Un an déjà : à quoi bon ce carnet ?

Littérature et Révolution: un an, trente-six articles, quelques centaines de vrais lecteurs, trente-huit commentaires. L’occasion de regarder en arrière, et de faire un premier bilan.

Il m’a fallu plusieurs mois pour découvrir ce que j’allais vraiment faire de ce carnet. Mes premiers articles étaient écrits presque par hasard, à propos d’objets qui me semblaient en lien avec un projet d’ensemble très vaste, qui dépasse d’ailleurs ce carnet de recherche: l’étude des relations entre la littérature et la Révolution française. Les catégories que j’utilisais au départ se recoupaient le plus souvent: comme dans ma thèse, j’évoquais le plus souvent des textes qui ont été publiés pendant la période 1789-1815 et qui disent quelque chose de la Révolution (qui la «fabriquent»).

Les deux articles qui m’ont permis de découvrir l’intérêt d’un outil comme ce carnet ont été des comptes rendus de lecture. Le premier portait sur un roman publié en 1989, Les Exagérés de Jean-François Vilar. Le second avait pour objet une étude qui venait d’être publiée: Le Frankenstein français de Julia V. Douthwaite. Dans les deux cas, il était indispensable que je garde une trace écrite de ces lectures. J’aurais pu faire une fiche à usage personnel, comme je l’ai fait cent fois déjà pour d’autres livres, mais l’écriture d’un texte public m’a poussé à aller plus loin dans la réflexion. En plus du travail habituel de relevé de citations, j’ai dégagé une cohérence et j’ai fait des choix, pour ne retenir que les aspects les plus forts de ces deux ouvrages. C’est aussi avec ces deux articles que le nombre de lecteurs de ce carnet de recherche est devenu plus important. Le deuxième a été à la une d’Hypothèses, ce qui évidemment a fait venir plus de monde, mais dans un cas comme dans l’autre, cela indiquait que les textes de ce genre pouvaient être utiles à d’autres.

Aujourd’hui, la moitié des articles sont des comptes rendus. En plus des lectures, j’ai parlé de spectacles et d’expositions, ainsi que de séances de séminaire ou de rencontre avec des écrivains (Éric Vuillard et Pierre Michon). Ce carnet de recherche est devenu un espace de conservation d’informations et de pensées, de manière complémentaire avec les dossiers de mon ordinateur. Parce que j’ai le souci de mes lecteurs, il est un peu mieux rangé que ce que je garde pour moi. Il est aussi moins fragile: j’ai beau sauvegarder mon travail, ce que je garde sur mes appareils n’aura jamais la pérennité qu’offre la plateforme Hypothèses. La première bonne surprise est donc là: mon carnet de recherche est un espace très utile pour conserver la mémoire de mon travail.

Le deuxième intérêt que je découvre à la tenue de ce carnet est qu’il m’incite à être plus attentif à l’actualité. Sur un tel support, l’écriture scientifique tient aussi du journalisme. Lorsque je repère une publication ou un événement culturel nouveau, en lien avec la Révolution française, j’ai d’autant plus envie de le découvrir que j’ai la possibilité de publier mes impressions. Les publications en lien avec l’actualité sont aussi les plus susceptibles de susciter des échanges, soit dans des commentaires – trop rares, hélas – soit sur les réseaux sociaux.

J’essaie également d’utiliser ce carnet pour publier des données. Ce sont parfois des données inédites en ligne (quelques rares extraits dans mon anthologie littéraire de la Bastille par exemple), mais le plus souvent ce sont des copier-coller de textes disponibles ailleurs ou simplement des liens. La valeur de ce que je publie tient non pas à son originalité, mais à la sélection que j’opère et à la manière dont j’organise les matériaux que je reprends, de façon à les rendre les plus utiles possible ou bien à dégager un sens. Dans ce cas également, la publication m’incite à aller plus loin que je ne le fais quand je travaille pour moi seul.

Le carnet de recherche m’apparaît aussi de plus en plus comme un outil pédagogique. Quand les données que je prépare pour mes étudiants me semblent avoir un intérêt pour la recherche, je les publie volontiers ici. Je l’ai fait avec mon répertoire de liens sur le spectacle Ça ira ou récemment en publiant des extraits de texte sur la liberté d’expression pendant la Révolution. Le matériau pédagogique que je mets ainsi à disposition peut être utile à d’autres, enseignants et chercheurs. Les étudiants qui découvrent ce carnet, et peut-être avec lui la plateforme Hypothèses, ont accès à une recherche en train de se faire. Le carnet de recherche permet alors de travailler simultanément pour l’enseignement et pour la recherche, idéal trop rarement atteint du métier d’enseignant-chercheur.

Reste une interrogation sur le partage réel de ce carnet. Avec le temps, il semble que les visiteurs qui arrivent à partir d’une recherche dans Google sont devenus nombreux. Puissent-ils trouver ce qu’ils cherchent… Si j’en crois les statistiques, ils ne restent que rarement plus de trente secondes. Les commentaires, je le disais, sont assez rares. Deux ou trois articles seulement ont suscité de courts débats. Ce carnet n’est pas, pour le moment, un lieu de discussion. Il est vrai que de mon côté je ne vais jamais écrire de commentaire dans d’autres carnets. Il faudrait peut-être en prendre l’habitude.

J’utilise Twitter et Facebook pour annoncer chaque article. Les réactions y sont plus nombreuses, ou en tout cas plus visibles. Il est arrivé que des discussions se développent sur Facebook, et j’ai hésité à recopier les commentaires pour les adjoindre à mon article, mais il m’a semblé que je n’en avais pas le droit. Dommage, ils sont très loin maintenant dans les archives fluctuantes des réseaux sociaux. Twitter, que je fréquente activement et qui me plaît assez, m’apporte beaucoup moins de visites que Facebook, où je suis présent de plus récente date et que j’apprécie moins: hasard de mes réseaux personnels, d’un côté ou de l’autre, ou plus grande efficacité du second? En tout cas, je rêve d’un avenir où des réseaux libres, et peut-être à vocation scientifique, feront aussi bien, et même mieux, que ces deux-là.

Image à la une: Camille Desmoulins, sa femme Lucile et leur bébé Horace. Portrait de famille (artiste anonyme du 18e siècle), Versailles, Musée national du Château de Versailles, 1792. Recadré. Sur Wikimedia Commons.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Un an déjà : à quoi bon ce carnet ?», Littérature et Révolution, publié le 21 mars 2017, http://litrev.hypotheses.org/685.

3 pensées sur “Un an déjà : à quoi bon ce carnet ?”

  1. Bravo pour ce carnet. Je partage une grande partie de vos constats sur l’utilité du carnet comme mémoire du travail et comme stimulant, notamment, à la rédaction de comptes rendus, sur le lien avec les réseaux sociaux et la rareté des commentaires (d’où celui-ci).
    Avec mes souhaits de persévérance dans cette aventure.

  2. Bonjour,
    Je m’intéresse depuis quelques mois aux fictions écrites consacrées à la Révolution. Après quelques « classiques » (« Les dieux ont soif », « Les chouans », « Quatrevingt-treize »), j’ai récemment lu les 2 tomes écrits par Hilary Mantel (« Révolution » : « L’idéal » et « Les désordres ») et, suite à un article paru dans « Le Monde des Livres » (13 mai 2016) affirmant que cette période historique n’avait « jusque là, donné peu d’oeuvres d’envergure », j’ai entrepris de rechercher cette littérature apparemment rare…
    Le cycle de Robert Margerit que je viens de terminer m’apparait exemplaire contrairement au constat du « Monde »…
    Existe-t-il un récapitulatif des romans traitant de la Révolution ou se déroulant sur fond révolutionnaire ? Pourriez-vous orienter mes prochaines lectures ?
    Avec mes remerciements et mes sincères salutations.

    1. Je réponds très vite (pour cette fois-ci) : il existe un ouvrage collectif précieux pour découvrir les romans de la Révolution du 19e siècle : Aude Déruelle et Jean-Marie Roulin (dir.), Les Romans de la Révolution, Armand Colin, 2014. Cela donne beaucoup d’idées de lecture, par exemple la très belle Histoire d’un paysan d’Erckmann-Chatrian. Beaucoup plus près de nous, le 14 Juillet d’Éric Vuillard me semble «une oeuvre d’envergure», même en seulement deux-cents pages. Et décidément il faut que je lise Robert Margerit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *