Trois 14 juillet

Petit aperçu de mon livre, Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution.

1789

« Le reste des assiégeants se jette à flots redoublés dans l’intérieur de cette haute et profonde caverne. »
(Jean Dusaulx, De l’insurrection parisienne, 1790.)

14 Juillet ? La prise de la Bastille, bien sûr. En allemand Sturm auf die Bastille, en anglais storming of the Bastille : si ces deux mots ont couramment le sens d’assaut, la métaphore reste active. C’est bien d’une tempête qu’il s’agit, comme en témoignent les textes qui évoquent l’événement, pleins de tempêtes maritimes. Le flot irrésistible du peuple parisien emporte la vieille prison et l’Ancien régime avec elle. Les métaphores relèvent ici de l’épopée. Elles visent le plus souvent l’admiration mais peuvent aussi avoir quelque chose d’inquiétant. Bref, ce 14 juillet-là est sublime : je l’étudie lorsque j’aborde cette catégorie esthétique, à la fin du deuxième chapitre.

1790

Oh ! ça ira, ça ira, ça ira.
Toujours le beau temps succède à l’orage.
(Jean-Marie Collot d’Herbois, La Famille Patriote ou la Fédération, 1790.)

14 juillet 1790, Fête de la Fédération. Des centaines de milliers de personnes sont rassemblées avec les Fédérés venus de toute la France, les représentants de toutes les institutions nouvelles et le Roi. Tous prêtent serment dans une cérémonie qui veut célébrer l’unité nationale et le succès promis à la France révolutionné. La Fête est annoncée comme un beau jour. Le soleil est très présent… dans la symbolique officielle. Mais il fait froid, et il pleut abondamment. Les textes qui commentent la Fédération inventent des liens entre la pluie et la Fête, de la même manière que les métaphores naturelles inventent des liens entre la politique et la nature. J’ en ai fait le point de départ de mon livre avec un premier chapitre intitulé « Un 14 juillet sous la pluie ».

1791

« Vous me direz que de telles violences ne peuvent être empêchées sous aucun gouvernement, qu’elles sont pareilles aux ouragans et aux tremblements de terre… »
Joseph Priestley, An appeal to the public on the subject of the Riots in Birmingham, 1791.

Le 14 juillet 1791, un banquet en l’honneur de la Révolution française est organisé à Birmingham par le chimiste Joseph Priestley. La foule en colère empêche le banquet de se tenir. La maison, la bibliothèque et le laboratoire de Priestley sont incendiés. Les émeutes de Birmingham posent la question de la place du savant dans la société. Pour les héritiers des Lumières, tenants de l’unité des connaissances, le savant tire sa légitimité pour intervenir dans le débat politique de sa connaissance de la nature. Lorsque la foule s’en prend aux instruments du savoir, le rêve d’universalité se brise : quelque chose qui se dit avec des mots de la nature menace celui qui voudrait en être le premier interprète. Ce 14 juillet-là est une date clé de l’histoire des relations entre les savants et la politique que je retrace – à partir des métaphores naturelles – dans le sixième chapitre de mon livre.


Image à la une : statue de Joseph Priestley, Oxford University Museum of Natural History, photographie prise en juillet 2016.


Une réflexion sur « Trois 14 juillet »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *