Jeunesse de Danton !

Compte rendu de La Mort de Danton, mise en scène par Jean-Pierre Baro, avec les comédiens de la promotion 2016 de l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier. Créé au printemps 2016 à Montpellier, repris en novembre 2016 au théâtre de la Commune à Aubervilliers.

Le spectacle a été joué une dizaine de fois. C’est beaucoup pour un spectacle de fin d’études. C’est peu pour un aussi beau résultat, qui aurait mérité d’être vu par de très nombreux spectateurs. Ils sont onze donc. Ils s’appellent même «les onze» sur leur site, mais je ne suis pas sûr qu’ils aient pensé au roman de Pierre Michon et aux membres du Comité de Salut Public. En revanche ils sont jeunes, et cela les rend particulièrement aptes à jouer la Révolution, comme l’écrit Jean-Pierre Baro dans le programme du spectacle : «Il y a peut-être un secret dans la quête de changement et les aspirations et combats de ces jeunes révolutionnaires, que seuls des élèves aussi jeunes que les figures qu’ils incarnent peuvent percer.»

La première qualité du spectacle a d’avoir réussi à faire entendre le texte. La traduction d’Irène Bonnaud rend le texte de Büchner plus explicite, plus direct, en le débarrassant d’allusions historiques ou littéraires qui peuvent en rendre la lecture difficile ou la représentation pesante. Des coupes ont été faites, pour parvenir à une durée d’un peu plus de deux heures seulement. Les chansons que Büchner a repris du folklore allemand ont été remplacés par trois chansons qui font sens pour le public d’aujourd’hui. Autre choix particulièrement heureux: si les personnages principaux sont clairement identifiables, les autres sont très peu nommés. Le spectateur ne s’épuise pas à se demander quel révolutionnaire il a devant lui : peu importe qu’il s’agisse d’Hérault, de Lacroix, de Legendre, de Collot ou de Barère. Les inscriptions projetées sur l’écran du fond suffisent: on sait où l’on est. On reconnaît Robespierre à sa redingote. On comprend parfaitement ce qui se passe.

Faire jouer Robespierre par une actrice est une formidable trouvaille. Ni terreur, ni vertu: le registre est celui d’un engagement sensible et déterminé qui entraîne les autres personnages de la pièce. Il y a peut-être plus remarquable encore, quoi que moins immédiatement visible: à une exception près, toutes les scènes de rue, qui chez Büchner mettent en scène un peuple shakespearien, ont été supprimées. La scène de rue maintenue est la deuxième de la pièce: les acteurs qui y jouent la foule révolutionnaire prennent ensuite d’autres rôles sans changer d’apparence. La distinction entre un peuple grossier et des révolutionnaires embourgeoisés disparaît donc: les membres de la Convention, du Comité de Salut Public et du Tribunal révolutionnaire sont le peuple. Sur l’écran, à quatre reprises, on voit d’autres peuples faire d’autres révolutions.

L’opposition entre le vice et la vertu n’est pas plus opérante. L’intrigue de la pièce de Büchner repose en grande partie sur elle: c’est parce que Danton jouit des privilèges que lui donne sa position pendant que le peuple souffre de la misère qu’il ne peut échapper à son destin. Dans la mise en scène de Jean-Pierre Baro, tous les personnages semblent partager un même appétit de vivre. Robespierre lui-même vibre pour la Révolution et étanche sa soif. Pour Saint-Just seul(e), la Révolution s’est glacée. Ainsi est réalisé le souhait de Büchner, souligné par l’improvisation centrale, d’un théâtre qui dise la vérité: celle d’une jeunesse impatiente d’apprendre à vivre.


Puis que j’ai assisté à la toute dernière représentation du spectacle et que j’éprouve la même nostalgie déjà qu’à la pensée d’une autre Mort de Danton que j’aimerais tant revoir (celle de Marthaler à l’Odéon), je vais raconter ici ce que j’ai vu et entendu. Vous pourrez découvrir les principales surprises que réservait le spectacle au fil de ce récit.

Acte I

Scène 1. La salle est un cube noir. Le fond de la scène est un écran : on y lit la date : 24 mars 1794. Trois tables de chaque côté. Dix comédiens sont assis sur des chaises, dos aux murs latéraux, habillés simplement. Le spectacle commence : des couples se forment, s’enlacent. Hérault (ainsi nommé dans le texte de Büchner mais anonyme ici) est particulièrement entreprenant auprès de la dame. Il ne joue pas aux cartes avec elle mais la caresse. Les sous-entendus sexuels du textes sont rendus explicites. Je découvre une traduction nouvelle – je saurai en sortant que c’est celle d’Irène Bonnaud. La Vénus callipyge est devenue «La Vénus au beau cul». C’est plus simple. Danton est là, avec Julie. Il est joué par Charles-Henri Wolff, grand brun au front dégarni et à la barbe naissante.

Au début de la scène 2, Julie (Barbara Atlan) est devenue la femme de Simon, sans avoir changé d’apparence. Le texte claque, plus incisif que les traductions qui collent de trop prêt à l’original allemand : «c’est sa faim qui fait la pute!» Le citoyen ne dit plus ergo au début de chaque phrase : il dit «c’est-à-dire que» : son raisonnement gagne en force. L’aristocrate au mouchoir (en papier…) est vite oublié. Robespierre arrive, jouée par une femme ! Jessie Chapuis enfile la redingote qu’elle ne quittera plus. «Écoutez l’incorruptible!». Les autres comédiens chantent doucement, en chœur, le chant révolutionnaire catalan «L’Estaca» de Lluís Llach. Les chants que Büchner a intégré à sa pièce ne sont pas repris.

Entre la scène 2 et la scène 3, des images de la révolution des Œillets sont projetées sur l’écran en fond de scène.

Scène 3, aux Jacobins. Les six tables ont été réunies et forment une grande table. Les comédiens sont assis à cette table, à droite et à gauche. Les orateurs prennent la parole au bout de la table, debout. Pour les applaudir, ceux qui restent assis tapent sur la table métallique. Au début de la scène, Robespierre, assis côté cour, près du public, boit dans une gourde métallique. Au milieu du discours qu’il fait debout, il s’arrête à nouveau pour boire.

La scène 4 est jouée dans le même décor.

Scène 5. Danton et Marion (Kyoko Takenaka) se déshabillent. Lui est entièrement nu, assis sur la grande table. Elle garde un temps sa culotte, finit par l’enlever. Danton se la met autour du visage. Ils se poursuivent autour de la scène. Puis elle s’allonge devant la table, les jambes en l’air. Danton s’allonge sur la table. Ils sont tous les deux à quatre pattes quand Lacroix arrive et dit «ça me fait rire», évoquant les ébats canins auxquels il vient d’assister dans la rue. Lacroix arrive seul: Adelaïde et Rosalie ont été supprimées du texte. Danton se met debout quand il dit que la Révolution dévore ses enfants comme Saturne, réunissant la grandeur d’une statue à l’antique et le ridicule de la nudité ainsi exposée.

Scène 6. Sur l’écran, au début de la scène, on lit: 29 mars 1794. Danton n’a remis que son caleçon. Il est d’un côté de la grande table (à jardin, près du public.) Robespierre est en face de lui. Danton: «Si tu ne peux pas supporter ce spectacle aussi bien que ton bon dieu, mets-toi un mouchoir devant les yeux».

© ensad 2016 –Danton (Charles-Henri Wolff), Robespierre (Jessie Chapuis) et Paris (Olga Mouak).
© ensad 2016 –Danton (Charles-Henri Wolff) face à Robespierre (Jessie Chapuis) avec Paris à l’arrière (Olga Mouak).

Pendant son monologue ensuite, Robespierre est touchant(e), exprimant ses doutes, son sentiment d’agir par nécessité, son désir que les autres se chargent à sa place de ce qu’il faut faire. Saint-Just est d’abord dans l’obscurité, au pied des gradins. Il est jouée par une femme lui aussi (Blanche Adilon), beaucoup plus froide. Il fait lire un numéro du Vieux Cordelier à Robespierre : «Toi aussi Camille !».

Projection sur l’écran en fond de scène : scènes de manifestations et d’insurrection au Burkina Faso (2015). Véhicules des Compagnies Républicaines de Sécurité. Drapeau rouge et vert.

Acte II

Dans la scène 1, Danton, toujours en caleçon, ne veut pas se rhabiller. Les autres personnages l’habillent.  Il se laisse plus ou moins faire, enlève à nouveau ses vêtements. Une deuxième fois les autres le revêtent d’une sorte de costume d’époque, ample, en plusieurs couches, gris.

La scène 2 (une scène de rue) a été supprimée.

Scène 3. Camille (Guillaume Costanza) se déshabille à son tour. En caleçon, il se recouvre d’un drap blanc, assez salle, qu’il abandonne assez vite. Camille, Lucile (Lison Rault) et Danton assis à l’avant du plateau, détendus. Longue improvisation : Danton se plaint de son costume: «Je ressemble à Godefroy de Montmirail dans les visiteurs… Ce n’est même pas le costume de Danton, c’est le costume de Diderot, pour un autre spectacle». À propos des chaussures : «ça c’est du Kiaby». Camille les regarde: «Danton chausse du 45». Lucile a une bouteille de bière à la main, mais c’est de l’eau, nous dit Danton. Danton: «Tout est gris» (dans son costume). «Tout est toujours gris dans la Révolution. Il devait pleuvoir tout le temps». Camille: «C’est une sorte d’entracte, mais on participe… le théâtre! le théâtre! on est bien au théâtre!» Bien sûr, c’est le point de départ de la tirade de Camille sur le théâtre et la réalité. À la fin de la scène, Lucile court après Camille, et tombe en descendant trop vite du plateau. Elle chante une strophe de «Il n’y a a pas d’amour heureux», sans ce dernier vers, puis dit, conformément au texte de Büchner : «pourquoi c’est justement cet air qui me passe par la tête».

Noir.

Scène 4. Danton arrive avec une vilaine perruque blanche sur la tête et il dit «Non! Je n’ai pas envie de continuer». Autrement dit, il n’a plus envie de jouer un rôle. Pendant son monologue, à deux reprises, il fait la révérence et fait signe à la régie d’éteindre la lumière : «la lumière ne s’éteindra jamais».

Scène 5. Vers la fin de scène de la scène, pendant que Danton parle avec Julie des massacres de Septembre, on lit sur l’écran: Arrestation de Danton, nuit du 30 au 31 mars 1794. La scène 6 de Büchner, qui montre cette arrestation (ou plus exactement le moment où le peuple envahit la maison de Danton) est supprimée.

Projection : des manifestants. L’un scande des mots d’ordre en arabe, repris par la foule. Une scène des révolutions arabes?

Scène 7. Les tables ont été dressées, le côté le plus étroit par terre, de façon à former un mur, sorte de rideau de fer. On voit par-dessus l’inscription sur l’écran: Convention nationale. Chaque orateur parle devant le mur, face au public. Les autres comédiens sont dans la salle, d’un côté et de l’autre des spectateurs. Robespierre est au fond à gauche (côté cour). Il est dans l’ombre quand il commence à intervenir, mais aussitôt le silence se fait: tout le monde l’écoute. Il monte sur scène. Pendant ce temps Saint-Just dessine sur le mur au feutre noir: il trace  la silhouette d’un homme musclé (le Danton de la tradition iconographique plus que celui du spectacle) nu, allongé sur le dos. La tirade de Saint-Just est à nouveau dite de manière beaucoup plus froide. La Marseillaise est supprimée. On entend des notes au clavecin et au synthétiseur. Projection: un drapeau français qui flotte au vent sur fond de ciel bleu. L’image, très colorée, contraste avec toutes les autres images projetées pendant le spectacle, où dominent les teintes grises.

© ensad 2016 –Robespierre (Jessie Chapuis) et Saint-Just (Blanche Adilon) à la Convention.
© ensad 2016 –Robespierre (Jessie Chapuis) et Saint-Just (Blanche Adilon) à la Convention.

Acte III

Les tables toujours debout ont été séparées les unes des autres, formant cinq blocs métalliques, cellule ou stèles. Devant chaque bloc, un prisonnier. La comédienne qui jouait Marion est parmi eux. Elle commence à écrire un long texte en idéogrammes sur sa table. Les premiers mots de la scène sont «Il n’y a pas de Dieu». Le drapeau français reste visible pendant tout le début de la scène.

Scène 2. Hermann, le président du tribunal révolutionnaire est joué par le comédien qui jouait Simon (Quentin Gratias). Fouquier-Tinville est joué par celle qui jouait la femme de Simon, qui jouait et qui jouera encore Julie. Tous deux portent un tablier de boucher. Ils sont assis à une grande table en bois qui a été posée devant le plateau, très près du premier rang de spectateurs.

Scène 3 peut-être réduite à Danton qui dit «Il y a un an j’ai créé le tribunal révolutionnaire».

Scène 4. Première partie du procès de Danton. Hermann est assis dos au public, devant le plateau. Il se baisse pour parler dans un micro qui déforme légèrement sa voix. Danton est debout sur scène en face de lui, grand, tonitruant. Il s’empare brièvement du micro. La collègue d’Hermann dit «coupez le micro» en se tournant vers la régie. Pendant ce temps, les prisonniers sont toujours sur scène. L’une d’eux continue à écrire en idéogrammes sur sa table. Voir l’image à la une (© ensad 2016).

Scène 5 supprimée.

Scène 6. Conversations entre trois personnages en tabliers de boucher. Celui qui jouait Hermann, celle qui jouait Fouquier-Tinville et un troisième personnages. Ici, ils sont, d’après le texte, les membres du comité de Salut Public, Collot, Billaud et Barère, mais leurs noms n’ont pas d’importance. Ils brandissent des petits couteaux de cuisine et leurs tabliers sont tachés de sang. Saint-Just les rejoint pour apporter la dénonciation dans une enveloppe. Quand les membres du Comité évoquent la supplique d’une prisonnière qui demande à mourir, on comprend qu’il s’agit du texte écrit en idéogrammes sur une table.

Scène 7. Les prisonniers sont toujours assis devant leurs tables.

@ ensad 2016 – Camille (Guillaume Costanza) en prison.
© ensad 2016 – Camille (Guillaume Costanza) en prison.

Avant le deuxième procès : projection d’images d’affrontements contemporains entre des CRS des manifestants. Gaz lacrymogènes et compagnie.

Scène 8 supprimée.

Scène 9. Deuxième partie du procès. Danton parle dans le micro, debout à l’avant de la scène.

Scène 10. Encore une scène de rue supprimée ! On ne voit donc pas le revirement du peuple, qui, dans le texte de Büchner, passe en quelques répliques de Danton à Robespierre.

Acte IV

Scène 1. Julie donne quelque chose à un spectateur.

Scène 2 ? (Peut-être supprimée.)

Scène 3. Les tables sont toujours debout. Quatre d’entre elles ont été rapprochées, formant à nouveau un mur, avec une grande partie de la silhouette dessinée. Danton et Camille sont assis devant elles.

Scène 4. Le début de la scène (le dialogue entre les charretiers) a été supprimé. Camille est debout, appuyé à la table, les mains dans le dos. Chant de Lucile, extrait de «Septembre, quel joli temps» de Barbara:

«Jamais la fin de l’été n’avait paru si belle.
Les vignes de l’année auront de beaux raisins.
On voit se rassembler, au loin les hirondelles
Mais il faut se quitter. Pourtant l’on s’aimait bien.

Quel joli temps pour se dire au revoir.
Quel joli soir pour jouer ses vingts ans.
Sur la fumée des cigarettes,
L’amour s’en va, mon cœur s’arrête.
Quel joli temps pour se dire au revoir.
Quel joli temps pour jouer ses vingts ans.»

Scène 5. Au début de la scène, les quatre prisonniers allument chacun une dernière cigarette. Plus loin, ils se roulent par terre, les uns sur les autres, en hurlant.

Scènes 6, 8 et 9 réunies, scène 7 supprimée. Julie vient s’asseoir à gauche de la table en bois, avec un verre et une bouteille de vin rouge. Elle se sert un verre fait couler le vin sur elle. Lucile arrive avec un seau. Elle en tire une éponge pleine de sang, et passe sur la silhouette toujours visible sur les tables métalliques. Elle chante, en allant jusqu’au refrain cette fois-ci :

«Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos cœurs à l’unisson
Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n’y a pas d’amour heureux»

Elle vient s’asseoir à la table en bois, face au public, la main droite pleine de sang. Elle tire un voile blanc de sa poche, s’en couvre la tête et dit «Vive le Roi!». Noir.


J’ai nommé dans ce récit les comédiens qui interprètent les rôles les plus nettement identifiables. La mise en scène n’embarrasse pas le spectateur de noms propres. C’est pourquoi je ne saurais plus dire qui jouait qui, mais je m’en voudrais de ne pas citer aussi Olga Mouak, Charly Breton et Mohammed Bouadla.

Image à la une: © ensad 2016. Danton au tribunal révolutionnaire (acte III, scène 4).

D’autres photographies des répétitions sont visibles sur le site des comédiens.

 

 


2 pensées sur “Jeunesse de Danton !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *