Les premières fois de La Marseillaise dans les journaux de la Révolution

Titre du Journal des départemens méridionaux du 23 juin 1792.

L’histoire de La Marseillaise a été beaucoup racontée. Michel Vovelle l’a fait admirablement en 1984 dans le chapitre Les Lieux de mémoires où il explique comment le chant de Rouget de Lisle et du maire de Strasbourg est devenu le chant des Marseillais, «rencontre exceptionnelle entre expression d’élite et ferveur populaire»1. Jean Renoir a fait de cette histoire un grand film en 1938: on y voit les Marseillais découvrir le chant grâce à un Montpelliérain qui l’a appris d’un Strasbourgeois. On y voit surtout les volontaires marseillais marcher jusqu’à Paris et entrer dans la capitale en chantant ce qui devient ainsi le chant des Marseillais, quelques jours avant de participer à la prise des Tuileries.

L’histoire de La Marseillaise est aussi une histoire d’imprimés. La première édition du texte est publiée à Strasbourg, avec paroles et musique, sous le titre Chant de guerre pour l’armée du Rhin, dédié au Maréchal Lukner. Cette publication de quatre pages n’est pas datée, mais on sait que Rouget de Lisle a composé le chant dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 et que Luckner a cessé de commander l’armée du Rhin le 21 mai. L’imprimeur est Ph. J. Dannbach, Imprimeur de la Municipalité, ce qui suggère que le maire Dietrich est intervenu pour faire imprimer le chant après avoir demandé à Rouget de Lisle de l’écrire.

Les premières apparitions du chant dans les journaux permettent de s’interroger sur le rôle des imprimés dans sa diffusion et son succès. Elles invitent aussi à réévaluer la chronologie et la géographie des premiers temps de la Marseillaise.

Le Journal des départemens méridionaux du 23 juin 1792

Le nom et la date du premier journal qui imprime les paroles du chant sont bien connus: il s’agit no 48 du Journal des départements méridionaux et des amis de la Constitution, publié à Marseille le 23 juin 1792. Michel Vovelle écrit que «les fédérés marseillais partant pour la capitale en reçoivent chacun un exemplaire» (p.114). 

La Bibliothèque nationale de France possède une collection de ce journal… mais le numéro 48 est manquant. Jusqu’à présent, il n’existait aucune reproduction numérique accessible. La bibliothèque d’Avignon a photographié l’exemplaire qu’elle possède et m’autorise à le publier ici. Merci beaucoup à elle ! Voici donc ce tout premier journal où est imprimé le chant.

Les quelques écarts entre cette version du chant et celles qu’on trouve sous la plume de Rouget de Lisle intéresseront peut-être. Je voudrais m’arrêter surtout sur un autre aspect de cette première publication. Certes, on peut être déçu de l’absence de présentation ou de commentaire: on trouve dans le numéro suivant (26 juin) le discours de Mireur devant la Société des Amis de la Constitution de Marseille, mais le journal ne dit pas que c’est lui qui, venu de Montpellier, a fait connaître le chant aux Marseillais. En revanche, le numéro 23 parle longuement d’une autre publication et de ses effets révolutionnaires: la lettre de Roland au roi, lue à l’Assemblée le 13 juin, jour de son renvoi du ministère de l’Intérieur. Le journal rend compte de la séance de la Société des Amis de la Constitution du 20 juin. L’orateur y rappelle que la lettre de Roland a été imprimée par ordre de l’Assemblée nationale et il présente cette décision comme un appel à l’action : «je vous demande, dit-il, et je demande même aux plus indifférents, si l’impression et l’envoi aux 83 départements de la lettre du ministre, peut avoir un autre but que la résolution que vous allez et que vous devez prendre» (p.198). La lettre est ensuite lue devant la Société : «On lit, dans Mercier, la lettre écrite au roi par M. Roland, ex-ministre. Elle transporte l’assemblée d’admiration, de reconnaissance et de joie» (p.198). La Société décide d’écrire une lettre à Roland, qui est lue dans la séance du lendemain et reproduite dans le même numéro du Journal des départements méridionaux (p.199).

Le journal qui publie pour la première fois La Marseillaise met ainsi en évidence le très grand pouvoir qu’il prête aux imprimés. L’impression de la lettre de Roland fait sa légitimité, sa lecture publique provoque l’enthousiasme et pousse à l’action, la publication d’une réponse vise à amplifier ces effets. Le rôle spécifique des journaux est même souligné par la précision «dans Mercier»: c’est un numéro des Annales patriotiques et littéraires qui permet de lire la lettre de Roland à Marseille le 20 juin. La publication du «Chant de guerre» relève de la même croyance dans le pouvoir des imprimés. Comme la lettre de Roland, ce chant pourra mobiliser et faire progresser la Révolution.

Les Affiches de Strasbourg du 7 juillet 1792

Le «Chant de guerre pour l’Armée du Rhin» est publié dans les Affiches de Strasbourg du 7 juillet 1792, sans nom d’auteur. Je ne trouve pas de reproduction de ce journal et je ne peux pas en dire plus, sinon peut-être pour remarquer ceci: les premiers journaux parisiens qui ont imprimé le texte ne l’ont pas nécessairement lu dans le Journal des départemens méridionaux. Il a pu être lu dans ce journal de Strasbourg, dans la version imprimée par l’imprimeur Dannbach ou dans des versions manuscrites. Les journalistes ont aussi pu l’écrire après l’avoir entendu, mais c’est beaucoup moins probable.

La Trompette du Père Duchêne du 23 juillet 1792

Le premier journal parisien qui imprime le chant est La Trompette du Père Duchêne, un journal concurrent du Père Duchesne d’Hébert, rédigé par Antoine Lemaire (voir sur Internet Archive). Le numéro du 23 juillet ne parle pas des Marseillais. Il commence par évoquer la cérémonie organisée la veille pour la proclamation de la patrie en danger : « On a fait dresser des amphithéâtres dans les places publiques pour y proclamer la patrie en danger, et pour inviter, à grands cris, tous les citoyens en état de porter les armes à s’inscrire ». Il publie ensuite la lettre d’un correspondant de Huningue qui raconte la fédération organisée dans cette ville alsacienne voisine de Bâle : « la musique de chaque régiment jouait pendant le dîner le chant de guerre que je t’envoie». Le chant imprimé a alors son titre original : «Chant de guerre pour l’armée du Rhin, dédié au maréchal Luckner» (p.6.). C’est précisément à Huningue que Rouget de Lisle était alors en garnison. A-t-il eu part à cet envoi au journal ? Rien ne le dit, et son nom n’apparaît pas. Retenons surtout ceci : c’est depuis l’Alsace et non depuis Marseille que le chant arrive pour la première fois dans un journal parisien.

Le Courrier des LXXXIII départemens du 28 juillet 1792

Le 28 juillet, Antoine Gorsas rend compte d’un banquet civique organisé le 26 dans Le Courrier des LXXXIII départemens (voir sur Retronews). Il écrit alors : «[le banquet] était simple et frugal, chaque citoyen avait apporté son modeste repas, et le partageait avec les fédérés. – Quelques couplets furent chantés, entre autres ceux-ci.» Les six couplets du chant sont imprimés ensuite, sans titre, sans nom d’auteur… et sans aucune mention des Marseillais, qui ne sont pas encore arrivés à Paris!

Les fédérés marseillais arrivent en effet le 30. Ils font déjà fait parler d’eux. Une adresse des Marseillais a été beaucoup imprimée et commentée. Une bagarre aux Champs-Élysées le jour de leur arrivée suscite aussi de nombreuses réactions. Mais, si l’on en juge par les journaux numérisés dans lesquels des recherches par mot sont possibles, aucun journal ne parle alors du chant. Fin juillet 1792, les deux journaux qui impriment la future Marseillaise ne l’associent pas aux Marseillais tandis que les nombreux journaux qui évoquent l’arrivée des Marseillais ne semblent rien dire du chant…

Voilà qui invite à la prudence. Il reste probable que les Marseillais aient contribué, plus que d’autres, à la faire connaître le chant qui leur a ensuite été associé. Dans cette hypothèse, Le Courrier des LXXXIII départemens a joué un rôle remarquable: imprimé le 28 juillet, il était en circulation au moment où les Marseillais sont entrés dans Paris. Les témoins de leur entrée les ont peut-être entendu chanter. Avoir le texte imprimé sous les yeux a pu les aider à le remarquer et à le retenir.

La Chronique de Paris du 29 août 1792

On ne trouve que très peu de traces de La Marseillaise dans les journaux du mois d’août. Le Mercure universel du 19 août (voir sur Retronews) écrit à propos d’une représentation de Brutus donnée le 17 en faveur des révolutionnaires tués lors de la prise des Tuileries: «Avant de lever la toile, un Marseillais à chanté une chanson patriotique dont le refrain est: aux armes, aux armes» (p. 288). Il faut attendre La Chronique de Paris du 29 août pour retrouver non seulement les paroles imprimées, mais aussi un lien explicite entre le chant et fédérés marseillais (voir sur Gallica). Le journal de Condorcet donne une première version du récit qui sera adopté par la postérité:

On entend demander actuellement dans tous les spectacles la chanson : Allons, enfans de la Patrie. Les paroles sont de M. Rougez, capitaine du génie, en garnison à Huningue. L’air a été composé par Allemand, pour l’armée de Biron: il a un caractère à la fois touchant et guerrier. Ce sont les fédérés qui l’ont apporté de Marseille, où il était fort à la mode. Ils le chantent avec beaucoup d’ensemble, et le moment où agitant leurs chapeaux et leurs sabres, ils crient tous à la fois : Aux armes, Citoyens ! fait vraiment frissonner. Ils ont fait entendre cet air guerrier dans tous les villages qu’ils traversaient, et ces nouveaux bardes ont inspiré ainsi dans les campagnes des sentiments civiques et belliqueux. Souvent ils le chantent au Palais-Royal, quelquefois dans les spectacles, entre les deux pièces. En voici les paroles (p. 967).

On ne sait pas trop ce qu’a voulu dire l’auteur à propos de la musique, en vérité composée par Rouget de Lisle, mais le reste donne une idée crédible de ce qui a pu faire le succès du chant. Toujours est-il que c’est après le 29 juillet – et non avant – que ce succès devient visible dans les journaux. Il en est de plus en plus souvent question à partir de septembre, en particulier dans les comptes rendus de spectacle, puisque le «chant des Marseillais» s’impose dans les salles de théâtre. Une autre histoire commence, qui n’est plus celle des premières fois.

Les premiers journaux qui impriment les paroles de La Marseillaise montrent que la diffusion de ce chant a pris plusieurs chemins: non seulement la route empruntée par les volontaires marseillais, mais aussi des voies directes entre l’Alsace et Paris et peut-être des chemins de traverse qui ont fait que le chant a été chanté et imprimé dans la capitale avant le 30 juillet 1792. Le rôle joué par ces journaux dans la première histoire du chant doit aussi être souligné: un journal imprime les paroles pour les volontaires marseillais, un autre les imprime pour leur arrivée à Paris, un troisième pose les bases du récit historique retenu par la postérité. Tous illustrent ce que le Journal des départemens méridionaux dit de la lettre de la Roland: imprimer et diffuser des textes est un très bon moyen de faire la Révolution.

Post scriptum. Dans ses mémoires, Manon Roland écrit : «Je fis la fameuse lettre». Mais c’est encore une autre histoire.


Image à la une: Journal des départemens méridionaux, 23 juin 1792, p.197. Original conservé par Avignon Bibliothèques (Ville d’Avignon), P 1029, 1792.

  1. Michel Vovelle, «La Marseillaise. La guerre ou la paix», dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, [1984], Gallimard, «Quarto», 1997, vol. 1, p. 107-149 ; p. 112. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Ritz (8 novembre 2023). Les premières fois de La Marseillaise dans les journaux de la Révolution. Littérature et Révolution. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qyq7


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search