Écriture des possibles, écriture polémique et engagements

Compte rendu du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21). Vendredi 24 mars 2017 à l’université Paris Diderot. Séance doctorale, avec Fanny Arama, Laura Broccardo et Erwan Guéret.

La thèse que prépare Laura Broccardo sous la direction de Florence Lotterie a pour titre «Défaire l’histoire, refaire l’Histoire : l’écriture des possibles dans l’oeuvre de Germaine de Staël (1785-1818)». Dans sa présentation, Laura Broccardo est partie de l’idée que le passage du 18e au 19e siècle correspondrait à un changement de «régime d’historicité». François Hartog développe cette idée à partir de l’exemple de Chateaubriand. Comment les écrits de Germaine de Staël rendent-ils compte de ce régime d’historicité moderne? En termes stäeliens, ce temps est un seuil, d’où vont surgir les possibles. Il correspond à l’entrée dans une nouvelle période. Il implique aussi de prendre en compte non seulement ce qui est passé, mais aussi ce qui aurait pu se passer: en pensant ce qui aurait pu arriver, l’historien réintroduit de la contingence. Il parvient aussi à se placer au niveau des contemporains, pour qui l’événement était ouvert.

Pour Germaine de Staël cependant, l’expérience de la désorientation est d’abord vue comme une fermeture des possibles.  L’inscription dans le présent est inconfortable. La Révolution rend caduque la leçon des textes passés. Le présent est illisible et l’avenir est opaque. La fermeture des possibles se traduit dans des scénarios narratifs: la retraite, l’échec du mariage d’amour et la mise à mort des femmes. Les personnages de Germaine de Staël peuvent témoigner d’un refus de vivre et se situer dans un en-deça de l’histoire.

Mais en même temps qu’elle élabore des scénarios de fermeture de l’avenir, Staël donne des clés pour les déconstruire. Elle met au jour ce que l’entrave a de contingent et montre qu’il n’y a pas de fatalité. L’entrave prend par exemple la forme de la lettre, agent du hasard qui combine les fatalités, sociales et familiales. Les personnages des romans de Staël sont, comme Louis XVI, enlacés dans les circonstances.

Les réécritures contrefactuelles d’un événement entraînent une réflexion sur les possibilités d’action. Si le passé n’était pas fatal, le présent ne l’est pas non plus. L’écriture ou la réécriture de l’histoire fait apparaître des possibles. En 1817 avec les Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, elle redonne à la Révolution son épaisseur de virtualité: la fin de l’histoire n’est pas écrite.


Fanny Arama prépare sous la direction de Paule Petitier une thèse intitulée «Les enjeux formels et poétiques de l’écriture polémique dans l’oeuvre de Jules Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy (1848-1917)». Ce travail qui se situe au point d’articulation entre l’histoire des idées politiques et l’histoire des formes littéraires cherche à comprendre comment on passe de la transitivité d’une écriture adressée à une parole intransitive, comment on passe d’une écriture polémique adressée, dont l’idéal est le forum de Chateaubriand, à un corpus de textes purement littéraires ? Pour Gérard Gengembre, c’est suite à son échec dans l’histoire que le mouvement contre-révolutionnaire a trouvé son refuge dans la littérature.

L’imaginaire de la Révolution de Barbey et de Bloy, qui fut son disciple, est influencé par les écrits de Joseph de Maistre. Dans une pensée du providentialisme historique, la Révolution est à la fois un châtiment et un avertissement. Barbey et Bloy défendent aussi l’idée de la réversibilité des mérites: l’innocence peut payer pour le crime. Les convictions contre-révolutionnaires des deux auteurs se doublent d’un réquisitoire contre la révolution libérale des années 1830, coupable d’avoir œuvré à la dissolution des mœurs.

Barbey et Bloy préconisent un retour à une société d’ordre féodal où chacun est à sa place. Ils dénoncent les idées abstraites des révolutionnaires et leur opposent une histoire nationale, héroïque et catholique. Pour tous deux, l’historien doit être engagé et partial, et l’histoire est un jugement. Léon Bloy développe en outre une vision liturgique de l’histoire : pour lui le temps n’existe pas, puisque c’est une conséquence de la chute. La prière de la petite fille de 1914 peut sauver Jeanne d’Arc, ou l’inverse.


Erwan Guéret travaille sous la direction d’Évelyne Grossman. Le titre actuel de sa thèse est «Engagements et imaginaires de la révolution, à partir des romans d’André Malraux et de Jean Genet». (Les ConquérantsLa Condition humaine et L’Espoir de l’un, Le Captif amoureux de l’autre.) Pour son exposé, il est parti du concept d’imaginaire social, développé par Cornelius Castoriadis: l’histoire est en grande partie indéterminée parce qu’elle est liée à un processus de création imaginaire ou collective. Ce concept permet de penser un avenir qui serait autre, imprévisible, c’est-à-dire un projet révolutionnaire non totalisant, non figé, une Révolution qui ne reconstruise pas l’oppression.

Peut-on espérer ou seulement penser une création en histoire, arrachée à l’engluement de la tradition? La première partie de L’Espoir est intitulée «L’illusion lyrique». Cette illusion est celle des personnages anarchistes  comme le Negus. Ils ne cessent de se référer à la victoire des Asturies, plongeant ainsi dans une tradition imaginaire. L’illusion lyrique nous ramène au moment romantique de la Révolution française, à l’union des volontés célébrées dans les descriptions de la Fête de la Fédération, et plus généralement à l’idée d’une révolution spirituelle et fraternelle.

De l’autre côté de l’imaginaire révolutionnaire, une certaine lucidité pratique oblige à penser en termes de rapports de forces. Cette révolution de la praxis ne s’embarrasse pas de bons sentiments. Pour transformer la Révolution romantique en révolution moderne, il faut s’affranchir du folklore, comme le fait le personnage de Manuel, double de l’auteur dans L’Espoir. Il monte en grade et délaisse les illusions de sa jeunesse, ce que sera incapable de faire l’anarchiste Le Negus qui garde quelque chose d’individuel et de romantique.

Les personnages terroristes de Malraux ont eux le goût du sacrifice et de la mort. Issus des milieux les plus misérables, ils ont transformé la foi en fanatisme. L’imaginaire est défonctionnalisé: il sert plus à lutter contre des adversaires extérieurs ou intérieurs. Reste l’attachement à une pureté idéale. Pour eux, la représentation de la mort servira mieux la révolution que les stratégies politiques.

Chez Genet domine l’idée que de toute façon la révolution va finir par réinstaurer des structures oppressives. Ce qui l’intéresse dans Le Captif amoureux, c’est de retrouver chez les Palestiniens un peuple sans État, vagabond, c’est le jeu de l’imagination alors possible. Ainsi s’oppose une révolution de l’être, au risque de la théâtralité, à une révolution de la praxis.


Séance précédente (3 février) : La Révolution au féminin.

Séance suivante (28 avril) : Mauvais genres.


Archive : texte de l’annonce

[Avec quelques lignes de présentation rédigées par les trois intervenants]

La troisième séance du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21) aura lieu vendredi 24 mars 2017 de 14 à 16 heures à l’université Paris Diderot  (bâtiment des Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris), dans la bibliothèque Jacques Seebacher (escalier A, deuxième étage).

Il sera l’occasion d’une séance doctorale pendant laquelle Fanny Arama, Laura Broccardo et Erwan Guéret présenteront leurs travaux.

Fanny Arama prépare sous la direction de Paule Petitier une thèse intitulée «Les enjeux formels et poétiques de l’écriture polémique dans l’oeuvre de Jules Barbey d’Aurevilly et de Léon Bloy (1848-1917)». Elle montrera en quoi l’oeuvre de Barbey et de Bloy s’ingénie à exploiter et contribue à forger un imaginaire négatif de la Révolution française afin s’en servir comme repoussoir. Si leur rapport à la Révolution française structure tous leurs discours, c’est parce que la Révolution comme croyance détermine «tout autant ses adeptes que ses apostats et ses agnostiques» (JC Milner, Relire la Révolution, 2016). Leur discours est polémique en ce qu’il vise à contester la doxa et à imposer un discours de rupture et de substitution afin de participer à la conquête des représentations. Une rapide esquisse de leurs principaux ouvrages et articles sur la Révolution viendront illustrer ces propos.

La thèse que prépare Laura Broccardo sous la direction de Florence Lotterie a pour titre «Défaire l’histoire, refaire l’Histoire : l’écriture des possibles dans l’oeuvre de Germaine de Staël (1785-1818)». Elle porte sur l’intégralité du corpus staëlien.

Erwan Guéret travaille sous la direction d’Évelyne Grossman. Le titre actuel de sa thèse est «Engagements et imaginaires de la révolution, à partir des romans d’André Malraux et de Jean Genet».
Il étudie les trois romans des révolutions de Malraux (Les Conquérants (1928), La Condition humaine (1933), L’Espoir (1937)) et le roman posthume de Genet sur la révolution palestinienne ainsi que le recueil, posthume également, de ses écrits politiques (Un Captif amoureux (1986), L’ennemi déclaré (1991)). À travers ces romans, il analyse notamment le mode et statut de représentation des révolutions – chinoise, espagnole, palestinienne – dans lesquelles les auteurs se sont engagés en tant qu’acteurs ou témoins, à l’épreuve du fantasme ou fantôme de La Révolution qui hante les imaginaires littéraires, sociaux et politiques. Plus largement, il s’intéresse à l’imaginaire de la révolution comme filiation ou écart, qui s’inscrit aussi bien dans le style, les tropes, les structures narratives, les personnages, les discours et présupposés idéologiques, etc. Dans son intervention, il parlera d’un élément plus précis de son travail: la figure du terroriste dans les romans de mon corpus. Il la mettra bien sûr en lien avec l’origine étymologique du mot, qui renvoie directement à la Révolution française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *