La Révolution dessinée sur le vif

Compte rendu. Florent Grouazel et Younn Locard, Révolution, I. liberté, Actes Sud – l’An 2, 2018. Cette (première) lecture est nourrie aussi d’échanges avec les auteurs, le 16 mars 2019, à l’occasion du colloque « La Révolution en 3D » organisé à l’université Paris I – Panthéon Sorbonne. Les propos prêtés aux auteurs en sont tirés.


Quelle chance que de voir débuter une telle entreprise! Ce n’est pas un épisode de la Révolution que racontent et dessinent Florent Grouazel et Younn Locard, c’est la Révolution dans toute son ampleur. Le premier volume (I. liberté), disponible depuis le début de l’année 2019, compte à lui seul 320 pages et traite d’une période historique qui s’étend d’avril à octobre 1789. Si les deux autres volumes annoncés (II. égalité; III. ou la mort) ont la même étendue et la même puissance d’évocation, le millier de pages de cette Révolution-là constituera une somme comparable peut-être, mutatis mutandis, à celle d’un Michelet.

C’est Paris que l’on voit (et sa périphérie, Versailles comprise), mais quel Paris! Perspectives, grands lieux, espaces connus et moins connus, sous-sol, rues vides et places envahies par la foule, assemblées et salons, imprimeries, hôpitaux, barrières et étals… Je n’ai pas le souvenir de n’être jamais rentré dans le Palais-Royal de 1789. C’est chose faite avec cette bande dessinée, qui m’a fait voir aussi comme jamais auparavant la salle des Menus plaisirs (où se sont tenus les premiers débats de l’Assemblée nationale) et bien d’autres hauts et bas lieux de la Révolution. Les plus grandes images, qui occupent une double page chacune, sont les premières qui attirent l’attention. Mais, à la lecture, c’est le mouvement qui l’emporte. Les changements d’angle et d’échelle produisent une impression d’immersion. Les auteurs disent avoir voulu «donner une vision au ras du sol, comme un reportage» avec «l’envie de dessiner sur le vif», tout en s’appuyant sur un travail documentaire important, mis en évidence notamment par les vignettes qui ouvrent chacun des onze chapitres.

Donner une vision au ras du sol, c’est aussi saisir la Révolution au niveau de «la rue» et de «l’émeute». Younn Locard et Florent Grouazel expliquent qu’après avoir lu une biographie de Robespierre, ils ont voulu faire la biographie de celles et ceux qui n’ont pas de biographie. Si tous les milieux sociaux sont représentés, les femmes et les hommes des Faubourg et de la Halle jouent les premiers rôles. Dans la rue, sous la rue même, on suit en particulier la trajectoire de Marie, qui pourrait être un Gavroche des catacombes si la situation de Gavroche n’était pas infiniment plus confortable que la sienne.

La vision de la Révolution ainsi proposée n’est pas une reconstitution ou une modélisation, mais bien une interprétation, pour aujourd’hui. C’est «un monde qui s’échoue, la chute de quelque chose de pourri, mais aussi une audace qui est sans borne» dit encore Younn Locard. Sans doute est-ce pour cela par exemple que l’on découvre les débats de l’Assemblée par l’intermédiaire d’un personnage qui n’y trouve aucun intérêt. La mise en scène du décalage entre ses réactions et l’enthousiasme de ceux qui l’entourent invite avec humour à prendre ses distance avec la sacralisation habituelle de l’éloquence parlementaire, dont le Ça ira (1) fin de Louis de Joël Pommerat et Un peuple et son roi de Pierre Schœller donnaient encore récemment l’exemple. La façon dont travaillent les deux auteurs est elle-même riche de sens politique : ils élaborent le scénario et ils dessinent ensemble, réussissant à leur échelle le pari d’une intelligence collective, sans hiérarchie entre l’élaboration de la pensée et l’exécution manuelle.

L’usage qui est fait de la fiction est particulièrement heureux. Des personnages créés pour ce récit voisinent avec des personnages dont les noms et les principales caractéristiques sont historiques. Ce dispositif éprouvé, hérité des romans historiques du 19e siècle, est habilement mis en œuvre avec le dédoublement d’un député aux États généraux, Augustin de Kervélégan, qui se voit doté d’un frère jumeau fictif, Abel. Mais il y a mieux. Chaque chapitre commence par un petit texte présenté comme un extrait du volume I (1788-1789) de A Tour in France, publié à Londres en 1795 par Nathanael Pym. Le témoignage d’un contemporain des événements authentifie le récit, comme s’il était possible de revenir à une connaissance immédiate de la Révolution. Sauf que ce Nathanael Pym n’existe nulle part ailleurs que dans l’imagination des auteurs et dans leur récit, où il apparaît épisodiquement. Avec ce faux témoignage, la fiction se cache et s’exhibe à la fois, comme dans les romans du 18e siècle. Alors que Joël Pommerat, Éric Vuilard et Pierre Schœller disaient tous les trois le rôle fondamental des documents historiques dans leur travail, Florent Grouazel et Younn Locard placent leur ouvrage sous le signe de la fiction : de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, et la Révolution est recréée !


Image à la une: image tirée de la bande dessinée Révolution I. liberté, de Florent Grouazel et Younn Locard, p. 59, publiée en ligne sur le site de Younn Locard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.