Richard Cœur de Lion : la royauté sauvée par les arts

Compte rendu. André Grétry, Richard Cœur de Lion, opéra-comique en trois actes sur un livret de Michel-Jean Sedaine, créé en 1784 à Paris, nouvelle production, Le Concert spirituel (chœur et orchestre), Hervé Niquet (direction), Marshall Pynkoski (mise en scène), à l’Opéra royal de Versailles, du 10 au 13 octobre 2019.

Aller à Versailles pour une représentation de Richard Cœur de Lion de Grétry, c’est avoir rendez-vous avec la Révolution française. Grétry était l’un des compositeurs les plus connus et les plus appréciés de la fin du 18e siècle, le compositeur préféré de Marie-Antoinette, c’est dire! Mais il y a mieux: un air célèbre de cet opéra, «Ô Richard, ô mon roi», a été l’élément déclencheur d’un tournant de la Révolution. Le 1er octobre 1789, les gardes du corps du roi organisent un grand banquet en l’honneur des officiers du régiment de Flandres. Ils dressent une grande table sur la scène de l’Opéra de Versailles. Les loges sont pleines de spectateurs. La famille royale se montre dans une loge, puis descend parmi les soldats rassemblés sur la scène.

La fête tourne à la démonstration contre-révolutionnaire. On foule les cocardes des révolutionnaires, on brandit celles des partisans du roi et surtout on chante cet air de l’opéra de Grétry :

Ô Richard! Ô mon roi!
L’univers t’abandonne;
Sur la terre il n’est donc que moi
Qui m’intéresse à ta personne!
Moi seul dans l’univers,
Voudrais briser tes fers,
Et tout le reste t’abandonne!

Orgie des Gardes du corps dans la salle de l’Opéra de Versailles (source: Gallica)

Des journaux et des brochures racontent la scène dans les jours qui viennent, suscitant l’indignation des révolutionnaires. Quelques jours plus tard, les 5 et 6 octobre, une foule composée majoritairement de femmes marche sur Versailles, envahit une partie du château, puis contraint la famille royale à quitter Versailles pour venir s’installer à Paris, dans le château des Tuileries. Quant à l’air de Grétry, il reste un air de ralliement royaliste pendant toute la Révolution, comme le rappelle entre autres choses un passage de La Marseillaise de Jean Renoir où les derniers fidèles du roi l’entonnent devant Louis XVI pendant la prise des Tuileries. 

L’Opéra royal de Versailles d’aujourd’hui souligne le lien qui unit Richard Cœur de Lion à la Révolution. Il rappelle que les journées d’Octobre ont été «la fin de Versailles et de son Opéra Royal» et, à l’occasion de cette «première production intégrale de l’Opéra Royale de Versailles depuis 1789», il met en avant un choix artistique: celui de costumes qui sont «ceux de la France prérévolutionnaire» (programme, p.7). Ainsi, ce spectacle de 2019 promettait autant de découvrir l’opéra de Grétry que de revivre, dans la salle même où il eut lieu, le banquet du 1er octobre 1789. Quel projet extraordinaire! Exaltant sans doute, pour qui s’intéresse à la Révolution, mais aussi troublant, à une époque où le Château de Versailles organise de plus en plus souvent des fêtes en costumes, y compris pour les très grands patrons, comme pour redonner vie et éclat au temps des privilèges.

Le spectacle lui-même, très réussi, renforce l’étonnement. À certains égards, il semble jouer de l’art du décalage pour inviter à la distance. Les décors (Antoine Fontaine) sont des toiles peintes qui font d’autant moins illusion qu’elles sont parfois changées à vue. Les draps que l’on tend sur des cordes, à l’acte I, permettent d’exhiber un instant la mécanique théâtrale. L’orage de l’acte II est l’occasion pour l’orchestre de mettre en branle tous ses tambours. La bataille finale tient davantage de la chorégraphie que de la mêlée guerrière. Il n’est pas sûr, pourtant, que toutes ces belles inventions pour la scène incitent le public à regarder les colonnes dorées de la salle, reproduites dans le décor, comme des artifices. Il est même possible qu’elles produisent l’effet inverse. Nul besoin d’illusion. La machinerie théâtrale et la performance des interprètes renforcent l’émerveillement du lieu et l’adhésion au pouvoir qu’il représente, dans la tradition très versaillaise des fêtes de cour étudiées par Marine Roussillon (sur son carnet Politiques du grand siècle ou dans l’introduction du numéro 282 de la Revue d’histoire du théâtre).

© Agathe Poupeney – Photographie sur le site Château de Versailles Spectacles

La superposition des époques historiques conduit cependant le public à se poser des questions qui font aussi beaucoup à l’intérêt du spectacle. À quelle époque sommes-nous? À celle des croisades, certes. À celle de la cour, sans doute. Mais les beaux costumes (Camille Assaf) et les décors rappellent plus fortement encore le premier dix-neuvième siècle, temps des romans historiques à la Walter Scott, de la peinture d’histoire et des gravures de Gustave Doré. L’affiche du spectacle reproduit d’ailleurs un Richard Cœur de Lion de 1841, celui du peintre Merry-Joseph Blondel.

Merry-Joseph Blondel, Richard Ier Cœur de Lion roi d’Angleterre, 1841. Sur Wikimedia Commons.

 Voilà qui change tout. Qui pourrait croire encore qu’il revit les fastes de la cour avant 1789 quand l’esthétique dominante est celle d’une époque qui, après la Révolution, n’a cessé de mettre en scène un passé qui ne passait pas? Dans un costume et des décors évoquant le 18e siècle, le roi Richard aurait pu être un Louis XVI sauvé par l’amour et l’amitié. On aurait pu faire semblant de croire que la Révolution avait été empêchée. Avec les costumes et les décors du roman historique et du film de cape et d’épée, la Révolution est présente sur scène. La forteresse gothique où est enfermé Richard a quelque chose de la Bastille, surtout quand elle est prise d’assaut à la fin de l’opéra. Le drapeau rouge qui est agité sur ses murs a beau porter les trois lions jaunes de l’Angleterre: on croit un instant voir la barricade des Misérables (celle de la comédie musicale plus encore que celle du roman). Le texte de Sedaine fait comme des échos qui ne pouvaient pas avoir été prévus au moment de la création de la pièce. Le désespoir du roi prisonnier évoque la captivité et la mort de Louis XVI :

Ô mort! viens terminer ma peine!
Ô mort! viens, viens briser ma chaîne!
L’espérance a fui de mon cœur.

Le destin de William est une condamnation des privilèges : il a été contraint à l’exil après avoir vengé la mort de son père, «tué par un gentilhomme des environs, pour un lapin qu’il avait tiré sur ses terres».

L’air «Ô Richard, ô mon roi» met en évidence l’ambivalence de l’opéra de 2019. Tout se passe comme si le roi était présent dans la salle: le chanteur Rémy Mathieu, qui incarne Blondel, vient se placer sur une passerelle entre l’orchestre et le parterre. Il se tourne vers le centre du balcon royal, là où le roi aurait dû être, tournant le dos à la forteresse de carton où est enfermé Richard. Mais le public, qui suit ses gestes et ses regards, n’en voit que mieux que le roi n’est plus là.

Et qu’importe d’ailleurs? L’opéra de Grétry n’est pas fait pour tirer des larmes, ou si peu. C’est à peine si le fidèle Blondel peut chanter son grand air au milieu des rires et des chants des bergers de l’acte I. Lui-même, déguisé en aveugle, déguise si bien sa peine qu’il lance une chanson à boire. Les amours? «J’aime mieux boire.» Les croisades? «J’aime mieux boire.» Le roi même?

Que le vaillant roi Richard
Aille courir maint hasard,
Pour aller, loin d’Angleterre
Conquérir une autre terre
Dans le pays d’un païen,
C’est bien, très-bien,
Cela ne nous blesse en rien;

Moi, je pense comme Grégoire,
J’aime mieux boire.

Richard n’a guère le temps de se livrer au désespoir: il apprend aussitôt que Blondel est là, que sa bien-aimée n’est pas loin, et il reprend courage. Florestan, le terrible gouverneur de la forteresse où est enfermé le roi, est amoureux de la belle Laurette, ce qui arrange bien des choses. Juste avant son arrestation en plein bal, et l’assaut final de la forteresse, les paysans réunis pour une noce chantent:

Et zig, et zoc,
Et fric, et froc,
Quand les bœufs
Vont deux à deux,
Le labourage en va mieux.

Beaux duos, entrées de ballet, chœurs entraînants, la fête bat son plein dans cette «comédie musicale à la française», comme le dit le chef d’orchestre Hervé Niquet (programme, p. 16). Ces chevaliers-là ont beau rappeler ceux qui furent réunis dans la même salle le 1er octobre 1789, ils n’ont ni haine ni désir de revanche. Ils sauveront leur roi de théâtre, pourvu qu’on ne les empêche ni de boire ni de chanter.

La mise en scène ne fait pas revivre le roi, les chants ne pleurent pas sa disparition, mais la fable suggère malgré tout une manière de le sauver. Seules deux personnes cherchent encore à retrouver Richard : Marguerite, sa bien-aimée, et Blondel, le fidèle trouvère qui l’a accompagné à la croisade. Le signe de reconnaissance qui permet à ces trois personnages de se reconnaître, malgré leurs déguisements et les murs qui enferment Richard, est un air, autrefois composé par le roi lui-même:

Une fièvre brûlante
Un jour me terrassait
Et de mon corps chassait
Mon âme languissante;
Ma dame approche de mon lit
Et loin de moi la mort s’enfuit.

Le roi a été sauvé autrefois parce qu’il était aimé. Il est sauvé dans le spectacle parce qu’il s’est fait artiste, pour dire cet amour, et qu’un autre artiste, qui lui est resté fidèle, a repris sa romance. Autrement dit, c’est l’art qui, en disant l’amour du roi, a le pouvoir de le faire exister. Voulez-vous un roi? Le plus simple est encore de le mettre en scène avec éclat, fussiez-vous en république.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Richard Cœur de Lion : la royauté sauvée par les arts», Littérature et Révolution, publié le 21 octobre 2019, https://litrev.hypotheses.org/2024.

Pour en savoir plus : on peut, jusqu’au 17 octobre 2020, voir une captation vidéo de l’opéra sur le site de France Télévision.

Image à la une : Blondel (Rémy Mathieu) chante l’air «J’aime mieux boire» dans Richard Cœur de Lion à l’Opéra royal de Versailles © Agathe Poupeney – Photographie sur le site Château de Versailles Spectacles


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.