Histoires tragiques et 14 juillet pluvieux

J’ai désormais déposé cinq articles sur les archives ouvertes HAL (tous ceux que j’ai pu déposer à ce jour).

On peut y découvrir différents temps de ma recherche sur les premières histoires de la Révolution (1789-1815) : d’une part le résultat d’une première exploration de ce corpus, centrée sur les pages de titres et plus précisément sur les épigraphes ; d’autre part un gros plan sur la production historique d’une année particulièrement féconde, l’an IX (1800-1801) ; enfin un article posant la question du tragique de ces premières histoires.

Grâce à la bonne volonté de l’éditeur Hermann, j’ai pu mettre à disposition le chapitre du livre La pluie et le beau temps dans la littérature (sous la dir. de Karin Becker) que j’ai consacré aux intempéries de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790. Ce chapitre, enrichi et remanié, est devenu le premier chapitre de ma thèse, puis de mon livre, indisponibles en ligne.

Enfin, j’ai publié une œuvre de jeunesse : un article sur les usages de l’Antiquité dans le roman L’Émigré de Sénac de Meilhan (1797).

Image à la une: David L., Le Serment de Lafayette, à la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, 1791 (détail). Paris, Musée Carnavalet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *