Le truc en plume du comte d’Artois

 

C’était le 13 octobre dernier, à l’Avant Seine, théâtre de Colombes : Marie-Antoinette(s), écrit et mis en scène par Pauline Susini. Entendons-nous bien : je n’aime pas Marie-Antoinette. Elle était reine, c’est déjà beaucoup, et elle est devenue une machine à dénigrer la Révolution. D’ailleurs, je n’ai pas (encore ?) vu le film de Sofia Coppola. N’hésitez pas à m’éclairer de vos commentaires, vous qui êtes moins ignorants que moi.

Les Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini n’ont pas été loin de me séduire. Elles sont au moins trois, jouées successivement par les trois actrices du spectacle. Elles sont plus nombreuses encore pendant toute la première partie de la pièce. À chaque scène, la reine se montre différente : intrigante ou badine, légère ou grave, parfois touchante, souvent ridicule. Si la progression générale suit le cours de l’histoire, le récit biographique est entrecoupé de scènes montrant Marie-Antoinette face à ses juges du tribunal révolutionnaire. On la voit ainsi manœuvrer à la cour, et l’instant  suivant nier toute activité politique. On l’entend dire qu’elle ne savait rien entre deux échanges avec la cour d’Autriche. Pour autant, elle n’est pas présentée comme une manipulatrice. Elle paraît plutôt inconséquente et insaisissable.

Si ce n’est toi c’est donc ton frère

Aux côtés des trois actrices, un seul acteur joue tantôt un Louis XVI benêt à souhait, tantôt un comte d’Artois merveilleusement extravagant. Louis est ridicule, Charles a des airs de grande folle. A-t-il des plumes dans les cheveux ou est-il seulement ébouriffé ? Je ne sais si c’est le contraste entre les deux personnages ou leur profonde ressemblance qui est le plus saisissant. Ne sont-ils pas les deux faces d’une même médaille royale ? D’ailleurs, si l’on prête l’oreille aux rumeurs habilement mises en scène, on ne sait plus vraiment qui est le père du Dauphin. Avec un tel dispositif, on ne saurait penser que c’est le caractère d’un roi trop bon qui a fait la faillite de la monarchie.

La plus belle scène représente un pamphlet. Les comédiens y jouent les caricatures de leurs personnages, mimant les débauches de Marie-Antoinette et du comte d’Artois. Tout signale le faux : les masques, les plumes (cette fois je suis sûr qu’il y en a), les mimiques et les gestes. C’est là le grand mérite du spectacle : faire la part de la fiction dans ce qui a mené à la Révolution. Les chansons, les textes ou les images de l’époque donnent à voir autre chose que la simple reconstitution de parcours individuels.

Fin de Louis, fin de Marie-Antoinette ?

Le Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini dialogue avec l’événement théâtral et révolutionnaire du moment : le Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat. Les liens entre les deux spectacles ne manquent pas : celle-là fut l’assistante de celui-ci pour La Réunification des deux Corées. Guillaume Mazeau est le conseiller historique de l’une et de l’autre pièce. Pauline Susini risque même une sorte de citation, faisant brièvement parler des révolutionnaires en tenue d’aujourd’hui dans des micros face au public. La comparaison n’est pas facile à soutenir pour Marie-Antoinette(s), joué deux fois seulement contre plus de cent déjà pour Ça ira, et incontestablement moins abouti. Mais j’ai aimé à Colombes ce qui m’a manqué à Nanterre : la place faite à la fiction et à l’humour dans le spectacle, le jeu sur le mensonge plutôt que le fantasme de la sincérité, la multiplication des points de vue sur l’histoire, et pas seulement celle des paroles politiques.

De la fin du spectacle, je ne dirai presque rien. La dramatisation du récit de la fuite à Varennes est efficace. Le reste de la Révolution est presque toujours sinistre, hélas ! Marie-Antoinette n’est plus qu’une, victime désormais dépourvue de son intéressante multiplicité, seule face à l’improbable spectre de la princesse de Lamballe.


Pour en savoir plus : on peut lire des textes et voir des images sur les sites  des deux salles qui ont accueilli le spectacle, le théâtre Montansier de Versailles et l’Avant Seine à Colombes.

Image à la une : Les deux ne font qu’un, estampe anonyme de 1791. En ligne sur Gallica.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *