Fictions de la Révolution : le colloque

Le colloque « Fictions de la Révolution1 », organisé par Corinne Saminadayar-Perrin et Jean-Marie Roulin, s’est déroulé en deux parties, la première les 12 et 13 mai à l’université Paul-Valéry de Montpellier, la seconde les 6 et 7 octobre à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne. En attendant le beau livre qui naîtra de ce colloque2, voici quelques remarques pour contribuer à la mémoire de nos échanges et inviter à prolonger la discussion.

Comme souvent, je me suis particulièrement intéressé à ce que l’on peut appeler l’invention littéraire de la Terreur. Dans son étude du Stello d’Alfred de Vigny (1832), Paul Kompanietz a mis en évidence plusieurs traits typiques de l’écriture de la Terreur : les métaphores, les allusions mythologiques ou bibliques et une « scénographie » qui en fait « un spectacle tragique ». L’écriture de la Terreur est aussi au service d’une conception de la littérature : « la vie poétique serait fondamentalement incompatible avec l’essence du pouvoir politique ».  La métaphore de l’abîme des révolutions, que j’ai étudiée de mon côté, participe de cette écriture. Quand Louis XVIII l’utilise dans un discours de 1819, il demande – en vain – que cessent les débats ouverts en 1789. L’image permet de faire de la Révolution, et plus particulièrement de la Terreur, un repoussoir : époque de démesure qui a menacé de tout anéantir (c’est l’abîme gouffre ou l’abîme océan), époque infernale (l’Abîme où règne Satan dans la bible et dans Les Martyrs de Chateaubriand, publiés en 1809), époque déraisonnable enfin (l’abîme des passions).

À Montpellier, après une étude qui prenait au sérieux la formidable charge contre-révolutionnaire d’Élémir Bourges dans le roman Sous la hache, Claudie Bernard s’est demandé si cet auteur n’en faisait pas finalement un peu trop, s’il ne jouait pas à nous terroriser, animé par le goût du cabotinage plus que par un pessimisme décadantiste. Dans la discussion qui avait suivi, il avait été question de l’intertexualité. En faisant signe vers d’autres textes, les fictions de la Révolution mettent en évidence leur facticité, ou du moins le fait qu’elles obéissent à d’autres logiques que celles de la reconstitution historique.

À Saint-Étienne, nous nous sommes demandé s’il peut être pertinent de considérer les fictions de la Révolution comme des réponses à un traumatisme. Claude Millet a suscité cette discussion en parlant deLa Berline de l’émigré de Mélesville et Hestienne (1835). Ce drame en cinq actes dépolitise en effet la Terreur pour en faire un objet suranné. L’ironie, l’humour et la distance suggèrent qu’on ne peut enfermer les fictions de la Révolution dans l’interprétation univoque du trauma. Il serait d’ailleurs utile de faire l’histoire d’une telle lecture de la violence révolutionnaire.

Nous avons également discuté des interprétations qui font de la Révolution un phénomène religieux. Dans le roman Les Dieux ont soif d’Anatole France (1912) que nous l’a présenté Corinne Saminadayar-Perrin, le fanatisme révolutionnaire est effectivement un fanatisme religieux. Évariste Gamelin s’imagine investi d’une mission sacrée lorsqu’il siège au tribunal révolutionnaire. À l’inverse, l’athée Brotteaux reste lucide. Mais on peut débattre du statut de ce texte : peut-on considérer que la fiction révèle ainsi une réalité de la Révolution, rejoignant dans une certaine mesure les analyses de Mona Ozouf qui bien plus tard parlera de « transfert de sacralité », ou bien cette lecture de la Terreur est-elle une fabrication, produit avant tout du contexte d’écriture du roman ? On peut en particulier se demander à quelles conditions il est devenu possible de faire d’un athée un personnage modèle.

Puissent les autres participants m’excuser de ne pas les évoquer dans ce compte rendu trop rapide. La liste des communications, que je copie ci-dessous, donne déjà une idée, en attendant le livre, de la richesse des textes étudiés et des questions posées.


Liste des communications

À Montpellier (RIRRA 21, université Paul-Valéry)
les 12 et 13 mai 2016

IRREPRÉSENTABLE ?

Stéphanie Genand (université de Rouen), « Repenser l’âme sauvage en 1800 (Staël, Sade, Chateaubriand) »

Xavier Bourdenet (ESPE Paris-Sorbonne), « Points de fuite : la Révolution comme irreprésentable (Les Chouans) ».

Sophie Lucet (université Paris-Diderot), « Autour de « l’introuvable » drame national sur la Révolution (Goncourt, Rolland, Sardou, etc.) »

RACONTER

Céline Léger (université Jean-Monnet, Saint-Étienne / université Paul-Valéry, Montpellier), « Madame Thérèse, ou Les volontaires de 92 d’Erckmann-Chatrian : la Révolution saisie par le “détail” » ?

Claudie Bernard (New York University, États-Unis), « “Ne touchez pas à la hache”. La malédiction du couperet dans Sous la hache d’Elémir Bourges »

Guillaume Milet (Université Lyon 2), « Ceci est le commencement du règne de l’Évangile éternel » : Spiridion de George Sand, une fiction didactique de la Révolution

Paul Kompanietz (lycée Carnot, CPGE / UMR IHRIM), « La Terreur dans Stello »

FIGURER

14 h 30. Sylvie Vielledent, « Le Chouan dramatique : avatars d’une figure de la contre-révolution »

15 h 15. Jean-Marie Roulin (université Jean-Monnet, Saint-Étienne / UMR IHRIM), « La Révolution déterritorialisée : Jocelyn de Lamartine »

16 h 15.  Corinne Saminadayar-Perrin (université Paul-Valéry, Montpellier), « Rimbaud,  “Le Forgeron” ».

À Saint-Étienne (IHRIM, Université Jean-Monnet)
les 6 et 7 octobre 2016

IMAGINAIRES DE LA RÉVOLUTION

Jacob Lachat (Université de Lausanne) : Conjectures sur la Révolution : prédictions romanesques et imagination historique dans les années 1790.

Christelle Bahier-Porte (UJM Saint-Étienne) : Les Contes de la Révolution.

Lucien Derainne (UJM Saint-Étienne) : « Est-ce une réalité, est-ce une chimère ? » La Révolution et l’idée de fiction dans Le Nouveau Paris de Louis-Sébastien Mercier.

Paule Petitier (Université Paris Diderot-Paris 7) : Intrigue sentimentale et récit de la Révolution.

Vincent Bierce (ENS de Lyon) : Fictions balzaciennes de l’Histoire à l’envers, ou comment effacer la Révolution.

RÉCIT DE LA RÉVOLUTION ET IDÉOLOGIE

Olivier Ritz (Université Paris Diderot-Paris 7) : Écrire « l’abîme des révolutions ».

Aude Déruelle (Université d’Orléans) : Les massacres de Septembre à travers l’histoire et la fiction.

Franck Laurent (Université du Maine) : Fictions religieuses de la Révolution française chez Victor Hugo (La Fin de Satan, etc.).

Corinne Saminadayar-Perrin (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Fanatisme. Anatole France, Les Dieux ont soif.

MOURIR SUR SCÈNE

Paola Perazzolo (Università di Verona) : L’héroïsation des jeunes martyrs dans les « faits historiques ».

Maurizio Melai (Université Paris-Sorbonne) : « Mais l’œuvre est immortelle, et les hommes nouveaux, / Maudissant les acteurs, béniront les travaux. » Le personnage de Charlotte Corday dans le théâtre post-révolutionnaire.

Claude Millet (Université Paris Diderot-Paris 7) : La Révolution vue de 1835 : La Berline de l’émigré, drame en cinq actes de Mélesville et Hestienne.

  1. Le programme « Fictions de la Révolution » prolonge un beau travail collectif publié en 2014 dans le volume Les Romans de la Révolution. Pour les détails, voir le compte rendu que j’ai rédigé ici. []
  2. Sur son site internet, Corine Saminadayar-Perrin annonce déjà un titre prometteur pour l’introduction : « la Révolution, machine à fiction ». []

1 pensée sur “Fictions de la Révolution : le colloque”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *