Une histoire brève de la littérature de la Révolution

Alain Viala vient de publier le troisième volume d’une série intitulée Une histoire brève de la littérature française. Après avoir présenté Le Moyen Âge et la Renaissance (vol.1, 2014) puis L’Âge classique et les Lumières (vol.2, 2015), il aborde ici l’histoire littéraire d’un long dix-neuvième siècle, De la Révolution à la Belle Époque (vol.3, 2017). L’ensemble de la série est le prolongement écrit d’une histoire littéraire enregistrée avec le concours de Daniel Mesguish et proposé par La Librairie sonore Frémaux & Associés. Le volume consacré au dix-neuvième siècle a été conçu avec la collaboration de Paul Aron.

Alain Viala est d’abord un spécialiste du 17e siècle, auteur du célèbre Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique (Minuit, 1985). Mais son intérêt pour les usages du littéraire l’a amené depuis longtemps à s’intéresser, au-delà du seul 17e siècle, à la fabrique des canons. Cet intérêt prend souvent un tour actif. Dans La Culture littéraire (PUF, 2009), Alain Viala établit la liste des œuvres qu’un étudiant en lettres devrait connaître aujourd’hui, tout en interrogeant les présupposés d’une telle entreprise. Avant cela, il a joué un rôle central dans la réforme des programmes de français au lycée et dans la querelle qu’elle a suscitée1. Avec Une histoire brève de la littérature française, il fait œuvre de vulgarisation et vise moins les spécialistes de littérature qu’un public plus large, contribuant à grande échelle à la fabrique de l’histoire littéraire.

Je n’entreprends pas de rendre compte de l’ensemble du volume consacré au dix-neuvième siècle, mais seulement de m’interroger sur la place accordée à la Révolution française dans cet ouvrage. Les historiens de la littérature sont souvent passés très vite sur 1789 et les années qui ont suivi. Qu’en est-il dans cette brève histoire?

Alain Viala prend parti d’emblée: la Révolution française est un commencement, beaucoup plus qu’un aboutissement, et par conséquent elle concerne l’histoire littéraire du 19e siècle plutôt que celle du 18e: «si l’on observe bien les pratiques et les façons de penser, il est manifeste que là où les philosophes ne pensaient guère à une révolution, le siècle suivant a été obsédé par celle-ci, par les débats sur ses acquis et son héritage, par ses possibles réitérations» (p.8). En cela il se distingue non seulement des histoires littéraires qui, procédant par tranches de cent ans, font finir le 18e siècle en 1800, mais aussi de celles qui placent la Révolution au centre d’une période englobant les dernières décennies du 18e siècle et les premières décennies du 19e2. Faire de la période révolutionnaire le début de l’époque romantique est assez original dans l’histoire littéraire en France, mais beaucoup plus fréquent chez les Britanniques.

Dans la brève histoire d’Alain Viala, la Révolution française est un  commencement et elle est pleinement dans le mouvement du siècle. C’est là, me semble-t-il, la proposition la plus intéressante de l’ouvrage. La composition du volume intègre en effet la Révolution à un mouvement d’ensemble. Les deux premiers chapitres englobent chacun toute la période 1789-1850. Le premier, intitulé «Révolutions et romantisme» montre que la «multiplicité» et la «plasticité» du mouvement romantique n’empêchent pas une «unité profonde» par «la contradiction entre l’idéal rêvé et la mélancolie due au sentiment d’échec» (p.40). Le deuxième chapitre, «Romantisme et classicisme» affirme que «les conflits politiques incessants de cette période ont rejailli sur les codes culturels et artistiques» (p. 45). Il montre ainsi que le premier 19e siècle a été le temps d’une double invention, non seulement celle du ou des romantismes, mais aussi celle du classicisme. Toute la littérature du temps apparaît structurée par cette opposition qui est à la fois esthétique et politique. Paradoxalement, le classicisme littéraire serait défendu par les libéraux. Héritage de la Révolution et de l’Empire, il relèverait d’un «rationalisme du juste milieu» (p.73). À l’inverse le romantisme serait le fait de «ceux que l’arrivée au pouvoir de la bourgeoisie ne satisfait pas» (p.67) c’est-à-dire principalement des royalistes.

Si je suis convaincu par l’intérêt d’ouvrir par ces questions une histoire littéraire du 19e siècle, en y intégrant la Révolution, j’ai plus de mal à suivre Alain Viala dans les détails de ce deuxième chapitre. Certes, le classicisme, et plus encore le néo-classicisme, ont été dans une certaine mesure un héritage des Lumières. Mais on ne peut pas, me semble-t-il, le réduire à cela. L’un des premiers promoteurs d’une histoire littéraire par les classiques (les grands textes de l’Antiquité et ceux du 17e siècle) a été Jean-François La Harpe (Lycée ou Cours de littérature ancienne et moderne, 1799-1804) alors violemment engagé dans une entreprise de liquidation des Lumières. Je ne crois pas possible non plus de classer les Idéologues du côté d’un classicisme défini par sa prédilection pour l’Antiquité et pour une littérature nationale. Volney fut l’un des premiers à dénoncer l’anticomanie des révolutionnaires dans ses Leçons d’histoire (1795). Ginguené, en publiant une Histoire littéraire d’Italie à partir de 1811, privilégie l’Europe et la Renaissance pour penser le progrès.

Alain Viala s’arrête plus précisément sur la période de la Révolution au début du chapitre III («L’essor du romantisme»). S’il se démarque du cliché qui en fait une époque stérile, il relaie une autre idée reçue, celle d’un trop plein d’activité: «Est-ce à dire qu’il ne s’est rien passé dans la décennie 1789-1799? Bien au contraire: l’activité littéraire y fut fébrile, mais peut-être trop pour avoir produit des œuvres durables» (p.75). Alain Viala retient en effet assez peu de choses de cette activité littéraire. Après quelques mots très rapides sur le journalisme et la poésie, il propose un développement un peu plus long sur le théâtre et le mélodrame, avançant quelques noms: André et Marie-Joseph Chénier, Fabre d’Églantine, Pixerécourt et Ducray-Dumesnil. Il apporte des précisions bienvenues sur l’organisation des théâtres, mais abandonne aussitôt la Révolution pour passer à la période suivante avec Staël puis Chateaubriand, lui-même réduit à deux œuvres, le Génie du christianisme avec ses deux récits insérés, Atala et René (1801-1802), et beaucoup plus tard, Les Mémoires d’outre-tombe (1848). Le chapitre s’achève par un développement sur la poésie sous l’Empire et surtout sous la Restauration, avec Béranger, Delavigne et, plus longuement, Lamartine et Vigny.

Le choix des extraits cités reflète moins les partis pris d’Alain Viala qu’un état présent de l’histoire littéraire. Certes, parmi les extraits cités on trouve La Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 (dans le chapitre 1) et l’extrait d’un discours de Robespierre («Discours du 5 nivôse an II», dans le chapitre 2). Mais le seul autre extrait daté de la décennie révolutionnaire est l’inévitable «jeune captive» d’André Chénier, cité juste après le discours de Robespierre. Cette sélection donne l’impression regrettable d’une opposition entre le politique et le littéraire, alors même que toute l’œuvre critique d’Alain Viala montre que les deux domaines sont indissociablement liés. Par son choix d’auteurs et sa sélection d’extraits, cette brève histoire rend compte d’une histoire littéraire consacrée, sans remettre en cause des réputations littéraires pour certaines établies dès les premières années du 19e siècle. Le constat est d’ailleurs explicite: «À l’exception d’André Chénier, pas un seul écrivain n’est véritablement entré dans le “canon” de la culture française» (p.75).

Nous savons heureusement que l’histoire littéraire est une histoire, c’est-à-dire qu’elle change avec le temps, et nous pouvons légitiment espérer qu’avec le développement des études littéraires sur la période de la Révolution, le canon s’ouvrira à d’autres textes et à d’autres auteurs.

Références: Alain Viala, De la Révolution à la Belle Époque. Une histoire brève de la littérature, Paris, PUF, 2017, 408 p., ISBN 978-2-13-078879-9.

Image à la une: [Un autre Viala, jeune héros de la Révolution.] D’Agricola Viala agé de 11 ans, command. du bataillon des enfans du departement de Vaucluse, 1793, détail. Sur Gallica.

Pour citer cet article: Olivier Ritz, «Une histoire brève de la littérature de la Révolution», Littérature et Révolution, publié le 11 juillet 2017, https://litrev.hypotheses.org/802.

 

  1. Alain Viala est revenu récemment sur la querelle des programmes de français: «Querelles et légitimations: Quand le spectre de la mort de la littérature hante les débats», Carnets: revue électronique d’études françaises. Série II, n° 9, jan. 2017, p. 6-21. []
  2. Voir par exemple Michel Delon, Robert Mauzi et Sylvain Menant, Histoire de la littérature française, De l’Encyclopédie aux Méditations, GF Flammarion, 1988. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *