Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution

J’étais invité le 27 octobre dernier au Early Modern French Seminar à la Maison française d’Oxford. Le thème du séminaire, «Impressions», m’a incité à poser la question «Quels sont les imprimés qui ont fait impression pendant la Révolution française?» Je me suis surtout demandé quels moyens nous avons de répondre à une telle question. Ce qui reste de l’histoire littéraire de la Révolution française, ce que l’on peut voir, lire, étudier, ce sont surtout des imprimés. Certes, il existe aussi des manuscrits, dans des archives privées ou publiques, mais ils sont beaucoup moins accessibles. Les imprimés ont été conservés dès le moment de leur publication grâce au dépôt légal (supprimé en 1790, mais rétabli dès 1793). De nombreuses collections d’imprimés de la période révolutionnaire ont été acquises par les bibliothèques patrimoniales et tout particulièrement par la Bibliothèque nationale de France. Des catalogues spécifiques ont été constitués.

Deux bibliographies imprimées sont exceptionnelles par leur ampleur. Résultats de plusieurs dizaines d’années de recensement, elles ont toutes deux l’ambition d’établir la liste exhaustive des publications de la période révolutionnaire :

  • André Monglond, La France révolutionnaire et impériale, annales de bibliographie méthodique et description des livres illustrés, 1930-1963, 10 vol. Année par année, avec un classement par genre et par matière très détaillé.
  • Gérard Walter et André Martin, Catalogue de l’histoire de la Révolution française, 1936-1955, 6 vol. Classement par ordre alphabétique d’auteur pour les quatre premiers volumes (avant les anonymes et les journaux).

Ces deux ouvrages ne sont malheureusement pas numérisés et ils coûtent cher. Les catalogues numérisés des bibliothèques patrimoniales et les bibliothèques numériques sont beaucoup plus accessibles, d’autant qu’ils proposent des outils de recherche permettant d’interroger de grandes quantités de données. Autre avantage de la numérisation : les ressources de bibliothèques patrimoniales internationales sont désormais accessibles, soit sur leurs propres sites, soit par l’intermédiaire de sites comme Internet Archive ou Google Livres.

Dans la première partie de ma communication, j’ai pris l’exemple d’Olympe de Gouges. Pour demander quand et comment elle avait fait impression, j’ai étudié sa présence dans la presse numérisée par le site de presse de la BNF, Retronews. Je ne reprendrai pas cet exemple ici, sinon pour dire brièvement deux choses. D’une part, il est très regrettable qu’un site aussi utile que Retronews ne soit parfaitement utilisable qu’à la condition d’être abonné (soit à titre individuel, soit par un abonnement institutionnel). Cela prive de nombreuses personnes de possibilités de recherches très utiles, alors même que le patrimoine numérisé par ce site est public. D’autre part, le moment où le nom d’Olympe de Gouges apparaît le plus dans la presse et où les commentaires sont les plus élogieux – le moment où elle fait le plus impression et la meilleure impression – est celui où elle propose un cortège des femmes à l’occasion de la Fête de la Loi, le 3 juin 1792. J’en reparlerai peut-être ailleurs.

Dans la deuxième partie de ma communication, je voulais parler de Jean-Baptiste Louvet. Je n’en ai pas eu le temps. Disons ici pour faire vite que le moment où son nom apparaît le plus dans la production imprimée est l’année 1796, ce qui, dans ce cas aussi, est en décalage avec ce que l’histoire littéraire a retenu de cet auteur. Plus intéressant encore: il semble qu’aucun autre nom n’ait été davantage imprimé que celui de Louvet en 1796. – Écrivain de second rang? – C’est vous qui le dites. L’avez-vous lu? – Député n’ayant joué aucun rôle important? – Peut-être. Mais champion des médias lorsqu’il est à la fois député, journaliste et imprimeur-libraire.

Je reprends avec un peu plus de détails la troisième partie de ma communication, consacrée aux recherches rendues possibles par un nouvel outil de recherche, Gallicagram. Ses créateurs, Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, le présentent ainsi : «Gallicagram est un programme représentant graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques».

Gallicagram est inspiré de Google Ngram Viewer, avec une très grande différence: le corpus interrogé par Gallicagram pour produire les courbes de fréquence est entièrement connu et accessible. On peut vérifier tous les résultats. Les possibilités de paramétrage sont aussi beaucoup plus nombreuses. Les résultats obtenus sont donc mieux maîtrisés. On peut remarquer que Retronews propose un outil plus limité, mais comparable : dans la «recherche avancée», l’option «fréquence du terme» permet d’afficher des courbes représentant le nombre de pages par année où apparaît un mot. Attention cependant: Gallicagram affiche par défaut des fréquences quand Retronews donne des nombres d’occurrences, ce qui ne permet pas de prendre en compte les variations du nombre total d’imprimés publiés chaque année. On peut remarquer encore une autre possibilité offerte uniquement par Gallicagram: l’affichage par mois et non seulement par année.

Cela semblera bien abstrait pour qui ne connaît pas encore ces outils. Voyons donc quelques exemples de requêtes en revenant à la question de départ: quels sont les imprimés qui ont fait impression pendant la Révolution française ?

Je lis dans les histoires littéraires de la période que le genre romanesque se renouvelle sous le Directoire et que deux auteurs ont beaucoup contribué à ce renouvellement par le succès de leurs romans: Ducray-Duminil et Pigault-Lebrun. Que me dit Gallicagram ? 

Une recherche de la fréquence de leurs noms par année dans la presse numérisée montre que leurs noms apparaissent de plus en plus souvent entre 1795 et 1798, à un niveau comparable. La courbe du mot « Duminil » descend ensuite légèrement. Celle du mot « Pigault » montre jusqu’en 1800 avant de descendre légèrement, tout en restant deux fois plus haute que celle de Duminil. Il semble donc que le succès médiatique de Pigault-Lebrun ait été plus fort que celui de Ducray-Duminil.

On obtient cependant une image assez différente en faisant une recherche par mois et non plus par année. 

Les deux courbes se croisent beaucoup plus souvent. Des pics plus ou moins élevés attirent l’attention: on devine qu’ils correspondent au moment où chacun des deux auteurs publie un nouveau roman. Un pic dépasse nettement tous les autres : celui que suscite la publication du roman Victor ou l’Enfant de la forêt, à la fin de l’année 1797. On peut donc dire que ce roman de Ducray-Duminil fait plus impression dans la presse que n’importe quel autre roman de cet auteur ou de Pigault-Lebrun.

Que mesure-t-on ainsi ? Benjamin Azoulay et Benoît de Courson écrivent ceci :

Certaines limites tiennent à l’interprétation des courbes affichées par le logiciel. L’utilisateur doit garder à l’esprit que Gallicagram ne représente pas la notoriété d’un syntagme, mais seulement l’évolution de son usage dans un corpus de documents. L’audience d’une publication est ainsi ignorée, ce qui signifie qu’un journal national doté d’un lectorat considérable aura la même pondération qu’une publication associative confidentielle. L’augmentation d’une valeur ne correspond pas non plus à l’augmentation du nombre de fois où un syntagme a été imprimé: le nombre d’exemplaires de chaque document reste lui aussi inconnu. 

Ce que Gallicagram décrit, c’est l’emploi d’un syntagme par les auteurs à une époque donnée, et non sa réception par les lecteurs. Cela en fait, dès lors, un outil privilégié pour l’étude de la production des contenus culturels.1

N’est-ce pas pourtant la notoriété des auteurs ou au moins leur succès médiatique que je visualise avec ce premier exemple? Il est vrai que certains journaux sont beaucoup plus lus que d’autres. Mais l’une des particularités de la presse périodique est précisément que les informations qui ont le plus d’importance y sont les plus reprises. Les journaux se recopient les uns les autres et reprennent les informations qui sont les plus présentes dans les autres journaux. La viralité des contenus fait que le tirage importe peu. Si un événement fait du bruit, il est repris dans plusieurs journaux et dans plusieurs numéros d’un même journal. C’est donc bien une certaine forme de succès que mettent en évidence les courbes affichées par Gallicagram.

La reprise multiple des contenus qui font événement répond à une autre difficulté: le corpus de la presse numérisé n’est pas exhaustif. Une part importante des journaux de la période révolutionnaire n’a pas été numérisée. On manque nécessairement des occurrences, soit dans des sources qui n’ont pas été numérisées, soit parce que les mots ne sont pas toujours bien reconnus. En revanche, lorsqu’il se passe quelque chose, on le voit – à condition de pouvoir chercher un mot discriminant. Quand on cherche « Duminil », on trouve presque toujours Ducray-Duminil. Quand un journal parle de lui, c’est presque toujours pour l’un de ses romans. Quand il publie sous son nom Victor ou l’Enfant de la forêt, son succès médiatique est tel que son nom apparaît beaucoup plus souvent dans les journaux qu’à n’importe quel autre moment de sa carrière. 

Passons à un deuxième exemple. L’histoire littéraire a retenu le grand succès d’un petit roman, Atala, par lequel Chateaubriand est devenu célèbre. Pourquoi ce succès est-il connu ? Parce que lui-même en parle dans les Mémoires d’outre-tombe et plus généralement parce que cet auteur a été consacré par la tradition. Toute son œuvre a été beaucoup étudiée et la brillante opération publicitaire qui a fait le succès d’Atala a elle-même attiré l’attention des chercheuses et des chercheurs. On présente aussi souvent ce moment comme celui d’un duel qui aurait opposé le jeune champion de la tradition littéraire à Germaine de Staël, l’héritière des Lumières. Que suggère Gallicagram ? Que Staël était bien plus présente dans les journaux que Chateaubriand en 1801, au moment de la publication d’Atala, et que le succès de De la littérature, publié un an plus tôt, a été beaucoup plus important que celui d’Atala puis du Génie du christianisme en 1802.

Puisque l’on s’intéresse à Germaine de Staël, on peut comparer sa fortune médiatique avec celles d’autres autrices de la période révolutionnaire. Essayons avec Olympe de Gouges, Félicité de Genlis et Sophie Cottin. Que voit-on? Sans surprise, la courbe de Gouges est beaucoup plus basse que les autres. La courbe du mot «Staël» doit être lue avec prudence. Jusqu’en 1795, c’est du mari de l’autrice qu’il est question quand le nom apparaît. C’est aussi pour cette raison que j’ai renoncé à afficher la courbe du mot «Roland». La courbe du mot «Genlis» est la plus intéressante : si l’on voit qu’elle est assez haute en 1785, trois ans après la publication d’Adèle et Théodore, elle semble basse au début de la Révolution, alors même que Genlis joue un rôle important auprès du duc d’Orléans2 et elle ne monte qu’à partir de 1795. Le plus important vient après: dès 1802, le nom de Genlis apparaît plus souvent que celui de Staël. Il y a peut-être eu un duel littéraire entre Chateaubriand et Staël au début du 19e siècle, mais Genlis faisait davantage parler d’elle que les deux autres. Ces courbes sont, comme souvent, une invitation à la lecture: elles incitent ici à regarder de près ce que publie Félicité de Genlis en 1802.

On peut également s’intéresser à la postérité des auteurs qui étaient déjà morts avant la Révolution. Essayons avec Voltaire, Rousseau et Diderot, en commençant par un affichage par année.

Ce n’est qu’une image, dépendante des paramètres de recherche, et elle a ses limites. Il faudrait peut-être corriger les résultats de « Rousseau » à la hausse en prenant en compte aussi les occurrences de « Jean-Jacques ». On voit cependant plusieurs choses sur cette image : la prééminence de Voltaire dans l’ensemble de la période, mais son relatif déclin entre 1788 et 1798 malgré le pic de l’entrée au Panthéon en 1791. Rousseau dépasse Voltaire en 1794 et 1795, lorsqu’il entre à son tour au Panthéon. Diderot est beaucoup moins souvent nommé dans la presse, mais la publication de ses œuvres en 1796 est un événement visible sur la courbe: beaucoup d’ouvrages importants, dont Jacques le fataliste et La Religieuse, sont publiés pour la première fois à ce moment-là.

L’affichage par mois raconte une histoire légèrement différente. Il y a plusieurs moments où Rousseau est plus présent que Voltaire. Des moments Voltaire apparaissent nettement. Chacun de ces pics mériterait d’être interrogé. Il suffit de cliquer sur Gallicagram pour afficher les résultats correspondants dans Gallica. La publication des œuvres de Diderot est encore plus visible : on voit même que pendant ce court moment, fin 1796, Diderot passe devant Voltaire et Rousseau.

Que retenir de ces quelques essais? Les travaux historiques sur l’opinion et sur la célébrité ont beaucoup contribué à la connaissance de la période révolutionnaire, mais l’histoire littéraire s’en est relativement peu nourrie et elle s’est surtout construite à partir des auteurs et des ouvrages consacrés par la tradition. Un outil comme Gallicagram invite à mieux prendre en compte les phénomènes médiatiques dans cette histoire. La mesure de la fréquence des termes dans les corpus numérisés donne des indications sur les ouvrages et les auteurs qui ont fait impression(s). La présence plus ou moins forte de noms discriminants dans la presse révolutionnaire est un indice de ce qui a fait événement. Sans connaître les tirages ou le nombre de lecteurs, on peut néanmoins se faire une idée du succès d’un ouvrage à partir de ses échos médiatiques. On pensera peut-être que le succès est éphémère – ce que semblent confirmer bien des courbes – et qu’il ne dit rien de la valeur des œuvres et des sélections que doit opérer l’histoire littéraire. Peut-être. Mais même dans cette hypothèse, on gagnera à être attentif aux phénomènes médiatiques. Les courbes de Gallicagram permettent de repérer des querelles, à une époque où la définition même de la littérature faisait l’objet de débats passionnés. Autre avantage de Gallicagram: l’affichage par mois permet de dater précisément la publication des œuvres qui font parler d’elle, ou en tout cas le moment où il commence à en être question. Les pages de titre des ouvrages donnent des indications beaucoup moins précises.

Un dernier mot à propos de Gallicagram et de Retronews, pour éviter tout malentendu: j’utilise ces ressources comme des outils d’exploration, qui font des suggestions, qui donnent des indices et qui invitent à se poser des questions. Les visualisations de données ne sont jamais des images objectives du «réel». Elles sont des représentations, qui dépendent du corpus interrogé, de la manière dont l’outil a été développé et des paramètres choisis par les utilisateurs. Gallicagram est aussi formidable parce qu’il permet de faire de la fouille de textes (text mining) ou de pratiquer la lecture distante (distant reading) sans compétence technique avancée. Le programme rend possibles des recherches qui portent simultanément sur des millions de pages. C’est formidable! Mais il faut aussi garder en tête que tout n’a pas été numérisé, que tout ne peut pas être rendu visible de cette manière et que beaucoup de belles découvertes ne sont possibles qu’en passant aussi par d’autres chemins.


Petit complément, publié le 9 novembre: Benoît de Courson me fait remarquer qu’on peut faire une recherche portant sur plusieurs mots, ce qui m’avait échappé jusqu’alors. On peut donc chercher «Madame de Staël» ou «Madame Roland» pour éviter de trouver leurs époux (même si alors il faut chercher aussi «baronne de Staël», «citoyenne Roland» et peut-être des formes abrégées de Madame). Pour une autre période, on peut chercher «Louise Michel», ce qui aurait été impossible avec une recherche limitée à un mot. Soyons précis: on peut chercher soit par fréquence, soit par nombre de documents. Dans le premier cas on est limité à trois mots, dans le second on peut en chercher davantage (mais la recherche prend un peu plus de temps). Que de possibilités nouvelles! Je dois d’ailleurs faire une remarque importante: pour l’exploration que j’ai présentée dans ce billet, je n’ai utilisé qu’une petite partie des fonctions de Gallicagram. Il vaut la peine de découvrir les autres. On peut le faire grâce à la notice et aux tutoriels (vidéo et diaporama) publié sur le site de Gallicagram. On peut aussi lire l’article très éclairant accessible depuis le site et disponible en prépublication à cette adresse: https://osf.io/preprints/socarxiv/84bf3/. Merci aussi pour tout cela!

Image à la une: capture d’écran de Gallicagram. Voltaire, Rousseau et Diderot, fréquence par mois, de 1788 à 1806. Image générée le 25 octobre 2022.



Citer ce billet
Olivier Ritz (2022, 7 novembre). Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution. Littérature et Révolution. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qyq6

  1. Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, «Gallicagram : un outil de lexicométrie pour la recherche», décembre 2021, en ligne: https://osf.io/preprints/socarxiv/84bf3/. []
  2. Cela tient peut-être aux différents noms utilisés par cette autrice. Il faudrait aussi chercher le nom Sillery pour les premières années de la Révolution. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search