Un regard décentré sur la Révolution

Compte rendu de lecture. Emmanuel Dongala, La Sonate à Bridgetower (Sonata Mulatica), Arles, Actes Sud, 2017. 336 pages, 22,50 €, ISBN 978-2-330-07280-3.

Ce roman, «fiction fondée sur des faits réels» (p.333) raconte la jeunesse du violoniste George Bridgetower, fils d’un Noir de la Barbade et d’une Polonaise, depuis son arrivée à Paris au début de l’année 1789 jusqu’à sa rencontre avec Beethoven à Vienne, en 1803. La quatrième de couverture explique le titre choisi par Emmanuel Dongala: la Sonate à Kreutzer du compositeur allemand fut à l’origine créée pour Bridgetower. Les dernières pages du texte évoquent un autre revirement: apprenant l’année suivante que Napoléon s’est proclamé empereur, Beethoven laisse éclater son dépit et change le titre de sa symphonie «Bonaparte». Ce choix de dates, souligné par le titre de la première des trois parties («Paris, 1789») fait de La Sonate à Bridgetower un roman de la Révolution, bien que les événements politiques y occupent peu de place et que leur traitement soit décevant, agaçant même à certains égards. Mais le récit donne à voir d’autres aspects de la période, parfois de façon originale.

Passons vite sur la Révolution politique. George et son père n’y sont que peu confrontés pendant leur séjour parisien. Comme dans le récent 14 juillet d’Éric Vuillard, elle commence par l’affaire Réveillon. Mais ici les émeutiers font peur: George et son père, qui ne font que passer par hasard, sont pris pour des aristocrates et s’en sortent de justesse. Au Palais-Royal le 12 juillet, ils admirent Camille Desmoulins et Théroigne de Méricourt, mais l’admiration laisse vite place à la peur. Le 14 juillet, ils sont emporté par la foule qui se dirige par la Bastille: «La marche était longue, désordonnée, bruyante, mais paradoxalement, elle avait quelque chose de chaleureux, voire de fraternel, jusqu’au moment où les premiers coups de feu éclatèrent» (p.152). Ils voient alors une tête sur une pique, sont terrifiées, se cachent, et décident de quitter la ville.

La Révolution politique disparaît longuement du roman, pour revenir quelques années plus tard. George est à Londres, il lit quelques journaux et même les Réflexions de Burke. La Révolution est résumée en quelques pages. Elle est quasiment réduite à l’année 1793, avec quelques erreurs gênantes dans un roman au ton très didactique. Pauvres girondins, présentés ici comme les partisans d’une monarchie constitutionnelle… (p.254). J’aimerais pouvoir penser que ces approximations sont volontaires: le point de vue présenté est toujours celui du personnage principal, attaché aux valeurs de l’aristocratie: il est probable que George Bridgetower, protégé du Prince de Galles, a été hostile à la Révolution française et qu’il en a eu une connaissance faussée par sa position sociale et géographique. Hélas, dans tout le reste du roman, le lecteur est invité à comprendre et à juger le monde à travers son regard. La reproduction de documents d’époques (coupures de presse, pages de titre, partition, portrait) accentue l’aspect documentaire du roman.

Plusieurs thèmes spécifiques sont bien mieux traités, invitant à un regard plus nuancé. Le premier est la science. George rencontre les grands savants de son temps et se passionne pour leurs découvertes. Certes, l’exécution de Lavoisier compte pour beaucoup dans le bilan négatif qu’il fait de la Révolution et j’aurais préféré ne pas trouver ici la fameuse phrase apocryphe, «la République n’a pas besoin de savants ni de chimistes»1. Je retiens surtout l’aventure du mètre. Quand George est à Paris, les savants Borda, Laplace, Lagrange et Monge lui expliquent leur projet «d’inventer une mesure de longueur universelle». Lorsqu’il se lamente sur ce qu’est devenue la Révolution, il se réjouit cependant de l’avancée de ce projet, dont il est question une dernière fois à la fin, alors qu’il a abouti. Avec le mètre, la science réalise l’idéal d’universalisme de la Révolution.

La question de la place des Noirs est abordée de façon particulièrement intéressante. Le père de George est un fils d’esclave, affranchi, qui a pu venir à Londres et, en partant du plus bas de l’échelle sociale, entrer au service du prince Esterhazy en Autriche. Au début du roman, et avant cela pendant les neuf premières années de la vie de George, il nie ses origines. S’il s’invente parfois un titre de prince d’Abyssinie et s’habille de manière exotique, c’est pour mieux être accepté par une aristocratie à laquelle il veut totalement s’assimiler. Lorsque son fils s’éloigne de lui, il s’engage au contraire avec une certaine violence dans la lutte pour les gens de couleur. George réalise son ambition d’assimilation, au point que son père lui devient étranger, et ne se pose que rarement des questions à ce sujet. Deux personnages historiques apparaissent également dans le roman: le chevalier de Saint-George et Thomas Alexandre Dumas (le père du romancier). Le héros s’étonne qu’ils s’engagent dans les armées de la Convention, alors qu’ils craignaient au départ d’être inquiétés pour leur trop grande proximité avec la reine. L’abolition de l’esclavage amène George Bridgetower «à conclure que malgré tout, la Révolution française, quelque part, était restée fidèle aux idéaux qui l’avaient engendrée, la liberté et l’égalité» (p.256).

Emmanuel Dongala s’intéresse aussi beaucoup à la place des femmes dans la Révolution et à leurs revendications. Il met en scène Louise-Félicité de Kéralio, Etta Palm et surtout Olympe de Gouges. De la musique et des musiciens il propose un vaste panorama, présente quelques querelles, peint quelques figures. Enfin, l’une des plus grandes réussites du roman est sa dimension européenne: Paris n’est qu’une étape entre l’Europe centrale (Dresde, Vienne) et l’Angleterre (Londres, Bath).

La Sonate à Bridgetower met ainsi en lumière ce qui est trop souvent absent des représentations de la Révolution: les gens de couleur, les femmes, les sciences, les arts et l’Europe. Mais le roman est beaucoup trop sage et l’on aurait voulu que l’écriture soit davantage inspirée par le concert fou dont rêve le père du héros au chapitre VI, unique moment de métissage subversif et d’effervescence révolutionnaire.

Image à la une: George Bridgetower par Henry Edridge, 1790. Sur Wikimedia Commons.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Un regard décentré sur la Révolution», Littérature et Révolution, consulté le 20 février 2017, https://litrev.hypotheses.org/647.
  1. Sur l’histoire de cette phrase, voire Bernadette Bensaude-Vincent, Lavoisier, mémoires d’une révolution, Paris, Flammarion, 1993, p. 353 et suivante. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *