Roman et histoire : la Révolution d’Émilie et de François Emmanuel Toulongeon

Version écrite d’une intervention dans le cadre séminaire de Master 2 et doctoral de l’IHRF-IHMC «En faisant, en écrivant la Révolution», organisé par Colin Jones et Pierre Serna, le 25 novembre 2020.

À propos des Lettres de la Vendée, roman d’Émilie Toulongeon, et du premier volume de L’Histoire de France depuis la révolution de 1789, par François Emmanuel Toulongeon, publiés en 1801.

Le moment 1800

L’année 1801 appartient à un moment assez bien repéré dans les études littéraires et dans l’histoire des idées, quelques mois que l’on appelle parfois «le moment 1800». Germaine de Staël publie De la littérature en 1800, Chateaubriand publie Atala en 1801. Le hasard fait que pour une fois le découpage séculaire tombe juste : des transformations profondes ont lieu, qui passent en partie par la littérature et qui transforment aussi la littérature. Les places des uns et des autres sont redistribuées. Napoléon réorganise par exemple l’Institut national en supprimant la classe des sciences morales et politiques en 1803. L’administration nouvelle et le système éducatif qui se mettent en place favorisent la séparation et la hiérarchisation des domaines du savoir1.

Le mouvement général est un mouvement de fermeture des possibles, avec des contraintes nouvelles et fortes. Le moment 1800 est l’aube d’une période où le contrôle de la presse par le pouvoir sera extrêmement fort (presse périodique et non périodique). Mais les années 1799-1801, voire un peu au-delà, sont encore des années de liberté. Ce sont également les années d’une grande effervescence intellectuelle et éditoriale, et cela pour deux raisons au moins. D’une part, dans ces mois qui suivaient la prise de pouvoir de Napoléon, il était encore temps de participer au débat public et de peser sur les décisions en cours. Le moment était aussi stratégique pour défendre ou conquérir des positions intellectuelles ou encore pour offrir ses services au nouveau pouvoir. D’autre part, la rupture historique de Brumaire suscite de nombreux écrits rétrospectifs, comme après Thermidor : le moment 1800 est un temps de bilan.

Le bilan est en partie officiel avec le Précis historique de la Révolution française de Charles de Lacretelle (1801), soutenu par le nouveau pouvoir, ou encore avec les discours de Fontanes ou de Lucien Bonaparte2 Mais ce bilan est aussi fait de nombreuses publications qui ne sont pas commandées par le pouvoir. Pour la seule année 1801 (ou pour l’an IX, ce qui revient à peu près au même), une dizaine d’histoires de la Révolution sont commencées ou continuées3 C’est l’année où cette production est la plus importante, de loin, dans toute la période 1789-1815.

Les romans de la Révolution, c’est-à-dire les romans dont l’intrigue se passe sous la Révolution et dont la Révolution est l’un des objets principaux, sont également nombreux autour de 1800. Voici quelques exemples parmi les plus connus aujourd’hui : L’Enfant du carnaval de Pigault-Lebrun en 1796, L’Émigré de Sénac de Meilhan en 1797, Trois femmesd’Isabelle de Charrière en 1798, Delphine de Germaine de Staël en 1802. J’ajouterais volontiers Atala à cette liste, qui, par le détour de l’Amérique et du passé, participe à sa manière au débat sur la Révolution française en 1801.

Histoires et romans de la Révolution

Les histoires et les romans de la Révolution ont en commun la mise en récit des événements révolutionnaires. Ces deux genres se distinguent bien sûr par leur rapport à la vérité. Les histoires sont fondées sur la recherche de la vérité historique, tandis que les romans sont des fictions. Les histoires doivent apporter des preuves de ce qui s’est effectivement passé. Le roman, qui doit être vraisemblable plutôt que vrai, propose de faire comme si les événements racontés s’étaient véritablement passés.

Cela dit, cette partition n’a cessé d’être remise en cause pendant tout le 18e siècle et plus encore au moment de la Révolution. Les Liaisons dangereuses de Laclos sont présentées comme le recueil d’une correspondance véritable, mais un avertissement de l’éditeur – écrit lui aussi par l’auteur) – affirme que les lettres sont fausses. Dans la préface de L’Émigré, publié en 1797, Sénac de Meilhan écrit : « L’ouvrage qu’on présente au public est-il un roman, est-il une histoire ? Cette question est facile à résoudre. On ne peut appeler roman, un ouvrage qui renferme des récits exacts de faits avérés. » Un peu plus loin il ajoute: « Tout est vraisemblable, et tout est romanesque dans la Révolution de France ». Ces deux genres sont donc deux manières voisines, concurrentes et peut-être complémentaires de proposer un récit disant la vérité de la Révolution française.

Je travaille sur ces deux corpus depuis longtemps. J’ai étudié systématiquement le corpus des premières histoires de la Révolution, publiées entre 1789 et 1815, dans le cadre de ma thèse qui portait plus largement sur « le débat sur la Révolution »4 J’ai beaucoup travaillé depuis sur des romans de la Révolution, en particulier depuis que j’anime, chaque année, un atelier d’édition critique collaborative avec un groupe d’étudiantes et d’étudiants en troisième année de notre licence de lettres. En plus du roman d’Émilie Toulongeon dont je vais parler aujourd’hui, nous avons ainsi réédité les romans Firmin ou le Jouet de la fortune de Joseph Rosny en 1798 et La Femme grenadier de Jeanne Gacon-Dufour en 1801.

Le fonctionnement de cet atelier est relativement simple : nous partons d’un roman numérisé par Gallica ou par Google, nous corrigeons les erreurs d’OCR et les coquilles pour établir une bonne version du texte, nous l’annotons avec des notes explicatives et interprétatives et enfin nous rédigeons ensemble une préface.

Mes travaux sur les histoires et sur les romans se rencontrent parfois, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de travailler simultanément sur ces deux genres. C’est cela que je vais essayer de faire en confrontant une histoire et un roman publié la même année, en 1801, par deux conjoints : Émilie et François Emmanuel Toulongeon. La première publie en effet le roman Lettres de la Vendée en mars 1801, le second publie en août de la même année le premier volume de son Histoire de France depuis la Révolution de 1789. L’ouvrage d’Émilie est un roman d’amour et d’aventures qui raconte la guerre civile en Vendée jusqu’à la paix de Stofflet. Celui de François Emmanuel est le premier volume d’une histoire ambitieuse, tant par son ampleur que par les méthodes inventées et mises en œuvre.

Je voudrais donc me demander comment et pourquoi les Toulongeon ont écrit l’histoire de la Révolution en 1801.  Je m’intéresserai particulièrement aux dispositifs d’écriture mis en œuvre ainsi qu’à la double question de genre que posent ces deux ouvrages : autrement dit, je prolongerai les questionnements sur le roman et sur l’histoire que j’ai esquissés tout en me demandant si cette partition recouvre – ou non – une partition entre le féminin et le masculin.

Qui sont les Toulongeon ?

François Emmanuel est le troisième fils de François-Joseph de Toulongeon, comte de Champlitte. L’aîné, René Hippolyte, a hérité des titres et du château familial en 1784 et il est élu député de la noblesse de Vesoul (bailliage d’amont) aux États généraux. D’abord rallié au Tiers, il s’oppose assez vite à la Révolution. Il démissionne début 1790, émigre le 20 juin 1792 et meurt à Vienne au mois d’octobre 1794. Le deuxième fils, Edme Alexandre, ne joue pas un grand rôle, mais son existence éloigne encore plus la perspective d’un héritage prestigieux pour François Emmanuel. Celui-ci est né en 1748. Il suit deux carrières avant la Révolution : celle des armes et celle des lettres. Élu à l’Académie de Besançon en 1779, il prononce un « éloge de l’esprit », hommage à Fontenelle et à Voltaire.

François Emmanuel Toulongeon en 1789. Sur Gallica: ark:/12148/btv1b6943848g

Sa première publication en 1788 est intitulée Principes naturels et constitutifs des assemblées nationales. Comme son frère, il est élu député de la noblesse aux États généraux, dans le bailliage voisin de Lons-le-Saunier. Il est l’un des 47 députés de la noblesse à rejoindre le tiers état dès le 25 juin 1789. Il siège pendant toute la durée de l’Assemblée constituante et s’intéresse particulièrement aux questions d’administration. Il revient ensuite brièvement aux armées, puis démissionne et se retire à la campagne en avril 1792. Il revient à la vie publique en 1796 (an IV) avec la publication d’un Manuel révolutionnaire, ou pensées morales sur l’état politique des Peuples en révolution. Ce texte lui permet d’être élu à l’Institut national dans la classe des sciences morales et politiques, dans la première section (« analyse des sensations et des idées »), c’est-à-dire parmi ceux qu’on appelle les Idéologues : Volney, Ginguené, Cabanis. La grande idée des Idéologues est que le physique et le moral sont indissociables, autrement dit que les aspects matériels de l’existence humaine déterminent son état moral et politique. À l’Institut, en lien avec les autorités du Directoire, ils poursuivent le projet politique d’une science générale de l’homme. C’est alors que François Emmanuel Toulongeon commence à s’intéresser à l’écriture de l’histoire. On en trouve trois indices importants : d’une part une communication à l’Institut sur les différentes manières d’écrire l’histoire en avril 1799 ; d’autre part la publication, en 1799 ou en 1800, du prospectus annonçant la publication d’un ouvrage intitulé Les Époques de la Révolution ; enfin la publication de la traduction allemande d’un texte inédit dans la revue Minerva en septembre 1800 : « remarques sur les difficultés d’écrire l’histoire de la Révolution pendant celle-ci ».

Cette réflexion sur l’écriture de l’histoire aboutit à la publication de l’Histoire de France depuis la révolution de 1789 : le premier tome est publié en 1801, le deuxième en 1803, le troisième en 1806 et le quatrième en 1810.

Après 1801, François Emmanuel Toulongeon publie des ouvrages dans des genres divers (art, antiquité, poésie peut-être). Il reste à l’Institut, mais siège dans la classe d’histoire et de littérature anciennes. Il siège également au Conseil législatif à partir de 1802 et ce mandat est renouvelé en 1809. En apparence donc, il a les faveurs du pouvoir impérial. Il a pourtant des positions politiques originales et, semble-t-il, indépendantes. Nulle part dans son œuvre on ne trouve d’éloge de Bonaparte, et surtout pas à la fin de son quatrième et dernier tome, alors même qu’il achève son récit par le 18 Brumaire. Jamais dans ses publications il n’a repris ses titres, ni même sa particule. Il est resté le citoyen Toulongeon. S’il défend Lafayette et les partisans de la monarchie constitutionnelle, s’il déteste Robespierre au point de céder à certaines théories que l’on pourrait qualifier de complotistes, il défend cependant une partie du bilan du pouvoir révolutionnaire des années 1792-1794 (les réussites militaires). Et surtout, chose tout à fait remarquable pour son temps, il dénonce l’instrumentalisation de la « Terreur » par les thermidoriens. Sa fidélité aux principes qu’il a en 1789 est remarquable par sa durée.

Je dirais une toute dernière chose pour le distinguer de son épouse: il est un personnage public. Il n’est pas un personnage de premier plan bien sûr, mais il est suffisamment connu pour pouvoir signer par son nom.

Luce-Antoinette-Émilie Bertaux, est née dans les années 1770. Son père, Jacques Bertaux, était un peintre, spécialise des scènes de bataille. On connaît peu de choses de lui, mais l’un de ses tableaux, souvent reproduit, représente la prise des Tuileries, le 10 août 1792.

Jacques Bertaux, Prise du palais des Tuileries, 1793, Château de Versailles, Wikimédia Commons.

On connaît également le nom de la mère d’Émilie : Cécile Françoise Zimmermann. Émilie a épousé François Emmanuel le 10 août 1797. Lui meurt le 23 décembre 1812. Émilie semble vivante à ce moment-là, mais elle est décédée quelques mois plus tard, à la Restauration, lorsqu’un procès oppose le frère de François Emmanuel aux enfants du couple, représentés par leur grand-mère.

On ne connaît pas d’autre ouvrage d’Émilie Toulongeon. Le roman Lettres de la Vendée est signée Me. Eie. T***. L’identité de l’autrice est confirmée directement dans le Dictionnaire de Fortunée Briquet en 1804 et indirectement dans le compte rendu que la Bibliothèque française consacre au roman en mars 1801 : dans cette revue dont Toulongeon est l’un des contributeurs réguliers, Charles Pougens écrit à propos de l’autrice des Lettres de la Vendée :

« De l’abandon, du naturel dans le style, mais quelquefois des incorrections qu’il serait facile à Mad. Eie. T*** de faire disparaître, et qui attestent que, malgré ses rapports avec un homme de beaucoup d’esprit, elle est bien exclusivement propriétaire de ses idées, de ses expressions. » Il y aurait beaucoup à dire sur le jugement porté et sur le doute soulevé autant que levé : son mari a-t-il écrit le roman ? Toujours est-il que cette allusion permet à un public averti de retrouver le prénom et le nom partiellement annoncés par la page de titre.

Présentation des deux ouvrages

Les Lettres de la Vendée sont annoncées dans le Journal typographique et bibliographique le 5 germinal an IX (26 mars 1801). Le roman est publié dans un petit format, en deux courts volumes de 192 pages, comportant chacun une gravure en frontispice. Ce format est tout à fait caractéristique des romans publiés alors, courts, faciles à transporter et à faire circuler. La présentation et le titre ne laissent aucun doute : il s’agit bien d’un roman épistolaire. Mais la page de titre renvoie aussi à d’autres genres littéraires.

Le titre, Lettres de la Vendée, est complété par un sous-titre plutôt inhabituel pour un roman épistolaire, puisqu’il donne une indication de date très précise : « Écrites en Fructidor an III, jusqu’au mois de Nivôse an IV », c’est-à-dire d’août 1795 à janvier 1796. Il est complété par l’indication générique « Trait historique » qui rapproche le roman de l’histoire. Après le nom de l’autrice sous une forme partielle (« Par Me Eie T**** ») se trouve une épigraphe tirée de la Jérusalem délivrée du Tasse : « Erminia frattanto tra l’ombrose piante D’antica selva…Tasso. Ger. lib. »5 Le roman qui commence a donc à voir à la fois avec l’histoire immédiate, comme le rappelle l’utilisation des mois du calendrier républicain et d’une épopée racontant les amours de héros chrétiens et musulmans au temps des croisades. La page de titre comprend enfin le nom des imprimeurs-libraires Treuttel et Würtz, leur adresse et l’année de publication, indiquée dans les deux calendriers.

Le roman est composé de quarante-huit lettres, toutes écrites par le même personnage fictif, une jeune noble vendéenne nommée Louise et toutes destinées au même personnage, jeune femme noble elle aussi, extérieure à l’action du roman et par conséquent dans une position de confidente. Les lettres sont présentées conformément aux conventions en usage dans les romans épistolaires du temps, avec un numéro et souvent – mais pas toujours – une indication de lieu et de date.

Je reprends ici le résumé que nous avons fait figurer dans l’introduction de notre édition du roman :

Louise, une Vendéenne de dix-neuf ans, a pris la fuite après le pillage du château de ses parents. Arrêtée par les révolutionnaires, elle est promise à la mort. Mais le gendarme Maurice obtient des autorités sa libération en la prenant pour épouse, sans qu’elle le sache, et il l’emporte sur son cheval pour la mettre à l’abri. Louise, d’abord intriguée par ce sauvetage inattendu, obtient bientôt l’aveu de ce qui l’a rendu possible. Maurice reste gendarme et il partage avec Louise les logements qui lui sont attribués dans les villes où s’établit sa compagnie. La gêne est forte entre les deux personnages, mais leur relation évolue brutalement lorsque le Commandant de la compagnie profite d’une mission de Maurice pour tenter de violer Louise. Maurice revient gravement blessé et il est transporté à l’hôpital, où Louise le soigne. Une dévote les recueille chez elle, mais lorsque Maurice, rétabli, prend enfin connaissance de l’agression dont Louise a été victime, il se bat avec le Commandant et le laisse pour mort. Il faut fuir : Louise et Maurice quittent la région de Cholet, traversent la Loire et retrouvent enfin le frère de Louise dans le camp que le général vendéen Stofflet a établi dans la forêt de Lamballe. La paix que Stofflet signe alors avec les républicains permet à Louise de retrouver les siens. Elle aime désormais Maurice, mais elle ne veut pas devenir véritablement son épouse sans le consentement de ses parents…

Mais laissons-là Louise et Maurice et passons à l’Histoire de France depuis la Révolution de 1789. Il faut d’abord remarquer que cet ouvrage existe en deux formats : non seulement un imposant in quarto en quatre gros volumes, mais aussi une version moins massive et un peu moins coûteuse, in-octavo, en sept volumes (2 volumes en 1801, 2 en 1803, un seul en 1806 et 2 en 1810. Voyons là aussi la page de titre.

Sous le titre « Histoire de France depuis la Révolution de 1789 » se trouve une précision sur les sources exploitées par François Emmanuel Toulongeon : « Écrite d’après les mémoires et manuscrits contemporains, recueillis dans les dépôts civils et militaires ». Les mémoires et les manuscrits sont autre chose que les journaux qui servent de sources aux contemporains de Toulongeon : il est l’un des rares historiens à travailler alors non seulement à partir de sources imprimées, mais aussi à partir de sources inédites. François Emmanuel n’efface pas son som, au contraire : « Par le citoyen F-Emmanuel Toulongeon, ancien militaire, ex-constituant, membre de l’Institut national de France ». Toutes ces précisions prouvent que sa parole est une parole autorisée. La page de titre précise encore : « Avec carte et plan ». Je reviendrai dans un instant sur cette caractéristique, l’une des plus originales du volume. On trouve, comme chez Émilie Toulongeon, une épigraphe tirée d’une épopée : « … et quorum pars… ». Ces quelques mots, tirés de l’Énéide de Virgile, sont des paroles d’Énée annonçant, à propos de la chute de Troie qu’il s’apprête à raconter, qu’il a pris une grande part aux événements. Les libraires sont les mêmes que pour le roman d’Émilie, mais la page de titre comporte une mention supplémentaire : « De l’imprimerie de Didot jeune ». L’Histoire de Toulongeon est un ouvrage de grande qualité, objet destiné à durer et à figurer en bonne place dans une bibliothèque.

Le premier volume comprend un discours préliminaire de dix pages, l’histoire proprement dite, pendant près de quatre cents pages, puis une vingtaine de pages de cartes, plans, tableaux et chronologies, parmi lesquels deux cartes en couleur, dont une à déplier. À cet ensemble déjà considérable s’ajoutent deux cents pages de pièces justificatives et une table des matières détaillée. Au total le volume publié en 1801 comprend donc plus de six cents grandes pages.

Le récit suit un ordre chronologique, organisé par « époques ». La première époque va de l’ouverture des États généraux à la prise de la Bastille. La deuxième du 14 juillet au 6 octobre 1789. La troisième du 6 octobre à la mort de Mirabeau, au printemps 1791. La quatrième de la fuite à Varennes à la déclaration de guerre (avril 1792). La cinquième et dernière époque pour ce premier volume s’achève avec la bataille de Valmy, en septembre 1792.

Après ces longues présentations, il est temps de comparer les deux ouvrages. Pour cela, nous verrons de quelles manières les Lettres de la Vendée et l’Histoire de France depuis la révolution de 1789 représentent les dates, puis les lieux. Nous nous interrogerons sur ce qui est montré de la Révolution, sur les voix que les deux ouvrages donnent à entendre et enfin sur le sens de l’histoire dans l’un et l’autre cas.

Dates

Les dates sont très présentes dans les dispositifs textuels des deux ouvrages : la date de l’action est rappelée en haut de chaque page de l’Histoire, dans la marge extérieure (à gauche côté pair, à droite côté impair). La date de l’écriture, souvent proche de l’action, est indiquée au début de la plupart des lettres. Ces dates produisent un effet d’authenticité et sont des marqueurs génériques forts. Ces deux ouvrages relèvent de l’écriture de l’histoire: l’Histoire évidemment, mais aussi les Lettres de la Vendée, qui se distinguent d’autres romans épistolaires par la précision des dates indiquées et leur rapport étroit avec des dates historiques.

Cependant, la succession de dates rapprochées est caractéristique d’un autre genre, celui du journal. Le roman, écrit au présent, fait comme si les événements étaient notés au plus près. On suit les changements de fortune de l’héroïne et l’on découvre ses impressions changeantes à mesure que l’histoire avance. François Emmanuel Toulongeon écrit à l’imparfait et au passé simple, depuis une position de surplomb historique qui s’oppose en apparence à l’écriture au jour le jour. Pourtant, il convoque lui-même le modèle du journal lorsqu’il propose une théorie de l’écriture historique au début du volume 2, publié en 1803 :

L’histoire moderne, ainsi que les histoires anciennes, se compose de deux époques. Les temps de calme et les temps de troubles, comme serait l’histoire de l’Océan, des tempêtes et des bonaces; celles-ci laissent peu à dire. Trop souvent dans les sociétés humaines le calme est plat. Les pilotes dorment et les matelots boivent. Si ce temps durait, le journal resterait blanc. Pour que la traversée s’achève, il faut des vents et par conséquent des orages, des tempêtes, des accidents, souvent des naufrages, alors l’écrivain du navire prend la plume.

Son journal aussi se compose de deux choses ; ce qui se passe au dehors du vaisseau, et ce qui se passe au-dedans ; les vents et les courants déterminent la manœuvre, et la manœuvre tâche de s’approprier l’effet des vents et des courants. De cette action et de cette réaction se composent les causes et les effets, se compose l’histoire du voyage; en marge sont les observations sur le gissement des côtes, sur la direction des marées, sur les incidents intérieurs ou extérieurs, et sûrement ce journal est toujours plus exact que s’il eût été dressé à terre sur le récit et d’après les renseignements des passagers. Ce journal est vraiment contemporain ; la similitude est trop rapprochée pour qu’il soit nécessaire d’en montrer l’application. Si donc nous avons très-peu de bonnes histoires, c’est que nous avons peu d’histoires contemporaines : je sais que les relations et les histoires de voyages sont faites d’après les journaux de l’écrivain, et ne sont pas son journal ; je répondrai que les meilleures, les plus authentiques, les plus intéressantes et les plus instructives relations de voyages sont faites par des navigateurs, et d’après leur propre journal (p.iii-iv).

Si la Révolution est un temps de tempête, ce que suggère évidemment ce passage, l’écriture de la Révolution doit commencer par être au plus près des événements. C’est ensuite seulement qu’elle est mise à distance par la forme historique ou, au contraire, restituée dans ce qu’elle peut avoir d’immédiat grâce à la forme épistolaire.

Au-delà de ces deux caractéristiques historiographiques communes – la datation et le journal – le traitement du temps présente en effet des différences marquées. Les poids du temps objectif, du temps symbolique et du temps subjectif ne sont pas les mêmes dans les deux ouvrages. Dans l’histoire domine le temps objectif, daté et ordonné, et le temps symbolique, mis en valeur par le système des époques. Il y reste très peu de place pour le temps subjectif. Dans le roman au contraire c’est le temps subjectif qui occupe la plus grande place, avec ses accélérations et ses ralentissements. J’ai déjà remarqué précédemment l’importance relativement forte, dans ce genre de roman, du temps objectif, mais l’étude précise de la chronologie établie par les dates indiquées au début de la plupart des dates réserve une surprise : ces dates sont pleines d’erreurs historiques. Les trois premières lettres sont datées de 1793, puis l’on passe brutalement à l’an III (1795) alors qu’il est tout à fait impossible, dans l’économie du roman, qu’un an et demi se soit écoulé entre la troisième et la quatrième lettre. Mais cette incohérence chronologique a un grand sens symbolique : on passe ainsi du temps de la guerre et des persécutions contre les Vendéens au temps où se construit la paix.

De la même manière, quand on cherche à retrouver les épisodes de la guerre de Vendée évoquée, on est souvent troublé ou déçu. L’histoire de la Vendée qui sert d’arrière-plan historique au roman est faite de mélanges et d’approximation, jusqu’à inventer un camp de Stofflet dans la forêt de Lamballe en 1795. La logique est là encore d’ordre symbolique : le mouvement d’ensemble l’emporte sur la précision historique. On avance vers la paix, avec un finale heureux qui a le 1erjanvier 1796. La date est encore donnée dans le calendrier républicain, mais les personnages crient « au gui, l’an neuf ».

Lieux

La toponymie produit le même effet d’authenticité dans les deux ouvrages. Nommer des lieux réels est l’une des caractéristiques des genres historiques. Les lieux de la Vendée et de la Bretagne sont désignés dans le roman, les lieux de Paris et les champs de bataille sont montrés dans l’histoire. Comme pour les dates, l’histoire est plus précise. Mais l’itinéraire imaginé dans le roman présente une certaine cohérence, au sud puis au nord de la Loire : les temps de déplacement correspondent aux distances entre les différents lieux de passage.

La différence principale porte moins sur la géographie que sur les différents espaces représentés : espaces publics dans l’histoire, espaces privés dans le roman. Les plans et les cartes publiées dans l’histoire proposent une image objectivée des espaces où les armées se sont affrontées. Les positions et les mouvements des armées remplacent les hommes qui les composent. Les deux frontispices du roman eux aussi des armées, ou plutôt des détails de celle-ci. Sur la gravure qui ouvre le premier volume, Louise invite Maurice à la compassion pour les prisonniers que des soldats emportent. On ne sait pas quelle bataille a été menée et quels seront ses effets, mais l’on s’inquiète du sort de ceux qui l’ont vécue. Le frontispice du deuxième volume oppose lui l’espace public de la guerre à l’espace privé des sentiments : des bateaux chargés de soldats passent sur la Loire, mais ils sont au second plan, loin des héros qui se reposent dans une attitude relâchée, qui montre toute la confiance qu’ils ont désormais l’un pour l’autre. La guerre s’éloigne.

Objets : que montre-t-on de la Révolution ?

L’histoire montre des rapports de forces, des luttes pour le pouvoir, que ce soit dans les clubs ou les Assemblées, dans la rue ou sur les champs de bataille. Le roman montre des « tableaux » ou des « portraits », comme le souligne l’annonce publiée dans le Mercure de France du 1er ventôse an 9 :

Un fait historique et intéressant a servi de cadre à cet ouvrage, pour peindre quelques événements de cette guerre, avec un aperçu des mœurs, des habitudes et du genre de vie auxquels cette crise a forcé ceux qui s’y sont trouvés engagés. Les épisodes appartiennent au roman; on a voulu que les tableaux et les portraits appartinssent à l’histoire.

Quels sont ces tableaux et ces portraits ? Les premières lettres font connaître la terreur des prisonniers et des prisonnières vendéennes, emportées par les soldats pendant la nuit. Les lettres suivantes racontent la vie de garnison, quand les soldats sont logés chez les habitants des villes où ils s’arrêtent et que leur sociabilité s’organise autour d’une femme qui est à la fois blanchisseuse et marchande de vin. On découvre ensuite l’hôpital où sont soignés les soldats blessés ou encore, sur un mode sans doute plus romanesque, le camp militaire organisé par le général vendéen Stofflet dans la forêt. L’intérêt pour la vie militaire est commun aux deux Toulongeon : à l’ancien officier comme à la fille du peintre de batailles.

Mais il y a bien dans ce domaine un partage et une complémentarité qui sans doute correspond aussi au partage entre le domestique et privé et donc, à l’époque dont nous parlons, à un partage entre le féminin et le masculin.

Voix

Les deux auteurs manifestent en tout cas un intérêt pour ce qui d’ordinaire n’a pas sa place dans littérature ou dans les belles-lettres.

Dans les textes où il expose sa manière d’écrire l’histoire, François Emmanuel affirme qu’il est nécessaire de donner à entendre toutes les voix. Il s’oppose à une conception de l’histoire qui impliquerait l’utilisation d’un style élevé.

Il s’en explique en particulier dans l’«avertissement sur les pièces justificatives» du volume 1 :

Notre style historique est comme notre langue, trop délicat et trop susceptible. Les Latins disaient tout et nommaient tout ; ils n’avaient pas, comme nous, deux idiomes ; l’un élevé et théâtral ; l’autre, familier et usuel. Nous traitons trop l’Histoire comme l’Épopée : elle marcherait mieux avec le brodequin qu’avec le cothurne dont nous la rehaussons ; peut-être même doit-elle, pour peindre, se servir toujours des couleurs contemporaines : le style de l’Histoire du siècle de Louis XIV ne doit pas être le même que celui de l’Histoire d’un temps de révolution populaire; il faut parler la langue du pays où l’on se trouve, et le langage de chaque siècle est un des traits qui en caractérise le tableau.

Dans son histoire, François Emmanuel Toulongeon adopte un compromis : si le corps du récit est bel et bien écrit dans un style élevé, la présence de pièces justificatives donne à entendre la langue de la Révolution :

On ne trouvera donc placé ici en pièces justificatives ou en notes historiques, que ce qu’on n’a pas osé faire entrer dans le texte de l’Histoire, soit par ménagement pour notre extrême délicatesse, soit comme détails trop minutieux, selon nous. Souvent ce sacrifice a coûté, et sûrement il a terni la couleur.

Or le roman est un genre plus libre de ce point de vue. Un peu ! Celle qui est supposée écrire est une noble noble à l’éducation accomplie, ce dont témoigne son style. L’honneur littéraire est sauf. Mais, en racontant ses rencontres, elle donne à entendre la voix d’autres personnages, beaucoup plus populaires. Voici par exemple ce qu’elle écrit à sa correspondante à propos de la marchande de vin qui la recueille après l’agression sexuelle dont elle a été la victime (lettre XIII) :

Tu rirois presque de mon établissement ; la bonne dame est blanchisseuse et vend du vin ; nous occupons à nous deux la moitié de son lit, c’est-à-dire que l’autre moitié est roulée le jour dans un coin, et étendue le soir pour son homme. Je n’ai jamais tant entendu jurer ; à cela près, comme je t’ai dit, ce sont les meilleures gens du monde. Dès qu’elle sut mon aventure… — Ah bien ! elle est heureuse que ce n’ait pas été moi, elle n’en auroit pas été quitte pour son bon œil ; et ce Commandant, avec son gros ventre, une bonne justice mettroit tout cela à l’ombre pendant six mois, pour les rafraîchir… avez-vous eu peur… — Elle atteignoit déjà sa bouteille d’eau-de-vie ; j’en fus quitte pour un verre d’eau et de vin. Je t’avoue, ma chère, que j’étois un peu étonnée ; le premier moment fut pénible ; le mari sortit, et je restai avec la femme, qui, tout en me faisant asseoir, juroit après le Commandant ; puis, s’adressant à moi : — Mon enfant, me dit-elle, vous êtes bien jeune encore, mais vous verrez ce que je vous prédis ; tous ces gens-là finiront mal ; les mauvais métiers ne profitent pas. Vous ne serez peut-être pas aussi bien ici ; mais n’ayez pas peur, ni commandant, ni capitaine n’y mettront les pieds ; il vient ici des cavaliers boire ; mais ce sont des braves gens ; et puis, mon homme, s’il y en avoit qui vous dise un mot qui ne seroit pas à dire, il les jetteroit par la fenêtre.

Les épigraphes des deux ouvrages, tirées des épopées du Tasse et de Virgile, montrent l’importance du modèle du récit héroïque. Cependant, par les pièces justificatives d’un côté et par le dialogisme de l’autre, les récits des Toulongeon font entendre des voix plurielles. Avec eux s’opère une modification de ce que Jacques Rancière a appelé le partage du sensible : on voit des choses qu’on ne voyait pas, on n’entend des personnes qu’on n’avait pas même remarquées jusque-là.

Le premier reproche que plusieurs contemporains ont fait à ces deux ouvrages est précisément leurs défauts de style, c’est-à-dire leur manque d’unité et l’usage d’un niveau d’une langue trop peu élevée. Le critique du Mercure de France reproche à l’Histoire de France un « style élégant par intervalles » et « semé de plusieurs locutions que, vraisemblablement, l’Institut ne consacrera pas ». L’accusation recouvre en vérité des différents politiques, comme le montre un autre reproche du même critique à Toulongeon, accusé de vouloir « montrer les hommes meilleurs qu’ils ne paraissent » (16 brumaire an X).

Sens de l’histoire

Le roman et le premier volume de l’histoire racontent tous deux une histoire qui finit bien. Maurice triomphe enfin des préjugés des parents de Louise et les deux amants se marient. Il y avait un obstacle plus sérieux à lever, mais revenons d’abord à l’Histoire de France. Toulongeon était plutôt hostile à la Convention. En arrêtant son premier volume avant l’ouverture de celle-ci, en septembre 1792, il avait tout loisir de finir sur une note inquiétante, par exemple en laissant la dernière place aux massacres de septembre. Mais il a choisi de finir ce premier volume avec la victoire de Valmy, également mise en valeur par la carte consacrée à cette bataille. Par un effet de montage, il présente ce premier temps de la Révolution (ou ces cinq premières périodes, selon ses propres termes) comme un mouvement vers le progrès.

Les Lettres de la Vendée sont un roman de la réconciliation : la jeune noble et le pauvre gendarme républicain apprennent à se connaître et à s’aimer. La famille de la jeune femme, attachée à ses préjugées, résiste un peu, mais elle finit par céder devant la vertu du prétendant et la preuve des sentiments de la jeune femme.

Mais, je le disais, il y a beaucoup plus gênant : Maurice a profité d’une situation de faiblesse extrême de Louise pour la faire sienne : il a obtenu sa libération et sans doute sa vie en la prenant pour épouse aux yeux des autorités révolutionnaires. Première faute. Par la suite, il ne cherche jamais à faire valoir de droit auprès de Louise, mais à plusieurs reprises il se laisse emporter par son désir : paroles effrayantes, gestes déplacés et même baisers non consentis. La difficulté est là : comment une relation forcée peut-elle se transformer en une relation consentie ? La solution imaginée dans le roman est… romanesque. Il faut une autre agression, beaucoup plus grave : celle du Commandant. Le rôle de l’agresseur est désormais occupé par un autre. La grave blessure de Maurice fait que Louise lui sauve la vie en le soignant. Les voilà quitte : l’égalité est rétablie.

Par le détour du roman, Émilie Toulongeon interroge ainsi les conditions de possibilité du consentement politique. La Révolution a fait violence à ses ennemis, et en particulier à la noblesse. Pour parvenir à la concorde, à l’ordre du jour en 1801, il faut trouver les moyens d’un consentement, c’est-à-dire de sentiments communs.

C’est aussi le programme de François Emmanuel. J’en trouve un indice important dans le long compte rendu qu’il consacre à Atala dans le numéro de mai 1801 de la Bibliothèque française. Toulongeon est élogieux pour le roman de Chateaubriand, sauf lorsqu’il commente le sens qu’on pourrait chercher à y trouver. Il écrit alors :

Pour intéresser les hommes, n’est-il donc que le tableau de leurs crimes, et les désastres qui en sont l’ouvrage ? L’homme juste aux prises avec l’infortune, est sans doute un spectacle digne des regards de la divinité, mais l’humanité se complairait aussi à voir quelquefois la vertu récompensée par elle-même, et récompensée sur terre (p.19-20).

Il reste quelque chose du jeune homme que François Emmanuel Toulongeon a été en 1789 : il croit fondamentalement à la possibilité d’une action politique. C’est pourquoi son histoire de la Révolution est en décalage avec son temps. Malgré toute sa détestation de Robespierre, il ne veut pas participer à l’invention de la « Terreur » comme période radicalement repoussante ni condamner la Révolution à partir de là. Son histoire ne flatte pas un certain goût du temps pour les récits noirs et les histoires de martyr. Il raconte un processus historique et il cherche, dans ce processus, ce qui a conduit vers le progrès.

Conclusion

Pourquoi a-t-on oublié Émilie et François Emmanuel Toulongeon ? Parce qu’en 1801, la réaction littéraire avait commencé, avec Chateaubriand et surtout avec Laharpe parmi d’autres. La pureté du style excluait déjà les contenus trop politiques. La Révolution n’était plus la bienvenue dans les publications du temps. 1801 n’est qu’un moment d’effervescence éphémère, avant une longue période de fermeture du débat sur la Révolution. Sous l’Empire, même si François Emmnanuel a pu poursuivre la publication de son Histoire de France depuis la Révolution de 1789, la censure empêchait que ce débat se tienne. Sous la Restauration puis la Monarchie de juillet, la Révolution est devenue un objet éditorial de premier choix, mais la génération romantique s’est affirmée en occultant ou en effaçant la génération précédente. À partir des années 1820, Tiers, Mignet et d’autres se sont présenté comme les premiers historiens de la Révolution tandis les nouveaux romanciers (Balzac, Stendhal, Hugo…) ont prétendu que les romans écrits pendant les décennies précédentes n’étaient que de mauvais divertissements.

Et pourquoi faudrait-il redécouvrir les Toulongeon aujourd’hui ? Pour leurs tentatives d’écrire la Révolution, sans sidération ni de traumatisme. Il a bien existé une littérature qui s’est saisie des événements et des transformations sociales : on peut la lire aujourd’hui avec plaisir et avec intérêt.


Liens utiles

Olivier Ritz, Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution, Paris, Classiques Garnier, 2016 : bibliographie en ligne (libre accès).

Olivier Ritz, « Bibliographie des premières histoires de la Révolution (1789-1814) », Littérature et Révolution, publié le 11 juin 2018, https://litrev.hypotheses.org/1286

Lettres de la Vendée

Fac-similé de l’édition originale sur Gallica, vol. 1 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5727513r

Fac-similé de l’édition originale sur Gallica, vol. 2 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57276615

Édition du texte sur Wikisource (le plus commode pour parcourir le texte rapidement) : https://fr.wikisource.org/wiki/Lettres_de_la_Vendée/Texte_entier

Édition du texte sur la plateforme Planète (pour consulter facilement les annotations) : https://pcec.app.univ-paris-diderot.fr/corpus/6

Édition critique au format epub (avec préface et notes) : http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/55

Compte rendu par Charles Pougens dans la Bibliothèque française de mars 1801 : sur Google Livres.

Histoire de France depuis la Révolution de 1789

Notice de l’édition in-4° du catalogue numérisé de la BNF, avec les liens vers les quatre volumes numérisés sur Gallica : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31484271w

Compte rendu d’Atala par F. E. Toulongeon dans la Bibliothèque française de mai 1801 : sur Google Livres.

Olivier Ritz, «Toulongeon, un écrivain au tournant des Lumières», dans Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution, Paris, Classiques Garnier, 2016 (accès payant ou sur abonnement en ligne).


Image à la une: frontispices des deux volumes des Lettres de la Vendée (photographiés à la BNF et recadrés) et plan de la bataille de Valmy publié dans l’Histoire de France depuis la révolution de 1789 (téléchargé sur Gallica et recadré).

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Roman et histoire : la Révolution d’Émilie et de François Emmanuel Toulongeon», Littérature et Révolution, publié le 14 décembre 2020, https://litrev.hypotheses.org/2199.
  1. Voir Michel Delon, « La Révolution et le passage des Belles-Lettres à la littérature », Revue d’histoire littéraire de la France, 4-5, juillet-octobre 1990, p.573-588. Sur Jstor: https://www.jstor.org/stable/40530104?seq=1. Voir aussi pour l’histoire des sciences, Michel Serres, Michel, « Paris 1800 », dans Michel Serres (dir.), Éléments d’histoire des sciences, Bordas, 1989, p. 337-361. []
  2. Voir Olivier Ritz, « Finir la Révolution par l’éloge », Exercices de rhétorique [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 05 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhetorique/650. []
  3. Olivier Ritz, « L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat », La Révolution française [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 25 août 2016. URL :http://journals.openedition.org/lrf/1603 .  []
  4. Voir la liste sur ce carnet de recherche : «Bibliographie des premières histoires de la Révolution», https://litrev.hypotheses.org/1286 . []
  5. Citation approximative des premiers vers du chant VII de la Jérusalem délivrée du Tasse : Intanto Erminia infra l’ombrose piante / D’antica selva dal cavallo è scorta (Pendant ce temps, Herminie est emportée par son cheval sous les épais feuillages d’une forêt antique). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.