Des monstres et des chaînons manquants

Compte rendu de lecture : Julia V. Douthwaite, Le Frankenstein français et la littérature de l’ère révolutionnaire, trad. de l’anglais par Pierre André et Alexane Bébin, Paris, Classiques Garnier, 2016.
ISBN : 978-2-8124-4604-7. 385 pages, 28 €.

La publication d’une version française du livre de Julia V. Douthwaite est un événement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature de la période révolutionnaire : c’est la première fois depuis le bicentenaire qu’une étude propose une vision d’ensemble de cette littérature. Le Frankenstein annoncé dans la première partie du titre n’est qu’un personnage parmi d’autres dans un vaste parcours. Le premier chapitre part des journées d’Octobre 1789, le second des lois sur les inventions de 1790-1791, le troisième de la fuite du roi à Varennes (juin 1791) et de son exécution (janvier 1793), le quatrième de la Terreur (1793-1794). Mais la chronologie des événements est prolongée, à l’intérieur de chaque chapitre, par des développements de l’histoire littéraire. Aux textes exactement contemporains des événements s’ajoutent ceux des années 1795-1803, qui appartiennent tout autant à « l’ère révolutionnaire ». Un « coda » invite ensuite à aller plus loin, en revisitant des textes célèbres à la lumière de la littérature révolutionnaire.

L’idée la plus séduisante du livre est la suivante : étudier la littérature de la période révolutionnaire revient à découvrir des « chaînons manquants » de l’histoire littéraire. Julia V. Douthwaite donne un sens chronologique à l’expression : les nombreuses fictions publiées entre 1789 et 1803, pourtant largement oubliées, font le lien entre l’Ancien Régime et la Modernité. Une part importante de l’héritage de la Révolution s’invente dans ces textes. L’exemple du « Frankenstein français » est emblématique : dans un conte allégorique de Nogaret publié en 1790 et intitulé Le Miroir des Événéments actuels, un inventeur nommé Frankenstein construit un homme artificiel pour séduire une jeune femme qui représente la nation française. Julia Douthwaite étudie ce texte dans le cadre des débats politiques et littéraires de la période avant d’envisager les implications politiques du Frankenstein de Mary Shelley. Les textes qui font et qui défont la figure du roi (chapitre 3) préparent de manière plus inattendue une lecture du Père Goriot. Ceux qui inventent la Terreur (chapitre 4) sont comparés au Conte de deux villes de Dickens. L’expression « chaînons manquants » peut  aussi s’appliquer à l’ensemble de l’ouvrage avec un sens géographique : chercheuse américaine, Julia Douthwaite établit des liens précieux entre les littératures de langue française et de langue anglaise, de même qu’elle rassemble une riche bibliographie critique empruntée autant aux études francophones qu’aux études anglo-saxonnes.

Les monstres sont nombreux dans le Frankenstein de Julia Douthwaite. Le premier chapitre montre que les femmes qui jouent un rôle politique pendant la Révolution, qu’elles soient « poissardes » ou « amazones », sont presque toujours présentées comme monstrueuses par les textes. Le deuxième chapitre fait découvrir des automates de plus en plus inquiétants. Le troisième chapitre étudie la transformation de Louis XVI en cochon puis en martyr. Le quatrième chapitre surtout pourrait avoir le titre récemment choisi par Jean-Clément Martin : Robespierre, la fabrication d’un monstre. Certains textes accumulent toutes les horreurs et recourent aux artifices du fantastique : les pages qui étudient le roman Irma d’Élisabeth Guénard, publié en l’an VIII, sont ainsi intitulées « Robespierre ou le vampire du cimetière ». D’autres textes inventent le type physique et psychologique du méchant pâle, solitaire et troublé. Julia Douthwaite montre ainsi comment « les auteurs et les éditeurs […] ont fait de la Terreur une ressource littéraire » (p. 263).

On peut avoir quelques regrets à la lecture de l’ensemble du livre. Comment pourrait-il en être autrement avec un sujet si vaste ? Julia Douthwaite dit s’être appuyée sur l’étude de trois cents fictions au sein d’un corpus qui en compterait mille deux cents. Un index des œuvres citées fait apparaître une centaine de titres de la période 1789-1803. On voudrait pouvoir mieux situer chaque texte étudié dans la production d’ensemble. Les conditions de publication sont parfois évoquées de manière très concrète, notamment lorsqu’il est question de la censure qui frappe Le Cimetière de la Madeleine de Regnault-Warin (an XI – 1803). Là aussi, on voudrait en savoir davantage sur les évolutions de l’ensemble de la période. Il y a plus embêtant. Quel dommage d’écrire dans la conclusion : « À l’exception du Caleb Williams de Godwin, les textes les plus intéressants ne furent pas publiés pendant les événements mais dans leur sillage » ! Les textes les plus intéressants sont-ils nécessairement ceux qui sont devenus célèbres ? Les quatre longs chapitres ne tirent-ils leurs raison d’être que de leurs codas, lorsque les textes de la période révolutionnaire servent de faire-valoir à des textes consacrés par la tradition ? L’ensemble de l’ouvrage prouve pourtant le contraire, puisqu’il met au jour les richesses des textes des années 1789-1803. Peut-être serait-il ici nécessaire d’interroger davantage ce qui définit la littérature, pour nous et pour ceux qui vécurent la Révolution.

Le Frankenstein français réserve en tout cas de belles découvertes à ses lecteurs. On y rencontre avec plaisir des textes que l’on a envie d’aller lire ou relire. Le livre ne manque ni d’humour, ni d’engagement. Enfin et surtout, il invite chacun à prolonger cette belle enquête.


Pour en savoir plus :

On peut lire en ligne, dans le numéro 376 des Annales historiques de la Révolution française, le compte rendu par Jean-Clément Martin de la version anglaise de ce livre (The Frankenstein of 1790 and Other Lost Chapters from Revolutionary France. Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 2012.)

Julia Douthwaite publie régulièrement de nouvelles réflexions sur la Révolution française sur son blog : A Revolution in Fiction.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Des monstres et des chaînons manquants», Littérature et Révolution, publié le 23 août 2016, http://litrev.hypotheses.org/251.

3 pensées sur “Des monstres et des chaînons manquants”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

    1. Merci beaucoup, c’est formidable !
      Puis-je espérer aussi que mon carnet de recherche apparaîtra bientôt dans le catalogue ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *