isolées des autres données?
  • En particulier: comment construire quelque chose qui s’articule au mieux avec les ressources de la BNF (data BNF, Gallica) et celles de Wikimédia (Wikidata, Wikisource, Wikipédia)?
  • Que faire de Google?
  • Peut-on inventer son propre modèle de description des ouvrages, avec des rubriques qui n’existent pas dans les autres catalogues (par exemple une rubrique «études»)? Est-ce contradictoire avec la volonté d’adopter des standards?
  • Comment faire pour que les usagers participent à la production de données?
  • Comment faire pour que le catalogue reste vivant, c’est-à-dire qu’il évolue sans cesse, avec de nouvelles entrées et des informations plus complètes ou plus précises?

Image à la une: Catalogue de l’histoire de France, t. I, 1855, p. 160-161 (détail).

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Vers un catalogue numérique de la Révolution», Littérature et Révolution, publié le 7 novembre 2018, https://litrev.hypotheses.org/1532.
  1. Yann Fauchois, «Histoire de la Constitution et du signalement des fonds révolutionnaires au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale (1790-1875) », dans Gilles Bertrand, Michel Biard, Alain Chevalier, Martial Poirson et Pierre Serna (dir.), Collectionner la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2016, p. 139-150. []
  2. Noël France, Description… de la collection… de feu M. le comte H. de la Bédoyèresur la Révolution française, 1862. []
  3. Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt (dir.), Kulturtransfer im Epochenumbruch Frankreich – Deutschland 1770-1815, zusammen mit Annette Keilhauer und René Nohr, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1997, 2 vol. ; Erich Pelzer, Die Wiederkehr des girondistischen Helden : deutsche Intellektuelle als kulturelle Mittler zwischen Deutschland und Frankreich wärhend der Französischen Revolution, Bonn, Bouvier, 1998. []
  4. Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoireMétaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1993, p.29. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.