Les notices d’autorité sont-elles aristocrates ?

Le bon usage, pour citer un auteur, est d’utiliser une forme normalisée, telle qu’elle apparaît dans les notices d’autorité. Le catalogue de la BNF est – parmi d’autres – un outil commode pour cela, puisque tout en indiquant la «forme internationale», il propose également une liste de «formes rejetées». Mais combien de fois ai-je été au moins perplexe, sinon franchement révolté, devant la forme retenue pour des écrivains de la période révolutionnaire?

Pourquoi diable faudrait-il que Robespierre s’appelle «Maximilien de Robespierre» ?

Pourquoi l’historien Toulongeon, qui a rallié le Tiers dès 1789, qui se fait appeler «le citoyen Toulongeon» sous le Consulat et qui n’a repris ensuite ni sa particule ni son titre devrait-il être désigné par cette forme absurde : «Toulongeon, François-Émmanuel d’Emskerque (1748-1812 ; vicomte de)»? Ses prénoms ne suffisent-ils pas pour le distinguer de son frère, le ci-devant comte?

Pourquoi enfin Jean-Baptiste Louvet, parfaitement roturier, partisan enthousiaste de la Révolution et député à la Convention, devrait-il porter pour toujours le nom de plume qu’il avait adopté brièvement avant la Révolution, «Jean-Baptiste Louvet de Couvray»?

Je serais curieux d’en savoir plus sur les critères et les protocoles qui ont conduit à retenir une forme plutôt qu’une autre. Tout se passe comme s’il existait une sorte de prime à la noblesse, qui renforcerait une vision aristocratique de la littérature.

Pour aller plus loin, on peut lire le bel article de Maxime Triquenaux sur le carnet Imaginaires du pouvoir et de la noblesse (XVIIIe-XIXe): https://imaristo.hypotheses.org/193

[Ajouté le 20 mai 2019] Maxime Triquenaux (qui tient le carnet Imaginaires du pouvoir et de la noblesse XVIIIe-XIXe) et Yohann Deguin (qui vient de créer le carnet Non-fictions sous l’Ancien Régime) ont réagi à la publication de ce billet sur un réseau social. Ils m’autorisent à reprendre ici quelques éléments de leurs propos éclairés. Merci à eux!

Yohann prend l’exemple du cardinal de Retz. Pour adopter la position la plus neutre possible dans sa thèse, il aurait voulu écarter titres et honneurs en adoptant la forme «Retz, Jean-François-Paul de Gondi de». Mais la BnF rejette cette forme et recommande d’écrire «Retz, Cardinal de». Yohann commente: «Adieu le prénom, au passage ; adieu aussi le nom de famille, en fait.» Il prend un autre exemple: celle qu’il faudrait désigner en utilisant la forme «Sévigné, Marie de Rabutin-Chantal (marquise de)», plus souvent désignée par la forme «rejetée», «Madame de Sévigné». Or, remarque Yohann, «le marquisat est une usurpation de son mari». Il suggère ensuite «qu’on se heurte aux noms sous lesquels ils sont entrés dans le canon» avant de remarquer de très nombreuses incohérences qui «laissent penser à des choix arbitraires de la part des éditeurs» puis de conclure que le critère principal semble être «ce que la postérité a retenu».

Maxime insiste lui sur l’instabilité des noms et des titres des nobles. Il en donne un exemple spectaculaire en recopiant une note de bas de page de sa thèse: «Née Charlotte Élisabeth du Palatinat, à Heidelberg en 1652, fille du comte-électeur Charles-Louis Ier du Palatinat, elle a porté de nombreux noms en fonction de sa situation familiale et sociale. Mariée à Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV, elle devient duchesse d’Orléans et on l’appelle à la cour “Madame”. Elle est encore appelée parfois “Charlotte Élisabeth de Bavière”, de par son appartenance à la maison de Wittelsbach. Son surnom de “princesse Palatine” devient bien plus tard une convention, tandis que ses lettres sont communément appelées “Lettres de la princesse Palatine”. Par commodité et pour la différencier des autres duchesses d’Orléans, je choisis donc ici de suivre cet usage éditorial.»

L’échange a porté pour finir sur une question particulièrement intéressante: la manière de nommer les autrices. Pourquoi faudrait-il appeler «Manon Roland» (c’est la forme utilisée par Wikipédia) «Roland de La Platière, Jeanne-Marie» comme le préconise la notice d’autorité de la BNF, quand celle-ci signait «Roland, née Phlipon»? Pourquoi faudrait-il l’appeler «Madame Roland», comme on le fait communément? « Le plus agaçant, dit Maxime, c’est le “Madame”», qu’on retrouve d’ailleurs jusque dans certaines formes normalisées, comme «Campan, Madame» (et ce n’est pas faute de savoir qu’elle s’appelait Jeanne).

Bref, s’il est bien possible que les notices d’autorité soient aristocratiques, il est à craindre aussi qu’elles soient sexistes.

Image à la une : capture d’écran de Wikidata (https://www.wikidata.org/wiki/Q44197)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.