La Révolution au féminin: scènes du politique

Compte rendu de séminaire. Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21), université Paris-Diderot, organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Séance du 3 février 2017: La Révolution au féminin, scènes du politique. Avec Élianne Viennot, à l’occasion de la sortie du livre Et la modernité fut masculine (1789-1804) (Perrin, 2016) et Martial Poirson, commissaire de l’exposition Amazones de la Révolution. Des femmes dans la tourmente de 1789 (Versailles, Musée Lambinet).

Florence Lotterie a introduit la séance à partir de deux représentations contemporaines des journées des 5 et 6 octobre 1789 : une grande toile de Sigmar Polke récemment exposée dans le cadre de l’exposition Soulèvements au musée du Jeu de Paume (À Versailles, à Versailles, 1988) et un tableau de Zuka, artiste dont plusieurs autres tableaux sont exposés dans la dernière salle de l’exposition Amazones de la Révolution (Les femmes marchant à Versailles, 1989). Les journées d’Octobre sont le point de départ d’une historiographie qui constitue la grande geste des femmes. Elles inspirent à Michelet cette expression d’une complémentarité sexuelle idéale : «Les hommes ont pris la Bastille, et les femmes ont pris le roi.» Mais à y regarder de plus près, la prise de la Bastille est déjà problématique : il n’y a presque aucune femme sur la liste officielle des vainqueurs, alors qu’elles étaient nombreuses. Et le 6 octobre pose avec force la question de la violence.

Le livre d’Élianne Viennot reprend pour toute la période 1789-1804 ce dossier déjà bien documenté. Il y a les faits: à l’automne 93, il faut bien constater la suppression des clubs féminins, la suppression de la mixité dans les espaces politiques, la vague d’exécutions de femmes. Il y a aussi, noué à ces faits d’exclusion, ce que Martial Poirson a appelé les imaginaires de genre. S’ils peuvent être les outils de la culture masculiniste, la Révolution ouvre aussi sur l’expérimentation de représentations autres des rôles et places sexuels. Si les femmes du 5 octobre avaient une exigence politique –ramener le roi à Paris, et pas seulement réclamer du pain–, elles ont obtenu ce qu’elles demandaient et le roi a cédé aux femmes. On entre dans un régime de représentation de l’autorité masculine déstabilisant, avec un roi faible devant l’intrusion féminine. Cette inquiétante réversibilité cristallisera de manière exemplaire, comme l’a montré Guillaume Mazeau, avec Charlotte Corday, cette ‘femme homme’ mettant à mort une figure publique que caractérise en retour un modèle moins immédiatement viril de masculinité.

9782262064310

Élianne Viennot a d’abord rappelé que son livre sur la période révolutionnaire est le troisième volume d’une longue histoire des femmes dans leurs rapports au pouvoir. Il aurait dû couvrir une période plus étendue, de 1789 à 1860, mais il a pris des proportions telles qu’il a été coupé en deux: Et la modernité fut masculine commence avec la Révolution et s’achève avec l’adoption du code Napoléon en 1804. Le volume suivant (1804-1860) s’appellera Le grand verrouillage. Pour Élianne Viennot, la Révolution a été particulièrement défavorable aux femmes. Il y avait un autre possible, mais les phénomènes de longue durée et la puissance masculine ont fait que l’évolution s’est faite dans le sens de la fermeture.

Le livre est organisé en huit chapitres qui correspondent à trois temps distincts. Les quatre premiers chapitres traitent de la période 1789-1792, étudiant «l’irruption des possibles», les demandes des femmes, «le camp du refus» et le «débat sur les femmes» mené dans les publications du temps. Le cinquième chapitre, « la mise au pas », porte spécifiquement sur la période de la Terreur (Élianne Viennot utilise le terme sans en interroger la pertinence). Les trois derniers chapitres étudient les années 1795-1804: le Directoire et le Consulat travaillent à «refermer la parenthèse» malgré les «résistances et contestations» et les «essaimages» au-delà de la France.

Élianne Viennot a parlé de la participation des femmes à la vie politique pendant la Révolution: de ce qu’elles ont fait et de ce qu’elles ont voulu («tout!»). Elles ont cependant été handicapées par leurs divisions sociales et le peu d’espaces de sociabilité commune. À l’inverse l’élite masculine est très homogène. Les élus sont à 100% des hommes, à 80% des diplômés, ils ne sont élus que par 10% de la population. Leur unité de pensée, formée par les idées des Lumières, est très forte. Et pour eux, les femmes n’ont rien à faire là.

Les nouvelles lois vont plus loin que jamais dans l’exclusion des femmes: la loi salique est pour la première fois écrite dans la loi le 5 octobre 1789. La constitution de 1791 exclut les femmes de la régence. La distinction entre citoyens actifs et citoyens passifs est un des moyens de légaliser l’exclusion politique des femmes. Ce qui se passe pendant la Révolution constitue les femmes comme groupe de manière à autoriser leur exclusion.

Élianne Viennot pense qu’il ne faut pas attendre le mot féministe pour l’utiliser. Dès le 15e siècle, elle identifie comme féministes les personnes qui estiment que la domination masculine n’est pas un fait divin ou un fait de nature. Elle précise également ce qu’elle entend par clergie: depuis le 12e siècle se développe une classe savante. Au temps des Lumières, cette élite intellectuelle masculine justifie sa domination sur les femmes par la nature, alors qu’elle la justifiait par Dieu précédemment. Elle arrive au pouvoir avec la Révolution. Ayant vu pendant les années 1789-1793 que les femmes peuvent tout faire, les hommes sont d’autant plus déterminés à renforcer leur exclusion politique. On peut cependant constater une grande division entre la haute clergie et le reste du pays. Le mouvement populaire est de plus en plus d’accord pour laisser les femmes investir l’espace politique. Il y a des femmes dans les sections révolutionnaires.

revolution.indd

Martial Poirson prend la parole pour présenter l’exposition Amazones de la Révolution. Il remarque que l’action politique des femmes s’est accompagnée d’une pensée, ce qui permet de parler de conscience politique. Il cite Mirabeau («Tant que les femmes ne s’en mêlent pas, il n’y a pas de véritable révolution» [Citation sans doute apocryphe], Kamel Daoud («Quand les gens bougent, c’est une émeute, lorsque les femmes les rejoignent, cela devient une révolution»), mais aussi Élisabeth Badinter («La violence féminine est difficile à penser, non seulement pour des raisons militantes –la violence n’a peut-être pas de sexe–, mais parce qu’elle met en péril l’image que les femmes se font d’elles-mêmes.») Il rappelle les femmes qui ont revendiqué la violence de l’échafaud, autre manière de rentrer dans l’espace de la violence politique, réservée aux hommes depuis deux siècles. Jusqu’en 1793, la violence est une façon pour les femmes de revendiquer une participation active à la politique. À partir de 93, elle est retournée contre elles dans le discours des hommes, devenant un argument de plus pour renier la part active qu’elles avaient prise. Elle est un des principaux leviers de la construction de stéréotypes. Corday est qualifiée d’hommasse, de virago, accusée par ces mots d’avoir usurpé des prérogatives masculines.

L’exposition donne à voir un imaginaire visuel et textuel, depuis les événements révolutionnaires jusqu’à nos jours, par le filtre de la représentation. Les tableaux exposés sont des outils de médiation, qui construisent une mémoire fantasmée, de seconde main. L’exposition rend hommage à toutes les mémoires, pas seulement la mémoire républicaine. Des figures émergent, à commencer par celle de Charlotte Corday, qui occupe à elle seule les trois premières salles de l’exposition. Manon Roland, Olympe de Gouges et Théroigne de Méricourt, «trois femmes puissantes», se partagent la salle suivante. Mais l’exposition rend aussi justice à des figures qui ne sont pas identifiées: tricoteuses d’un côté, paradoxalement représentées dans la fonction la plus traditionnellement domestique, et les merveilleuses de l’autre, qui accomplissent une sorte de révolution contre-culturelle, faisant de l’exhibition de leurs corps une forme de revendication à la fois politique et morale.

Pour évoquer les femmes suppliciées sans tomber dans la complaisance de la monstration de l’horreur, l’une des solutions a été de montrer des esquisses. Les représentations sont ainsi mises à distance: les scènes sont moins réalistes, tandis que la dynamique des tableaux est mieux mise en valeur.

Les deux dernières salles montrent d’une part les allégories féminines de la période révolutionnaire et leurs parodies, d’autre part des échos contemporains. Plusieurs toiles de Zuka, peintes autour du bicentenaire, sont exposées pour l’occasion. D’autres formes plus kitsch de cette mémoire de la Révolution sont aussi présentes, en particulier le jeu Assassin’s creed Unity, qui récrée Théroigne de Méricourt à partir des codes du western. Le stéréotype de genre, dit Martial Poirson à ce propos, procède par accumulation.

La discussion a porté notamment sur la permanence de cette iconographie, qui passe à travers les âges en gardant une partie de son sens d’origine, voire en gardant sa portée subversive. Pour le plus grand nombre, la médiation de l’histoire passe par les objets contemporains, qui réactivent les stéréotypes. Lorsque ces objets appartiennent au régime économique des produits dérivés en série, tels que M. Poirson les a étudiés par ailleurs, il faut noter la stabilité des références iconographiques: la plupart du temps, ces produits renvoient à des images ayant effectivement circulé et dont les transformations ne doivent pas occulter qu’elles manifestent ainsi une grande résistance mémorielle, dont la diffusion mercantile rend compte à sa manière.


Annonce de la séance

Autour du livre d’Éliane Viennot, Et la modernité fut masculine (1789-1804), Paris, Perrin, 2016; et de l’exposition Amazones de la Révolution. Des femmes dans la tourmente de 1789 (5 novembre 2016-19 février 2017, Versailles, Musée Lambinet), sous le commissariat de Martial Poirson, qui a également dirigé la publication du catalogue aux Éditions Gourcuff.

L’actualité récente nous offre plusieurs publications et événements culturels qui viennent prolonger et renouveler une longue tradition d’histoire des femmes et des rapports de sexe en Révolution. Cette séance sera l’occasion de revenir, en compagnie de Martial Poirson et d’Éliane Viennot, sur les enjeux politiques d’un «imaginaire de genre» construit aussi bien par la Révolution, ses institutions et ses acteurs, que ressaisi dans la diversité de ses mémoires. Ce qui «fait scène», comme la marche des femmes du 5 octobre 1789, ou le poignard levé de Charlotte Corday, ne vient-il pas privilégier la part de la violence féminine, signe d’une «irruption des possibles» (E. Viennot) autant que source d’une «émancipation contrariée» (M. Poirson)?

Animé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz.

Éliane Viennot est professeure émérite à l’université de Saint-Étienne, membre de l’IHRIM (UMR 5317) et de l’Institut universitaire de France (2003-2013). Spécialiste des femmes d’État de la Renaissance et des discours relatifs aux savoirs des femmes, elle a impulsé un programme de recherches sur la Querelle des femmes, «de la Renaissance aux lendemains de la Révolution» (4 volumes parus) et elle travaille aux retrouvailles de la langue française avec l’usage du genre féminin (2014, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin! Petite histoire des résistances de la langue française; 2016, L’Académie contre la langue française: le dossier «féminisation»). Elle a cofondé la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (2000) et l’Institut Émilie du Châtelet pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre (2006). Elle travaille depuis une quinzaine d’années à une histoire des relations entre La France, les femmes et le pouvoir (2006, L’invention de la loi salique, 5e-16e siècle; 2008, Les résistances de la société, 17e-18e siècle; 2016, Et la modernité fut masculine, 1789- 1804).

Martial Poirson est professeur de l’université Paris 8 et Visiting professor de New York University. Spécialiste d’histoire culturelle, d’esthétique théâtrale et de littérature, il a publié plusieurs ouvrages, dont Spectacle et économie à l’âge classique (Classiques Garnier, 2011) et Politique de la représentation (Champion, 2014) et coordonné plus de vingt-cinq ouvrages collectifs. Ses recherches, au croisement de la littérature, des arts, de l’économie politique et de l’histoire culturelle, ont largement contribué à la réflexion sur la Révolution française comme productrice d’imaginaires collectifs. Il a notamment publié Théâtre et Révolution: Politique du répertoire (Desjonquères, 2008), L’écran des Lumières (Oxford, SVEC, 2008), Filmer le dix huitième siècle (Desjonquères, 2009); La Terreur en scène (Louvain, Etudes théâtrales, 2014), Révolution(s) en acte (RHT, 2015), La Révolution française et le monde d’aujourd’hui: mythologies contemporaines (Classiques Garnier, 2014) et Amazones de la Révolution, Les femmes dans la tourmente de 1789, Paris, Gourcuff, 2016. Il est également commissaire d’exposition («Culture populaire et révolution française (XXe-XXIe siècles)», Musée de la Révolution française, 2013-2014 ; «Amazones de la Révolution», Musée de Versailles, 2016-2017).

Université Paris-Diderot, centre Jacques-Seebacher; CERILAC, axe «Penser et écrire avec l’histoire».

Prochaine séance: vendredi 24 mars (séance doctorale: Fanny Arama, Laura Broccardo, Erwan Guéret). Voir le programme pour l’année 2016-2017 (pdf).

Image à la uneWilliam Henry Fisk (1827-1884), Robespierre recevant des lettres d’amis de ses victimes menaçant de l’assassinerMusée de la Révolution française Inv. MRF 2009-5© Coll. Musée de la Révolution française / Domaine de Vizille.


3 pensées sur “La Révolution au féminin: scènes du politique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *