En avent avec Olympe de Gouges

Chaque jour, du 11 frimaire (1er décembre) au 4 nivôse (24 décembre), un extrait de l’œuvre d’Olympe de Gouges.

 

  1. Action héroïque d’une Française ou La France sauvée par les femmes, 1789.

En mettant, l’année dernière, sous les yeux de mes Concitoyens, le projet d’une caisse patriotique, je me suis vue en butte à tous les traits de la satire. Loin que mes conseils aient été approuvés, je n’ai reçu que des injures ou des éloges perfides. Cet accueil, de la part d’un Public toujours sévère à mon égard, aurait bien dû me guérir de cette démangeaison d’écrire, qui a répandu tant d’amertume sur ma vie. J’avais pris en effet la ferme résolution de ne plus donner prise à la malignité de mes ennemis, en me vouant à un silence éternel ; mais la situation actuelle de l’État, trop affligeante pour mon cœur sensible, m’a forcée de reprendre la plume. Aujourd’hui je m’adresse à mon sexe. Peut-être en serai-je mieux accueillie ? Ce ne sont pas toutefois des éloges que je demande. Non, mon unique désir est d’être utile à ma Patrie. Hommes vains et ridicules, qui vous arrogez un empire despotique dans la Littérature, vous blâmerez toujours mon style, peut-être même n’épargnerez-vous pas mes mœurs ? Peu m’importe. Encore une fois, ce n’est point pour vous que j’écris. Je méprise également vos applaudissements et vos critiques.

(À lire sur Gallica.)

2. Départ de M. Necker et de Madame de Gouges, ou les Adieux de Madame de Gouges aux Français et à M. Necker, 1790.

Vous partez la bourse abondamment garnie, dans une berline bien douce et bien suspendue ; et moi, presque ruinée par mes imprimeurs, je pars, juchée dans une carriole rude et mal attelée, entourée de ma chère collection dramatique et patriotique, semblable, à cet égard, au divin Homère, qui gagnait, dit-on, sa vie en récitant de ville en ville les vers de son poème immortel ; ah ! voilà le point où nous différons de beaucoup. Vous emportez un portefeuille plein d’excellents projets qui n’ont pas réussi ; je vais, moi, faire connaître à l’étranger les écrits d’une femme qui auraient peut-être sauvé la patrie, si on ne les eût pas d’abord dédaignés et calomniés, mais qu’on ne suit pas moins actuellement ; voilà encore où nous différons le plus.

(Sur Gallica. Annoncé par Le Courier de Paris dans les provinces et des provinces à Paris du 27 avril 1790.)

3. Pronostic sur Maximilien Robespierre, par un animal amphibie

Je suis un animal sans pareil ; je ne suis ni homme ni femme. J’ai tout le courage de l’un, et quelquefois les faiblesses de l’autre. Je possède l’amour de mon prochain et la haine de moi seul. Je suis fier, simple, loyal et sensible.

Dans mes discours, on trouve toutes les vertus de l’égalité ; dans ma physionomie, les traits de la liberté ; et dans mon nom, quelque chose de céleste.

D’après ce portrait, qui n’est ni fini ni flatté, on peut m’en croire sur ma parole.

Écoute, Robespierre, c’est à toi que je vais parler, entends ton arrêt et souffre la vérité.

Tu te dis l’unique auteur de la Révolution, tu n’en fus, tu n’en es, tu n’en seras éternellement que l’opprobre et l’exécration. Je ne m’épuiserai pas en efforts pour te détailler ; en peu de mots, je vais te caractériser : Ton souffle méphétise l’air pur que nous respirons actuellement : ta paupière vacillante exprime malgré toi toute la turpitude de ton âme, et chacun de tes cheveux porte un crime.

(Affiche signée Polyme et datée du 5 novembre 1792, reproduite dans la Réponse à la justification de Maximilien Robespierre, adressée à Jérôme Pétion, «par Olympe Degouges», p. 10-11, sur Gallica.)

4. Les Droits de la femme, 1791

Homme, es-tu capable d’être juste? C’est une femme qui t’en fait la question; tu ne lui ôteras pas du moins ce droit. Dis-moi? Qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe? Ta force? Tes talents? Observe le créateur dans sa sagesse; parcours la nature dans toute sa grandeur, dont tu sembles vouloir te rapprocher, et donne-moi, si tu l’oses, l’exemple de cet empire tyrannique.

Remonte aux animaux, consulte les éléments, étudie les végétaux, jette enfin un coup d’œil sur toutes les modifications de la matière organisée; et rends-toi à l’évidence quand je t’en offre les moyens; cherche, fouille et distingue, si tu peux, les sexes dans l’administration de la nature. Partout tu les trouveras confondus, partout ils coopèrent avec un ensemble harmonieux à ce chef-d’œuvre immortel.

L’homme seul s’est fagoté un principe de cette exception. Bizarre, aveugle, boursouflé de sciences et dégénéré, dans ce siècle de lumières et de sagacité, dans l’ignorance la plus crasse, il veut commander en despote sur un sexe qui a reçu toutes les facultés intellectuelles; il prétend jouir de la révolution, et réclamer ses droits à l’égalité, pour ne rien dire de plus.

(Sur Gallica.)

5. «Préface pour les dames», Œuvres de Madame de Gouges, tome 1, 1788.

Mes très-chères Sœurs, c’est à vous à qui je recommande tous les défauts qui fourmillent dans mes productions. Puis-je me flatter que vous voudrez bien avoir la générosité ou la prudence de les justifier, ou n’aurais-je point à craindre de votre part plus de rigueur, plus de sévérité que la critique la plus austère de nos Savants qui veulent tout envahir, et ne nous accordent que le droit de plaire. Les hommes soutiennent que nous ne sommes propres exactement qu’à conduire un ménage ; et que les femmes qui tendent à l’esprit et se livrent avec prétention à la Littérature, sont des Êtres insupportables à la société ; n’y remplissant pas les utilités, elles en deviennent l’ennui. Je trouve qu’il y a quelque fondement dans ces différents systèmes, mais mon sentiment est que les femmes peuvent réunir les avantages de l’esprit avec les soins du ménage, même avec les vertus de l’âme, et les qualités du cœur ; y joindre la beauté, la douceur du caractère, serait un modèle rare, j’en conviens : mais qui peut prétendre à la perfection ? Nous n’avons point de Pygmalion comme les Grecs, par conséquent point de Galathée. Il faudrait donc, mes très-chères Sœurs, être plus indulgentes entre nous pour nos défauts, nous les cacher mutuellement, et tâcher de devenir plus conséquentes en faveur de notre sexe. Est-il étonnant que les hommes l’oppriment, et n’est-ce pas notre faute ?

(Sur Wikisource.)

6. Molière chez Ninon ou le Siècle des grands hommes, 1788.

Lucas.
Il y a des choses dans le monde si surprenantes, qu’on dirait qu’il y a du sortilège.

Mathurin.
M’est avis qu’oui, dans ce que vous dîtes.

Blaise.
Tu n’as donc jamais lu des contes de Fées?

Mathurin.
Dieu m’en préserve; c’est avec ça qu’on vous ensorcelle; et je voyons ben que note Maître a perdu son bon sens, avec ses belles lectures.

Blaise.
Il y a quelque vraisemblance dans ce que tu dis; mais, en deux mots, je vais t’introduire sur son compte.

Mathurin.
Allez-vous encore vous gausser de nous?

Blaise.
Non; fais attention seulement.

Mathurinrelevant ses cheveux sous son chapeau.
À cela ne tienne, j’allons ouvrir bien fort les oreilles.

Blaise.
Apprends que notre Maître fut un des hommes les plus aimables de son temps, riche, spirituel, il a vieilli dans les plaisirs.

Mathurin.
Par la sanguenne! c’est bien dommage, car il me semble que si je n’avions pas de la peine, je ne vieillirions jamais.

Lucas.
Il te le semble.

Blaise.
Écoute donc jusqu’au bout.

Mathurin.
J’écoutons; mais tout ceci nous paraît si extraordinaire, que je ne croyons pas même ce que je voyons.

Blaise.
Tu as raison; mais il n’est pas moins vrai que tout ce qui te paraît s’écarter de la vraisemblance, sont des choses très certaines.

Mathurin.
Dégoisez-nous donc le reste.

Blaise.
Ce jeune berger que tu vois promener son troupeau, et soupirant aux pieds de sa bergère, n’a que quatre-vingt-dix ans.

(Extrait de la scène II de l’acte II. Sur Gallica.)

7. L’Esclavage des Noirs ou l’Heureux naufrage, version de 1792.
CORALINE.

J’étais sur le port au moment qu’on annonçait cette malheureuse nouvelle. Plusieurs Colons attendaient avec impatience un navire qu’on découvrait dans le lointain. Il est enfin entré au port, et aussitôt tous les habitants l’ont entouré, et moi, toute tremblante, je me suis enfuie. Pauvre Mirza! malheureux Zamor! nos tyrans ne leur feront pas grâce.

AZOR.

Oh! je t’en réponds bien ; ils seront bientôt morts.

BETZI.

Sans être entendus? sans être jugés?

CORALINE.

Jugés! il nous est défendu d’être innocents et de nous justifier.

AZOR.

Quelle générosité! et on nous vend par-dessus au marché comme des bœufs.

BETZI.

Un commerce d’hommes! Ô Ciel! l’humanité répugne.

AZOR.

C’est bien vrai, mon père et moi avons été achetés à la Côte de Guinée.

CORALINE.

Bon, bon, mon pauvre Azor, va, quelque soit notre déplorable sort, j’ai un pressentiment que nous ne serons pas toujours dans les fers, et peut-être avant peu…

AZOR.

Eh bien ! qu’est ce que nous verrons? Serons-nous maîtres à notre tour?

CORALINE.

Peut-être; mais non, nous serions trop méchants. Tiens, pour être bon, il ne faut être ni maître ni esclave.

AZOR.

Ni maître, ni esclave ; oh! oh! et que veux-tu donc que nous soyons? Sais-tu, Coraline, que tu ne sais plus ce que tu dis, quoique nos camarades assurent que tu en sais plus que nous?

CORALINE.

Va, va, mon pauvre garçon, si tu savais ce que je sais! J’ai lu dans un certain Livre, que pour être heureux il ne fallait qu’être libre et bon Cultivateur. Il ne nous manque que la liberté, qu’on nous la donne, et tu verras qu’il n’y aura plus ni maîtres ni esclaves.

(Extrait de l’acte II, scène II. Sur Wikisource.)

8. L’Entrée de Dumourier à Bruxelles ou les Vivandiers, 1793.

Freling, aînée.
Général, voilà quatre prisonniers; ils ont bien fait de se rendre. En montrant le soldat mort: Jour de Dieu, vous en avez la preuve, vous voyez que nous ne badinons plus; cet avantage n’est pas mince. Aux Autrichiens, tirant les officiers par le bras, et les traînant vers Dumourier. Allons, lâches et vils satellites des tyrans, humiliez-vous devant l’épée de la république française, expédiez par un pardon exemplaire, devant l’Être suprême, la bassesse de votre servitude; à genoux, je vous l’ordonne. Ils tombent tous à genoux aux pieds de Dumourier, et joignent les mains au ciel.

Frelingcadette, à Dumourier.
L’attitude ne vous paraît-elle pas originale, général? C’est pire que de se rendre.

Dumourierriant.
Ah, ah, en vérité! j’ai peine à croire tout ce que je vois. Aux Autrichiens. Levez-vous, misérables, lâches que vous êtes. Vous étiez cinq contre deux; un de vous est tué, et les quatre qui restent sont vaincus et réduits à se rendre; et quels sont ces héros de la république qui vous ont défaits? Deux femmes! Les deux Freling font un mouvement d’indignation contre le général. Ne vous fâchez pas, mesdames, vous n’en serez pas moins méritantes, moins célèbres; mais il est nécessaire que je leur fasse sentir l’impuissance absolue de la cause qu’ils défendent, et le courage invincible que donne celle que nous servons. Regardez-les, ils ne peuvent revenir de leur étonnement; voyez, mesdames, leur surprise. Eh bien! oui, ce sont deux femmes, deux jeunes personnes qui vous ont battus et fait prisonniers. Enthousiasme belliqueux, si la gloire est un prestige, celle de la liberté a fait des prodiges qui serviront longtemps d’exemple au monde. Allons, guerrières, conduisez votre conquête, elle vous prépare de nouveaux lauriers. L’ennemi est réuni en force sur les hauteurs d’Anderlech; je compte que ces messieurs voudront bien permettre de nous frayer un passage pour continuer notre route.

Freling, aînée.
Général, j’espère que vous ne vous refuserez plus d’aller en embuscade. Je pense que nous nous en acquittons assez bien. Nous n’exigeons de vous que cette préférence.

Dumourieren s’en allant.
Cette préférence! hommes injustes, que n’êtes-vous à portée de rendre comme moi justice à ce sexe aimable et aussi valeureux que le nôtre.

Ils sortent sur l’air: Allons, enfants de la patrie.
Fin du troisième acte.

(Acte II, scène XIV, sur Gallica. Les sœurs Fernig, que Gouges appelle Freling dans cette pièce, sont des personnages historiques.)

9. Le Cri du sage, 1789.

Je vois que l’alarme regagne les esprits, que la confiance achève de se perdre chaque jour, et que tout devient désespérant.

Espérons cependant qu’une crise favorable va se faire avant peu dans les États-Généraux: je n’ai pu m’en défendre; la crainte que j’ai que la Nation va se perdre et entraîner celle de ma patrie, m’a transportée au-dessus de moi-même. Je m’écrie, je m’élance, et mon zèle perce à travers le préjugé.

On peut exclure les femmes de toutes Assemblées nationales, mais mon génie bienfaisant me porte au milieu de cette Assemblée, il lui dira avec fermeté que l’honneur même des premiers des Gentilshommes français fut fondé sur le bien de la Patrie, et qu’il s’écarte de ces nobles principes en s’éloignant du sein du reste de la Nation.

Si l’amour-propre l’emporte sur la raison, sans doute, Messieurs, vous allez condamner cet écrit; mais l’auteur a une trop grande idée de vos nobles procédés, pour ne pas espérer que vos véritables sentiments l’emporteront sur cet amour-propre, et si dans cette circonstance il a employé le ton impératif de son sexe, c’est qu’il a senti qu’aux grands maux, il fallait apporter les grands remèdes.

(Sur Gallica.)

10. Le Couvent, ou les Vœux forcés, 1792
Le Grand-Vicaire.

Songez, enfin, à l’intérêt du Ciel qui attend ce nouveau triomphe de la religion. Laissez tranquillement des mains innocentes se consacrer au culte des Autels.

Le Curé.

Ah ! si le sacrifice était volontaire, s’il se consommoit dans un âge où la raison et l’expérience permissent d’en mesurer toute l’étendue ; quoiqu’il répugne à la nature, j’y applaudirois volontiers. Mais à seize ans, à cette époque de la vie, où le cœur incertain cherche à se connaître, où les premières impressions commencent à se développer, à cet âge où l’innocence est si timide qu’elle ploie sans oser murmurer sous le joug qu’on lui impose, commander l’abnégation de soi-même, ordonner le plus inconcevable de tous les sacrifices, enchaîner un enfant, aveuglément docile, dans des liens qui ne se briseront jamais ; c’est offenser l’Être suprême, c’est s’opposer aux lois éternelles de la création, c’est rendre barbare le culte d’un Dieu de paix.

Le Grand-Vicaire.

Qu’osez-vous prononcer contre cette religion dont vous méconnoissez la sévérité ? Oubliez-vous qu’elle n’admet à ses Autels que des mains pures et sans taches ? Oubliez-vous que renoncer au monde est le premier devoir de ceux qui se consacrent au ministère sacré ?

Le Curé.

Plût au Ciel qu’aucun motif humain n’y eût jamais appelé cette foule d’ambitieux, qui ne considèrent dans la vie sacerdotale qu’un chemin trop facile pour arriver à la fortune, et se procurer toutes les jouissances de la mollesse etdu luxe ! L’Église n’aurait point à rougir de la corruption des mœurs de ses Ministres : moins opulents, ils en seraient plus respectables.

(Acte I, scène II, sur Wikisource.)

11. L’Homme généreux, «Préface», 1786.

Tous ceux qui connaissent mes faibles talents, me persuadent qu’un homme de lettres consommé dans l’art d’écrire tirerait un parti très-avantageux de mes productions. Je ne demanderais pas mieux que de rencontrer cet homme qui ne dédaigneroit pas de s’associer à mon travail ; mais cet homme, dis-je, il le faudrait de bonne foi ; il faudrait qu’il ne cherchât point à usurper mes sujets, etque satisfait de partager la gloire et le profit, il prît seulement la peine d’en épurer le style. Je crois, sans m’abuser sur mon compte, que le plus grand reproche que l’on peut me faire, est de ne savoir pas l’art d’écrire avec élégance qu’on exige aujourd’hui. Elevée dans un pays où l’on parle fort mal sa langue, et ne l’ayant jamais apprise par principes, il est étonnant que ma diction ne soit pas encore plus défectueuse. Si je croyais cependant qu’en adoptant la manière des autres, je pusse gâter le naturel qui m’inspire des sujets neufs, je renoncerais à ce qui pourrait m’être le plus indispensable. Peut-être me pardonnera-t-on, en faveur de la nouveauté, ces fautes de style, ces phrases plus sensibles qu’élégantes, et enfin tout ce qui respire la vérité.

(Sur Wikisource.)

12. Sera-t-il roi, ne le sera-t-il pas ? 1791
MESSIEURS,
 

Il me semble que sur l’affaire importante qui agite la France, et qui intéresse l’Europe, un objet inséparable du parti sage que vous voulez embrasser, ne s’est pas présenté à vos regards.

Je ne suis pas M. Brissot de Varville, je ne suis qu’une simple Citoyenne, sans conséquence, mais Patriote irréprochable.

Il est très important, si vous voulez rendre au Roi la confiance d’une grande Nation, que ce Monarque reconnaisse d’où part le vice qui a gâté, son cœur et son esprit ; je ne puis vous dissimuler mon opinion ; je l’avouerai encore, dût-elle être improuvée des trois Partis opposés ; j’ai pour moi la raison, les intérêts de ma Patrie menacée, et je la défendrai hautement aux yeux de tous ; je suis Royaliste, oui, Messieurs, mais Royaliste Patriote, Royaliste Constitutionnelle, et lorsque j’ai pressenti le danger du Roi, au milieu de ces trois Partis, lorsque dans une Séance Royale je le fais démettre de sa Couronne, les deux factions alors s’élevèrent contre moi, contre mes écrits, ils crièrent à l’extravagance, à la folie, à l’audace : que j’avais d’esprit et de prévoyance ! Alors, Messieurs, vous n’aviez pas décrété, ni pu prévoir quel serait le Régent que vous pourriez nommer à l’héritier présomptif, alors la Nation dans sa sagesse aurait fait un choix digne d’elle. Le Roi abandonnant alors les rênes de l’État, se mettait à couvert des séductions, confondait les ennemis de la Patrie, et s’élevait au-dessus du Trône, et la Nation, pénétrée de cette démarche, aurait donné au Monarque le pouvoir indispensable qui convient au Roi des François.

Pauvre Roi ! qu’es-tu devenu ? qu’as-tu fait ?

Le dernier des Citoyens a été plus maître que toi ; les vexations continuelles t’ont fait perdre peut-être l’équilibre de tes vertus si longtemps soutenues à travers les orages et les factions ; mais ta démarche est celle d’un hypocrite ou celle d’un faussaire : si je te juge comme Roi comptable envers la Nation, ton départ est un délit ; si je te considère comme homme séduit, tu n’as pu te garantir de ce poison perfide ; et quel est l’homme qui peut se dire : je n’errai point une fois dans la vie ; mais un Roi, m’objectera-t-on ne doit jamais errer : certes, il est aisé de condamner ; … mais d’être parfait, jamais l’homme ne montra moins de perfection que dans ce temps de lumière et de philosophie. Ne croyez pas, Messieurs, que je prétende justifier le Roi ; je ne suis pas un Brissot de Varville, pour balancer mon opinion, qui semble devenir générale, tant l’esprit de la discorde échauffe les têtes et subjugue la raison : je ne condamne pas moins la démarche du Roi, elle est affreuse dans toute son obscurité, et m’en lavant les mains, je m’étais promis le silence sur cette affaire ; mais puis-je me taire quand je vois renverser ma Patrie sous le prétexte de la soutenir.

(Sur Wikisource.)

13. Dialogue entre mon Esprit, le Bon-Sens et la Raison, 1788.
L’ESPRIT.

Vous me lâchez des épigrammes, mon cher Bon-Sens, et voilà ce qu’on gagne à vous bien traiter. Vous vous familiarisez, vous devenez indiscret, et même despote. Ah ! tout doux, M. le Censeur, il ne sera pas dit que vous me subjuguerez. L’Esprit en tout temps vous a fait la loi, vous ne lemporterez pas par votre triste moyen sur les aimables avantages que j’ai sur vous.

 
LA RAISON.

Oui, mais c’est un grand défaut d’être si prévenu en faveur de sa supériorité.

 
LE BON-SENS.

Laissez-le s’emporter, s’enflammer, s’élever et planer au-dessus de moi. Je veux le voir un jour confus, désabusé de ses écarts et de son orgueil, venir me solliciter, me prier de l’aider de mes conseils et de ne plus l’abandonner : c’est là que je l’attends

 
L’ESPRIT.

Ma foi ce sera le plus tard que je pourrai, et je doute que nous soyons jamais bien unis ensemble.

 
LA RAISON.

Pour moi je le gagerais ; mais il n’y a rien d’arrêté, et je vois bien qu’on ne dira pas de nous que nous sommes trois têtes dans le même bonnet.

 
L’ESPRIT.

C’est bien heureux pour le repos du monde ; car si nous étions parfaitement d’accord tous trois, l’univers n’aurait qu’un seul maître.

 
LE BON-SENS.

Vous parlez comme un jeune homme qui donne pour la première fois ses idées au Public.

 
L’ESPRIT.

C’en est trop, et pour vous punir l’un et l’autre de m’avoir excédé, lisez le premier volume de mes œuvres.

 
LE BON-SENS.

Miséricorde ! quelle pénitence ! il ne vous manquait que ce travers ; augmentez le nombre des Auteurs qu’on ne lit jamais, la boutique des Epiciers, des Droguistes, des Bureaux de tabac, les Cabinets… Vous m’entendez bien ; voilà le fort de ceux qui ont la prévention, comme vous, de donner à un Public éclairé leurs œuvres obscures, leur théâtre qu’on ne joue nulle part ; qui se ruinent pour se faire imprimer sans enrichir aucune bibliothèque. Mettez, mon cher Esprit, toutes vos ressources à l’alambic, vous n’en tirerez que de l’eau claire.

 
L’ESPRIT.

Soit ; mais on ne pourra pas me dire que je n’ai pas trouvé en tout ce que je fais, de l’eau à boire.

 
LA RAISON.

Voilà comment l’Esprit se tire d’affaire, par un bon mot, par un calambour. Pour moi, j’abandonne la partie, et je suis votre très humble servante.

 
LE BON-SENS.

Je vous suis, Dame Raison, car je n’ai plus rien à dire.

 
L’ESPRIT.

Adieu, pour une bonne fois, et je vous souhaite un bon voyage. Vous êtes de votre naturel fort intéressé ; mais avec moi vous avez perdu votre temps. L’Esprit fait plus de sottises que de bonnes affaires, et avec lui on fait bien maigre chère. Adieu, jusqu’au revoir.

(Sur Wikisource.)

14. Mirabeau aux Champs-Élysées, 1791.

LOUIS XIV.
J’approuve actuellement la révolution; elle est digne d’un grand monarque, et des grands hommes qui l’ont opérée.

MADAME DE SÉVIGNÉ.
As-tu laissé en main sûre ce plan dans lequel tu destinais à mon sexe un passage utile à son bonheur et à sa gloire?

MADAME DESHOULIÈRES.
On l’aura détourné à sa mort. On ne veut pas que nous soyons sur la terre les égales des hommes; ce n’est aux Champs-Elysées que nous avons ce droit.

NINON DE L’ENCLOS.
Ailleurs aussi, mais c’est un faible avantage.

MADAME DESHOULIÈRES.
Les femmes trouveront peut-être le moyen de régénérer aussi leur empire.

MIRABEAU.
Pour opérer en France une grande, une heureuse révolution, il en faudrait, mesdames, beaucoup comme vous.

NINON DE L’ENCLOS.
Tu as raison: en général les femmes veulent être femmes, et n’ont pas de plus grand ennemis qu’elles-mêmes. Que quelqu’une sorte de sa sphère pour défendre les droits du corps, aussitôt elle soulève tout le sexe contre elle: rarement on voit applaudir les femmes à une belle action, à l’ouvrage d’une femme.

MIRABEAU.
La remarque le sera.

NINON DE L’ENCLOS.
Par les hommes donc. Ah! messieurs, que les femmes entendent bien peu leurs intérêts.

(Sur Gallica et dans la très belle édition de Jessica Goodman.)

15. Projet sur la formation d’un tribunal populaire et suprême en matière criminelle, 1790.

Le militaire est jugé par le militaire; le peuple doit être juge du peuple.

Je propose donc, à l’instar des conseils de guerre, l’érection de conseils populaires; les assemblées s’en tiendront dans les places publiques: la classe du peuple, composée de l’artisan, du journalier, et en général de l’homme de peine, aura ses prisons particulières, et tout malfaiteur, dans la classe du peuple, arrêté pour crime ou pour vol, sera soumis au jugement souverain de ses pairs. Le malfaiteur aura huit ou quinze jours pour se défendre. Il sera le maître de choisir un défenseur dans l’assemblée populaire. Son procès sera instruit, et il sera condamné ou absous, à la pluralité des voix. Le jugement intervenu sera imprimé et colporté.

(Sur Gallica.)

16. Le Mariage inattendu de Chérubin, «Préface», 1788.

Je suis femme et auteur ; j’en ai toute l’activité. Mon premier mouvement est semblable à une tempête ; mais dès que l’explosion est faite, je reste dans un calme profond : tel est l’effet qu’éprouvent toutes les personnes vives et sensibles.

Mon Mariage de Chérubin est un enfant de la Folle Journée, qui naquit de l’enthousiasme général, c’est un de mes premiers Ouvrages, duquel je me promettais beaucoup de gloire, et encore plus de profit ; mais, hélas ! c’est bien le cas de dire:

Pauvres petits infortunés,
Vous êtes morts avant que d’être nés !

Lu à la Comédie Italienne, il y fut accueilli ; mais des considérations de Théâtre à Théâtre en ont empêché la représentation, je le présente aujourd’hui au Public, rempli de fautes, tel que doit l’être une production faite en vingt-quatre heures à laquelle je n’ai rien changé. Cependant des hommes de Lettres, ainsi que MM. les Comédiens, y ont trouvé quelque mérite digne de fixer l’attention des gens de goût ; plusieurs personnes m’avoient engagé à la donner aux Variétés, au à la faire imprimer ; j’adoptai le dernier parti, et, depuis un an qu’elle est approuvée, je l’avais oublié parmi mes Manuscrits ; mais aujourd’hui que je vois annoncer dans le Journal un Mariage de Chérubin, ma vivacité́ Languedocienne se réveille, et il ne me reste plus que les regrets de m’être laissé prévenir, et la crainte d’un vol clandestin peut-être aussi suis-je comme un poltron qui craint d’être assassiné, au seul aspect d’une épée nue. – Les hommes, sur ce point, sont très chatouilleux ; et les femmes y entendent encore moins raison. Comme je n’ai rien de plus cher que mes productions, je me hâte de réclamer celle-ci, dans le cas qu’on me l’ait volée. La passion qui me domine pour créer de nouveaux sujets, me fait oublier ceux qui les ont précédés ; l’activité de dix Secrétaires ne suffirait pas à la fécondité de mon imagination. J’ai trente Pièces au moins ; je conviens qu’il y en a beaucoup plus de mauvaises que de bonnes ; mais je dois convenir aussi que j’en ai dix qui ne sont pas dépourvues du sens commun. Cependant malgré la richesse de mon portefeuille et la nouveauté de mes plans, dans ce temps de misère, mes peines et mes travaux me donneront plus de tourment que de gloire.

(Sur Gallica.)

17. Le Prince philosophe, 1792.

Almoladin proposa trois questions singulières à discuter publiquement et par trois personnages de chaque sexe : un vieillard de soixante ans, un jeune homme de vingt-cinq et un enfant de dix : les femmes à peu près du même âge.

La première question était de savoir si l’on devait donner aux jeunes demoiselles une éducation plus forte que leur constitution ; la seconde était de décider si les femmes auraient assez de courage et de force d’esprit pour être inflexibles et constantes dans leur opinion ; enfin la troisième, si, à certaine révolution que les femmes éprouvent, comme quand elles deviennent nubiles, ou quand elles deviennent mères, elles ne demandent pas à être ménagées et si ce ménagement n’est pas incompatible avec les devoirs que les hommes sont obligés de remplir ? Les enfants doivent prononcer sur le premier point, les jeunes gens sur le second et les vieillards sur le troisième. On chercha, dans les trois sexes, ce qu’il y avait de plus remarquable dans Siam. Idamée, enchantée du projet du roi, se flattait que, par ce moyen, son plan aurait le plus grand succès : elle ne manqua pas de choisir dans son sexe une personne qui pût répondre à son dessein. Le mandarin lui procura une jeune personne élevée parmi des jeunes gens dont lui seul connaissait le sexe. Idamée la fit venir chez elle, et fut on ne peut pas plus satisfaite de sa conversation. Il n’en fut pas de même de la personne de vingt ans et de celle de cinquante, quoique très instruites. Elles n’avaient point le courage et l’intrépidité de la jeune personne ; ce qui lui prouvait que tout dépend de l’éducation. On lui opposa un jeune homme plus faible qu’elle, tant par la constitution que par le caractère ; elle avait les mêmes vêtements, au point que, le jour arrivé, tout le monde prit le change. Cette séance se passa dans une des cours du palais, si grande et si majestueuse par sa construction, que jamais on ne vit une assemblée plus imposante. Les deux sexes étaient séparés, les croisées et les balcons étaient également garnis de chaque côté d’hommes et de femmes. On avait élevé un trône pour la reine qui dominait sur toutes les femmes qui l’entouraient. Le roi de Siam était aussi environné de tous les hommes, et placé sur un trône. Entre ces deux trônes était une espèce de théâtre où les deux sexes, qui devaient agiter les questions proposées et les décider, étaient en vue de tous les spectateurs. Le roi donna le choix à la reine sur l’objet qui devait commencer l’ouverture de la séance. Idamée fut assez adroite pour demander d’abord qu’on mît la force à l’épreuve. Les deux enfants de dix ans montèrent les premiers sur la scène pour lutter ensemble. Ils combattirent longtemps ; mais enfin la victoire fut pour les femmes.

(Tome 2, p. 22 et suivante, sur Google Books.)

18. Les fantômes de l’opinion publique, 1792

Je considère l’opinion publique comme un enfant gâté : plus on fait pour elle, moins on en obtient. Toujours avide de nouveautés, elle disperse impitoyablement les caractères instructifs que vous venez d’arranger sous ses yeux, pour courir follement après le pantin que l’oisiveté ou la malice agite devant elle. Elle vante ou décrédite, tour-à-tour, le même objet. Quelquefois je l’ai vu sourire à mes faibles productions ; mais ne pouvant la suivre dans sa prodigieuse versatilité, semblable à ce mont audacieux qui recèle dans son sein la flamme dont se nourrit son volcan, je suis restée immobile au milieu des orages et de mes principes ; et c’est à ces principes que je prétends aujourd’hui la ramener. Je sais que l’entreprise en est douteuse ; mais il est beau de la tenter.

(Sur Gallica.)

19. Les Comédiens démasqués, «Mémoire contre la Comédie Française», 1790

De toutes les associations enfantées par la manie des privilèges exclusifs, l’aréopage comique est peut-être celle qui réunit les caractères les plus odieux d’injustice et de tyrannie.

Longtemps avant la révolution, les bons esprits s’élevèrent contre le despotisme exercé par les Comédiens français, sur le plus brillant de tous les arts. Depuis Corneille jusqu’à nos jours, auteurs sublimes, auteurs médiocres, tous ont eu à se plaindre de leurs caprices, quand ils n’avaient pas à s’indigner de leur oppression.

Quelle hache tranchera les têtes de cette hydre qui déchira de tous temps le sein de ses bienfaiteurs? Nos Hercule littéraires viennent de lui porter les premiers coups. MM. de la Harpe, Marmontel, Lemierre, Cailhava, Sedaine, et autres, ont commencé le combat contre ce monstre avide autant que ridicule. Espère-t-il résister ? Le sénat en cothurne et en brodequin conservera-t-il son régime archiféodal? La fange de ses règlements souillera-t-elle l’édifice de la régénération de l’Empire? La gloire, la fortune, l’autorité seront-elles encore le lot exclusif des Comédiens français? Et le partage de leurs pères nourriciers ne sera-t-il jamais que l’oubli, l’esclavage et les humiliations?

Ah! sans doute, il est temps de briser ce sceptre qui asservit audacieusement les membres de la république des lettres. Citoyens de toutes les classes, qui jouissez déjà du bienfait de la liberté, souvenez-vous de ce que vous devez aux génies patriotes, qui vous ont éclairés sur vos droits; sachez que la liberté des beaux-arts est un des plus fermes appuis de la liberté civile: et vous, courageux architectes de la régénération française, laisserez-vous subsister l’édifice de cette bastille gothique, où l’on persécutait, où l’on enchaînait la pensée et le talent?

(Sur Gallica.)

20. Les Trois Urnes ou le Salut de la Patrie, 1793

Je me nomme Toxicodindronn; je suis du pays des fous; j’arrive du Monomotapa; j’ai parcouru les quatre Parties du Monde, plus en rêve qu’en réalité; car notre vie n’est qu’un songe: partout j’ai trouvé les mêmes hommes, des sots et des méchants, des dupes et des fripons; c’est-à-dire, partout des erreurs ou des crimes. Mais, comme les extrêmes se touchent, et que de l’excès du mal naît toujours le bien, il semble qu’il soit de l’essence des révolutions de régénérer les gouvernements par l’excès même de leur dépravation. Français, arrêtez-vous, lisez: j’ai bien des choses à vous dire. 

Je doute fort que le Monde ait commencé par Adam et Ève, et qu’il doive finir par la Révolution française. Ce sont des contes, avec lesquels les prêtres corrompus de l’ancien régime endormaient nos crédules femelles.

Mais, ce qui se présente à notre raisonnement, ce que l’histoire ancienne et moderne nous apprend, c’est que jamais aucun peuple ne soit mort à l’époque de sa régénération. Cependant la France, divisée en trois partis de gouvernement, semble nous annoncer une dissolution prochaine. Mais la volonté suprême d’un être invisible, qui préside aux grandes destinées des empires, semble mettre un frein à la fureur patricide des scélérats de toutes les factions, qui ne veulent déchirer la république que pour s’en partager les lambeaux. Mais hélas! Si nous sommes vraiment dignes d’être républicains, que peuvent leurs efforts?

«Que peut contre le roc une vague animée?
Hercule a-t-il péri sous l’effort du Pygmée?
L’Olympe voit en paix fumer le Mont Etna!»…

Quel est le mobile de vos dissensions, Français? La mort du tyran. Eh bien, il est mort! Tous les partis doivent tomber avec sa tête, et vos criminelles extravagances me retracent, malgré moi, le tableau des grandes révolutions: je le remets sous vos yeux, osez le fixer.

(Sur Internet Archive.)

21. Testament politique d’Olympe de Gouges, 1793

Comment est-il possible de prêcher avec véhémence ce qu’on ne pense pas ? Comment peut-on avec autant d’audace tromper le peuple et mettre sur le compte d’autrui les résultats de ses propres crimes ? Si ces hommes dominent, c’en est fait de la liberté et de l’égalité. La tyranie s’avance à pas de géant par nos dissensions. Citoyens ! vous pouvez me donner la mort ; mais vous vous rappelerez malgré vous mes prédictions et mes vertus civiques. Il est temps de faire l’énumération de mes legs, qui ne seront peut-être pas indifférens à la société, et dans lesquels je me permettrai un peu de cette gaité que j’ai toujours mise dans tout ce qui me concerne.

Je légue mon cœur à la patrie, ma probité aux hommes (ils en ont besoin). Mon âme aux femmes, je ne leur fais pas un don indifférent ; mon génie créateur aux auteurs dramatiques, ils ne leur sera pas inutile, surtout ma logique théâtrale au fameux Chesnier ; mon désinteressement aux ambitieux, ma philosophie aux persécutés, mon esprit aux fanatiques, ma religion aux athées, ma gaité franche aux femmes sur le retour et tous les pauvres débris qui me restent d’une fortune honnête, à mon héritier naturel, à mon fils, s’il me survit.

Quant à mes pièces de théâtre, en manuscrits, on en trouvera quelques centaines, je les donne à la comédie française ; si par son art magique et sublime, elle croit, après ma mort, mes productions dignes de figurer sur son théâtre, c’est assez lui prouver que je rends justice à son talent inimitable. J’aurois voulu, avant ma mort, laisser un extrait d’une vie bien intéressante, par la bizarrerie de mon étoile, depuis ma naissance ; mais si le sort a destiné à mes jours une fin prompte et glorieuse, je laisserai à deviner aux hommes sensibles, s’il en est encore, ce que peut avoir éprouvé une victime du fanatisme, qui avait des droits à la fortune et au nom d’un père célèbre.

(Sur Wikisource.)

22. La France sauvée ou Le Tyran détrôné, 1792-1793

SCÈNE II

Antoinetteles cheveux épars et en robe du matin. – Que l’incertitude est affreuse! La mort ou la victoire voilà mon dernier mot. L’orage est formé, la tempête est sur ma tête, n’importe, l’alternative où je me vois réduite ne me donne pas le temps de reculer plus loin l’explosion. (Elle réfléchit.)… La crise sera terrible… (Se promenant.) Éloignons de mon sein toute pitié. Mon époux, mes enfants, éloignez-vous de mes yeux pour vous sauver. J’expose mes jours et que sert une vie sans cesse menacée, que sert une reine esclave du vulgaire! Et toi, Roi craintif, le plus pusillanime des hommes, vois quel est le fruit de cette lâcheté que tu appelles vertu! On parle déjà de suspendre ton pouvoir; bientôt on te détrônera! Que dis-je, une horrible prison, l’échafaud peut-être, seront le juste salaire que mérite un roi qui n’a pas su régner. Mais je ne suis pas en vain ton épouse, mais la fille de Marie-Thérèse ne sera pas montée sur le trône de France pour en descendre en vile esclave. C’est le crime du plus fort qui doit l’emporter aujourd’hui. J’entraînerais dans mon parti et les citoyens vendus et les citoyens crédules. (Elle se retourne et tire sa montre.)… Qu’on tarde à venir… il n’est que six heures… que celui qui calcule sa fortune sur la rapidité de quelques heures, éprouve des siècles de souffrance… voyons nos forces… Dix mille hommes de la garde nationale, quinze cents hommes à peu près de l’artillerie… deux mille Suisses… Ceux-là en vaudront bien quatre mille. Dix mille chevaliers du poignard… pour ceux-là je n’y compte pas beaucoup, ils sont lâches et ils peuvent me tromper; mais il feront nombre. Ah si l’on avait su me gagner les faubourgs! Cet auteur à la feuille aux deux liards me l’avait promis. Mais… Compter sur ce genre de promesses… Ces faiseurs d’affiches et tous ces barbouilleurs de papiers ne valent pas un Marat, un Robespierre! Sous le spécieux langage du patriotisme, ils renversent tout au nom du peuple, ils servent en apparence la propagande et jamais les chefs de factions n’ont mieux servi la cause des Rois. Ils mènent de front deux partis qui vont d’un pas rapide au même but. J’aime ces hommes entreprenants, ils possèdent l’art difficile de tromper profondément les faibles humains. Ils ont bien senti dès l’origine, qu’il fallait pour me servir se frayer un chemin opposé. Calonne, applaudis-toi, c’est ton ouvrage, aussi ta récompense sera proportionnée à tes travaux.

(Pièce inédite et incomplète, copiée d’après l’édition des Œuvres d’Olympe de Gouges présentée par Benoîte Groult, Mercure de France, 1986, p.164-165.)

23. Les Droits de la femme, 1791

À LA REINE

Madame,

Peu faite au langage que l’on tient aux Rois, je n’emploierai point l’adulation des Courtisans pour vous faire hommage de cette singulière production. Mon but, Madame, est de vous parler franchement ; je n’ai pas attendu, pour m’exprimer ainsi, l’époque de la Liberté ; je me suis montrée avec la même énergie dans un temps où l’aveuglement des Despotes punissait une si noble audace.

Lorsque tout l’Empire vous accusait et vous rendait responsable de ses calamités, moi seule, dans un temps de trouble et d’orage, j’ai eu la force de prendre votre défense. Je n’ai jamais pu me persuader qu’une Princesse, élevée au sein des grandeurs, eût tous les vices de la bassesse.

Oui, Madame, lorsque j’ai vu le glaive levé sur vous, j’ai jeté mes observations entre ce glaive et la victime ; mais aujourd’hui que je vois qu’on observe de près la foule de mutins soudoyée, et qu’elle est retenue par la crainte des loix, je vous dirai, Madame, ce que je ne vous aurois pas dit alors.

Si l’étranger porte le fer en France, vous n’êtes plus à mes yeux cette Reine faussement inculpée, cette Reine intéressante, mais une implacable ennemie des Français. Ah ! Madame, songez que vous êtes mère et épouse ; employez tout votre crédit pour le retour des Princes. Ce crédit, si sagement appliqué, raffermit la couronne du père, la conserve au fils, et vous réconcilie l’amour des Français. Cette digne négociation est le vrai devoir d’une Reine. L’intrigue, la cabale, les projets sanguinaires précipiteroient votre chûte, si l’on pouvait vous soupçonner capable de semblables desseins.

Qu’un plus noble emploi, Madame, vous caractérise, excite votre ambition, et fixe vos regards. Il n’appartient qu’à celle que le hasard a élevée à une place éminente, de donner du poids à l’essor des Droits de la Femme, et d’en accélérer les succès. Si vous étiez moins instruite, Madame, je pourrais craindre que vos intérêts particuliers ne l’emportassent sur ceux de votre sexe. Vous aimez la gloire : songez, Madame, que les plus grands crimes s’immortalisent comme les plus grandes vertus ; mais quelle différence de célébrité dans les fastes de l’histoire ! l’une est sans cesse prise pour exemple, et l’autre est éternellement l’exécration du genre humain.

(Sur Wikisource.)


Image à la une: Frontispice des Remarques patriotiques pour les États généraux, d’Olympe de Gouges (15 décembre 1789), détail ; sur Gallica


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.