De la nature et de l’action politique

À huit jour d’une «grève mondiale pour le climat» qui me semble particulièrement importante, l’envie me prend de publier ici un court extrait de mon discours de soutenance de thèse. Le 15 novembre 2014, je présentais ainsi les raisons qui m’avaient conduit à passer par les discours sur la nature pour étudier les rapports entre la littérature et la politique pendant la Révolution française.

« Le problème que pose la Révolution française est précisément celui des relations entre la littérature et la politique. Cette interrogation était déjà au cœur de mon master, mais sous une forme qui m’apparaît rétrospectivement limitée : en étudiant les mémoires de Louvet, L’Émigré de Sénac de Meilhan et Le Nouveau Parisde Mercier, je me demandais ce que la littérature inventait de nouveau pour rendre compte de la nouveauté politique. Il était nécessaire de sortir du face à face : c’est ce qu’a permis l’introduction de la nature dans mon questionnement. Trois raisons justifient ce choix. La première est un constat empirique : la nature est très présente dans les textes qui débattent de la Révolution. La deuxième est un acquis de la recherche : on connaît la très grande importance de la nature dans toute la littérature des Lumières comme dans la littérature romantique. La troisième est que les textes sur la nature du 18esiècle ont mêlé des discours d’ordre scientifique, littéraire et politique, contribuant à déplacer les lignes de partage et redéfinir les domaines du savoir.

Les métaphores naturelles introduisent ces discours au cœur du débat sur la Révolution. Parce qu’elles sont des liens polyvalents, parce que leur sens est plus souvent en devenir qu’arrêté, parce qu’elles créent des ressemblances au lieu de s’appuyer sur celles-ci, elles constituent un objet privilégié pour étudier les relations complexes qui s’inventent alors entre la politique et la littérature par l’intermédiaire de la nature.Une autre raison d’être de la thèse que je présente tient à son contexte d’écriture. Notre époque se distingue de la Révolution par le poids politique qu’ont pris l’économie et la finance mondialisées. Mais une question posée et débattue alors me semble aujourd’hui décisive : l’action politique est-elle possible ? Vingt-cinq ans après le bicentenaire de la Révolution et la chute du mur de Berlin, la question n’est plus de savoir s’il faut vouloir transformer le monde ou si cette volonté est une illusion dangereuse. Tout se passe comme si tout le monde était à la fois convaincu qu’il est urgent de transformer le monde et qu’il est impossible de le faire. La naturalisation des discours politiques et économiques, avec les notions de crise et de croissance notamment, contribue fortement à l’idée d’impuissance. Mais inversement, alors que la nature a longtemps semblé avoir sa propre histoire, indépendante des hommes, il apparaît aujourd’hui que l’activité humaine en modifie dangereusement le cours. Les débats sur le climat nous invitent à lire avec une attention renouvelée les discours sur la nature au tournant des Lumières et renouvellent notre façon de penser l’action et la responsabilité collective. Ces enjeux très contemporains ont assurément motivé ma recherche : je ne crois pas trouver entre 1789 et 1815 des réponses aux questions d’aujourd’hui, mais peut-être des manières de formuler les questions, des invitations à remettre en cause des évidences et des indications sur la façon dont naissent les mythes politiques.»

Pour en savoir plus, on peut lire sur ce carnet une courte présentation du livre tiré de cette thèse : Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution.

Image à la une: L’arbre de la liberté, estampe de Antoine Alexandre Joseph Cardon gravée vers 1793-1795. Sur Gallica.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.