Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir

Le Ça ira de Joël Pommerat revient au théâtre des Amandiers de Nanterre à partir du 9 septembre. On peut désormais lire le texte, publié aux éditions Actes Sud.

pommerat-ca-ira-livre

Sur internet, il y a aussi beaucoup à lire, à écouter et à voir à propos de ce spectacle formidable qui appelle au débat…

Sur les sites des théâtres

Sur le site du théâtre des Amandiers, sur la page consacrée à la reprise du spectacle on peut trouver un dossier de presse contenant quelques lignes de présentation du projet, un entretien de trois pages entre Marion Boudier et Joël Pommerat, des éléments de bibliographie et des petites biographies. Un vrai dossier pédagogique de quatre-vingt pages est disponible sur le site des Quinconces, théâtre de la ville du Mans.

La page que les Amandiers consacrait au spectacle l’année dernière est toujours en ligne et elle est plus riche. Elle contient quelques photographies et surtout cinquante critiques publiées dans la presse (dans la mise en page et avec les photographies d’origine). On y remarque notamment un article du Monde comparant le spectacle de Pommerat avec trois autres spectacles sur la Révolution française, un dossier de Télérama sur la création du spectacle avec un récit des répétitions et des portraits des acteurs (articles publiés du 22 au 26 octobre), ou encore un article du Figaro plus détaillé que les autres, dans lequel Joël Pommerat s’exprime un peu… et Robert Hossein un peu plus. La rubrique « presse » renvoie également à deux émission radio où l’on entend Joël Pommerat, sur France Culture (27 minutes) et sur RFI (46 minutes). Dans la rubrique « téléchargement », on peut accéder au programme de salle. L’entretien avec Joël Pommerat y est le même que dans le dossier de presse actuel mais on peut y découvrir les quelques « repères » historiques donnés au spectateur avant la pièce (p. 12). Dans le dossier de presse de l’année dernière, pas d’entretien, mais une note d’intention de Joël Pommerat, datée d’août 2015.

À lire ailleurs

Ailleurs sur internet, on peut lire d’autres critiques. Celle du magazine Regards détaille la manière de travailler et insiste sur les enjeux politiques de la pièce. Celle des Lettres françaises risque quelques reproches intéressants au milieu d’un concert de louanges.

À voir et à écouter

Le débat « Quelle histoire pour quelle révolution », organisé le 7 novembre 2015 au théâtre des Amandier peut être écouté sur Radio Agora. On y entend Joël Pommerat, Guillaume Mazeau et Philippe Artières. C’est assez long (1h25). En beaucoup plus court (5 minutes), on peut voir et entendre Joël Pommerat dans le journal de 13h, sur France 2 le 23 novembre 2015 (à partir 38:30). On peut aussi, en restant sur France 2, voir Joël Pommerat dans l’émission « On n’est pas couché » (21 minutes)…

L’actrice Saadia Bentaïeb, qui joue notamment la formidable députée Lefranc, présente le spectacle dans une vidéo disponible sur le site theatre-video.net (10 minutes). Une émission de Radio Agora sur « les forces vives de Ça ira » donne la parole à un figurant du spectacle. La même journaliste, Catherine Portaluppi, donne la parole à Anne de Amézaga, co-directrice de la compagnie Louis Brouillard (11 minutes).

Sur le site de France Culture, on entendre parler de Ça ira dans l’émission La dispute et dans l’émission La Fabrique de l’histoire (avec notamment l’historienne Arlette Farge). Sur France Inter, on peut également remarquer trois épisodes de « La séance est ouverte », émission spéciale de La Marche de l’histoire au cours de laquelle des acteurs de la Comédie Française lisent des discours historiques. L’un est consacré à Mirabeau et à la Déclaration des droits de l’Homme, les deux autres (première et deuxième parties) à la transformation des États généraux en Assemblée nationale (trois fois 29 minutes).

Le scénographe

Sur le site LigthZoomLumière, un article décrit la scénographie et surtout la lumière du spectacle, en donnant des précisions techniques et en s’appuyant sur des propos du scénographe et créateur lumière : Éric Soyer. Dans un long entretien publié en 2012 dans la revue Agôn, celui-ci expliquait sa manière de travailler au sein de la Compagnie Louis Brouillard.

La costumière

Sur son site Internet, Isabelle Deffin publie de nombreuses images de son travail. S’il n’y a rien pour le moment sur Ça ira, on découvre avec intérêt des documents dont elle s’est inspirée, des dessins préparatoires et des photographies des spectacles.

L’historien et la dramaturge

Guillaume Mazeau, conseiller historique du spectacle, a répondu au magazine CQFD. Avec Marion Boudier, dramaturge, il a été invité à parler devant des étudiants de Sciences Po. On peut voir une vidéo d’une partie de leur intervention (13 minutes). Si vous êtes à Paris le 20 septembre, vous pourrez les entendre à la librairie L’Atelier. Guillaume Mazeau y parlera à la fois du spectacle et d’un texte qu’il a découvert grâce à son travail pour Ça ira et qu’il vient de publier : Adrien Duquesnoy, Un révolutionnaire malgré lui. Journal (mai-octobre 1789), Paris, Mercure de France, 2016. Dans un entretien au journal L’Humanité, il s’est exprimé plus généralement sur les relations entre fiction et histoire, parlant à la fois de la reprise de Ça ira et du roman 14 juillet d’Éric Vuillard.

mazeau-duquesnoy

Marion Boudier a publié chez Actes Sud en novembre 2015, Avec Joël Pommerat. On peut en lire une critique sur le site de France Culture et sur le site WebThéâtre. Plus loin de Ça ira, on peut lire en ligne un article de 2008 (Marion Boudier et Guillermo Pisani) sur la « démarche » de Pommerat. Pour ceux qui voudraient l’écouter plutôt que le lire, Richard Gaitet en a lu de larges extraits dans son émission sur Radio Nova.

boudier-pommerat


Si vous constatez que certains liens ne fonctionnent pas ou plus, n’hésitez pas à me le signaler en commentaire.

Merci à ma collègue Armelle Talbot de m’avoir signalé plusieurs liens précieux.

Image à la une : Jacques-Louis David, Le Serment du jeu de Paume (détail). Wikimedia Commons.


2 réflexions sur « Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *