Olympe de Gouges au programme de la République

Commençons par le plus important : des dizaines de milliers d’élèves de première vont étudier un texte d’Olympe de Gouges pour préparer leur bac de français. C’est, de doute façon, formidable.

Je passe aussi sur le paradoxe d’un texte qui n’a eu aucun écho du vivant de son autrice, qui a été oublié pendant près de deux cents ans et qui est, désormais, un classique. J’en ai parlé ailleurs. En revanche, je voudrais faire quelques remarques et poser quelques questions sur la manière dont la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est inscrite dans les programmes du baccalauréat

La représentante officielle des Lumières

Les programmes de français sont organisés autour de grands genres littéraires. Au cours des vingt dernières années, ces genres se sont réduits à quatre : le roman, le théâtre, la poésie et l’argumentation qu’on appelle désormais la littérature d’idée.

Ce quatrième objet est susceptible d’une confusion qui lui est propre : quand on étudie la littérature d’idées, on a souvent tendance à accorder une importance plus grande aux valeurs que les textes sont supposés porter qu’à leurs qualités propres. Certes, on ne cherche plus à faire l’éducation morale des élèves avec les fables de La Fontaine, mais on continue à promouvoir l’humanisme et plus encore les Lumières.

Pour renforcer l’enseignement de repères chronologiques, on a désigné explicitement les siècles qui devaient être étudiés pour chaque genre. La littérature d’idée que l’on étudie au lycée couvre trois siècles : les 16e, 17e et 18e siècle. Cette partition générique et chronologique de la littérature française a subsisté en 2019, quand on a réintroduit un programme d’œuvres. Désormais, pour chacun des quatre objets d’étude, les enseignant.e.s doivent choisir une œuvre parmi les trois œuvres inscrites au programme pour deux ans.

La Déclaration d’Olympe de Gouges est donc l’une des trois œuvres possibles pour traiter l’objet d’étude « la littérature d’idée du 16e au 18e siècle ». Les deux autres sont Gargantua de Rabelais et cinq livres des Caractères de La Bruyère. Pendant les deux années précédentes, il fallait choisir entre l’essai « Des cannibales » de Montaigne, une partie des Fablesde La Fontaine et les Lettres Persanes de Montesquieu.

On le voit : chacun des trois siècles au programme a son œuvre et c’est Olympe de Gouges qui est, pour deux ans, la représentante officielle des Lumières. Cette catégorie de l’histoire littéraire est tout à fait pertinente, mais ses usages politiques contemporains font courir le risque de sérieux malentendus. On présente les Lumières comme le temps fondateur de la raison, du progrès, de la démocratie et de la république. On se réclame par exemple des Lumières pour lutter contre les fausses nouvelles, avec la commission « Les Lumières à l’ère numérique ». On associe aussi les Lumières à l’universalisme, ce qui est encore plus discutable d’un point de vue historique.

Telle qu’elle est inscrite au programme du bac, Olympe de Gouges peut parfaitement remplir les fonctions ainsi assignées aux Lumières. Elle le peut d’autant plus qu’il s’agit d’une œuvre féministe, écrite par une femme dans un programme de plus en plus souvent accusé d’être trop masculin. La Déclaration des droits de la femme peut ainsi satisfaire les revendications féministes sans entrer en conflit avec l’idéologie républicaine telle qu’elle est aujourd’hui portée par beaucoup. Dans cette logique, la Déclaration de Gouges ne s’oppose pas à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, elle la confirme. La Déclaration des droits de l’homme a une place très particulière dans l’enseignement : depuis une loi de 2013, elle «doit être affichée de manière lisible au sein de tous les établissements scolaires publics ou privés» et elle est, lit-on sur le site officiel Eduscol, «au cœur de l’enseignement moral et civique». Bref, tout invite à lire la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne comme un heureux complément : même en rappelant que Gouges a dénoncé l’absence des femmes dans le projet politique et social des révolutionnaires, on pourra dire que les combats de cette femme des Lumières ont contribué à l’avènement de notre république et au triomphe de ses «valeurs».

La Déclaration, rien que la Déclaration…

Aucune classe n’en restera à une lecture qui ne serait que révérencieuse. L’enseignement du français a des exigences qui interdisent de réduire un texte à son « message » ou à celui qu’on lui prête. On peut cependant remarquer que le programme est formulé de manière à réduire et à simplifier le texte d’Olympe de Gouges : une parenthèse précise que seule une partie du texte est au programme, celle qui va du « préambule » au « postambule ».

Qu’une seule partie de l’ouvrage soit au programme n’est pas, en soi, exceptionnel. Les classes qui étudieront La Bruyère plutôt que Gouges travailleront seulement sur les livres V à X des Caractères. On comprend qu’il faille limiter la quantité de pages à lire et à étudier, dans le cadre trop restreint des horaires de français actuel. Mais pour la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, cette raison n’explique rien. L’ouvrage entier d’Olympe de Gouges comptait seulement vingt-quatre pages au moment de sa publication. Amputée de ce qui précède le préambule et de ce qui suit le postambule, elle n’en a plus que seize. Loin de faciliter l’étude, cette brièveté est l’une des difficultés du texte.

La première page numérisée par la BNF et publiée sur Gallica.

La publication de 1791 comporte vingt-quatre pages, c’est-à-dire qu’elle est composée d’un unique cahier, autrement dit encore d’une seule feuille imprimée recto verso et pliée en vingt-quatre pages. On n’y trouve pas de page de titre, chaque page contient du texte, les caractères utilisés pour les dernières pages sont plus petits : tout suggère qu’Olympe de Gouges a voulu utiliser au maximum l’espace contraint de cet unique cahier.

L’ouvrage contient :

  • un titre d’ensemble en haut de la première page: «Les Droits de la femme»;
  • une dédicace «À la Reine» développée sur quatre pages et signée «De Gouges»;
  • une répétition du titre «Les Droits de la femme» en haut de la p. 5, suivi d’une adresse polémique commençant par les mots «Homme, es-tu capable d’être juste»?
  • un intertitre dans le premier tiers de la p. 6 : «Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne»;
  • un préambule (une page);
  • les dix-sept articles de la «Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne» (cinq pages);
  • un postambule commençant par les mots «Femme, réveille-toi» (dix pages);
  • le récit d’un conflit ayant opposé Gouges à un cocher (deux pages et demie);
  • un post-scriptum d’un peu moins d’une demi-page pour louer l’Assemblée qui vient d’adopter la Constitution de 1791.

Pourquoi le programme du baccalauréat invite-t-il à laisser de côté les premiers et les derniers éléments? On a voulu donner plus d’unité au texte, en le resserrant autour de son élément central. L’histoire de la réception du texte peut justifier ce choix: c’est bien la Déclaration qui est devenue connue, puis relativement célèbre, à partir des années 1980. Mais cette réduction à l’essentiel aggrave le risque d’une lecture à sens unique.

Qu’a-t-on craint de l’adresse à la Reine? Je n’ose penser qu’on a eu peur d’affaiblir la portée républicaine d’un texte écrit au moment de la mise en place de la monarchie constitutionnelle et je suppose plutôt qu’on a voulu éviter les quelques explications historiques nécessaires. Mais quel dommage de se priver de pages où éclate le savoir-faire rhétorique de l’autrice! Tout en respectant les formes, Gouges met en scène une parole franche et elle revendique un rôle politique, pour elle comme pour l’ensemble des femmes.

La disparition de l’adresse aux hommes change la tonalité d’ensemble. Il semble ici qu’on ait voulu policer Olympe de Gouges. Ses accusations violentes contre l’homme, «bizarre, aveugle, boursouflé de sciences et dégénéré» menacent-elles le rôle fondateur assigné à sa Déclaration? C’est bien dommage là encore, non seulement parce que Gouges excelle dans l’art de la polémique, mais aussi parce que ce passage attire l’attention sur l’une des problématiques les plus intéressantes de cette œuvre: s’agit-il d’un texte à charge –contre les hommes et leur révolution– ou d’un texte qui cherche à poser les bases d’un nouveau contrat social ?

Le post-scriptum montre que la réponse est loin d’être tranchée: Gouges y fait un éloge appuyé de l’Assemblée constituante et de plusieurs hommes qui y ont joué un rôle de premier plan. C’est un ajout de circonstance: le roi vient d’adopter la Constitution et Gouges exprime la joie que lui procure cet événement. Elle ne parle plus du tout de la condition des femmes. On gagnerait pourtant à prendre en compte aussi ces quelques lignes, parce qu’elles remplissent la fonction attendue de la péroraison, c’est-à-dire de la fin d’un discours: dans la tradition rhétorique héritée de l’antiquité, que Gouges maîtrise très bien, la péroraison est le moment du consensus: de même qu’il faut commencer par se concilier la bienveillance de son public (ici par la franchise de l’adresse à la Reine), il faut finir en suscitant un élan commun.

Reste l’anecdote du cocher, plus étrange que le reste, mais très utile pour travailler sur l’écriture de soi. Comme dans l’adresse à la Reine, mais dans un tout autre registre, Gouges y travaille à sa propre image. C’est aussi dans ce passage que Gouges commente ce qu’elle écrit, ce qui est un des traits les plus caractéristiques de l’ensemble de son œuvre.

Une œuvre qui se suffit à elle-même ?

Les limites posées par le programme n’auront probablement pas beaucoup d’effet. Le talent rhétorique d’Olympe de Gouges et le potentiel critique des Droits de la femme sont trop forts pour être neutralisés. L’effervescence éditoriale, pédagogique et scientifique provoquée par cette inscription au programme aura sans doute des effets à long terme. Tant mieux!

Mais ce cas très particulier invite à réfléchir à un problème plus général: une œuvre inscrite au programme du baccalauréat se suffit-elle à elle-même? Autrement dit, peut-on et doit-on étudier les classiques de façon isolée? Le retour à un programme d’œuvres encourage cette manière de faire: on est comme invité à entrer dans chacun des monuments littéraires pour découvrir les richesses qu’il renferme. L’exemple de la Déclaration des droits de la femmemontre pourtant que les richesses peuvent être dans le contexte, c’est-à-dire à la fois dans ce qui entoure le texte tel qu’il a été publié, les conditions historiques de sa production et les autres textes avec lesquels il dialogue. Comparer dans le détail la Déclaration des droits de l’homme et la Déclaration des droits de l’homme sera un exercice difficile, parce qu’il ne correspond pas aux pratiques habituelles de l’explication littéraire, mais il ouvrira sans doute de très riches perspectives pour discuter le texte au programme comme celui qui est affiché dans les écoles de la République.

Image à la une: capture d’écran du «programme national d’œuvres pour l’enseignement de français – années scolaires 2021-2022 et 2022-2023», sur le site Eduscol et photographie du buste d’Olympe de Gouges à l’Assemblée nationale, sur Wikimedia Commons.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Olympe de Gouges au programme de la République», Littérature et Révolution, publié le 22 novembre 2021, https://litrev.hypotheses.org/2280.

4 réflexions sur « Olympe de Gouges au programme de la République »

  1. Bonjour. Merci pour votre article. Je partage votre étonnement quant à la coupure étrange de ce texte si bref, surtout pour l’adresse aux hommes qui révèle l’appui essentiel sur la notion de nature des Lumières. Par contre, il me semble que l’anecdote du cocher est bien dans le programme et fait partie du postambule.

    1. Oui, c’est tout à fait possible de l’interpréter comme cela. Tant mieux. Mais à l’inverse on ne pourrait pas reprocher à un.e enseignant.e d’avoir arrêté le texte avant cette anecdote, séparée du reste par un filet. Merci pour votre commentaire !

  2. Bonjour et merci pour cette riche réflexion.
    Deux petites remarques :
    – au lycée et pour l’enseignement de tronc commun, l’étude de la littérature d’idées ne se limite pas aux 16e, 17e et 18e siècles. En effet, en seconde, nous abordons l’objet d’étude sur la période allant du 19e siècle à aujourd’hui (avec une invitation nette à travailler sur la presse et les médias) ;
    – les œuvres sont inscrites au programme de première pour 4 ans (un objet d’étude sur les quatre est désormais renouvelé chaque année au lieu des deux annoncés dans la première version des programmes, de mémoire).
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.