Diderot et la Révolution : l’histoire d’une non-publication

Compte rendu de lecture. Caroline Warman, The Atheist’s Bible: Diderot’s ‘Éléments de physiologie’. Cambridge, UK: Open Book Publishers, 2020, https://doi.org/10.11647/OBP.0199 – CC BY 4.0

Version écrite d’une intervention à la Maison française d’Oxford le 17 mai 2022, à l’occasion de la présentation du livre par Caroline Warman.

Je ne dirai rien de la première partie de ce livre, qui présente les Éléments de physiologie de Diderot, qui fait le point sur leur réception critique, qui prouve leur importance pour Diderot lui-même et pour l’histoire de la pensée matérialiste, qui propose enfin une lecture détaillée du texte. La seconde partie du livre m’intéresse trop : je me précipite donc vers la page 179.

Une histoire littéraire de la Révolution française

Cette seconde partie propose en effet une histoire littéraire de la Révolution française. Les chapitres 5 à 10 sont autant d’étapes d’un parcours chronologique qui mène de 1790 à 1802. Les deux derniers chapitres (11 et 12) prolongent la perspective en étudiant deux publications des années 1820.  Les cent cinquante pages consacrées à la période révolutionnaire sont passionnantes. On y rencontre des institutions : l’Assemblée nationale en 1790, le Comité d’instruction publique en 1794, l’École normale de l’an III (1794-1795), l’Institut national en 1795. On s’y intéresse aussi aux éditeurs et aux journaux, avec le Mercure de France en 1791 et l’Encyclopédie méthodique de Panckoucke en 1792. Les liens entre le pouvoir et la production imprimée sont parfois très concrets: en 1795, l’École normale peine à faire imprimer les cours à partir des notes prises par des secrétaires (chapitre 8) ; en 1802 une préface aux Essais de Montaigne est censurée par l’imprimeur Didot trois jours avant la ratification du Concordat par Napoléon (chapitre 10). On rencontre aussi des écrivains, bien sûr : Diderot, qui est là sans y être puisqu’il est mort en 1784 ; Jacques-André Naigeon (1738-1810), dépositaire d’un exemplaire des manuscrits de Diderot et chargé de la publication ; mais aussi les idéologues Cabanis et Destutt de Tracy ; et plus encore Dominique-Joseph Garat (1749-1833), l’un des héros de cette histoire. En suivant les Éléments de physiologie de 1790 à 1802, Caroline Warman développe donc une histoire intellectuelle et littéraire de la période. Mais cette histoire singulière est l’histoire d’une non-publication. Caroline Warman raconte comment ce texte n’a pas été publié, et comment, pourtant, il a existé par les usages qui en ont été faits.

Image de couverture par Cressida Bell.

Une histoire de la période sans nom

Dans l’histoire de la littérature française, la période intermédiaire entre les Lumières et le Romantisme est difficile à définir, au point qu’elle est parfois appelé la «période sans nom», comme ce fut le cas dans colloque de 2014 organisé par Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie. Dans la préface de l’ouvrage collectif né de ce colloque (Classiques Garnier, 2016), Florence Lotterie écrit que cette période sans nom est aussi une période «sans certains noms» (p. 23). Elle parle alors des femmes dont l’activité littéraire et les publications ont été invisibilisées. Ici, celui dont on ne prononce pas le nom est Diderot lui-même, ce qui étonne d’autant plus qu’il n’est ni un inconnu ni un auteur oublié. Seulement voilà: au moment où Voltaire et Rousseau entrent au Panthéon, inventé par les révolutionnaires pour les grands hommes qui ont été utiles à la patrie, le nom de Diderot est soigneusement évité par ceux qui veulent promouvoir son œuvre et ses idées. Pourquoi cet interdit? Le livre de Caroline Warman le montre que nom de Diderot agit comme une sorte de chiffon rouge. Tout au long de la Révolution, en 90 comme en 94 ou en 96 (voir les chapitres 6, 8 et 10), il est associé, à tort ou à raison, à des positionnements politiques ou moraux qui font l’objet d’un rejet radical au point d’être disqualifiés dans le débat public: l’athéisme, la critique de la propriété et l’immoralité.

Deux enseignements peuvent être tirés de ce constat. D’une part, le cas de Diderot invite à revoir la manière de présenter l’histoire de la liberté de la presse pendant la Révolution française. Certes, les années 1789-1791 puis 1795-1796 sont des moments de très grande liberté. La libéralisation de la production imprimée est d’autant plus forte qu’elle est inédite et qu’elle contraste avec les contraintes des périodes précédente, intermédiaire et suivante. Le livre de Caroline Warman montre que la censure ou en tout cas une certaine forme d’autocensure n’ont jamais entièrement disparu. D’autre part, l’exemple des Éléments de physiologies rappelle que l’histoire littéraire n’est pas un processus de sélection naturelle des meilleures œuvres. Ce n’est pas parce qu’un texte n’a pas été publié qu’il n’a pas compté et qu’il ne doit pas compter pour nous. Les Éléments de physiologie ont été desservis par leur histoire éditoriale et par leur réception empêchée, mais ce texte a circulé, il a eu de l’influence et il est plein de richesses pour nous. Que Caroline Warman le montre avec l’exemple d’un auteur aussi illustre que Diderot incite à découvrir d’autres textes négligés en raison des circonstances de leur publication.

When to publish ?

On présente souvent la production littéraire de la période révolutionnaire comme le résultat d’une situation d’urgence : les textes ont été écrits trop vite, les œuvres ont été publiées à l’état de brouillons, souvent sous la forme de fragments ou d’esquisses. L’accélération du temps historique et social a entraîné une accélération du temps littéraire. C’est souvent vrai. Mais ce n’est qu’une partie de la vérité. Caroline Warman raconte une autre histoire dans son livre : la publication des Éléments de physiologie est sans cesse retardée. Naigeon en publie de courts extraits dans son Adresse à l’Assemblée en 1790, sans nommer Diderot. Il prépare des Mémoires sur Diderot qui contiennent de larges extraits du texte – plus que d’aucun autre texte de Diderot – et il annonce leur parution en 1790, 1792 et surtout en 1798, quand il publie enfin la plus grande partie des manuscrits de Diderot en quinze volumes… Mais même alors il ne publie pas les Éléments de physiologies. Et il reporte encore la publication des Mémoires, qui ne paraîtront que treize ans après sa mort, en 1823. Caroline Warman montre que Cabanis et Destutt de Tracy cherchent eux aussi « le moment favorable » pour publier leurs idées matérialistes (p. 304). C’est là une façon nouvelle et particulièrement stimulante de penser l’histoire littéraire de la période: les publications de ces philosophes ne sont pas faites dans la précipitation. Au contraire. Confrontés à l’instabilité politique et à la vivacité des débats publics, ces auteurs attendent . Ils essaient de saisir les occasions favorables. Ils temporisent et mettent en œuvre des stratégies de publication obliques et de disséminations.

Une histoire de plusieurs noms

Caroline Warman écrit dans la conclusion de son livre qu’elle raconte en vérité deux histoires dans la seconde partie: celle de Naigeon qui possédait un exemplaire du manuscrit de Diderot et celles des autres auteurs pour lesquels on ne peut faire que des suppositions à partir d’une enquête méticuleuse. On connaît les noms de certains personnages. On doit douter pour d’autres ou faire des hypothèses. Qui est le « citoyen Garon » qui donne une copie d’un troisième manuscrit des Éléments de physiologie au Comité d’instruction publique en 1794? Il est ainsi nommé dans le catalogue d’un libraire du 19e siècle. La note manuscrite qui mentionnait le don a disparu. Elle a pu être mal copiée. Le chapitre 7 avance de nombreuses propositions, tout en soulignant les difficultés pour chacune. On est tenté, comme Caroline Warman, de retrouver ici Garat. Mais précisément, le mérite de ce chapitre et du livre tout entier est de donner à voir une pluralité d’acteurs avérés ou probables: la vie intellectuelle et l’activité littéraire sont des phénomènes collectifs.

On le voit constamment grâce à un autre aspect de l’enquête menée par Caroline Warman: les textes étudiés dans ce livre sont le résultat d’opérations d’écriture à plusieurs mains. Diderot a écrit. Naigeon sélectionne. Il reformule parfois. Il signale ou ne signale pas les emprunts. Qui est l’auteur? Diderot ou Naigeon? Diderot lui-même s’inspire de la lecture d’autres auteurs (chapitres 6, 7, 10, 12). Cabanis et Destutt de Tracy de leur côté publient de manière concertée et complémentaire. Ils empruntent probablement aux Éléments de physiologie et comme à beaucoup d’autres auteurs, dont Condillac (chapitre 9). Garat écrit des Mémoires sur Suard, mais il ne dit pas beaucoup de bien du philosophe Suard. Il parle de lui-même, de beaucoup d’autres… et de Diderot. On gagne beaucoup à suivre de très près des publications et leur histoire, comme le fait Caroline Warman. Paradoxalement, on y gagne aussi une compréhension de la production intellectuelle du temps comme une production collective.

De nouveaux outils de travail

Cette manière d’étudier la littérature de la période révolutionnaire est rendue possible par un immense travail de lecture et de comparaison des textes. Il y a là quelque chose d’impressionnant, de vertigineux même.. Cependant, le livre de Caroline Warman invite à prolonger cette lecture au moyen de ressources et d’outils numériques. Je voudrais en donner deux exemples. Le premier est présent implicitement dans la démonstration menée. À deux reprises au moins, Caroline Warman relève des reprises textuelles exactes des Éléments de physiologie dans d’autres textes (p. 192 et 257). Elle avance alors avec beaucoup de prudence – trop peut-être – en parlant de très forte probabilité. Elle s’appuie alors sur ses lectures et sur la critique pour affirmer que ces expressions ne se trouvent pas dans d’autres textes et que par conséquent ce sont bien les Éléments de physiologie qui servent de source. Il me semble que les grands corpus de textes numérisés et la puissance des moteurs de recherche désormais disponibles permettraient une affirmation plus assurée. L’expression exacte « Pascal dit expressément de Dieu » ne se trouve dans aucun texte numérisé qui ne soit pas les Éléments de physiologie, un texte de Naigeon ou un texte qui cite Diderot ou Naigeon. Cela me semble un indice très fort, qui pourrait sans doute être confirmé par des spécialistes de linguistique: au-delà d’un certain nombre de mots, la probabilité qu’une même expression soit inventée dans deux textes qui n’ont aucun rapport doit être très faible.

Mais laissons-là ce qui n’est que suggéré par le livre, et parlons enfin de la très belle et très utile publication numérique qui accompagne le livre: https://naigeons-diderot.mml.ox.ac.uk. Caroline Warman publie sur un site dédié la partie des Mémoires sur Diderot de Naigeon qui contient des extraits des Éléments de physiologie. La publication numérique permet, par différents dispositifs d’affichages, de rendre visible les emprunts que Naigeon fait aux Éléments et au Rêve de d’Alembert. Un système d’infobulles donne des indications sur la position des passages cités: de cette manière, on peut voir la manière dont Naigeon recompose le texte de Diderot. En cliquant sur les infobulles, on accède à des références très précises et à des liens vers les manuscrits numérisés (ou leurs éditions imprimées). Grâce à ces dispositifs, la publication numérique montre mieux que ne pourrait le faire une publication imprimée que le texte de Naigeon est le résultat de plusieurs opérations d’écritures.

Capture d’écran de la page d’accueil du site Naigeon’s Diderot

Le livre de Caroline Warman est enfin remarquable par son accessibilité. On peut l’acheter pour en avoir une copie imprimée. Mais on peut gratuitement le consulter et le télécharger aux formats HTLM et PDF sur le site de l’éditeur, OpenBooks Publishers. Nous avons le droit d’écrire le nom de Caroline Warman et nous avons librement accès à son livre. Tant mieux. Cela n’empêchera pas qu’il ait de l’influence et qu’il suscite d’autres textes!


Image à la une: capture d’écran du site Naigeon’s Diderot.

On peut lire, en lien avec les Éléments de physiologie et The Atheist’s Bible, le billet «Naigeon (dans son élément)» publié par Anne Baillot sur le carnet 140 caractères.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Diderot et la Révolution : l’histoire d’une non-publication», Littérature et Révolution, publié le 18 mai 2022, https://litrev.hypotheses.org/2365.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.