Comment s’appelait Madame Roland ?

Jeanne-Marie Roland de la Platière (Madame Roland coiffée du bonnet girondin)

Depuis 2019, les programmes d’histoire de première invitent à étudier «Madame Roland, une femme en révolution». Peut-on encore désigner une femme de cette manière aujourd’hui ? Sans prénom, en la réduisant à son genre et au nom de son mari ? En l’appelant «Madame Roland» on fait d’elle et de son époux un duo, un «tandem» comme le disent les documents d’accompagnement des programmes, un être à deux têtes et à quatre mains, mais qui n’a qu’un nom, le nom de l’homme.

Les arguments historiques en faveur de cette manière de la nommer sont faibles. Certes, c’est comme cela qu’elle est nommée dans la presse, la première fois qu’il est question d’elle en septembre 1792. Mais c’est Danton qui la désigne ainsi, pour discréditer son mari. C’est aussi sous le nom de « Madame Roland » que sont publiées ses Mémoires… en 1820, soit vingt-sept ans après sa mort. En revanche, sur la page de titre de la première édition de ces mémoires, publiés sous le titre Appel à l’impartiale postérité en 1795, elle est appelée « La citoyenne Roland ». Autrement dit et quoi que l’on pense de « Madame Roland » pour aujourd’hui, cette manière de la désigner n’est guère plus historique qu’une autre. Rien ne prouve qu’elle-même ait voulu être appelée ainsi.

Alors comment s’appelait-elle ? Et comment peut-on l’appeler aujourd’hui ? La question invite à réfléchir à la condition sociale et intellectuelle des femmes pendant la Révolution française. Dans 14 juillet en 2016, Éric Vuillard fait cette remarque :

Et si le temps a gardé trace de centaines d’hommes, des femmes, en revanche, il ne nous reste que quelques noms: Marie Choquier, Catherine Pochetat, Marie Charpentier et Pauline Léon. Le fleuve s’arrête là; il entre dans le sable. Et si les femmes sont si mal servies par nos mémoires, si leurs noms de famille ont disparu, si leur adresse, leur date et leur lieu de naissance ne nous sont point parvenus, il nous reste du moins les prénoms du temps. Elles s’appellent Thérèse ou bien Marie-Thérèse, Louise ou bien Marie-Louise, Catherine ou Marie-Catherine, Jeanne ou Marie-Jeanne, Anne ou Marie-Anne, car il y a des milliers de Marie dans cette foule du 14 juillet et des milliers de Jeanne.

Les femmes du peuple ont trop peu de noms. Les femmes comme « Madame Roland » en ont trop, au contraire, et l’on ne sait lesquels choisir. Elles en ont trop parce qu’elles n’ont pas toujours le même au cours de leur vie : elles portent le nom de leur père, puis celui d’un ou de plusieurs époux successifs. Elles peuvent porter des noms de terre. Elles se choisissent parfois des noms de plume. Leurs prénoms aussi sont trop nombreux. Comment choisir quand les archives en donnent plusieurs, ce qui est presque toujours le cas ?

Anne Louise Germaine Necker, devenue par son mariage baronne de Staël-Holstein, puis connue sous le nom de Madame de Staël, est aujourd’hui de plus en plus souvent nommée Germaine de Staël. Marie Armande Jeanne Gacon, devenue dame d’Humières, divorcée et remariée, qui signe ses alors ses ouvrages Madame Gacon-Dufour, est aujourd’hui nommée Marie-Armande Gacon-Dufour… ou Jeanne Gacon-Dufour. Marie Gouze, épouse Aubry, qui a refusé de porter le nom de son époux et choisi un nom de plume, s’appelle sans hésitation Olympe de Gouges. Elle s’est fait un nom et un prénom : elle a construit et conquis une identité littéraire qui, sous la Révolution, est devenue une identité politique.

Revenons à « Madame Roland ». Et commençons par ses noms. Son nom de naissance, qui est le nom de son père, est Phlipon, que l’on trouve parfois écrit sous la forme Philipon. Son nom d’épouse est Roland ou… Roland de la Platière, du nom d’une terre que possède Roland et qu’il adjoint à son nom dans les années 1780 quand il signe des ouvrages. L’anoblissement pour et par l’écriture est une pratique courante dans les années qui précèdent la Révolution. Que la propriété soit réelle ou inventée, on allonge volontiers son nom, comme l’ont fait par exemple Louvet de Couvray, Brissot de Warville, Pétion de Villeneuve, Fabre d’Églantine ou encore Barrère de Vieuzac. Puis la mode a tourné avec la Révolution et les noms se sont raccourcis : il ne fallait plus passer pour aristocrate.

On retrouve la trace de cette évolution dans les rares lettres signées qui figurent dans l’abondante correspondance de « Madame Roland ». Avant la Révolution et jusqu’en 1790, elle signe « Phlipon Delaplatière » ou, sous une forme abrégée, PDLP. À partir de 1790, elle signe « Roland née Phlipon ». Elle affirme ainsi une identité qui lui est propre : elle porte ensemble le nom de son mari (Roland ou de la Platière) et celui de sa naissance (Phlipon). La signature adoptée quand le nom de terre est abandonné comporte en outre, grâce au participe passé « née », une marque discrète du féminin.

Et son prénom ? Elle n’en utilise aucun dans sa correspondance. Ses biographes l’appellent Marie-Jeanne ou Jeanne-Marie. « Certainement pas Jeanne-Marie », écrit Siân Reynolds, qui hésite entre Marie-Jeanne, Marie ou Jeanne.1 Éric Vuillard a bien raison : « il y a des milliers de Marie […] et des milliers de Jeanne ». Quand on sait en plus que Roland, lui, s’appelait Jean-Marie…

Alors Manon ? C’est le prénom qu’elle donne elle-même dans les premières pages de ses mémoires. C’est, dit-elle, le prénom que lui donnait ses proches quand elle était enfant : « Oui, Manon, c’est ainsi qu’on m’appelait ; j’en suis fâchée pour les amateurs de romans : ce nom n’est pas noble ; il ne sied point à une héroïne du grand genre ; mais enfin c’était le mien, et c’est une histoire que j’écris ».

Bien sûr elle parle de son enfance. Il est possible que ce prénom familier n’ait plus été utilisé ensuite. Nous n’en savons rien. Et la seule trace de Manon est dans ces quelques lignes. Mais elles sont fortes ces lignes ! Le prénom n’est pas donné comme ça, en passant. Il est celui de l’« héroïne ». L’identité littéraire qui est affirmée est d’autant plus marquée qu’elle est présentée comme authentique : « c’est une histoire que j’écris ».

Ce nom est aussi porteur de sens, avec une caractéristique essentielle mise en avant : il n’est pas noble. Michelet s’en est souvenu dans le troisième tome de son Histoire de la Révolution française, publié en octobre 1848 : « Manon Phlipon, c’est son nom de fille (j’en suis fâché́ pour ceux qui n’aiment pas les noms plébéiens), eut un graveur pour père, et elle gravait elle-même dans la maison paternelle. Elle procédait du peuple. » L’ouvrage de Michelet a peut-être contribué au succès de ce prénom-là, même si Michelet, en dehors de ce passage, parle de « Madame Roland ». C’est seulement à la fin du siècle que l’on commence à trouver l’expression « Manon Roland » dans la presse numérisée. Cette manière de l’appeler est surtout popularisée par la pièce de théâtre Manon Roland, crée par Émile Bergerat et Camille de Sainte-Croix en1796.

 Alors comment s’appelait-elle ? On ne sait pas, puisqu’elle n’a pas publié d’œuvre signée. Ce sont les éditeurs de ses œuvres qui lui ont choisi des noms d’autrice. Et comment faut-il l’appeler aujourd’hui ? Comme on voudra. Ma préférence va à « Manon Roland ». C’est un compromis, peut-être artificiel, mais il est heureux, puisqu’il dit quelque chose de la tension entre le privé et le public qui caractérise l’œuvre de cette autrice. Choisir de l’appeler par un prénom et un nom plus d’un avantage : il n’est pas inutile de se conformer aux usages éditoriaux qui dominent aujourd’hui si l’on souhaite que cette œuvre soit lue ; on peut vouloir que les femmes et les hommes soient désignés de manière égale ; enfin, si ce nom n’est pas attesté sous cette forme, il est moins anachronique qu’il y paraît. À l’époque de Jean-Baptiste Louvet, de Gracchus Babeuf et d’Olympe de Gouges, les prénoms deviennent une part essentielle de l’identité littéraire et politique.

Image à la une: Jeanne-Marie Roland de la Platière (Madame Roland coiffée du bonnet girondin), détail. Fin du 18e siècle, Versailles, Musée Lambinet. Sur Wikimedia Commons.



Citer ce billet
Olivier Ritz (2022, 19 octobre). Comment s’appelait Madame Roland ? Littérature et Révolution. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qyq5

  1. “Certainly not Jeanne-Marie—as not a few historians call her”, Siân Reynolds, Marriage and Revolution. Monsieur et Madame Roland, Oxford University Press, 2012, p. 13. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search