Révolution et tournant de siècle: Mélancolies

La cinquième séance du séminaire IMAREV 18-21 (Imaginaires de la Révolution de 1789 à aujourd’hui) a eu lieu vendredi 2 juin de 14h à 16h à l’université Paris Diderot (bibliothèque Seebacher). Avec Stéphanie Genand (La Chambre noire. Germaine de Staël et la pensée du négatif, Droz, 2017) et Philip Knee (L’Expérience de la perte autour du moment 1800, Voltaire Foundation, 2014), nous avons parlé Révolution, tournant de siècle et mélancolies.

Cependant le monde ordonné commençait à renaître ; on quittait les cafés et la rue pour rentrer dans sa maison ; on recueillait les restes de sa famille ; on recomposait son héritage en en rassemblant les débris, comme, après une bataille, on bat le rappel et on fait le compte de ce que l’on a perdu.

François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, livre XIII, ch.5 : «Changement de société»

La moitié de la vie est du déclin ; quelle a donc été l’intention du Créateur en imposant cette triste perspective à l’homme, à l’homme dont l’imagination a besoin d’espoir, et qui ne compte jamais ce qu’il a que comme un moyen d’obtenir plus encore ? Il est clair que le Créateur a voulu que l’être mortel parvînt à se déprendre de lui-même, et qu’il commençât ce grand acte de désintéressement longtemps avant que la dégradation de ses forces le lui rendît plus facile. Dès que vous avez atteint l’âge mûr, vous entendez déjà de toutes parts parler de votre mort. Mariez-vous vos enfants ? C’est en faisant valoir vous-même la fortune qu’ils auront quand vous ne serez plus.

Germaine de Staël, Réflexions sur le suicide, Troisième section : « De la dignité morale de l’homme »

 Stéphanie Genand est MCF-HDR en littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Rouen. Ses travaux portent sur la dimension anthropologique de la littérature et sur les relations entre Lumières et passions, politique et morale, fiction et savoir, identité et altérité. Elle s’est notamment intéressée à l’œuvre de Sade et à celle de G. de Staël, auquel elle a consacré un récent essai (La Chambre noire. G. de Staël et la pensée du négatif, Droz, 2017) et dont elle vient de coéditer les deux derniers tomes de la Correspondance générale («Le Grand voyage», «Derniers combats», Slatkine, 2017).

Philip Knee est professeur à l’université Laval (Québec) où il enseigne l’histoire des idées morales et politiques en France. Avant de s’intéresser au XIXe siècle, il a notamment publié des travaux sur Montaigne et sur Rousseau. Il a récemment publié L’Expérience de la perte autour du moment 1800 (Voltaire Foundation, 2014).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *