« Les discours font partie de l’histoire »

Je participe aujourd’hui au beau colloque Éloquence révolutionnaire et tradition rhétorique organisé par Patrick Brasart (université Paris 8), Hélène Parent (université Paris Nanterre), Stéphane Pujol (université Toulouse Jean Jaurès). Vous trouverez ici les références des ouvrages que j’évoque dans ma communication sur l’écriture de la parole politique dans les premières histoires de la Révolution, un choix de citations, ainsi que des liens vers les éditions originales numérisées. Je publie ces informations dans l’ordre de mon propos. Vous trouverez ailleurs sur ce carnet une bibliographie des premières histoires de la Révolution.

Introduction

  • Louis Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, 1798, « Tribune » ; éd. de J.-C. Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, p. 291-293. Voir en ligne (Google).

Je ne parlerai pas des traits d’éloquence qui ont étincelé si souvent dans cette tribune : l’Europe a lu et lit tous les jours ce qui s’y dit ; et l’on peut la comparer à un volcan qui lance la flamme, la lave, les pierres et la fumée ; mais ce volcan est dans une explosion pour ainsi dire perpétuelle, et ses flancs sont intarissables. Comme il s’est fait un changement prodigieux dans les circonstances actuelles, notre éloquence a pris un nouveau caractère.

Ce n’est pas sans doute le ton académique, ni le goût ni la pureté du style ; mais il y a eu un débordement d’idées de toute espèce, de connaissances et de vues nouvelles, je ne sais quelle impétuosité que l’on ne rencontre chez aucun peuple […].

Qui n’est pas orateur ? qui ne songe pas à être orateur après cette grande et heureuse perspective ? Aussi c’est à qui s’exercera à l’art de la parole dans les clubs, dans les sociétés patriotiques et jusque dans les tripots littéraires : on y imite en petit la formation du corps législatif ; on y crée un président, une sonnette et des secrétaires ; on y demande la parole, on y fait des motions, des amendements, on consulte la majorité ; et comme dans les grandes assemblées, la minorité toujours plus active, plus opiniâtre et toujours mieux liée, l’emporte le lendemain.

Tous les livres qui portaient pour titre Révolution furent achetés, enlevés ; des éditions qui pourrissaient dans les magasins du libraire virent le jour, et l’on entendait plus que des voix qui demandaient à tous les bouquinistes : donnez-moi l’histoire d’une révolution.

Opportunités éditoriales

  • Jean Dusaulx, De l’Insurrection parisienne et de la Prise de la Bastille, Paris, Debure l’aîné, 1790. Voir en ligne (Gallica).
  • Antoine-Étienne-Nicolas Fantin-Desodoards, Histoire philosophique de la révolution de France, nouvelle édition, revue par l’auteur, Paris, Maradan, an V (1797). Voir en ligne sur Gallica.

J’ai renfermé mon ouvrage en quatre volumes, j’en aurais fait douze sans augmentation de travail de ma part ; je n’avais qu’à joindre à ma narration un grand nombre de procès-verbaux qui sont dans mes mains, des rapports volumineux faits aux assemblées nationales, et quelques remplissages de même nature (p. xxix-xxx).

[François Pagès] a puisé tout simplement son premier volume dans l’ouvrage sur la révolution de Rabaut – St. – Etienne, imprimé en 1792, et son second volume dans le mien, en y joignant plusieurs rapports faits à la convention, par Camus et Drouet, et quelques anecdotes tirées de la décade philosophique (p. xxv).

  • François-Xavier PagèsHistoire secrète de la révolution française, depuis la convocation des notables jusqu’à ce jour (1er novembre 1796, v. st.), Paris, Jansen, an V (1797), 2 vol.
  • Nicolas-Jean Hugou de Bassville, Mémoires historiques, critiques et politiques de la révolution de France, avec toutes les opérations de l’Assemblée nationale, Paris, Bleuet, 1790, 4 vol. Voir en ligne (Gallica).

Questions historiographiques

  • D’Alembert, « Réflexions sur l’histoire », 1761, Œuvres de D’Alembert, Paris, Belin, 1821, t. II, p. 6. Voir en ligne (Gallica).

On renverrait aux amplifications de collège un historien qui remplirait son ouvrage de harangues.

  • Alphonse Aulard, Études et leçons sur la Révolution française, sixième série, Paris, Félix Alcan, 1910, p. 57 : à propos de Galard de MontjoieHistoire de la Révolution de France, et de l’assemblée nationale, Paris, Gattey, 1792. Voir en ligne sur Gallica.

Ce discours de Mirabeau, qui aurait été antérieur à l’intervention de M. de Dreux-Brézé, et qui, bouleversant toute la situation, aurait lancé ou relancé la Révolution, n’est, où je me trompe fort, qu’une invention fantaisiste de Montjoye

Voir Bernard Coppens, « le Monde de la Révolution française », n° 6, juin 1989, texte reproduit en ligne sur le site 1789-1815 : https://www.1789-1815.com/mirabeau_baionnettes.htm

  • François-Xavier Pagès, La France républicaine, ou le Miroir de la Révolution française, poème en dix chants, Paris, imprimerie de J. Grand, 1793-an II, p. 20. Voir en ligne sur Gallica.

Vil esclave, retourne au palais de ton maître ;
Dis-lui que les Français et leurs Représentants
Ne fléchiront jamais à la voix des tyrans ;
Qu’il peut de son pouvoir surpasser les limites,
Inonder ces parvis de nombreux satellites,
Mais que nous souffrirons les fers et les trépas
Plutôt que de souscrire à de tels attentats

Chaos épouvantable formé par les écrivains de la révolution, masse énorme de feuilles périodiques, de brochures et de livres, dépôt obscur et volumineux de discours contradictoires, débordement d’invectives et de sarcasmes, amas confus où la calomnie s’est noyée elle-même, dossier effroyable du plus opiniâtre et du plus sanglant des procès, cesse d’accabler mes esprits, tu ferais reculer jusqu’à un Tacite. Je ne veux point t’ouvrir, et ne veux point te consulter ; je ne veux plus rien lire, je n’en crois que moi ; eh ! que pourrait-il sortir de cette cuve où bouillonnent encore les vagues écumeuses ? (NP, p. 33.)

  • François-Emmanuel Toulongeon, Histoire de France depuis la révolution de 1789, Écrite d’après les mémoires et manuscrits contemporains, recueillis dans les dépôts civils et militaires, Paris et Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1801-1810, 4 vol. Voir en ligne sur Gallica.
  • Jean-Paul Rabaut, Précis historique de la Révolution française, suivi de l’acte constitutionnel des Français, Paris, Onfroy et Strasbourg, J.G. Treuttel, 1792, p. 90. Voir en ligne sur Gallica.

Mais le bouillant Mirabeau, prévenant la délibération, lui adressa ces fameuses paroles, que tout le monde connaît par cœur : «Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple, et que nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes».

  • Toulongeon, Histoire de France depuis la révolution de 1789, tome II, 1803. Voir en ligne sur Gallica : extrait 1, extrait 2 et extrait 3.

La forme dramatique de cette discussion qui peint les temps et les hommes, devient un tableau historique (p. 37).

Une voix : Non, républicain, points de petits ménagements ; nommez. Un très-grand nombre de voix : Nommez, nommez.
Danton : Je prie l’accusateur de toucher le mal, et de mettre le doigt dans la blessure.
Louvet : Oui, Danton, je vais toucher le mal ; mais ne criez donc pas d’avance. On rit et on applaudit (p. 38).

Robespierre monte à la tribune.
La convention nationale, observe un membre, ne peut pas entendre à la tribune un homme coupable d’un pareil crime, il faut qu’il descende à la barre.
Robespierre insiste longtemps pour avoir la parole ; on veut qu’elle soit rendue à Louvet. C’est sur le fait que je veux parler, dit Robespierre.
On demande qu’il ne puisse répondre qu’après toute l’accusation.
Le président lui dit : « Robespierre, la convention ne peut pas vous refuser la justice de vous entendre ; elle paraît seulement désirer que Louvet continue, et que vous répondiez ensuite à toutes les accusations. »
Robespierre : Je n’ai qu’une observation à faire. »
L’assemblée décrète que Robespierre sera entendu après Louvet ; et on lui demande de recommencer sa phrase (p. 47).

Enjeux poétiques et politiques

  • Jean-François La Harpe, Du Fanatisme dans la langue révolutionnaire, ou de la Persécution suscitée par les Barbares du dix-huitième Siècle, contre la Religion Chrétienne et ses Ministres, Paris, Migneret, an 5 – 1797. Voir en ligne sur Google.

Notre style historique est comme notre langue, trop délicat et trop susceptible. Les Latins disaient tout et nommaient tout ; ils n’avaient pas, comme nous, deux idiomes ; l’un élevé et théâtral ; l’autre, familier et usuel. Nous traitons trop l’Histoire comme l’Épopée : elle marcherait mieux avec le brodequin qu’avec le cothurne dont nous la rehaussons ; peut-être même doit-elle, pour peindre, se servir toujours des couleurs contemporaines : le style de l’Histoire du siècle de Louis XIV ne doit pas être le même que celui de l’Histoire d’un temps de révolution populaire ; il faut parler la langue du pays où l’on se trouve, et le langage de chaque siècle est un des traits qui en caractérise le tableau. […]
Les nuances même ont été tranchantes ; la langue de la convention ne fut pas la même que celle de la première assemblée : on ne s’occupa plus de pureté de style ni de l’élégance d’expression ; et de plus, les mêmes orateurs n’eurent pas le même idiome à la tribune législative ou à la tribune des jacobins. Il y a telle période de la révolution où la langue devint aussi, dure, barbare et féroce, et l’historien est obligé d’y forcer son style, comme un compositeur adapte sa musique aux paroles (vol. I, avertissement sur les pièces justificatives, np).

Que serait l’histoire , si elle ne faisait pas parler ses personnages, et si elle ne leur faisait pas parler leur langue ? Elle ne les peindrait pas ressemblant. Quand les événements sont le produit des paroles, quand les choses se sont faites avec des discours, il faut bien extraire les discours, puisqu’alors les paroles et les discours font partie de l’histoire. Tous les historiens antiques se sont permis des harangues factices, pour se donner occasion de développer le caractère de leurs personnages, et ce n’est pas, comme on le leur a reproché, par une vaine ostentation de rhéteur, ils savaient qu’un homme se peint autant par ses discours, qui sont l’expression de ses idées et de ses sentiments, que par ses actions qui, souvent, sont forcées ou fortuites.
[…]
Sans doute s’ils avaient eu les harangues originales de leurs héros, ils n’y auraient pas substitué les leurs. Ce sera donc une partie intégrante de l’histoire, que de replacer quelquefois les orateurs-acteurs dans la tribune où ils ont agi en parlant. C’est à l’écrivain à choisir les moments imprévus où, sans discours étudiés, ils se sont trouvés forcés de se montrer en public sans appareil, sans habit de cérémonie (II, p. vi).


Image à la une: Honoré Riquetti Mirabeau, deputé de la senechaussée d’Aix à l’Assemblée nationale en 1789, mort le 3 avril 1791, gravure de Noël Le Mire et LaurentGuyot, dessin de Jean-Michel Moreau, Paris, chez Guyot, 1791 (détail) – sur Gallica, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84113369.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.