Sylvain Maréchal était-il un « bouffon réactionnaire » ?

Portraits de Gacon-Dufour et de Maréchal

L’affaire est connue. Enfin, c’est une façon de parler. Disons qu’elle est relativement connue: les écrits d’aujourd’hui qui portent sur l’histoire des femmes et du féminisme pendant la Révolution française mettent souvent en avant le Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes publié en 1801 par Sylvain Maréchal. L’affaire serait aussi entendue: l’athée, le révolutionnaire radical, le complice de Babeuf serait aussi un affreux misogyne. Y a-t-il meilleure preuve que la Révolution s’est faite contre les femmes?

Il y a aussi une femme dans cette affaire, mais elle reste dans l’ombre: Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, qui publie une réponse intitulée Contre le projet de S.*** M.*** portant défense d’apprendre à lire aux femmes. On signale souvent cette réponse en regrettant sa trop grande modération. On remarque parfois que Gacon-Dufour et Maréchal ont été très proches dans les mois qui ont suivi et on en tire des conclusions absurdes: c’est cette polémique qui serait à l’origine de leur relation. Que ne dit-on que les deux auteurs se connaissaient depuis longtemps? Et pourquoi a-t-on oublié le roman de Gacon-Dufour, La Femme grenadier, qui se termine par un hommage de Maréchal à l’autrice, placée au-dessus de toutes les Jeanne célèbres pour ses qualités morales et intellectuelles?

La première à avoir pris au sérieux la relation entre Maréchal et Gacon-Dufour est l’historienne Erica Joy Mannucci. Celle-ci voit dans la publication du Projet de loi et de la réponse une opération concertée, dont l’objectif aurait été de provoquer un débat public, au moment où Napoléon posait les bases d’un système éducatif exclusivement masculin. L’hypothèse invite à rouvrir le débat sur l’ouvrage de Maréchal. Est-il sérieux dans sa critique des femmes savantes? Ou bien cherche-t-il à provoquer par une plaisanterie bouffonne et ironique?

Qu’en dit Gacon-Dufour? Dans le début de sa réponse, elle écrit ceci:

Le caractère connu du philosophe qui vient d’écrire contre l’instruction des femmes a donné lieu de penser que ce ne pouvait être qu’une plaisanterie qu’il avait voulu faire par son projet de loi. Aussi n’a-t-on fait que sourire à l’idée de ce projet. Pourtant, comme beaucoup de personnes, plutôt par contrariété que par inimitié contre la gloire des femmes, pourraient vouloir prendre à la lettre tout ce qu’il aurait dit, et chercher à tracasser, d’après lui, les femmes sur leur instruction, que ce serait une sorte de poison qu’il aurait alors répandu dans la société, et un ferment de discorde qu’il y aurait jeté, on a pris le parti de réfuter ce qu’il y avait de plus spécieux dans son projet, pour ôter aux contrariants les raisons et les sophismes qu’ils y auraient été puiser.

J’ai déjà donné quelques détails supplémentaires sur cet échange dans des publications dont je donne la référence ci-dessous. J’y reviendrai dans une édition à venir de La Femme grenadier et de Contre le projet de loi. Mais en continuant à m’intéresser à cette affaire, je découvre quelque chose de tout à fait surprenant.

Le titre de la réponse de Gacon-Dufour est très souvent donné dans une forme longue : Contre le projet de loi de S***. M***, portant défense d’apprendre à lire aux femmes, par une femme qui ne se pique pas d’être femme de lettres, ouvrage contenant des réponses argumentées remettant le sieur Maréchal à sa juste place de sot, d’esprit dérangé et de bouffon réactionnaire. Ce titre contredirait évidemment les premières lignes du texte et donnerait du crédit aux accusations portées contre Maréchal. Seulement voilà : Gacon-Dufour n’a jamais employé ce titre long. Sur la page de titre de l’unique édition, on lit : Contre le projet de loi de S***. M***, portant défense d’apprendre à lire aux femmes, par une femme qui ne se pique pas d’être femme de lettres.

D’où vient la suite du titre? La trace la plus ancienne que j’en trouve date de… 2007. Cette année-là, les éditions L’Harmattan ont publié le Projet de loi de Sylvain Maréchal suivi et de deux réponses, celle de Gacon-Dufour et celle d’Albertine Clément-Hémery (textes présentés par Bernard Jolibert). Sur la quatrième de couverture, on peut lire :

Dès 1801, deux femmes font paraître à quelques jours d’intervalle des réponses argumentées à ce qu’elles tiennent au mieux pour une “sottise”, et au pire comme la production d’un “esprit dérangé”, remettant Sylvain Maréchal à sa vraie place de bouffon réactionnaire1.

Dans une version courte de cette quatrième de couverture, on trouve l’expression exacte ajoutée au titre original. Il vaut la peine de lire toute cette notice :

Ce projet de loi de Sylvain Maréchal développe tous les arguments misogynes que l’on peut trouver dans une tradition littéraire machiste et qui se poursuit encore aujourd’hui. Dès 1801, deux femmes ont fait paraître des réponses argumentées remettant le sieur Maréchal à sa juste place de sot, d’esprit dérangé et de bouffon réactionnaire2: Marie-Armande Gacon-Dufour et Albertine Clément-Hémery. Ces trois textes sont ici publiés conjointement3.

Comment cette expression-là, absente de tout ouvrage antérieur4, s’est-elle retrouvée accolée au titre de la réponse de Gacon-Dufour? J’aimerais bien le savoir. J’aimerais encore mieux savoir comment faire disparaître tous ces faux titres de la toile. Libre à chacun.e de penser que Sylvain Maréchal était un «bouffon réactionnaire», mais ce n’est pas Gacon-Dufour qui a écrit cela. Plutôt que de détourner sa pensée en lui attribuant un titre qui n’est pas le sien, ne vaudrait-il pas mieux la lire?


Pour en savoir plus :

  • Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, Contre le projet de loi de S*** M*** portant défense d’apprendre à lire aux femmes, Paris, Ouvrier, 1801: ark:/12148/bpt6k30453698
  • Erica Joy Mannucci, Baionette nel focolare. La Rivoluzione francese e la ragione delle donne, Milan, FrancoAngeli,
  • Erica J. Mannucci, « Marie-Armande Gacon-Dufour: A Radical Intellectual at the Turn of the Nineteenth Century », dans Lisa Curtis-Wendlandt, Paul Gibbard, Karen Green (dir.), Political Ideas of Enlightenment Women: Virtue and Citizenship, Farnham, Surrey, UK, Ashgate,
  • Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, La Femme Grenadier, Paris, Université Paris Diderot, 2018. Livre numérique: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/48
  • Olivier Ritz, «La conquête de l’autonomie sentimentale dans les romans de Gacon-Dufour»,  Orages. Littérature et culture (1760-1830), 18, 2019, p. 87-99. URL: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03362989
Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Sylvain Maréchal était-il un « bouffon réactionnaire » ?», Littérature et Révolution, publié le 5 octobre 2021, https://litrev.hypotheses.org/2269.

Image à la une: portrait de Marie-Armande Jeanne Gacon-Dufour publié dans le Manuel de la ménagère (1805) et portrait de Sylvain Maréchal publié dans De la vertu (1807). Copiés depuis Wikipédia et recadrés.

  1. Lu sur le site de la librairie en ligne Decitre. []
  2. C’est moi qui souligne. []
  3. Lu sur le site de la libraire Violette and Co. []
  4. J’ai cherché les mots clés et plusieurs expressions exactes sur Gallica, Retronews et Google. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.