L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat

J’ai le plaisir d’annoncer la publication d’un article que j’ai consacré au débat sur l’écriture de l’histoire de la Révolution au cours de l’an IX (1800-1801). Cet article vient d’être publié dans la revue en ligne de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Pour le lire en intégralité, il suffit donc de suivre ce lien : http://lrf.revues.org/1603.

Je reproduis ci-dessous le résumé et le plan de l’article.

Résumé

L’an IX (de l’automne 1800 à l’été 1801) est une année exceptionnelle pour l’historiographie de la Révolution : les histoires de la Révolution y sont nombreuses et ambitieuses. Elles suscitent un débat qui se développe à la fois dans les préfaces des textes et dans les comptes rendus publiés par les journaux. Les historiens et leurs critiques définissent à quelles conditions il est possible d’écrire l’histoire de la Révolution. Qui est légitime pour écrire cette histoire ? À quoi doit-elle servir ? De quelle manière faut-il l’écrire ? Au-delà des clivages politiques, ces questions contribuent à exclure du débat. Les auteurs les plus proches du nouveau pouvoir sont soutenus par des journaux sous surveillances. Les lecteurs sont assignés au rôle de spectateur passifs, mus par leurs passions plutôt que par une volonté de comprendre ou d’agir. Les exigences formelles réservent enfin l’écriture de l’histoire à une élite littéraire reconstituée.

Plan

 

Image à la une : Charles Meynier, Apollon et les muses, vers 1800. Détail : Clio, muse de l’Histoire. Wikimedia Commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *